Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Douleurs pelviennes chez la femme

Par

David H. Barad

, MD, MS, Center for Human Reproduction

Dernière révision totale mai 2022| Dernière modification du contenu mai 2022
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
Ressources liées au sujet

Les douleurs pelviennes désignent une gêne qui survient dans la partie inférieure de l’abdomen. Les douleurs de la partie externe de la sphère génitale (vulve ou lèvres) sont appelées douleurs vulvaires. De nombreuses femmes souffrent de douleurs pelviennes. La douleur est considérée comme chronique si elle dure plus de 3 à 6 mois.

La douleur pelvienne peut être un symptôme gynécologique. En d’autres termes, elle peut être due à un problème affectant l’appareil génital féminin. Elles peuvent aussi être provoquées par des problèmes au niveau des appareils urinaire, digestif ou musculosquelettique.

La douleur peut apparaître soudainement ou progressivement. La douleur peut également augmenter progressivement en intensité, parfois par vagues. Elle peut apparaître et disparaître, ou être constante. Elles peuvent être aiguës, sourdes ou de type crampes (comme des crampes menstruelles), ou une combinaison de tout cela.

Causes des douleurs pelviennes

Les troubles pouvant être la cause de douleurs pelviennes comprennent :

  • Maladies gynécologiques, celles qui affectent les organes génitaux (vagin, col de l’utérus, utérus, trompes de Fallope et ovaires)

  • Troubles affectant d’autres organes du bassin, tels que la vessie, la partie inférieure des uretères, l’urètre, le rectum, l’appendice ou le plancher pelvien (les muscles, ligaments et tissus qui soutiennent les organes du bassin)

  • Maladies qui touchent les structures situées en dehors mais à proximité du bassin, telles que la paroi abdominale, les intestins, les reins ou la partie supérieure des uretères

Souvent, il est difficile pour les médecins d’identifier la cause des douleurs pelviennes.

Troubles gynécologiques :

Les troubles gynécologiques peuvent être ou non associés au cycle menstruel.

Dans l’ensemble, les causes gynécologiques les plus fréquentes de douleur pelvienne comprennent :

Fibromes Fibromes Un fibrome est une tumeur bénigne constituée de tissu musculaire et fibreux. Il se trouve dans l’utérus. Les fibromes peuvent provoquer douleurs, saignements vaginaux anormaux, constipation... en apprendre davantage Fibromes dans l’utérus sont des tumeurs non cancéreuses constituées de tissu musculaire et fibreux Ils peuvent provoquer des douleurs pelviennes lorsqu’ils exercent une pression sur d’autres organes, dégénèrent ou provoquent des saignements excessifs ou des crampes. La plupart des fibromes utérins ne provoquent pas de douleur.

De nombreuses autres maladies gynécologiques peuvent provoquer des douleurs pelviennes (voir le tableau Certaines causes gynécologiques de douleurs pelviennes Quelques causes de douleur pelvienne chez la femme* Quelques causes de douleur pelvienne chez la femme* ).

Autres affections :

Les autres causes de douleur pelvienne incluent :

Des facteurs psychologiques, notamment le stress et la dépression Dépression Une brève discussion sur le trouble de deuil prolongé. La dépression consiste en un sentiment de tristesse et/ou une perte d’intérêt ou de plaisir pour les activités habituelles ; elle devient... en apprendre davantage , peuvent contribuer à tous les types de douleurs, y compris les douleurs pelviennes, mais sont rarement à eux seuls la cause de ces dernières. Les femmes ou les filles victimes de traumatismes sexuels peuvent développer des douleurs pelviennes chroniques.

Évaluation des douleurs pelviennes

Généralement, les douleurs pelviennes ne constituent pas une urgence, mais lorsqu’une femme présente de nouvelles douleurs soudaines et très sévères au niveau de la partie inférieure de l’abdomen ou du bassin, il faut consulter un médecin dès que possible. Parfois, une intervention chirurgicale en urgence est nécessaire. Les troubles qui nécessitent généralement une intervention chirurgicale en urgence comprennent

Les médecins vérifient l’existence d’une grossesse chez toutes les jeunes filles et femmes en âge de procréer.

Signes avant-coureurs

Chez les femmes souffrant de douleurs pelviennes, certains symptômes sont à prendre au sérieux :

Quand consulter un médecin

Les femmes présentant la plupart des signes avant-coureurs doivent consulter immédiatement un médecin.

Les femmes peuvent avoir besoin d’être examinées le jour même ou dans les jours qui suivent si elles présentent les symptômes suivants :

  • Saignements vaginaux après la ménopause

  • Douleur constante ou qui s’intensifie régulièrement

Si ces douleurs ne sont pas constantes et n’empirent pas, ou si elles sont récurrentes ou chroniques, elles doivent programmer une visite médicale, à leur convenance, mais il n’est généralement pas dangereux d’attendre quelques jours.

Des crampes menstruelles légères sont normales. Les crampes menstruelles ne nécessitent pas d’examen, sauf si elles sont très douloureuses.

Que fait le médecin

Le médecin réalise une évaluation rapide pour déterminer si un traitement d’urgence est nécessaire. Le médecin lui pose des questions concernant ses symptômes et ses antécédents médicaux. Le médecin réalise ensuite un examen clinique. Les données des antécédents et de l’examen clinique suggèrent souvent une cause et les examens à réaliser (voir Tableau Certaines causes gynécologiques des douleurs pelviennes Quelques causes de douleur pelvienne chez la femme* Quelques causes de douleur pelvienne chez la femme* ).

Les médecins demandent de décrire la douleur :

  • Si elle a démarré soudainement ou progressivement

  • Si elle est aiguë ou sourde

  • Son intensité

  • Le moment où elle survient par rapport au cycle menstruel, aux repas, au sommeil, aux rapports sexuels, à l’activité physique, à la miction ou en allant à la selle

  • Si d’autres facteurs aggravent ou soulagent la douleur

On lui demande si elle a constaté d’autres symptômes tels que des saignements vaginaux, des pertes et des vertiges.

On lui demande de décrire ses grossesses passées et ses règles. Le médecin demande également si elle a souffert de troubles susceptibles de provoquer des douleurs pelviennes et si elle a subi une chirurgie abdominale ou pelvienne.

Le médecin peut rechercher un stress, une dépression ou tout autre facteur psychologique pour déterminer si ces facteurs peuvent contribuer à la douleur, en particulier si la douleur est chronique.

Certains groupes de symptômes qui accompagnent les douleurs pelviennes suggèrent un type de maladie particulier. Par exemple :

Le médecin commence l’examen clinique en vérifiant les constantes, telles que le pouls, la température et la tension artérielle. Les médecins se concentrent ensuite sur l’abdomen et le bassin. Le médecin palpe délicatement l’abdomen et procède à un examen pelvien Examen gynécologique Pour ce qui est du suivi gynécologique, la patiente doit choisir un spécialiste avec lequel elle se sent à l’aise pour discuter de sujets délicats, comme le sexe, la contraception, la grossesse... en apprendre davantage . Lors de l’examen, l’abdomen ou d’autres zones peuvent être sensibles au toucher. L’examen permet de déterminer quel organe est affecté et si une infection est présente. Souvent, le médecin vérifie également la possibilité d’anomalies au niveau du rectum.

Tableau

Examens

Les examens suivants sont systématiquement pratiqués :

  • Analyses d’urine

  • Test de grossesse si la femme est en âge de procréer

Un test de grossesse est réalisé si la femme est en âge de procréer. Un test de grossesse urinaire est généralement réalisé en premier. Si une grossesse très récente est possible et que le test urinaire est négatif, une analyse de sang pour vérifier la grossesse est effectuée. L’analyse de sang est plus précise que l’analyse d’urine dans le cas d’une grossesse inférieure à 5 semaines.

Si une femme enceinte présente des douleurs ou des saignements vaginaux, une échographie est réalisée pour exclure une grossesse extra-utérine Grossesse extra-utérine Une grossesse extra-utérine est l’implantation d’un ovule fécondé à un endroit anormal. En cas de grossesse extra-utérine, le fœtus ne peut pas survivre. En cas de rupture d’une grossesse extra-utérine... en apprendre davantage . Pour réaliser une échographie, les médecins utilisent un appareil manuel à ultrasons placé sur l’abdomen ou à l’intérieur du vagin. Une échographie pelvienne peut être réalisée pour de nombreuses raisons. Elle est effectuée lorsque les médecins pensent qu’un trouble gynécologique peut être la cause des symptômes, et que ces derniers ont commencé de manière soudaine, ou qu’ils sont récurrents ou graves.

Si les résultats de l’échographie ne sont pas concluants, d’autres tests, tels qu’une série d’analyses de sang ou une laparoscopie, sont effectués pour éliminer la possibilité d’une grossesse extra-utérine. Pour les analyses de sang, les médecins mesurent le taux d’une hormone produite par le placenta, appelée gonadotrophine chorionique humaine (HCG). Si les taux de HCG sont bas, la grossesse peut être trop récente pour être détectée à l’échographie. Si les taux sont élevés et que l’échographie ne détecte aucune grossesse, il peut s’agir d’une grossesse extra-utérine. Pour la laparoscopie, le médecin pratique une petite incision juste au-dessous du nombril et insère une sonde optique (laparoscope) pour rechercher directement une grossesse extra-utérine ou d’autres causes de la douleur pelvienne.

Des examens sont pratiqués en fonction des troubles envisagés. Les examens peuvent inclure :

Traitement des douleurs pelviennes

Si la cause des douleurs pelviennes est identifiée, elle est si possible traitée. La douleur liée au cycle menstruel (comme les crampes ou l’endométriose) peut être traitée avec une contraception hormonale Méthodes de contraception hormonales Les hormones contraceptives peuvent être : Administrées par voie orale (contraceptifs oraux) Insérées dans le vagin (anneaux vaginaux) Appliquées sur la peau (patch) Introduites sous la peau en apprendre davantage Méthodes de contraception hormonales .

Des antalgiques peuvent également être nécessaires. Initialement, la douleur est traitée par des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l’ibuprofène. Les femmes qui ne répondent pas bien à un AINS peuvent répondre à un autre. Si les AINS sont inefficaces, d’autres antalgiques ou l’hypnose peuvent être essayés.

Si la douleur concerne des muscles, du repos, de la chaleur et de la kinésithérapie peuvent s’avérer utiles.

Dans de rares cas, lorsqu’une femme ressent une douleur sévère qui persiste malgré le traitement, une intervention chirurgicale, telle qu’une laparoscopie pour traiter l’endométriose ou un kyste ovarien, ou une hystérectomie (intervention chirurgicale d’ablation de l’utérus), peut être réalisée.

Pour les femmes plus âgées : Douleurs pelviennes

Chez les femmes plus âgées, les causes courantes des douleurs pelviennes peuvent être différentes, car certaines maladies provoquant des douleurs pelviennes ou une gêne deviennent plus courantes avec l’âge, en particulier après la ménopause. Évidemment, les maladies liées aux règles ne sont plus des causes possibles.

Les pathologies courantes chez les femmes âgées comprennent les suivantes :

Après la ménopause, les taux d’œstrogènes diminuent, ce qui fragilise de nombreux tissus, y compris les os, les muscles (tels que ceux qui entourent la vessie) et les tissus entourant le vagin et l’urètre. Par conséquent, les fractures du bassin et les infections de la vessie sont plus fréquentes.

De plus, cette fragilité contribue à la survenue d’un prolapsus génital, qui peut engendrer des symptômes lorsque les femmes vieillissent. Dans ces maladies, les tissus fragilisés ou endommagés du pelvis ne peuvent plus retenir l’utérus, le vagin ou les autres organes en place dans le pelvis. Par conséquent, un ou plusieurs de ces organes peuvent descendre (prolapsus) et la femme peut ressentir une pression dans le vagin ou présenter une incontinence urinaire ou des difficultés à aller à la selle.

Les symptômes qui affectent le vagin et les voies urinaires après la ménopause sont appelés syndrome génito-urinaire de la ménopause (autrefois appelé atrophie vaginale ou vaginite atrophique). Ces symptômes comprennent une sécheresse vaginale, des douleurs pendant les rapports sexuels, une urgence urinaire et des infections des voies urinaires. Cette affection peut rendre les rapports sexuels douloureux, et les femmes peuvent décrire ou ressentir cette douleur comme une douleur pelvienne.

Évaluation

L’évaluation est semblable à celle de la femme plus jeune, à la différence près que les médecins se concentrent particulièrement sur les symptômes correspondant à des troubles des systèmes urinaire et de l’appareil digestif courants chez les femmes plus âgées. Les femmes plus âgées doivent consulter un médecin rapidement si elles

  • Perdent soudainement du poids ou leur appétit

  • Souffrent soudainement d’indigestion

  • Se sentent ballonnées

  • Observent un changement soudain dans leurs selles

Le médecin procède alors à un examen pour vérifier que la cause n’est pas un cancer de l’ovaire ou de l’endomètre.

Si une femme souffrant de douleurs pelviennes présente un amincissement de la paroi du vagin, les médecins lui posent des questions pour déterminer si elle est sexuellement active. Si c’est le cas, les médecins peuvent recommander un arrêt des rapports sexuels jusqu’à la disparition des symptômes ou prescrire une crème à base d’œstrogènes Types de traitements hormonaux Types de traitements hormonaux .

Points clés

  • De nombreuses femmes souffrent de douleurs pelviennes.

  • De nombreuses maladies (liées aux organes reproducteurs ou aux organes voisins) peuvent causer des douleurs pelviennes.

  • Les médecins peuvent déterminer les causes probables d’après la description de la douleur, son lien avec le cycle menstruel et les résultats de l’examen clinique.

  • Si les femmes sont en âge de procréer, un test de grossesse est systématiquement réalisé.

  • Des analyses d’urine et généralement d’autres tests, tels que des analyses de sang et une échographie pelvienne, sont effectués pour confirmer le diagnostic envisagé.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
ADVIL, MOTRIN IB
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
iOS ANDROID
iOS ANDROID
iOS ANDROID
HAUT DE LA PAGE