Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Présentation des infections à clostridium

Par

Larry M. Bush

, MD, FACP, Charles E. Schmidt College of Medicine, Florida Atlantic University

Dernière révision totale déc. 2019| Dernière modification du contenu déc. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Les clostridies sont des bactéries qui résident normalement dans l’intestin des nouveau-nés et adultes en bonne santé. On peut trouver également des clostridies chez les animaux, dans la terre et dans la végétation en décomposition. Ces bactéries n’ont pas besoin d’oxygène pour vivre. Il s’agit d’une bactérie anaérobie.

Il existe de nombreuses espèces de clostridies.

L’infection à Clostridium la plus fréquente est la gastro-entérite (intoxication alimentaire à Clostridium perfringens), une infection habituellement peu grave qui disparaît généralement spontanément. Les infections à Clostridium graves sont relativement rares, mais elles peuvent être mortelles.

Les maladies provoquées par les clostridies sont dues à différentes causes :

  • Les bactéries Clostridium botulinum peuvent produire une toxine dans l’alimentation, qui est alors ingérée : c’est ce qui se passe au cours du botulisme d’origine alimentaire.

  • Les bactéries peuvent être ingérées avec les aliments, puis se multiplier et produire une toxine dans l’intestin, comme c’est le cas dans l’intoxication alimentaire à Clostridium perfringens.

  • Les spores de clostridies (forme inactive ou dormante de la bactérie) peuvent pénétrer dans l’organisme par une plaie et devenir des bactéries actives produisant une toxine, comme c’est le cas dans le tétanos. Les spores permettent aux bactéries de survivre lorsque les conditions environnementales sont difficiles. Lorsque les conditions sont favorables, chaque spore germe en une bactérie active.

  • L’utilisation d’antibiotiques peut favoriser la surcroissance des clostridies, peut-être déjà présentes dans le côlon, et leur permettre de produire deux toxines, comme c’est le cas dans la colite à Clostridioides difficile (auparavant à Clostridium) associée à la prise d’antibiotiques.

  • Les clostridies peuvent pénétrer par une plaie, se multiplier et produire une toxine qui détruit les tissus, comme c’est le cas dans la gangrène gazeuse.

Les clostridies peuvent infecter la vésicule biliaire, le côlon et les organes génitaux féminins. Si des clostridies infectent le côlon de personnes qui ont une faible numération de globules blancs (comme celles qui souffrent de leucémie ou qui sont traitées par chimiothérapie), elles peuvent provoquer une maladie potentiellement mortelle appelée entérocolite neutropénique.

Rarement, une espèce spécifique, Clostridium sordellii, peut être responsable d’un syndrome de choc toxique chez les femmes atteintes d’une infection des organes génitaux. Ces infections peuvent survenir après une fausse couche, un avortement, un accouchement ou, parfois, une intervention gynécologique.

Intoxication alimentaire à Clostridium perfringens

L’intoxication alimentaire à Clostridium perfringens (type de gastro-entérite) peut se développer quand on consomme un aliment (généralement du bœuf) qui contient des clostridies. Les clostridies se développent à partir de spores, qui peuvent résister à la cuisson des aliments. Si l’aliment qui contient des spores n’est pas consommé immédiatement après la cuisson, les spores se transforment en bactéries clostridiales actives qui prolifèrent dans l’aliment. Si l’aliment est servi sans avoir été suffisamment recuit, les clostridies sont alors ingérées. Elles se multiplient au niveau de l’intestin grêle et produisent une toxine responsable de diarrhées liquides et de crampes abdominales.

L’intoxication alimentaire à Clostridium perfringens est en général bénigne et disparaît dans les 24 heures. Toutefois, dans de rares cas, elle peut être sévère, en particulier chez les très jeunes enfants et les personnes âgées.

La suspicion d’intoxication alimentaire par Clostridium perfringens naît souvent de l’existence connue d’une épidémie locale. Le diagnostic est confirmé en examinant les aliments contaminés ou les échantillons de selles du patient à la recherche de Clostridium perfringens et de sa toxine.

Afin de prévenir toute intoxication alimentaire, les restes de viande cuite doivent être rapidement réfrigérés et soigneusement réchauffés avant de les consommer.

Le traitement de l’intoxication alimentaire à Clostridium perfringens consiste à boire beaucoup de liquides et à se reposer. Les antibiotiques ne sont pas utilisés.

