Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Dépistage du cancer

Par

Robert Peter Gale

, MD, PhD,

  • Hematology Research Centre, Division of Experimental Medicine, Department of Medicine
  • Imperial College London

Dernière révision totale juil. 2018| Dernière modification du contenu juil. 2018
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Le cancer peut parfois être détecté chez des patients asymptomatiques par l'examen clinique classique ou des tests de dépistage. (Voir aussi Revue générale des cancers.)

Les examens médicaux visant à détecter les cancers de la thyroïde, de la cavité buccale, de la peau, des ganglions lymphatiques, des testicules, de la prostate, du col de l'utérus et des ovaires devraient faire partie des soins médicaux de routine.

Les tests de dépistage sont effectués chez des patients asymptomatiques à risque. En effet, un diagnostic précoce peut diminuer la mortalité du cancer. Une détection précoce permet des traitements moins radicaux et diminue les coûts. Les risques comprennent des résultats faussement positifs qui nécessitent des tests de confirmation (p. ex., biopsie, endoscopie) qui sont inquiétants pour le patient et ont une morbidité importante et un coût élevé; et des résultats faussement négatifs peuvent être trop rassurants et faire méconnaître par le patient l'importance d'une symptomatologie ultérieure.

Le dépistage du cancer est nécessaire dans les situations suivantes:

  • Lorsque des groupes à haut risque peuvent être identifiés (p. ex., personnes avec d'importants antécédents de cancer du sein ou de la prostate)

  • Si la maladie a une période asymptomatique pendant laquelle le traitement pourrait modifier l'évolution (cancer du sein et du colon)

  • Si la morbidité du trouble est significative et si la détection est retardée

  • Lorsqu'un test de dépistage sensible, spécifique et d'un cout raisonnable est disponible

Les tests de dépistage sont en pleine évolution et sont recommandés en fonction des études scientifiques publiées (voir tableau Tests de dépistage chez les sujets asymptomatiques à risque moyen [recommandation de l'American Cancer Society]). Les considérations actuelles concernant le dépistage comprennent la compréhension croissante selon laquelle certains signes (en particulier dans les tissus de la prostate et du sein) qui semblent cancéreux peuvent ne pas évoluer vers un cancer au cours du reste de la vie du sujet. Par exemple, le dépistage systématique des taux sanguins d'antigène spécifique de la prostate (PSA) chez l'homme et la mammographie systématique chez la femme peuvent amener à pratiquer une biopsie qui sera étiquetée par un pathologiste comme un cancer mais qui ne se manifestera pas cliniquement comme un cancer ou comme un cancer mais qui ne réduit pas la survie. Dans de tels cas, les sujets peuvent recevoir des traitements contre le cancer (p. ex., chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie) qui ne leurs sont d'aucun bénéfice.

La question clé du dépistage est de savoir combien de sujets doivent être dépistés pour prévenir un décès par cancer et combien de sujets seront inutilement traités. En raison de ces complexités, la question de savoir qui doit être dépisté et à quel âge pour quels cancers fait l'objet de controverses considérables. Nous présentons les recommandations de l'American Cancer Society; les recommandations émanant d'autres organisations professionnelles et d'organismes scientifiques (p. ex., l'US Preventive Services Task Force [USPSTF]) peuvent différer.

Tableau
icon

Tests de dépistage chez les sujets asymptomatiques à risque* moyen (recommandation de l'American Cancer Society)

Type de cancer

Procédure

Fréquence

Seins

Mammographie

Femmes âgées de 40 à 44 ans: possibilité de commencer le dépistage annuel

Femmes de 45 à 54 ans: tous les ans

Femmes ≥ 55 ans: tous les 2 ans; le dépistage se poursuit tant que la femme est en bonne santé et a une espérance de vie d'au moins 10 ans de plus

Cancer du col de l'utérus

Test de Papanicolaou (Pap test), avec parfois test du papillomavirus humain (HPV)

Pap test tous les 3 ans entre 21 et 29 ans

Pap test plus test HPV tous les 5 ans entre 30 et 65 ans ou Pap test tous les 3 ans

Après 65 ans, aucun test si les tests précédents étaient normaux

Cancer de la prostate

Test sanguin pour l'Ag spécifique de la prostate

Les bénéfices du dépistage étant incertains, patient et médecin doivent discuter des risques et des avantages possibles du dépistage du cancer de la prostate à partir de 50 ans.

Cancer du rectum et du côlon

Analyse des selles: sang occulte fécal, test immunochimique fécal ou un test ADN des selles

ou

Tous les ans, à partir de 50 ans (tous les 3 ans pour le test ADN sur les selles)

Sigmoïdoscopie flexible

ou

Tous les 5 ans, à partir de 50 ans

Coloscopie

ou

Tous les 10 ans, à partir de 50 ans

Colonographie TDM

Tous les 5 ans, à partir de 50 ans

*Les patients à haut risque de certains cancers peuvent devoir être dépistés selon un calendrier différent.

L'examen de la thyroïde, de la cavité orale, de la peau, la recherche d'adénopathies, l'examen des testicules et des ovaires doivent être réalisés systématiquement lors de l'examen clinique.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE