Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Rééducation d'autres troubles

Par Alex Moroz, MD, Associate Professor of Rehabilitation Medicine, Vice Chair of Education, and Residency Program Director, New York University School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Arthrites

Les patients qui présentent une arthrite peuvent tirer profit d'activités et d'exercices visant à augmenter l'amplitude des mouvements des articulations et la force ainsi que de stratégies de protection des articulations. Par exemple, on peut conseiller de

  • Faire glisser une casserole d'eau bouillante contenant des pâtes plutôt que de la porter de la cuisinière de l'évier (pour éviter la douleur et la fatigue excessive des articulations)

  • Entrer et sortir de la baignoire sans risque

  • À se procurer un siège de toilette surélevé, et/ou un banc de baignoire (pour réduire la douleur et l'effort sur les articulations des membres inférieurs)

  • À envelopper de mousse, de tissu ou d'un ruban adhésif le manche des objets (p. ex., couteaux, casseroles et poêles) pour réduire la contrainte de la préhension

  • À utiliser des outils avec des poignées plus grandes et ergonomiques

Cet enseignement peut être prodigué en ambulatoire, à la maison par un service de soins à domicile ou dans un cabinet privé.

Cécité

On apprend aux patients à mieux utiliser les autres sens, à développer des capacités spécifiques et à utiliser les dispositifs pour aveugles (p. ex., braille, canne, appareil de lecture). La rééducation vise à aider les patients à fonctionner à leur maximum et à devenir indépendant, pour rétablir une sensation psychologique de sécurité, et pour aider les patients à s'adapter et à influer sur les attitudes des autres. Le traitement varie selon la manière dont la vision a été perdue (brutalement ou lentement et progressivement), l'importance de la perte visuelle, les besoins fonctionnels du patient et les déficits associés. Les patients présentant une neuropathie périphérique et une diminution de la sensation tactile des doigts peuvent, p. ex., avoir des difficultés à lire le braille. De nombreux aveugles ont besoin d'un soutien psychologique (habituellement un traitement cognitivocomportemental) qui les aide à mieux gérer leur état.

Pour la marche, la thérapie peut impliquer d’apprendre à utiliser une canne; les cannes utilisées par les aveugles sont habituellement blanches, plus longues et plus fines que les cannes ordinaires. Les sujets sur fauteuil roulant apprennent à se servir d'un seul bras pour manœuvrer le fauteuil et de l'autre pour utiliser une canne. Les sujets qui préfèrent avoir un chien dressé plutôt qu'une canne, apprennent à s'en occuper. Lorsqu'il marche avec une personne voyante, un aveugle peut se tenir au coude de celle-ci, plutôt que d'utiliser une aide à la marche. Le voyant ne doit pas guider l'aveugle par la main car certains aveugles ressentent cela comme un signe de domination.

BPCO

Les patients qui présentent une BPCO peuvent tirer un bénéfice d'exercices visant à augmenter l'endurance et de stratégies de simplification des activités et ainsi économiser l'énergie. Les activités et exercices qui encouragent l'utilisation des membres supérieurs et inférieurs sont utilisés pour augmenter la capacité aérobie des muscles, ce qui diminue les besoins globaux en oxygène et facilite la respiration. Superviser les patients alors qu'ils se livrent à des activités contribue à les motiver et les fait se sentir plus en sécurité. Cet enseignement peut avoir lieu dans les établissements médicaux ou au domicile du patient.

Traumatisme crânien

Les termes de traumatisme crânien sont souvent interchangeables avec ceux de lésion cérébrale traumatique ( Lésion cérébrale traumatique). Les anomalies sont variables et peuvent comprendre une faiblesse musculaire, une spasticité, une incoordination et une ataxie; un dysfonctionnement cognitif (p. ex., perte de mémoire, perte des capacités de résolution de problèmes, troubles du langage et visuels) est fréquent.

Une intervention précoce des spécialistes en rééducation est indispensable pour une récupération fonctionnelle maximale ( Lésion cérébrale traumatique : Rééducation). Cette intervention comprend la prévention des lésions secondaires (p. ex., escarres de décubitus, rétractions articulaires), la prévention de la pneumonie et l'information de la famille. Dès que possible, les spécialistes en rééducation doivent évaluer les patients pour établir un bilan clinique de référence. Plus tard, avant de commencer la rééducation, les patients doivent être réévalués; ces résultats sont comparés avec les résultats de référence pour permettre de déterminer les priorités du traitement. Les patients atteints de dysfonctionnement cognitif sévère demandent une thérapie cognitive intensive, qui est souvent commencée immédiatement après le traumatisme et poursuivie pendant des mois ou des années.

Lésion de la moelle épinière

La rééducation spécifique varie en fonction des anomalies de l'examen clinique, qui dépendent du niveau et de l'étendue (partielle ou complète) de la lésion ( Traumatisme spinal, en particulier Effets de lésions de la moelle épinière en fonction de la localisation). La trans-section complète provoque une paralysie flasque; une trans-section partielle entraîne une paralysie spastique des muscles innervés par le segment affecté. La capacité fonctionnelle du patient dépend du niveau de la lésion ( Revue générale des affections de la moelle épinière : Symptomatologie) et du développement de complications (p. ex., rétractions articulaires, escarres, pneumonie).

La région affectée doit être immobilisée, de manière chirurgicale ou non, dès que possible et pendant toute la phase aiguë. Pendant la phase aiguë, les soins journaliers usuels doivent comprendre des mesures de prévention des rétractions, des escarres de décubitus et de la pneumonie; toutes les mesures nécessaires pour prévenir d'autres complications (p. ex., hypotension orthostatique, atélectasie, thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire) doivent également être prises. Placer les patients sur une table basculante et augmenter progressivement l'angle vers la position debout permet de rétablir l'équilibre hémodynamique. Des bas de contention, un bandage élastique ou un fixateur abdominal peuvent prévenir l'hypotension orthostatique.