Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Surcharge en fer secondaire

Par Candido E. Rivera, MD, Mayo Clinic

La surcharge en fer secondaire consiste en une accumulation de fer dans l’organisme parce que la personne a pris trop de suppléments en fer, a reçu de nombreuses transfusions sanguines, ou est atteinte d’une maladie dans laquelle la production de globules rouges est insuffisante.

  • Les personnes se sentent souvent faibles et fatiguées.

  • Des examens sanguins qui mesurent le taux de fer permettent de poser le diagnostic.

  • Le traitement se fait généralement avec des médicaments qui, en se liant au fer, l’éliminent de l’organisme (chélation).

Le risque de complications graves est moins important que chez les personnes atteintes d’hémochromatose ( Hémochromatose). Toutefois, certaines personnes développent des complications touchant le cœur, le foie et les organes endocriniens.

Causes

La surcharge en fer secondaire concerne le plus souvent les personnes atteintes de maladies qui altèrent la production de globules rouges. Celles-ci sont, notamment :

  • Les maladies héréditaires qui altèrent la structure ou le fonctionnement de l’hémoglobine, par exemple la drépanocytose, la thalassémie ou les anémies sidéroblastiques

  • Les maladies qui entraînent une dégradation anormale des globules rouges, comme les anémies hémolytiques

  • Les maladies dues à des globules rouges malformés, comme la myélodysplasie

Dans ce type de maladies, la quantité de fer absorbée par le sang est parfois accrue. Cependant, l’organisme ne peut pas toujours utiliser cette quantité de fer car il ne parvient pas à produire de nouveaux globules rouges. C’est dans ce cas que survient la surcharge en fer.

Le fer peut également s’accumuler dans l’organisme lorsque l’absorption de fer est trop importante, en raison :

  • D’une supplémentation en fer en trop grande quantité ou pendant trop longtemps

  • Transfusions sanguines répétées

Les hommes et les femmes ménopausées n’ont généralement pas besoin de supplémentation en fer. S’ils en prennent, une surcharge en fer peut se développer, mais elle est généralement trop légère pour être dangereuse.

Symptômes

Une surcharge en fer modérée ne provoque généralement pas de symptôme. Certaines personnes peuvent néanmoins se sentir faibles et fatiguées. Une surcharge en fer sévère entraîne les mêmes symptômes que l’hémochromatose ( Hémochromatose) : coloration de la peau de couleur bronze, diabète, douleurs articulaires et troubles de la fonction érectile.

Diagnostic

La surcharge en fer secondaire est diagnostiquée par des examens sanguins qui mesurent les taux de fer et des protéines qui se lient au fer et le transportent.

Traitement

Le traitement vise à réduire le taux de fer dans l’organisme. Certaines personnes sont traitées par phlébotomie, procédure qui consiste à retirer du sang. Toutefois, de nombreuses personnes atteintes de surcharge en fer secondaire présentent également une anémie. La phlébotomie aggrave l’anémie ; par conséquent, le traitement se fait alors par des médicaments dits chélateurs du fer.

La chélation du fer peut être administrée par voie orale, avec du déférasirox, ou par une perfusion sous-cutanée (sous la peau) ou intraveineuse (dans une veine) de déféroxamine. La perfusion est généralement administrée la nuit. Le traitement peut entraîner des effets secondaires, tels que : troubles digestifs, hypotension artérielle, et réaction allergique grave (anaphylaxie). Il peut parfois se développer une perte de l’audition ou de la vue avec une utilisation à long terme. Les chélateurs du fer administrés par voie orale sont très efficaces pour abaisser le taux de fer dans l’organisme. Les effets secondaires des chélateurs du fer oraux sont : douleurs abdominales, diarrhée et éruption cutanée. Le traitement peut parfois provoquer des lésions hépatiques et rénales. C’est pourquoi des examens sanguins sont réalisés régulièrement pour contrôler la fonction de ces organes.