Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation de la thrombocytopénie

Par David J. Kuter, MD, DPhil, Professor of Medicine;Chief of Hematology, Harvard Medical School;Massachusetts General Hospital

La thrombocytopénie est un déficit de plaquettes (thrombocytes), ce qui augmente le risque de saignement.

  • Une thrombocytopénie se produit lorsque la moelle osseuse produit trop peu de plaquettes ou lorsque lorsqu’un trop grand nombre de plaquettes est détruit ou s’accumule dans une rate hypertrophiée.

  • Elle se manifeste par des hématomes cutanés et des ecchymoses.

  • On pose le diagnostic et on en détermine la cause grâce à des examens sanguins.

  • Parfois, un traitement (tel qu’une transfusion de plaquettes, de la prednisone ou le retrait de la rate) est nécessaire.

Les plaquettes sont des fragments cellulaires qui circulent dans le sang et contribuent à sa coagulation. Le sang contient normalement entre 140 000 et 440 000 plaquettes par microlitre. Lorsque la numération plaquettaire descend au-dessous de 50 000 plaquettes par microlitre de sang, une hémorragie peut survenir même suite à des traumatismes relativement modérés. Toutefois, le risque de saignement le plus grave ne survient généralement que lorsque le nombre de plaquettes est inférieur à 10 000 à 20 000 plaquettes par microlitre de sang. Avec des nombres aussi faibles, un saignement peut se produire même en l’absence de lésions reconnues. Voir aussi Présentation des maladies des plaquettes.

Causes

De nombreuses maladies peuvent provoquer une thrombocytopénie.

La thrombopénie peut se manifester lorsque la moelle osseuse ne produit pas suffisamment de plaquettes, comme cela se produit dans la leucémie et dans certaines anémies.

L’infection par le virus de l’hépatite C, le virus de l’immunodéficience humaine (VIH, le virus qui cause le SIDA), le virus d’Epstein-Barr (la cause habituelle de la mononucléose) et de nombreux autres virus peuvent entraîner une thrombopénie.

Les plaquettes peuvent être piégées dans la rate lorsque celle-ci augmente de taille, comme dans la cirrhose du foie, la myélofibrose et la maladie de Gaucher, ce qui entraîne une diminution du nombre de plaquettes circulantes.

Les transfusions massives de sang peuvent diluer les plaquettes circulantes.

Certains médicaments peuvent aussi provoquer une thrombopénie.

Enfin, l’organisme peut utiliser ou détruire trop de plaquettes, comme dans de nombreux troubles ; les trois plus fréquents sont la thrombocytopénie immunitaire, le purpura thrombotique thrombocytopénique et le syndrome hémolytique et urémique.

Symptômes et complications

Le saignement cutané peut être le premier signe d’une diminution du nombre de plaquettes. De nombreux minuscules points rouges (pétéchies) apparassent souvent sur la peau au niveau de la partie inférieure des jambes et des traumatismes mineurs peuvent entraîner des ecchymoses. Les gencives peuvent saigner et du sang peut apparaître dans les selles ou dans les urines. Les règles peuvent être très abondantes. L’hémorragie peut être difficile à arrêter.

Le saignement est d’autant plus important que le nombre de plaquettes est diminué. Les personnes qui ont une numération plaquettaire très basse peuvent perdre une grande quantité de sang dans l’appareil digestif ou peuvent développer des hémorragies potentiellement fatales dans le cerveau, même si elles n’ont subi aucun traumatisme.

La vitesse avec laquelle les symptômes apparaissent dépend de la cause de la thrombopénie.

Diagnostic

  • Analyses de sang pour mesurer le nombre de plaquettes

Le médecin suspecte une thrombopénie chez toutes les personnes qui ont des saignements et des ecchymoses anormaux. La numération plaquettaire est effectuée de manière systématique en présence de maladies qui entraînent une thrombopénie. Parfois, une thrombocytopénie est découverte fortuitement à l’occasion d’un examen sanguin réalisé pour d’autres raisons chez les personnes qui ne présentent pas d’ecchymoses ou de saignement.

La recherche de la cause de la thrombopénie est fondamentale pour un traitement correct. Certains symptômes peuvent permettre d’identifier la cause. Par exemple, si la thrombopénie est secondaire à une infection, elle s’accompagne généralement d’une fièvre. La fièvre est en revanche souvent absente dans le PTI, le PTT ou dans le SHU. L’augmentation de taille de la rate, qui peut être observée au cours de l’examen clinique, suggère une séquestration des plaquettes dans la rate et indique que la thrombopénie est secondaire à une affection qui provoque une splénomégalie.

Le nombre de plaquettes peut être mesuré avec un compteur automatique, afin de déterminer la gravité de la thrombocytopénie ; un échantillon de sang peut être examiné au microscope afin de fournir des preuves de cette cause. L’examen microscopique d’un échantillon de moelle osseuse prélevé (biopsie et aspiration médullaire) peut parfois s’avérer nécessaire pour obtenir des informations sur la production plaquettaire.

Traitement

  • Éviter les blessures et les médicaments qui affectent les plaquettes

  • Parfois transfusions plaquettaires

Les personnes qui ont une faible numération plaquettaire et un saignement anormal ne doivent généralement pas prendre de médicaments qui altèrent la fonction plaquettaire (tels que l’aspirine). Les personnes qui ont une très faible numération plaquettaire sont souvent traitées en milieu hospitalier. Lorsque le saignement est sévère, des plaquettes peuvent être transfusées, bien que parfois les plaquettes transfusées soient également détruites par le trouble sous-jacent.

Traiter la cause peut souvent traiter la thrombopénie. Lorsque la thrombopénie est induite par un médicament, elle est généralement corrigée par l’arrêt du traitement.

Ressources dans cet article