Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Hyperaldostéronisme

Par

Ashley B. Grossman

, MD, University of Oxford; Fellow, Green-Templeton College

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Dans l’hyperaldostéronisme, l’augmentation de la production d’aldostérone entraîne une rétention hydrique et une augmentation de la tension artérielle, ainsi qu’une faiblesse et, dans de rares cas, des épisodes de paralysie.

  • L’hyperaldostéronisme peut être causé par une tumeur dans la glande surrénale ou se développer en réponse à certaines maladies.

  • Des taux élevés d’aldostérone peuvent provoquer une hypertension artérielle et une diminution des taux de potassium. Ces taux de potassium plus faibles peuvent provoquer une faiblesse, des picotements, des spasmes musculaires et des épisodes de paralysie temporaire.

  • Les médecins mesurent les taux de sodium, de potassium et d’aldostérone dans le sang.

  • Il arrive que l’on retire une tumeur ou que les personnes prennent des médicaments qui bloquent l’action de l’aldostérone.

L’aldostérone, hormone produite et sécrétée par les glandes surrénales, signale aux reins de retenir davantage de sodium et d’excréter plus de potassium. La production d’aldostérone est en partie régulée par l’hormone corticotropine (sécrétée par l’hypophyse), mais principalement via le système rénine-angiotensine-aldostérone (voir figure Régulation de la tension artérielle). La rénine, enzyme produite dans les reins, contrôle l’activation de l’hormone angiotensine, laquelle stimule les glandes surrénales pour produire l’aldostérone.

L’hyperaldostéronisme peut être causé par une tumeur (généralement, un adénome non cancéreux) dans la glande surrénale (affection appelée syndrome de Conn ou hyperaldostéronisme primaire), bien que parfois les deux glandes soient touchées et soient hyperactives. Parfois, l’hyperaldostéronisme survient en réponse à un autre trouble (affection appelée hyperaldostéronisme secondaire), par exemple certaines maladies, comme le rétrécissement de l’une des artères des reins.

Consommer de grandes quantités de vraie réglisse peut provoquer tous les symptômes de l’hyperaldostéronisme. La vraie réglisse contient une substance chimique qui peut agir comme s’il y avait une quantité excessive d’aldostérone. Toutefois, la plupart des bonbons commercialisés comme de la réglisse contiennent très peu de vraie réglisse, voire pas du tout.

Symptômes

Des taux élevés d’aldostérone peuvent faire diminuer les taux de potassium. Souvent, les faibles taux de potassium ne provoquent aucun symptôme, mais peuvent conduire à une faiblesse, des picotements, des spasmes musculaires et des épisodes de paralysie temporaire. Certaines personnes ont extrêmement soif et urinent fréquemment.

Diagnostic

  • Mesure du taux de sodium, de potassium et d’hormones dans le sang

  • Examens d’imagerie des glandes surrénales

Les médecins qui suspectent un hyperaldostéronisme commencent par analyser les taux de sodium et de potassium dans le sang pour déterminer si le taux de potassium est faible. Cependant, les personnes atteintes d’hyperaldostéronisme ont parfois un taux de potassium normal.

Les médecins mesurent également les taux de rénine et d’aldostérone. Si le taux d’aldostérone est élevé, on peut administrer de la spironolactone ou de l’éplérénone, médicaments qui bloquent l’action de l’aldostérone, afin d’évaluer si les taux de sodium et de potassium se normalisent. Les médecins mesurent également les taux de rénine. Dans le syndrome de Conn, les taux de rénine sont également très faibles, contrairement à l’hyperaldostéronisme secondaire, où les taux de rénine sont élevés.

Lorsque l’aldostérone est produite en trop grande quantité, les médecins examinent les glandes surrénales à la recherche d’une tumeur non cancéreuse (adénome). La tomodensitométrie (TDM) ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM) peut s’avérer utile, mais il arrive qu’il faille analyser les échantillons sanguins de chacune des glandes surrénales pour déterminer la source de l’hormone.

Traitement

  • Pour les tumeurs des glandes surrénales, ablation de la tumeur

  • Parfois, médicaments bloquant l’aldostérone

Si l’on décèle une tumeur, on peut en principe la retirer par voie chirurgicale. Lorsque la tumeur est retirée, la tension artérielle revient à la normale et les autres symptômes disparaissent dans 50 à 70 % des cas environ.

Si l’on ne décèle aucune tumeur et que les deux glandes sont hyperactives, l’ablation partielle des glandes surrénales peut ne pas contrôler l’hypertension artérielle et l’ablation complète provoquera une maladie d’Addison, ce qui oblige à un traitement à vie avec des corticostéroïdes. Toutefois, la spironolactone ou l’éplérénone parviennent généralement à contrôler les symptômes, et les médicaments contre l’hypertension artérielle sont facilement disponibles (voir le tableau Médicaments antihypertenseurs). La spironolactone peut souvent entraîner une augmentation de volume du sein (gynécomastie), une diminution de la libido et une dysfonction érectile chez les hommes en bloquant les effets de la testostérone.

Il est rare qu’il faille retirer les deux glandes surrénales.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
ALDACTONE
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Hyperlipidémie
Vidéo
Hyperlipidémie
Le cholestérol est un type de lipide—élément essentiel contenu dans toutes les cellules humaines...
Modèles 3D
Tout afficher
Système endocrinien masculin
Modèle 3D
Système endocrinien masculin

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE