Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

effets des transitions dans le parcours de vie Des personnes âgées

Par Daniel B. Kaplan, PhD, MSW, Institute of Geriatric Psychiatry, Weill Cornell Medical College ; Barbara J. Berkman, DSW, PhD, Boston College Graduate School of Social Work;Columbia University School of Social Work;Hartford Geriatric Social Work Faculty Scholars Program

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La fin de vie est souvent une période de transition (p. ex., retraite, relocalisation) et d'ajustement à des pertes.

La retraite est souvent la première transition majeure rencontrée par les personnes âgées. Ses effets sur la santé physique et mentale diffèrent d'un sujet à l'autre, suivant la raison et l'attitude face à la retraite. Environ un tiers des retraités ont des difficultés à s'adapter aux divers aspects de la retraite, tels que revenus diminués et un rôle et droits sociaux modifiés. Certaines personnes choisissent de partir à la retraite, après avoir attendu avec impatience de quitter un travail désagréable travail; d’autres sont forcées à partir en retraite (p. ex., pour des problèmes de santé ou la perte d'un emploi). Une préparation appropriée à la vie en retraite et une psychothérapie pour les retraités et les familles qui ont des difficultés permettent d'apporter un soutien.

Un déménagement peut survenir plusieurs fois pendant la vieillesse, p. ex., dans un logement plus petit après la vente de la maison familiale, dans une maison de retraite pour réduire la lourdeur de la prise en charge ou dans un foyer de soins. Certains experts soutiennent que de tels déménagements provoquent des traumatismes; cependant, des études récentes trouvent peu ou pas d’évidence d’augmentation de la mortalité ou d'autres indicateurs de traumatisme, en particulier chez les personnes préparées à bouger. L'état physique et mental ainsi qu'une préparation réfléchie et adéquate sont des prédicteurs importants de l'adaptation au déménagement. Les personnes qui réagissent mal aux déménagements sont plus susceptibles de vivre seules, d'être socialement isolées, pauvres et déprimées. Les hommes réagissent moins bien que les femmes.

Moins les personnes ont le contrôle sur le déménagement et moins prévisible semble-t-il, plus est important le stress du déménagement. Les personnes âgées doivent être mises au courant du nouvel établissement bien à l'avance. Dans le cas des personnes âgées présentant un déficit cognitif, un déménagement loin de l'environnement familier peut aggraver une dépendance fonctionnelle et un comportement anormal.

Le deuil touche de nombreux aspects de la vie d'une personne âgée. Par exemple, l'interaction sociale et les relations avec les amis baissent et le statut social peut changer. La mort d'un conjoint touche les hommes et les femmes de manière différente. Dans les 2 ans qui suivent la mort d'une épouse ou conjointe, la mortalité chez l'homme a tendance à augmenter, en particulier si le décès de l'épouse ou conjointe était inattendu. Chez les femmes qui perdent leur mari, les données sont moins claires mais généralement ne montrent pas une mortalité accrue.

Avec le deuil, certains troubles du sommeil et une anxiété sont normaux; ces effets disparaissent habituellement en quelques mois sans traitement médicamenteux. À l’inverse, un chagrin prolongé, pathologique se caractérise par:

  • Symptômes qui sont typiques d'un épisode dépressif majeur et qui durent > 2 mois

  • Sentiments de culpabilité sur des choses non directement liées à la perte

  • Idées de mort sans lien avec la survie

  • Préoccupations pathologiques de dévalorisation

  • Hallucinations autres que d'entendre et de voir le défunt

Les soignants et les professionnels de santé doivent rechercher de tels symptômes et être conscients que les patients endeuillés sont à haut risque de suicide et d'un déclin de leur état de santé.

Les services d'aide psychologique et de soutien (p. ex., groupes de soutien pour les veuves) peuvent faciliter les transitions difficiles. La prise à court terme de médicaments anxiolytiques peut aider les patients qui présentent une anxiété excessive. Cependant, une utilisation excessive ou prolongée doit être évitée car elle peut perturber le processus de deuil et d'adaptation. Un chagrin prolongé, pathologique nécessite habituellement un bilan psychiatrique et un traitement.