Infections abdominales et pelviennes à Clostridium

Les clostridies, généralement Clostridium perfringens, sont souvent impliquées dans les infections abdominales, généralement avec d’autres bactéries (ce que l’on appelle infections anaérobies mixtes).

Les infections à Clostridium peuvent se développer lorsque l’intestin est déchiré. Les clostridies peuvent également infecter la vésicule biliaire et les organes pelviens, tels que l’utérus, les trompes de Fallope et les ovaires. Les clostridies infectent généralement l’utérus après un accouchement ou après un avortement réalisé dans des conditions non stériles.

Les infections à Clostridium de l’abdomen et du pelvis sont graves et parfois mortelles. Les clostridies produisent de grandes quantités de gaz, qui peuvent former des vésicules et des bulles dans le tissu infecté. Souvent, l’infection obstrue de petits vaisseaux sanguins, et le tissu infecté meurt, entraînant une gangrène gazeuse.

Les symptômes comprennent douleur et fièvre. L’abdomen est sensible au toucher. En cas d’infection utérine, la femme peut présenter un écoulement vaginal sanguinolent et malodorant.

Pour diagnostiquer les infections abdominales et pelviennes à Clostridium, les médecins prélèvent des échantillons de sang ou de tissu infecté. Ces échantillons sont examinés et envoyés à un laboratoire où la bactérie, si elle est présente, pourra être mise en culture et être identifiée. Les médecins peuvent prendre des radiographies à la recherche de gaz produit par les clostridies.

Le traitement des infections abdominales et pelviennes à Clostridium implique une chirurgie pour retirer le tissu infecté et nécrosé (ce que l’on appelle débridement). Des antibiotiques, tels que la pénicilline, sont administrés pendant au moins 1 semaine. Parfois, si un organe (comme l’utérus) est gravement infecté, il est retiré. Ce traitement peut sauver la vie.

Entérite nécrosante à clostridium

L’entérite nécrosante à clostridium est également appelée entérite nécrosante ou pigbel. Cette infection est provoquée par Clostridium perfringens et touche généralement l’intestin grêle (principalement le jéjunum). L’infection peut varier de bénigne à sévère, et elle peut être mortelle si elle n’est pas traitée rapidement. Cette infection rare survient principalement dans les régions où les personnes ont des régimes alimentaires pauvres en protéines, comme dans l’arrière-pays de la Nouvelle-Guinée et dans certaines régions d’Afrique, d’Amérique centrale et du Sud, et d’Asie.

Le diagnostic d’entérite nécrosante à clostridium s’appuie sur les analyses des selles.

Le traitement de l’entérite nécrosante à clostridium se compose d’antibiotiques. Les personnes atteintes d’une infection très sévère peuvent nécessiter une intervention chirurgicale.

L’entérocolite neutropénique (typhlite) est un syndrome potentiellement mortel similaire qui se développe au début du gros intestin (cæcum) chez les personnes qui ont un nombre de globules blancs faible (par exemple, les personnes atteintes de leucémie ou sous chimiothérapie pour un cancer).

L’entérocolite nécrosante néonatale survient principalement chez les nouveau-nés prématurés qui pèsent moins de 1,5 kg. Elle peut être provoquée par des clostridies.

Clostridies dans le sang

Les clostridies peuvent aussi coloniser le sang (provoquant une bactériémie). Une bactériémie généralisée (septicémie) peut être responsable de fièvre et de graves symptômes comme une hypotension, un ictère (jaunisse) et une anémie. Une septicémie peut apparaître rapidement après une infection par une clostridie et être rapidement mortelle.

Pour diagnostiquer une septicémie causée par des clostridies, le médecin prélève des échantillons de sang. Ces échantillons sont envoyés à un laboratoire où la bactérie, si elle est présente, pourra être mise en culture et identifiée.

Les personnes présentant une septicémie sont admises à l’hôpital et reçoivent des antibiotiques. (Voir aussi Traitement de la septicémie.)

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Médicaments antiviraux
Vidéo
Médicaments antiviraux
Les virus sont des agents infectieux qui pénètrent et se répliquent dans des cellules saines...
Modèles 3D
Tout afficher
Virus COVID-19
Modèle 3D
Virus COVID-19

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE