Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Thrombocytose réactive (thrombocytose secondaire)

Par Jane Liesveld, MD, University of Rochester ; Patrick Reagan, MD, University of Rochester Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La thrombocytose réactive correspond à une numération plaquettaire élevée (> 450 000/μL) qui se développe secondairement à une autre maladie.

Certaines causes de thrombocytose sont

  • Troubles inflammatoires chroniques (p. ex., polyarthrite rhumatoïde, maladie inflammatoire de l'intestin, tuberculose, sarcoïdose, granulomatose avec polyangéïte [anciennement appelée granulomatose de Wegener])

  • Infection aiguë

  • Hémorragie

  • Carence en fer

  • Hémolyse

  • Cancer (en particulier lymphome de Hodgkin, lymphomes non hodgkiniens)

  • Splénectomie

  • Affections myéloprolifératives et désordres hématologiques (p. ex., polyglobulie primitive, leucémie myéloïde chronique, anémie sidéroblastique, anémie réfractaire avec [5q-])

Il existe également des hyperplaquettoses familiales, certaines étant dues à des mutations du gène de la thrombopoïétine et de son récepteur. Dans le cas d'une thrombocytose qui n'est pas secondaire à une autre pathologie, Thrombocytémie essentielle.

Les fonctions plaquettaires sont habituellement normales. Contrairement à la thrombocytémie essentielle, les thrombocytoses secondaires n'augmentent pas le risque de complications thrombotiques ou hémorragiques, sauf en cas de maladie artérielle grave ou d'immobilisation prolongée. Dans les thrombocytoses secondaires, le taux de plaquettes est habituellement < 1 000 000/μL; l'anamnèse, l'examen clinique, les signes radiologiques ou biologiques permettent facilement d'en établir l'étiologie (parfois à l'aide de tests de confirmation). Une NFS et un examen du frottis sanguin permettent de dépister un déficit en fer ou une hémolyse. Si aucune cause de thrombocytémie secondaire n'est évidente, un syndrome myéloprolifératif doit être recherché. Une telle évaluation peut comprendre des tests cytogénétiques, dont la recherche d'un chromosome Philadelphie positif ou un test de rechercher de BCR-ABL, et éventuellement un examen de la moelle osseuse, en particulier en cas d'anémie, de macrocytose, de leucopénie et/ou d'hépato-splénomégalie.

Grâce au traitement du trouble sous-jacent, le nombre de plaquettes revient généralement à la normale.