Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Revue générale des techniques de réduction de la luxation de l'épaule

Par

Matthew J. Streitz

, MD, San Antonio Uniformed Services Health Education Consortium

Dernière révision totale déc. 2019| Dernière modification du contenu déc. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

De nombreuses techniques sont disponibles pour réduire une luxation fermée de l'épaule. Aucune technique n'est universellement efficace, les opérateurs doivent donc en connaître plusieurs.

Technique de Hennepin de réduction des luxations antérieures de l'épaule

La technique hippocratique d'origine (talon de l'opérateur dans l'aisselle affectée pour créer une contre-traction) provoque des blessures et ne doit pas être pratiquée. La technique de Kocher, dans laquelle une force est appliquée sur l'humérus, présente également un risque élevé de complications et ne doit pas être pratiquée.

Les techniques de réduction des luxations antérieures utilisent généralement la traction axiale et/ou la rotation externe. Il n'y a pas de technique parfaite ou préférée. Plus important encore, les opérateurs doivent être familiarisés avec plusieurs techniques et utiliser celles qui sont appropriées à la luxation du patient et à l'état clinique (voir Luxations antérieures de l'épaule: traitement).

Les tentatives de réduction, en particulier celles effectuées sans sédation, sont plus susceptibles de réussir si le patient est détendu et coopère. L'analgésie et la sédation peuvent soulager les spasmes musculaires, de même les distractions mentales telles que les conversations.

On doit proposer aux patients une analgésie. Cependant, si le patient le souhaite, une tentative de réduction sans analgésie peut être effectuée avec une méthode de réduction douce (p. ex., Davos, manipulation scapulaire, Hennepin, FARES). Une analgésie intraveineuse et/ou une injection intra-articulaire d'anesthésique peuvent être administrées précocement au cours du bilan initial pour soulager la douleur lors des rx et d'autres préparations pré-opératoires. La sédation procédurale et l'analgésie peuvent être utilisées chez les patients très anxieux et qui ont de nombreux spasmes musculaires et dans le cas de méthodes de réduction nécessitant le plus de force (p. ex., traction-contre-traction et Stimson).

La réduction d'une luxation postérieure ou d'une luxation inférieure (luxatio erecta) implique habituellement une technique de traction-contre-traction. Lorsque cela est possible, un chirurgien orthopédiste doit être consulté avant de réduire ces luxations.

Une lésion neurovasculaire peut résulter de la luxation (le plus souvent en cas de luxation antérieure) ou de la procédure de réduction. Les articulations doivent être réduites dès que possible car les retards augmentent le risque de complications neurovasculaires. Pour éviter d'augmenter les spasmes musculaires, toutes les réductions sont effectuées doucement et progressivement et les méthodes de réduction qui utilisent moins de force sont souvent essayées avant celles qui nécessitent une plus grande force. Le choix d'une méthode douce est particulièrement important si une lésion du plexus brachial est suspectée.

Des évaluations neurovasculaires sont effectuées avant la procédure et après chaque tentative de réduction. L'examen comprend l'évaluation des pouls distaux et du temps de reconditionnement capillaire digital (artère axillaire), la sensibilité au toucher de la partie supérieure du bras (nerf axillaire) et la fonction des nerfs radiaux, médian et ulnaire (plexus brachial).

Un chirurgien orthopédiste doit être consulté avant la réduction si le patient a une blessure compliquée de l'épaule, telle qu'une

  • Fracture de la grande tubérosité avec déplacement > 1 cm

  • Déformation de Hill-Sachs significative (≥ 20% déformation de la tête humérale due à l'impaction contre le bourrelet glénoïdien)

  • Fracture du col chirurgical (en dessous de la plus ou moins grande tubérosité)

  • Fracture de Bankart (bord glénoïdien antéro-inférieur) impliquant un fragment osseux de plus de 20% et une instabilité glénohumérale

  • Fracture humérale proximale de 2 ou plusieurs parties

D'autres raisons de consulter un chirurgien orthopédiste avant la réduction comprennent

  • L'articulation est exposée (c'est-à-dire, une luxation ouverte)

  • Le patient est un enfant, car une fracture physaire (de la plaque de croissance) est souvent présente

  • La luxation date de plus de 7 à 10 jours, en raison d'un risque accru de lésion de l'artère axillaire pendant la réduction, en particulier chez les patients âgés

Il est nécessaire de consulter un chirurgien orthopédiste après 2 ou 3 tentatives infructueuses de réduction fermée ou après une réduction réussie si

  • Une blessure compliquée de l'épaule est suspectée (p. ex., luxation plus fracture, lésion du nerf axillaire, ou déchirure de la coiffe des rotateurs)

  • Le patient a une première luxation

Cependant, chez tous les patients, en cas de déficit neurovasculaire, la réduction doit être effectuée immédiatement. Si aucun chirurgien orthopédiste n'est disponible, une réduction fermée peut être tentée, idéalement en utilisant une force minimale; en cas d'échec, la réduction peut être effectuée en salle d'opération sous anesthésie générale.

Des rx post-réduction doivent généralement être effectuées pour documenter une réduction réussie et pour vérifier à nouveau l'absence de fractures. Cependant, les rx peuvent ne pas être nécessaires en cas de luxations de l'épaule antérieure récurrentes peu traumatiques.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE