Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Présentation du vieillissement

Par

Richard W. Besdine

, MD, Warren Alpert Medical School of Brown University

Dernière révision totale juil. 2019| Dernière modification du contenu juil. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Le vieillissement est un processus continu et progressif d’altération naturelle qui commence tôt dans l’âge adulte. Au début de l’âge mûr, de nombreuses fonctions corporelles commencent à décliner progressivement.

On ne devient pas vieux ou âgé à un âge donné. Classiquement, l’âge de 65 ans est considéré comme le début de la vieillesse. Mais la raison est fondée sur l’histoire, et non sur la biologie. Il y a longtemps, l’âge de 65 ans fut choisi comme âge de la retraite en Allemagne, première nation à établir un programme de retraite, et il continue à être l’âge de la retraite pour la plupart des personnes dans les sociétés occidentales, bien que la tradition soit en train de changer.

Pour savoir quand les personnes deviennent vieilles, on peut répondre de différentes manières :

  • L’âge chronologique : L’âge chronologique se base uniquement sur le passage du temps. C’est l’âge des personnes en années. L’âge chronologique a une signification limitée en matière de santé. Néanmoins, la probabilité de développer un problème de santé augmente avec l’âge, et ce sont les problèmes de santé, plutôt que le vieillissement normal, qui constituent la principale cause de perte fonctionnelle lorsque l’on est âgé. Comme l’âge chronologique permet de prédire de nombreux problèmes de santé, il est d’une certaine utilité juridique et financière.

  • Âge biologique : L’âge biologique se rapporte aux changements corporels qui surviennent habituellement lors du vieillissement. Comme ces changements touchent certaines personnes plus tôt que d’autres, certaines personnes sont âgées sur le plan biologique à 65 ans et d’autres 10 ans plus tard, voire plus. Cependant, les différences les plus remarquables en âge apparent, parmi les personnes d’âge chronologique semblable, sont provoquées par le mode de vie, les habitudes et des effets subtils des maladies plutôt que par des différences de vieillissement réel.

  • L’âge psychologique : L’âge psychologique est basé sur les réactions et les sensations des personnes. Par exemple, des personnes de 80 ans qui travaillent, font des projets, anticipent des événements futurs, et participent à de nombreuses activités sont considérées comme psychologiquement jeunes.

La plupart des gens n’ont pas besoin de l’expertise d’un gériatre (médecin spécialisé dans les soins aux personnes âgées) avant l’âge de 70, 75 ou même 80 ans.

Vieillissement normal

Les personnes se demandent souvent si ce qu’elles ressentent à l’âge qu’elles ont est normal ou anormal. Bien que les personnes vieillissent quelque peu différemment, certains changements proviennent de processus internes, c’est-à-dire du vieillissement lui-même. Ainsi, ces changements, quoique non souhaités, sont considérés comme normaux et sont parfois appelés vieillissement pur. Ces changements surviennent chez toutes les personnes qui vivent assez longtemps, et cette universalité fait partie de la définition du vieillissement pur. Il faut s’y attendre et ces changements sont généralement inévitables. Par exemple, lors du vieillissement, le cristallin de l’œil s’épaissit, se rigidifie et devient moins capable de faire la mise au point sur des objets proches, comme un support de lecture (ce trouble s’appelle presbytie). Ce changement survient chez pratiquement toutes les personnes âgées. Ainsi, la presbytie est considérée comme un vieillissement normal. D’autres termes utilisés pour décrire ces changements sont le vieillissement habituel et la sénescence.

Le saviez-vous ?

  • L’espérance de vie moyenne a beaucoup augmenté mais la durée de vie maximale a peu augmenté, voire pas du tout.

Ce qui exactement constitue le vieillissement normal n’est pas toujours clair. Les changements qui se produisent au cours du vieillissement rendent les personnes plus susceptibles de développer certains troubles. Cependant, les personnes peuvent parfois prendre des mesures pour compenser ces changements. Par exemple, les personnes âgées sont plus susceptibles de perdre leurs dents. Mais consulter régulièrement un dentiste, manger moins de sucreries, se brosser les dents régulièrement et utiliser du fil dentaire peut réduire les risques de perte dentaire. Ainsi, la perte dentaire, bien que fréquente lors du vieillissement, est une part évitable du vieillissement.

En outre, le déclin fonctionnel qui fait partie du vieillissement ressemble parfois au déclin fonctionnel qui fait partie d’un trouble. Par exemple, l’âge avançant, un léger déclin de la fonction mentale est pratiquement universel et considéré comme le vieillissement normal. Ce déclin consiste en une augmentation des difficultés d’apprentissage de nouvelles langues, une baisse de l’attention et une perte de mémoire plus importante. Par contre, le déclin qui survient dans la démence est bien plus grave. Par exemple, au cours du vieillissement normal, certaines personnes perdent des objets ou oublient des détails, mais en cas de démence, l’oubli porte sur les événements dans leur totalité. Les personnes atteintes de démence ont aussi des difficultés à faire des tâches quotidiennes normales (comme conduire, faire la cuisine, gérer leur budget) et à comprendre l’environnement, y compris à savoir en quelle année elles sont et où elles se trouvent. Ainsi, la démence est considérée comme un trouble, même si elle est fréquente en fin de vie. Certaines formes de démence, comme la maladie d’Alzheimer, diffèrent aussi du vieillissement normal d’une autre manière. Par exemple, les tissus cérébraux (obtenus par autopsie) prélevés chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont différents de ceux de personnes non atteintes. Donc la distinction entre vieillissement normal et démence est claire.

Parfois, la distinction entre le déclin fonctionnel qui fait partie du vieillissement et le déclin fonctionnel qui fait partie d’un trouble semble arbitraire. Par exemple, chez les personnes âgées, la glycémie augmente davantage après avoir mangé des glucides que chez les jeunes. Cette augmentation est considérée comme un vieillissement normal. Cependant, si l’augmentation dépasse un certain seuil, on diagnostique un diabète, donc un trouble. Dans ce cas, la différence n’est qu’une question de degré.

Vieillissement en bonne santé (réussi)

Vieillir sainement consiste à repousser ou réduire les effets non souhaités du vieillissement. Les objectifs du vieillissement en bonne santé sont de maintenir un état de santé physique et mental, d’éviter les troubles et de rester actif et autonome. Pour la plupart des personnes, conserver un bon état de santé général nécessite de plus en plus d’efforts en vieillissant. Le fait d’adopter certaines habitudes saines peut être utile. À savoir :

  • Suivre un régime alimentaire équilibré

  • Faire du sport régulièrement

  • Rester actif d’un point de vue mental

Plus les personnes développent ces habitudes tôt, mieux c’est. Toutefois, il n’est jamais trop tard pour commencer. De cette manière, les personnes peuvent avoir un certain contrôle sur ce qui leur arrive en vieillissant.

Des indices suggèrent qu’aux États-Unis, le vieillissement en bonne santé est en augmentation :

  • Une diminution du pourcentage de personnes âgées hébergées dans des maisons de santé (même si le pourcentage de personnes de plus de 65 ans et de plus de 85 ans a augmenté dans la population générale)

  • Une diminution du pourcentage de personnes âgées de 75 à 84 ans qui signalent des déficiences

  • Une diminution du pourcentage de personnes de plus de 65 ans atteintes de troubles débilitants

L’étude du vieillissement

La gérontologie est l’étude du processus de vieillissement, qui comprend les changements physiques, mentaux et sociaux. Les informations sont utilisées pour développer des stratégies et des programmes d’amélioration de la vie des personnes âgées. Certains gérontologues ont un diplôme médical et sont aussi gériatres.

La gériatrie est la branche de la médecine spécialisée dans les soins aux personnes âgées, qui comprend souvent la prise en charge de nombreux troubles et problèmes en même temps. Les gériatres ont étudié le processus du vieillissement afin de mieux distinguer les changements résultant du vieillissement lui-même et ceux indiquant un trouble.

Espérance de vie

L’espérance de vie moyenne des Américains a énormément augmenté au cours du dernier siècle. Les hommes nés en 1900 avaient une espérance de vie de seulement 46 ans, les femmes, de 48 ans. Aujourd’hui, en revanche, les hommes ont une espérance de vie de plus de 76 ans, et les femmes de 81 ans. Même si cette augmentation peut s’expliquer, en majeure partie, par la réduction significative de la mortalité infantile, l’espérance de vie a également augmenté pour tous les âges après 40 ans. Par exemple, les hommes de 65 ans peuvent vivre jusqu’à l’âge de 83 ans, et les femmes de 65 ans jusqu’à l’âge de 85 ans. Globalement, les femmes vivent environ 5 ans de plus que les hommes. Cette différence d’espérance de vie a peu changé, malgré les modifications du mode de vie des femmes à la fin du 20e siècle et au début du 21e siècle, y compris l’augmentation du tabagisme et du stress.

Malgré l’augmentation de l’espérance de vie moyenne, la durée de vie maximale (le plus vieil âge auquel les personnes peuvent vivre) a peu changé depuis que l’on enregistre les données d’état civil. Malgré la meilleure constitution génétique et le mode de vie le plus sain, les chances de vivre jusqu’à 120 ans sont faibles. Jeanne Calment a eu la plus longue durée de vie documentée : 122 ans (de 1875 à 1997).

Plusieurs facteurs influencent l’espérance de vie :

  • Hérédité : L’hérédité influence l’apparition d’un trouble. Par exemple, les personnes qui héritent des gènes qui augmentent le risque d’élévation du taux de cholestérol sont susceptibles d’avoir une vie plus courte. Les personnes qui héritent des gènes qui protègent contre les coronaropathies et le cancer sont susceptibles d’avoir une vie plus longue. Des arguments solides indiquent que vivre jusqu’à un âge très avancé, 100 ans ou plus, est héréditaire.

  • Mode de vie : Éviter de fumer, ne pas abuser des drogues ou d’alcool, conserver un poids et un régime sains, et faire de l’exercice physique contribuent au bon fonctionnement et à éviter les troubles.

  • Exposition aux toxines dans l’environnement : Cette exposition peut raccourcir l’espérance de vie même chez les personnes ayant la meilleure constitution génétique.

  • Soins de santé : Prévenir les troubles ou traiter les troubles une fois contractés, en particulier lorsque le trouble peut être soigné (comme les infections et parfois le cancer) aide à augmenter l’espérance de vie.

Informations supplémentaires

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Continuité des soins
Vidéo
Continuité des soins

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE