Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Microsporidiose

Par

Richard D. Pearson

, MD, University of Virginia School of Medicine

Dernière révision totale mai 2019| Dernière modification du contenu mai 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

La microsporidiose est une infection due à des microsporidies, qui sont des champignons parasitaires. Les symptômes dépendent des organes infectés, mais l’infection provoque généralement une diarrhée, d’autres troubles intestinaux, ou des symptômes oculaires.

  • Des symptômes apparaissent principalement chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli, comme celles atteintes du SIDA.

  • Les symptômes varient, mais comprennent une diarrhée chronique, des douleurs abdominales, une fièvre, une perte de poids, et une inflammation oculaire.

  • Le diagnostic de l’infection repose sur l’identification des microsporidies dans un échantillon du tissu infecté ou de selles, d’urine ou d’autres liquides corporels.

  • Les médicaments peuvent contrôler l’infection mais pas l’éliminer.

Les microsporidies étaient auparavant classées comme protozoaires, mais elles sont à présent considérées comme des champignons. Ces champignons parasitaires formant des spores vivent dans des cellules infectées.

Les microsporidies peuvent infecter l’intestin, le foie, la vésicule biliaire, les canaux biliaires (tubes qui relient le foie et la vésicule biliaire à l’intestin grêle), la cornée, les sinus, les muscles, les voies respiratoires, les voies urinaires, et parfois, le cerveau. L’infection peut diffuser dans tout le corps.

Différentes espèces de Microsporidia sont responsables d’infections chez l’homme, mais les symptômes apparaissent principalement chez les patients atteints du SIDA ou d’autres déficits du système immunitaire. Les personnes dont le système immunitaire est sain peuvent développer des symptômes oculaires si les microsporidies infectent la cornée.

Les microsporidies se propagent par l’intermédiaire des spores, qui peuvent :

  • Être ingérées

  • Être inhalées

  • Pénétrer dans les tissus autour de l’œil

  • Se transmettre d’une personne à une autre

  • Se transmettre par contact avec un animal infecté

Dans l’organisme, les spores de microsporidie pénètrent dans les cellules, où elles se développent, se multiplient et forment davantage de spores. Les cellules infectées finissent par se rompre, libérant ainsi les spores. Ces spores peuvent alors se propager dans tout l’organisme, provoquant une inflammation, ou être excrétées dans l’environnement par l’intermédiaire de la respiration, des selles ou des urines.

Symptômes

Les symptômes de la microsporidiose varient en fonction de

  • L’espèce responsable de l’infection

  • Les organes affectés

  • L’état de fonctionnement du système immunitaire

Les personnes avec un système immunitaire normal n’ont aucun symptôme, mais chez les personnes atteintes du SIDA ou d’autres affections affaiblissant le système immunitaire, la microsporidiose peut être responsable d’une diarrhée chronique et de diverses infections (comme une hépatite et une sinusite). Si la microsporidiose affecte l’intestin, les personnes n’absorbent parfois pas suffisamment de nutriments provenant des aliments (malabsorption), ce qui entraîne une perte de poids.

Parmi les autres symptômes de la microsporidiose, il peut y avoir des douleurs abdominales, un ictère (jaunisse), une fièvre, une toux persistante, une douleur sur le côté (flanc), des douleurs musculaires, des céphalées et une inflammation oculaire avec une rougeur. La vision peut devenir floue. Si l’infection oculaire est sévère, elle peut entraîner une cécité.

Diagnostic

  • Examen d’un échantillon de tissu affecté, de selles, d’urine ou d’autres liquides corporels

Pour diagnostiquer la microsporidiose, les médecins examinent au microscope un échantillon du tissu affecté (prélevé par biopsie) ou d’un liquide corporel, généralement à l’aide de techniques spéciales permettant de mieux visualiser les microsporidies. Par exemple, des échantillons de selles, d’urine, de sang, d’expectorations, de liquide céphalorachidien (prélevés par ponction lombaire) ou de cornée (prélevés par frottis) peuvent être analysés.

Des tests peuvent également être réalisés pour identifier le matériel génétique (ADN) du parasite dans l’échantillon.

Traitement

  • Albendazole ou fumagilline

  • Chez les patients atteints du SIDA, également médicaments antirétroviraux

  • Pour l’infection oculaire, albendazole (par voie orale) et fumagilline (sous forme de collyre)

Si le système immunitaire est normal, les cas légers de microsporidiose disparaissent généralement sans traitement.

Si la personne est atteinte du SIDA, il est très important que l’infection par le VIH soit traitée aussi efficacement que possible avec des médicaments antirétroviraux. Ce traitement peut renforcer le système immunitaire affaibli, ce qui permet généralement de contrôler la diarrhée et les autres symptômes. De même, le cas échéant, il est important d’inverser les autres causes d’immunosuppression.

Le traitement antimicrobien de la microsporidiose dépend de l’espèce de microsporidie responsable de l’infection, de l’état du système immunitaire de la personne, et du ou des organes atteints. L’albendazole, pris par voie orale, peut permettre de contrôler la diarrhée si l’espèce responsable de l’infection intestinale y est sensible. Cependant, le médicament n’élimine pas l’infection.

L’albendazole est également utilisé pour traiter la microsporidiose qui affecte la peau ou les muscles ou qui s’est propagée dans l’organisme si l’espèce à l’origine de l’infection y est sensible.

Des comprimés de fumagilline pris par voie orale ont été utilisés pour contrôler la diarrhée lorsque l’espèce de microsporidie responsable de l’infection est potentiellement sensible, mais ils peuvent avoir des effets secondaires graves. Les comprimés de fumagilline ne sont pas disponibles aux États-Unis.

Les infections oculaires sont traitées par albendazole pris par voie orale et par fumagilline sous forme de collyre. La fluoroquinolone ou le voriconazole en collyre est parfois utile. Si ces médicaments ne soulagent pas les symptômes, une chirurgie réparatrice de la cornée (kératoplastie) peut être nécessaire.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
VFEND
ALBENZA
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment se laver les mains
Vidéo
Comment se laver les mains
Modèles 3D
Tout afficher
Bouton de fièvre
Modèle 3D
Bouton de fièvre

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE