Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Maladie thromboembolique pendant la grossesse

Par

Lara A. Friel

, MD, PhD, University of Texas Health Medical School at Houston, McGovern Medical School

Dernière révision totale avr. 2020| Dernière modification du contenu avr. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

En cas de maladie thromboembolique, des caillots de sang (thrombus) se forment dans les vaisseaux sanguins. Un embole est un caillot qui migre dans la circulation sanguine et obstrue une artère. Dans les pays occidentaux, la maladie thromboembolique est une cause fréquente de décès pendant la grossesse.

Le risque de maladie thromboembolique est important dans les 6 semaines suivant l’accouchement. La majeure partie des complications dues au thrombus proviennent des différentes lésions qui surviennent au cours de l’accouchement. Le risque est bien plus élevé après une césarienne qu’après un accouchement naturel.

En général, les caillots se forment dans les veines superficielles des jambes, causant une thrombophlébite, ou dans les veines profondes, provoquant une thrombose veineuse profonde. Les symptômes peuvent comprendre un gonflement de la jambe, une douleur et une sensibilité. Ces symptômes peuvent être difficiles à identifier, car la grossesse provoque des symptômes similaires. La gravité des symptômes n’est pas corrélée à la gravité de la maladie.

Une thrombose veineuse profonde peut également se développer dans le pelvis. Dans ce cas, elle peut être asymptomatique. Un caillot peut migrer des veines profondes des jambes ou du pelvis vers les poumons. Une fois dans les poumons, il peut obstruer une ou plusieurs artères (pulmonaires). Cette obstruction, appelée embolie pulmonaire, peut être mortelle.

Diagnostic

  • Échographie Doppler afin de vérifier la présence d’une thrombose dans les jambes

  • Tomodensitométrie pour vérifier la présence d’une embolie pulmonaire

Si une femme présente des symptômes suggérant une thrombose durant la grossesse, une échographie Doppler (utilisée pour évaluer le flux sanguin) sera effectuée afin de rechercher des caillots dans les jambes.

Si une embolie pulmonaire est suspectée, une tomodensitométrie (TDM) pourra être réalisée afin de confirmer le diagnostic. La TDM est réalisée après l’injection d’un produit de contraste radio-opaque (visible aux rayons X) dans une veine. Le produit de contraste circule dans les vaisseaux sanguins et les met en évidence. Cette procédure est appelée angiographie par tomodensitométrie. Elle est relativement sûre pendant la grossesse.

Si le diagnostic d’embolie pulmonaire reste incertain, il est nécessaire de pratiquer une procédure appelée angiographie pulmonaire (angiographie des vaisseaux sanguins des poumons). Cette procédure consiste à pratiquer une petite incision, généralement dans l’aine, mais parfois dans le bras, puis à insérer une sonde fine et souple (cathéter) dans les vaisseaux sanguins, jusqu’à atteindre une artère des poumons. Une fois le cathéter en place, un agent de contraste radio-opaque est injecté afin de faire ressortir les vaisseaux sanguins du poumon sur les radiographies.

Après l’accouchement, les médecins peuvent réaliser une TDM avec produit de contraste pour vérifier si des caillots de sang sont présents dans le bassin.

Traitement

  • Héparine pendant la grossesse

  • Warfarine après l’accouchement

Lorsqu’un caillot est détecté, le traitement par héparine (un anticoagulant, un médicament qui inhibe la coagulation du sang) doit être entrepris sans tarder. L’héparine peut être administrée dans une veine (en intraveineuse) ou sous la peau (en sous-cutanée). Elle ne traverse pas le placenta et ne lèse pas le fœtus. Le traitement est poursuivi pendant 3 à 6 mois. Ensuite, afin de prévenir la formation de nouveaux caillots de sang, les médecins prescrivent de l’héparine plus faiblement dosée pendant au moins 6 semaines après l’accouchement. Pendant cette période, le risque de caillots sanguins reste élevé.

Après l’accouchement, de la warfarine peut être utilisée à la place de l’héparine, en particulier si les femmes nécessitent un traitement pendant plus de 6 à 8 semaines. La warfarine et les autres anticoagulants de la même classe peuvent être administrés par voie orale ; elle présente un risque de complications plus faible que l’héparine et peut être prise pendant l’allaitement.

Les femmes qui ont présenté un caillot lors d’une grossesse précédente ou une maladie thromboembolique avant de débuter la grossesse peuvent recevoir de l’héparine pendant chaque grossesse, et pendant six semaines après l’accouchement, afin de prévenir la formation de caillots sanguins.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Généralités sur l’appareil génital féminin
Vidéo
Généralités sur l’appareil génital féminin
Modèles 3D
Tout afficher
Syndrome des ovaires polykystiques
Modèle 3D
Syndrome des ovaires polykystiques

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE