Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Neutropénie

(Agranulocytose ; Granulocytopénie)

Par

Mary Territo

, MD, David Geffen School of Medicine at UCLA

Dernière révision totale janv. 2020| Dernière modification du contenu janv. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La neutropénie est un nombre anormalement faible de neutrophiles (un type de globules blancs) dans le sang.

  • Dans les cas graves, la neutropénie augmente de façon importante le risque d’infection potentiellement mortelle.

  • La neutropénie est souvent un effet secondaire du traitement du cancer avec une chimiothérapie ou une radiothérapie.

  • On suspecte une neutropénie chez les personnes qui ont des infections fréquentes ou inhabituelles.

  • Le diagnostic de neutropénie se fait grâce à un échantillon de sang, mais si la cause n’est pas apparente, un prélèvement de moelle osseuse peut être nécessaire.

  • Le traitement dépend de la cause et de la sévérité du trouble et peut inclure des médicaments pour stimule la production de neutrophiles par l’organisme.

  • Des antibiotiques sont administrés si le patient présente une neutropénie et une fièvre ou d’autres signes d’infection.

Les neutrophiles sont un type de globules blancs qui constituent la principale défense de l’organisme contre les infections bactériennes aiguës et certaines infections fongiques. Ils constituent de 45 à 75 % de tous les globules blancs dans la circulation sanguine. L’organisme a des difficultés à contrôler les infections éventuellement mortelles s’il n’a pas cette protection essentielle qu’apportent les neutrophiles.

La neutropénie peut disparaître rapidement, lorsque l’infection est résolue ou qu’il n’y a plus d’exposition.

La neutropénie chronique peut durer plusieurs mois voire plusieurs années.

Sévérité de la neutropénie

La limite inférieure typique du taux de neutrophiles est d’environ 1 500 cellules par microlitre de sang (1,5 × 109 cellules par litre). Si la numération est inférieure à ce seuil, le risque d’infection augmente. La sévérité de la neutropénie est classée de cette façon :

  • Légère : 1 000 à 1 500/µl (1 à 1,5 × 109/l)

  • Modérée : 500 à 1 000/µl (0,5 à 1 × 109/l)

  • Sévère : inférieure à 500/µl (0,5 × 109/l)

Le risque d’infection devient très élevé lorsque le taux de neutrophiles est inférieur à 500 cellules par microlitre (neutropénie sévère). Les bactéries qui vivent normalement dans la bouche ou les intestins sans pour autant nuire à leur hôte peuvent même provoquer des infections.

Causes

La neutropénie a de nombreuses causes, mais elles sont classées en deux catégories principales :

  • L’utilisation et la destruction des neutrophiles sont plus rapides que la production de nouveaux neutrophiles par la moelle osseuse.

  • La production de neutrophiles dans la moelle osseuse est réduite.

Utilisation ou destruction rapide des neutrophiles

De nombreux troubles entraînent l’utilisation et la destruction des neutrophiles. Ces troubles incluent certaines infections bactériennes, certains troubles allergiques et certains traitements médicamenteux (tels que les médicaments utilisés pour traiter l’hyperthyroïdie). Les patients atteints d’une maladie auto-immune peuvent fabriquer des anticorps qui détruisent les neutrophiles et entraînent une neutropénie. Chez les patients atteints d’une hypertrophie de la rate, le nombre de neutrophiles peut être faible parce que la rate hypertrophiée les séquestre et les détruit.

Réduction de la production des neutrophiles

La production des neutrophiles par la moelle osseuse peut être réduite en cas de cancer, d’infections virales telles que la grippe, d’infections bactériennes telles que la tuberculose, de myélofibrose ou en cas de carences en vitamine B12 ou en folate (acide folique). Une neutropénie peut également se développer chez les patients dont la moelle osseuse a été irradiée au cours d’une radiothérapie.

De nombreux médicaments, comme par exemple la phénothiazine, les sulfamides et de nombreux traitements utilisés contre le cancer (chimiothérapie), ainsi que certaines substances toxiques (benzène et insecticides) peuvent également altérer les capacités de la moelle osseuse à produire des neutrophiles.

La production de neutrophiles par la moelle osseuse est aussi altérée par une maladie appelée anémie aplasique (dans laquelle la moelle osseuse peut arrêter la production de toutes les cellules sanguines).

Le nombre de neutrophiles est aussi diminué par certaines maladies héréditaires rares. La neutropénie cyclique se caractérise par une augmentation et une diminution régulière du nombre de neutrophiles sur une période de plusieurs semaines. Dans la neutropénie bénigne chronique, le nombre de neutrophiles est faible, mais les infections sont rares, probablement parce que les personnes produisent des nombres suffisants en réponse à une infection. La neutropénie congénitale sévère regroupe plusieurs troubles caractérisés par des neutrophiles qui ne parviennent pas à maturité ; les personnes développent des infections graves dès la petite enfance.

Symptômes

La neutropénie peut se développer

  • Soudainement sur quelques heures ou quelques jours en réponse à certaines infections ou expositions

  • Progressivement

Ne provoquant pas de symptômes spécifiques, la neutropénie est le plus souvent diagnostiquée lorsque survient une infection. Une personne peut présenter une fièvre et des ulcérations douloureuses autour de la bouche et au niveau de la région périanale. Une pneumonie bactérienne ainsi que d’autres infections sévères peuvent survenir.

Dans la neutropénie chronique, les patients peuvent ne présenter que peu de symptômes si le nombre de neutrophiles n’est pas extrêmement faible.

Lorsque la neutropénie est provoquée par des médicaments, les patients peuvent présenter une fièvre, une éruption cutanée et un gonflement des ganglions lymphatiques

Dans la neutropénie cyclique, les patients peuvent présenter des symptômes qui vont et viennent avec l’augmentation et la diminution du nombre de globules blancs avec le temps.

Le saviez-vous ?

  • La neutropénie n’ayant pas de symptômes spécifiques, on ne suspecte souvent pas la maladie, sauf lorsque les personnes ont des infections fréquentes ou inhabituelles.

Diagnostic

  • Numération formule sanguine

  • Examen de la moelle osseuse

Lorsqu’un patient présente des infections fréquentes ou inhabituelles, ou s’il prend des médicaments connus pour provoquer une neutropénie, les médecins prescrivent une analyse de sang (numération formule sanguine) afin de poser le diagnostic. Une faible numération des neutrophiles indique une neutropénie.

Dans de nombreux cas, elle est prévisible, et on en connaît l’origine, notamment chez les patients soumis à une chimiothérapie ou à une radiothérapie. Lorsque la cause est inconnue, il est nécessaire de la découvrir. Qu’on en connaisse ou non la cause, les médecins recherchent généralement une infection invisible qui a pu être causée par la neutropénie.

Déterminer la cause

Les médecins interrogent les patients sur l’exposition à des médicaments ou des toxiques et recherchent des infections ou d’autres maladies qui provoquent une neutropénie. Ils demandent souvent un prélèvement de moelle osseuse, aspirée par une aiguille. L’échantillon de moelle osseuse est examiné au microscope pour déterminer si son aspect est normal, si le nombre de cellules souches (précurseurs) des neutrophiles est normal, et si le développement des neutrophiles est normal. En déterminant si le nombre de cellules souches est diminué et si ces cellules effectuent leur maturation normalement, le médecin pourra déterminer si le trouble provient d’une production cellulaire insuffisante ou d’une utilisation ou d’une destruction excessive des cellules dans la circulation sanguine. Parfois, l’examen de la moelle osseuse révèle une maladie, comme une leucémie, un autre type de cancer ou une infection, comme la tuberculose.

Si une maladie héréditaire est suspectée, les médecins peuvent effectuer des analyses génétiques.

Rechercher une infection

Les personnes atteintes de neutropénie n’ayant pas tous les symptômes et les résultats d’examens que l’on retrouve habituellement en cas d’infection, les médecins les interrogent de façon détaillée sur leurs symptômes et les auscultent de la tête aux pieds. Des examens complémentaires sont pratiqués en cas de résultats préoccupants, par exemple, si la personne présente une gêne intestinale, un scanner (tomodensitométrie) de l’abdomen peut être réalisé.

Même en l’absence d’autres symptômes, si la personne a de la fièvre, on réalise généralement une analyse d’urine et une uroculture, une hémoculture et une radiographie thoracique. Les examens de cultures consistent à prélever un échantillon du matériel biologique à étudier (ici, de l’urine ou du sang) et à l’envoyer au laboratoire qui fera des cultures des bactéries ou d’autres micro-organismes susceptibles d’être présents.

Traitement

  • Antibiotiques

  • Médicaments visant à stimuler la production de neutrophiles

Le plus important est de traiter l’infection découverte. Chez les personnes atteintes de neutropénie sévère, les infections peuvent rapidement devenir sévères, voire mortelles. Même si les médecins ne peuvent pas diagnostiquer une infection spécifique, en cas de neutropénie et de fièvre, on suppose une infection. Ces patients reçoivent des antibiotiques efficaces contre les organismes infectieux fréquents.

Le traitement de la neutropénie dépend de sa cause et de sa gravité. La prise des médicaments susceptibles d’entraîner une neutropénie doit être arrêtée dès que possible ; et on doit éliminer une éventuelle exposition à des substances toxiques.

La moelle osseuse récupère parfois sans aucun traitement. La neutropénie qui accompagne les infections virales, comme la grippe, peut être transitoire et disparaître lorsque l’infection est guérie. Les personnes atteintes de neutropénie modérée n’ont généralement pas de symptômes et n’ont pas nécessairement besoin de traitement.

En revanche, les personnes atteintes de neutropénie sévère peuvent rapidement mourir d’une infection parce que leur organisme n’a pas les moyens de combattre les agents pathogènes. Lorsque ces personnes développent des infections, elles sont généralement hospitalisées et reçoivent immédiatement des antibiotiques puissants, avant même l’identification de la cause et du site infectieux exact. La fièvre est généralement le premier signe de l’infection chez les personnes neutropéniques ; elle impose une prise en charge médicale rapide.

Les facteurs de croissance, appelés facteurs de stimulation des colonies, qui stimulent la production de globules blancs par la moelle osseuse, sont parfois utiles et sont administrés par injection (sous la peau ou dans une veine).

Les corticoïdes peuvent être utiles si la neutropénie est provoquée par un trouble auto-immun. La globuline antithymocyte ou d’autres types de traitements immunosuppresseurs peuvent être administrés dans une veine en présence d’un trouble tel qu’une anémie aplasique.

Lorsque la neutropénie est due à une autre maladie (tuberculose, leucémie ou autres cancers), le traitement de la maladie sous-jacente peut corriger la neutropénie. La greffe de moelle osseuse (ou greffe de cellules souches) n’a pas pour but de traiter la neutropénie en elle-même, mais peut être recommandée pour traiter certaines maladies graves qui entraînent une neutropénie, comme l’anémie aplasique ou la leucémie.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Lymphome hodgkinien
Vidéo
Lymphome hodgkinien
Le système lymphatique fait partie du système immunitaire de l’organisme. Les ganglions lymphatiques...
Leucémie myéloïde aiguë
Vidéo
Leucémie myéloïde aiguë
Il existe à l’intérieur de la zone creuse des os un cœur spongieux appelé moelle osseuse....

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE