Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Ronflement

Par Karl Doghramji, MD, Jefferson Sleep Disorders Center, Thomas Jefferson University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le ronflement est un bruit rauque produit dans le nasopharynx pendant le sommeil. Il est assez fréquent, et survient chez environ 57% des hommes et 40% des femmes; la prévalence augmente avec l'âge. Cependant, la perception et la réponse d'un partenaire de lit au ronflement étant très subjective et le ronflement variant d'une nuit à l'autre, les estimations de prévalence varient largement.

Le son va d'un bruit à peine audible à un bruit très gênant et assez fort pour être entendu dans une autre pièce. Le ronflement est perturbant généralement pour les autres (typiquement un partenaire de lit ou un colocataire qui essaye de dormir) plutôt que le ronfleur lui-même; rarement, le ronfleur se réveille du fait du bruit de son propre ronflement.

Le ronflement peut avoir des conséquences sociales importantes. Il peut provoquer des conflits entre les conjoints ou les colocataires; rarement, les ronfleurs ont été agressés et même assassinés à cause de leur ronflement.

D'autres symptômes tels que des réveils fréquents, des étouffement pendant le sommeil, une somnolence diurne excessive, et des céphalées matinales peuvent également être présents, selon la gravité, la cause et les conséquences du ronflement.

Physiopathologie

Le ronflement est le résultat d'une vibration des tissus mous du nasopharynx induite par les flux aériens, en particulier le palais mou. Comme dans toute structure physique flottante (p. ex., un drapeau), un flottement du nasopharynx se développe en fonction de facteurs interdépendants, y compris la masse, la raideur et les liens de l'élément flottant et la vitesse et la direction du flux d'air. Le fait que les sujets ne ronflent pas éveillés suggère que la relaxation musculaire induite par le sommeil est, au moins en partie en cause car le tonus musculaire est la seule composante qui peut se modifier pendant le sommeil; la masse de tissu et les liasons tissulaires ne changent pas. En outre, si les dilatateurs du pharynx ne peuvent pas garder les voies respiratoires ouvertes en réponse à une pression intraluminale négative induite par l'inspiration, les voies respiratoires supérieures rétrécissent, augmentant la vitesse de circulation de l'air locale (pour un volume inspiratoire donné). Cette vitesse d'écoulement accrue favorise le flutter directement et diminue la pression intraluminale, aggravant encore la fermeture des voies respiratoires et favorisant ainsi le flutter et le ronflement.

Le ronflement est plus susceptible de se produire dans les voies respiratoires qui ont des anomalies structurelles, dont

  • Micrognathie ou rétrognathie

  • Déviation du septum nasal

  • Une rhinite qui provoque un gonflement des tissus

  • Obésité

Étiologie

Ronflement primaire

Le ronflement primaire est un ronflement qui n'est pas accompagné d'éveil ou de réveils excessifs, de limitation de la circulation de l'air, de désaturation en oxygène, ou d'arythmie pendant le sommeil et qui se produit chez les sujets qui n'ont pas de somnolence diurne excessive. Les éveils sont de brèves transitions vers un sommeil plus léger ou des réveils qui durent < 15 s et qui passent souvent inaperçus.

Troubles respiratoires du sommeil

Le ronflement est parfois une manifestation d'une respiration désorganisée du sommeil, avec un spectre qui va d'un syndrome de résistance des voies respiratoires supérieures obstructive à une apnée du sommeil (apnée obstructive du sommeil, Apnée obstructive du sommeil). La pathophysiologie obstructive des voies respiratoires de chaque sujet est similaire, mais diffère en degré et au niveau des conséquences cliniques de l'obstruction des voies respiratoires. Les conséquences cliniques impliquent principalement des troubles du sommeil et/ou des flux aériens.

Les patients qui ont une apnée obstructive du sommeil ont ≥ 5 épisodes d'apnée ou d'hypopnée par heure pendant le sommeil (indice d'apnée-hypopnée) plus ≥ 1 de ce qui suit:

  • Somnolence diurne, épisodes de sommeil involontaires, sommeil non réparateur, fatigue, ou insomnie

  • Réveils avec impossibilité à reprendre son souffle, halètement ou étouffement

  • Rapports par un partenaire de ronflements bruyants et/ou d'interruptions de la respiration durant le sommeil du patient

Les apnées obstructives du sommeil peuvent être classées par ordre de gravité: légère (5 à 15 épisodes/h), modérée (16 à 30 épisodes/h) ou sévère (> 30 épisodes/h).

Le syndrome de résistance des voies respiratoires supérieures provoque une somnolence diurne excessive ou d'autres manifestations, mais ne répond pas aux critères complets de l'apnée obstructive du sommeil.

Complications

Bien qu'en lui-même le ronflement n'ait pas d'effets physiologiques nocifs connus, l'apnée obstructive du sommeil peut avoir des conséquences (p. ex., hypertension, accidents vasculaires cérébraux, troubles cardiaques, diabète).

Facteurs de risque

Les facteurs de risque de ronflement comprennent

  • Grand âge

  • Obésité

  • Consommation d'alcool ou d'autres sédatifs

  • Congestion ou obstruction nasale chronique

  • Une mâchoire petite ou déplacée en arrière

  • Sexe masculin

  • Statut de femmes ménopausées

  • Race noire

  • Grossesse

  • Structures anormales qui peuvent bloquer le flux aérien (p. ex., de grosses amygdales, une cloison nasale déviée, des polypes nasaux)

Il peut également y avoir des risques familiaux

Bilan

L'objectif principal est d'identifier les ronfleurs qui sont à risque élevé d'apnée obstructive du sommeil. Beaucoup de ronfleurs n'ont pas d'apnée obstructive du sommeil, mais la plupart des patients atteints d'apnée obstructive du sommeil ronflent (la proportion précise est inconnue).

Étant donné que plusieurs manifestations importantes de l'apnée obstructive du sommeil sont remarquées principalement par d'autres personnes, les partenaires ou les colocataires doivent également être interrogés lorsque cela est possible.

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit couvrir la gravité du ronflement, notamment sa fréquence, sa durée et son intensité. En outre, combien le ronflement affecte le partenaire de lit est à noter. Une échelle de gravité de ronflement peut être utilisée.

La revue des systèmes doit rechercher des symptômes évoquant une apnée obstructive du sommeil, comme la présence de troubles du sommeil tels qu'indiqués par

  • Nombre de réveils

  • A vécu des épisodes apnéiques/d'étouffement

  • Sommeil non réparateur ou céphalées le matin

  • Somnolence diurne excessive

L'échelle de somnolence d'Epworth ( Échelle de somnolence d'Epworth) peut être utilisée pour quantifier une somnolence diurne excessive. Le score STOP-BANG ( Score STOP-BANG de risque de l'apnée obstructive du sommeil) est un outil utile pour prédire le risque d'apnée obstructive du sommeil en cas de ronflements.

Score STOP-BANG de risque de l'apnée obstructive du sommeil

Élément évalué

Signe

SNoring (Ronflement)

Ronflements bruyants (plus fort que le fait de parler ou assez fort pour être entendus à travers une porte fermée)

Tired

Souvent, fatigue ou somnolence pendant la journée

Observed (observé)

Observé arrêter de respirer pendant le sommeil

PA

PA élevée ou traitement actuel de l'hypertension

IMC

> 35 kg/m2

Âge

> 50 ans

Circonférence du cou

> 40 cm

genre

Homme

≥ 3 signes = risque élevé d'apnée obstructive du sommeil.

< 3 signes = faible risque d'apnée obstructive du sommeil.

IMC: indice de masse corporelle.

La recherche des antécédents médicaux doit porter sur la présence de troubles qui peuvent être associés à l'apnée obstructive du sommeil, notamment l'hypertension, l'ischémie coronarienne, insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral, le reflux gastro-œsophagien-maladie, la fibrillation auriculaire, la dépression, l'obésité (particulièrement l'obésité morbide), et le diabète. Les patients sont invités à signaler la quantité d'alcool qu'ils consomment et le moment auquel ils consomment par rapport à l'heure du coucher. L'anamnèse médicamenteuse peut identifier les médicaments sédatifs ou myorelaxants.

Examen clinique

L'examen clinique doit débuter avec la mesure de la taille et du poids, avec le calcul de l'index de masse corporelle (IMC).

Le reste de l'examen est d'un usage limité et se concentre sur l'inspection du nez et de la bouche à la recherche d'une obstruction. Les signes comprennent

  • Polypes nasaux et cornets engorgés

  • Palais mou haut et ogival

  • Augmentation de volume de la langue, des amygdales ou de la luette

  • Mandibule petite ou déplacée en arrière

Un score de Mallampati de 3 ou 4 (seule la base ou rien de la luette n'est visible à l'inspection-orale Score de Mallampati.) suggère un risque accru d'apnée obstructive du sommeil.

Score de Mallampati.

Le score de Mallampati modifié est le suivant:

  • Classe 1: amygdales, luette et voile du palais sont entièrement visibles.

  • Classe 2: palais dur et doux, partie supérieure des amygdales, et luette sont visibles.

  • Classe 3: palais mou et dur et base de la luette sont visibles.

  • Classe 4: seul le palais dur est visible.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Témoignage d'apnée ou d'étouffement pendant le sommeil

  • Maux de tête matinaux

  • Échelle de somnolence d'Epworth ≥ 10

  • IMC ≥ 35

  • Très fort, ronflement constant

Interprétation des signes

Le bilan clinique n'est pas totalement fiable pour poser le diagnostic d'apnée obstructive du sommeil, mais il peut être évocateur Les signes d'alarme, correspondent clairement à une apnée obstructive du sommeil. Cependant, tous ces signes forment un continuum, et il n'y a pas d'accord général sur les points de rupture et la pondération relative. Néanmoins, plus il y a de signes d'alarme, plus ils sont graves, plus la probabilité de l'apnée obstructive du sommeil est élevée.

Examens complémentaires

Les tests sont effectués lorsque le diagnostic d'apnée obstructive du sommeil est suspecté; il consiste en une polysomnographie (PSG, Examens complémentaires). Cependant, le ronflement étant très fréquent, la polysomnographie ne doit être effectuée que lorsque la suspicion clinique de l'apnée obstructive du sommeil est suffisante. Une approche raisonnable consiste à pratiquer chez les patients qui ont des signes d'alarme (en particulier une apnée qui a pu être observée), ainsi que chez ceux qui ont plusieurs signes d'alarme qui ne répondent pas tout à fait aux scores listés.

Les sujets ne présentant aucun symptôme ou des signes de troubles du sommeil autre que le ronflement ne doivent pas être testés, mais doivent être suivis cliniquement pour le développement de ces manifestations.

Traitement

Le traitement du ronflement associé à d'autres pathologies, telles que l'obstruction nasale chronique et l'apnée obstructive du sommeil ( Apnée obstructive du sommeil : Traitement de l'apnée obstructive du sommeil), est traité ailleurs dans Le Manuel.

Globalement, le traitement comprend des mesures générales de gestion des facteurs de risque ainsi que des méthodes physiques pour ouvrir les voies respiratoires et/ou rigidifier les structures impliquées.

Mesures générales

Plusieurs mesures générales peuvent être utilisées dans le ronflement primaire. Leur efficacité n'a pas été bien évaluée, principalement parce que la perception du ronflement est très subjective; cependant, certains patients peuvent en obtenir un bénéfice. Les mesures comprennent

  • Éviter l'alcool et les sédatifs pendant plusieurs heures avant le coucher

  • Dormir la tête surélevée (au mieux en utilisant des dispositifs tels que des cales ou des dispositifs de positionnement corporel)

  • Perdre du poids

  • Utiliser des bouchons d'oreilles

  • Mettre en œuvre des alterbatives de couchage (p. ex., dans des pièces séparées)

  • Traiter toute congestion nasale (p. ex., avec un spray décongestionnant et/ou corticostéroïdien ou par des bandes élastiques qui maintiennent les narines ouvertes)

Appareillages oraux

Les dispositifs oraux sont portés uniquement pendant le sommeil; ils comprennent des dispositifs d'avancement mandibulaire et des dispositifs de retenue de la langue. Ces appareils doivent être adaptés par des dentistes spécialement formés. Ils sont utiles en cas d'apnée obstructive du sommeil légère à modérée et sont généralement considérés comme très efficaces dans le ronflement simple, bien que les études dans ce domaine soient rares.

Les effets indésirables comprennent un inconfort de l'articulation temporo-mandibulaire, un désalignement dentaire, et une salivation excessive, mais la plupart des patients tolèrent bien ces dispositifs.

Des dispositifs d'avancement de la mandibule sont le plus souvent utilisés. Ces dispositifs poussent la mandibule et la langue en avant par rapport au maxillaire et réduisent ainsi l'effondrement des voies respiratoires pendant le sommeil. Ces dispositifs peuvent être fixes ou réglables; dans le cas des dispositifs réglables, l'avancement de la mandibule peut être réglé progressivement après la mise en place initiale pour optimiser les résultats. Les dispositifs réglables sont plus efficaces que les appareils fixes.

Les dispositifs de retenue de la langue utilisent la succion pour maintenir la langue dans une position antérieure. Les dispositifs de retenue de la langue sont plus gênants et sans doute moins efficaces que les dispositifs d'avancement mandibulaire.

Ventilation spontanée avec pression expiratoire positive

Les dispositifs de ventilation spontanée avec pression expiratoire maintiennent une pression positive constante dans les voies respiratoires supérieures par un petit masque appliqué sur le nez ou sur la bouche et le nez ( Apnée obstructive du sommeil : Ventilation spontanée avec pression expiratoire positive). En éliminant la nécessité d'une pression négative pendant l'inspiration, la ventilation spontanée avec pression expiratoire positive empêche le rétrécissement ou l'effondrement des voies respiratoires à ce moment-là. Elle soulage ainsi de façon très efficace l'apnée obstructive du sommeil et le ronflement primaire. Cependant, son utilisation dans le ronflement primaire est limitée parce que le remboursement dans cette indication fait défaut et parce que les patients ne sont pas suffisamment motivés. Bien que les patients soient souvent prêts à utiliser un dispositif de pression positive continue nocturne pour éviter les symptômes importants et les conséquences à long terme de l'apnée obstructive du sommeil, ils sont moins enclins à utiliser le dispositif dans le ronflement primaire, dont les conséquences sont surtout d'ordre social.

Chirurgie

La réduction de la perméabilité nasale réduite favorise le ronflement, corriger chirurgicalement certaines causes spécifiques d'obstruction des voies respiratoires (p. ex., polypes nasaux, amygdales hypertrophiées, déviation de la cloison) semble être un moyen raisonnable de diminuer le ronflement. Cependant, les études n'ont pas encore étayé cette théorie.

Diverses procédures chirurgicales pharyngées qui modifient la structure de la bouche et parfois la luette ont été développées dans l'apnée obstructive du sommeil. Certaines sont également utiles dans le ronflement non apnéique.

L'uvulopalatopharyngoplastie peut être très efficace pour le ronflement, bien que les effets puissent ne pas durer au-delà de quelques années. Il s'agit d'une procédure hospitalière nécessitant une anesthésie générale; ainsi, son utilité dans le ronflement isolé est limitée.

Par conséquent, un certain nombre de procédures de consultation externe pouvant être effectuées avec un anesthésique local ont été développées:

  • L'uvuloplastie assistée par laser est moins invasive que uvulopalatopharyngoplastie. Bien que certains patients signalent un bénéfice, son utilité dans le traitement des ronflements n'a pas été prouvée.

  • Dans la ronchoplastie d'injection, un agent de sclérothérapie est injecté dans la sous-muqueuse du palais mou pour le rigidifier ainsi que la luette. Son utilité dans le ronflement isolé nécessite une étude plus approfondie.

  • Dans le cas de l'ablation par radiofréquence, une sonde est utilisée pour introduire l'énergie thermique dans le palais mou. Des études ont montré son utilité dans le ronflement, mais des études supplémentaires sont nécessaires.

  • Les implants palatins, en polyéthylène, peuvent être placés dans le voile du palais pour le rigidifier. Trois petits implants sont utilisés. Leur utilité dans le ronflement isolé n'a pas été prouvée.

Points clés

  • Seuls certains ronfleurs ont une apnée obstructive du sommeil, mais la plupart des patients qui ont une apnée obstructive du sommeil ronflent.

  • Les facteurs de risque cliniques tels que des épisodes apnéïques ou d'étouffement nocturnes, une somnolence diurne, et un IMC élevé facilitent l'identification des patients à risque d'apnée obstructive du sommeil et donc chez qui une polysomnographie est indiquée.

  • Recommander des mesures générales pour réduire le ronflement (p. ex., éviter l'alcool et les sédatifs, dormir avec la tête surélevée, perdre du poids).

  • Envisager des mesures spécifiques telles que des dispositifs d'avancement mandibulaire, la uvulopalatopharyngoplastie, des procédures de modification du palais et une CPAP pour traiter le ronflement dû à l'apnée obstructive du sommeil.

Ressources dans cet article