Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Entérocolite nécrosante (ECN)

Par

William J. Cochran

, MD, Geisinger Clinic

Dernière révision totale févr. 2019| Dernière modification du contenu févr. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

L’entérocolite nécrosante est caractérisée par une lésion de la surface interne de l’intestin. Ce trouble survient le plus souvent chez les nouveau-nés prématurés et/ou dans un état grave.

  • L’abdomen peut être enflé, les selles peuvent contenir du sang et le nouveau-né peut vomir un liquide de couleur verdâtre, jaune ou rouille. Le nouveau-né paraît très malade et apathique.

  • Le diagnostic est confirmé par radiographie abdominale.

  • Environ 70 à 80 % des nouveau-nés atteints de cette pathologie survivent.

  • Le traitement consiste à arrêter d’alimenter l’enfant, à introduire une sonde nasogastrique dans son estomac pour en retirer le contenu et soulager la pression, et à administrer des antibiotiques et des liquides par voie intraveineuse.

  • Dans les cas les plus graves, une intervention chirurgicale est nécessaire pour retirer l’intestin endommagé.

La cause de l’entérocolite nécrosante n’est pas totalement connue, mais elle est partiellement liée à un faible taux d’oxygène dans le sang. Une réduction de l’influx sanguin dans l’intestin chez un nouveau-né prématuré malade peut entraîner des lésions de la paroi interne de l’intestin. Ces lésions permettent aux bactéries normalement contenues dans l’intestin d’envahir la paroi intestinale endommagée et d’infiltrer la circulation sanguine du nouveau-né, ce qui provoque une infection (septicémie). Lorsque la lésion traverse toute l’épaisseur de la paroi intestinale et que la paroi se déchire (perforation), le contenu intestinal se répand dans la cavité abdominale, entraînant une inflammation et habituellement une infection de la cavité abdominale et de son revêtement (péritonite).

Facteurs de risque

Plus de 85 % des cas d’entérocolite nécrosante surviennent chez les nouveau-nés prématurés.

Outre la prématurité, certains troubles entraînant un risque accru comprennent :

Les nourrissons petits pour l’âge gestationnel ou qui reçoivent du lait infantile hautement concentré par une sonde présentent également un risque accru.

Symptômes

Les nouveau-nés atteints d’une entérocolite nécrosante peuvent développer un gonflement de l’abdomen et des difficultés à s’alimenter. Ils peuvent vomir des liquides intestinaux contenant de la bile ou du sang, et du sang peut être visible dans leurs selles. Les nouveau-nés paraissent très malades, apathiques (léthargiques), ont une température corporelle faible et présentent des pauses répétées de la respiration (apnée).

Diagnostic

  • Radiographies de l’abdomen

  • Analyses de sang

Le diagnostic de l’entérocolite nécrosante est confirmé par des radiographies abdominales permettant de voir le gaz accumulé dans la paroi intestinale (pneumatose de l’intestin) ou de l’air dans la cavité abdominale en cas de perforation de la paroi intestinale.

Des échantillons de sang sont prélevés pour rechercher des bactéries ou d’autres anomalies (par exemple, une élévation du nombre de globules blancs).

Pronostic

Les traitements médicaux et chirurgicaux actuels ont permis d’améliorer le pronostic vital pour les nourrissons atteints d’une entérocolite nécrosante. Environ 70 à 80 % des nouveau-nés atteints survivent. Un rétrécissement du diamètre de l’intestin (sténose intestinale) est la complication à long terme la plus fréquente. Elle survient chez 10 à 36 % des nourrissons ayant survécu à l’épisode initial d’entérocolite nécrosante. La sténose provoque des symptômes plusieurs semaines à plusieurs mois après l’épisode d’entérocolite nécrosante. Parfois, elle nécessite une intervention chirurgicale.

Prévention

L’alimentation des prématurés par du lait maternel, plutôt que par du lait artificiel, semble apporter une certaine protection contre l’entérocolite nécrosante. En outre, il est essentiel d’éviter le lait infantile hautement concentré et de prévenir un taux d’oxygène trop bas dans le sang du nouveau-né. Certaines données indiquent que les probiotiques (« bonnes » bactéries) pourraient être utiles en prévention, mais ce traitement reste expérimental.

Traitement

  • Nutriments et liquides par voie intraveineuse

  • Parfois, chirurgie

Chez les nouveau-nés atteints d’entérocolite nécrosante, l’allaitement est interrompu. Une sonde nasogastrique est introduite dans l’estomac du nouveau-né pour en retirer le contenu, ce qui soulage la pression et permet de prévenir les vomissements. Le nouveau-né reçoit des nutriments et des liquides par voie intraveineuse pour l’hydrater et prévenir les carences. Des antibiotiques sont administrés par voie intraveineuse pour traiter l’infection.

Plus de 75 % des nouveau-nés souffrant d’entérocolite nécrosante n’ont pas besoin d’une intervention chirurgicale. Cependant, une intervention chirurgicale est nécessaire en cas de perforation intestinale, ou si une partie de l’intestin est gravement touchée. L’intervention chirurgicale consiste à retirer la portion de l’intestin qui n’est pas suffisamment alimentée en sang. Les extrémités de l’intestin sain sont reliées à la surface de la peau afin de créer un orifice temporaire permettant de drainer les intestins (iléostomie). Ultérieurement, une fois l’enfant rétabli, les extrémités de l’intestin sont reliées et l’intestin est repositionné à l’intérieur de la cavité abdominale.

Chez les nourrissons extrêmement petits (moins de 600 grammes) ou dans un état grave, qui pourraient ne pas survivre à une intervention chirurgicale importante, les médecins peuvent placer des drains péritonéaux dans la cavité abdominale. Les drains péritonéaux permettent d’évacuer le matériau infecté de l’organisme, ce qui peut atténuer les symptômes. Cette intervention permet de stabiliser ces nouveau-nés en attendant que leur état s’améliore et qu’une intervention chirurgicale soit possible. Dans certains cas, les nouveau-nés guérissent sans nécessiter d’intervention chirurgicale supplémentaire.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Syndrome d’inhalation méconiale (SIM)
Vidéo
Syndrome d’inhalation méconiale (SIM)
Pendant la grossesse, le tube digestif du fœtus est tapissé d’une matière fécale vert foncé...
Modèles 3D
Tout afficher
Cyphose
Modèle 3D
Cyphose

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE