Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Vaccin contre la varicelle

Par

Margot L. Savoy

, MD, MPH, Lewis Katz School of Medicine at Temple University

Dernière révision totale oct. 2020| Dernière modification du contenu oct. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle

Le vaccin contre la varicelle protège contre cette maladie, une infection très contagieuse due au virus varicelle-zona. Ce virus est responsable d’une éruption cutanée prurigineuse (démangeaisons) sous forme de petites cloques avec une base rouge. Parfois, le cerveau, les poumons, et le cœur peuvent être infectés, provoquant une maladie grave ou le décès. Le virus reste dans l’organisme après la disparition de la maladie. S’il est réactivé, il peut être responsable d’un zona des années plus tard.

Le vaccin contre la varicelle contient le virus de la varicelle vivant, atténué. Il existe deux formulations :

  • Vaccin contre la varicelle à dose standard

  • Vaccin combiné rougeole-oreillons-rubéole-varicelle (RORV)

Pour plus d’informations, référez-vous au Bulletin d’information sur le vaccin contre la varicelle des CDC (Centers for Disease Control and Prevention [Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies]).

Administration

La vaccination contre la varicelle fait partie du calendrier de vaccination de routine recommandé pour les enfants. Le vaccin est administré par une injection sous la peau. Deux doses sont administrées : entre 12 et 15 mois puis entre 4 et 6 ans. Il est également recommandé pour tous les adolescents et les adultes qui n’ont pas été vaccinés ou qui n’ont pas eu la varicelle. Chez ces derniers, deux doses sont administrées à 4 à 8 semaines d’intervalle.

Certaines affections peuvent avoir une incidence sur la vaccination et la période de vaccination (voir également CDC : Qui NE DOIT PAS recevoir ces vaccins ?). Si les personnes sont temporairement malades, les médecins attendent en général que la maladie ait disparu avant d’administrer le vaccin.

Comme il contient des virus vivants, il n’est pas administré aux femmes enceintes, aux sujets dont le système immunitaire est affaibli (immunodéprimés) ou aux personnes qui souffrent d’une tumeur de la moelle osseuse ou du système lymphatique.

Effets secondaires

Le vaccin contre la varicelle est très sûr et les effets secondaires courants sont légers. Ils incluent douleur, gonflement et rougeur au site d’injection, ainsi que fièvre et douleur et raideur articulaires temporaires.

Très occasionnellement, une éruption cutanée de type varicelle peut se développer. Les personnes qui développent cette éruption cutanée après le vaccin doivent scrupuleusement éviter tout contact avec les personnes dont le système immunitaire est affaibli jusqu’à ce que l’éruption cutanée ait disparu.

La prise d’aspirine et de médicaments apparentés (salicylés) après cette vaccination peut provoquer un trouble rare mais grave appelé syndrome de Reye chez les enfants de moins de 16 ans. Par conséquent, ces enfants ne doivent pas être traités par ce type de médicament au cours des 6 semaines suivant la vaccination.

Informations supplémentaires

Il s’agit de ressources en anglais qui peuvent être utiles. Veuillez noter que LE MANUEL n’est pas responsable du contenu de ces ressources.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
HAUT DE LA PAGE