Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Mycoplasmes

Par

Margaret R. Hammerschlag

, MD, State University of New York Downstate Medical Center

Vérifié/Révisé avr. 2023
Voir l’éducation des patients

Les mycoplasmes sont des bactéries ubiquitaires qui diffèrent d'autres procaryotes en ce qu'ils n'ont pas de paroi cellulaire.

Il apparaît de plus en plus que Mycoplasma genitalium et Ureaplasma urealyticum provoquent certains cas d'urétrite non gonococcique. Ils (et Mycoplasma hominis) sont souvent présents chez les patients atteints d'autres infections urogénitales (p. ex., vaginite, cervicite, pyélonéphrite, maladie inflammatoire pelvienne) et certaines infections non urogénitales, mais leurs rôles dans ces infections n'est pas clair.

Diagnostic des mycoplasmes

  • Pour M. pneumoniae, tests basés sur les acides nucléiques ou détection des anticorps

  • Pour les infections à M. genitalium, tests basés sur les tests d'amplification des acides nucléiques

Leur culture est techniquement difficile et souvent indisponible, mais le diagnostic biologique est possible avec les tests d'amplification des acides nucléiques ou par détection des anticorps (pour M. pneumoniae); souvent, le diagnostic doit être établi par exclusion.

Il existe à présent 3 tests d'amplification des acides nucléiques disponibles pour M. pneumoniae dans le cadre de panels disponibles dans le commerce qui testent plusieurs pathogènes respiratoires.

Les tests d'amplification des acides nucléiques détectant M. genitalium sont disponibles dans le commerce.

Les mycoplasmes ne sont pas visibles en microscopie optique.

Traitement des mycoplasmes

  • Antibiotiques macrolides

  • Fluoroquinolones ou tétracyclines

Les macrolides sont habituellement les antibiotiques de choix. La plupart des espèces sont également sensibles aux fluoroquinolones et aux tétracyclines.

La résistance aux macrolides de M. pneumoniae a été signalée dans > 80% des isolats en Chine et au Japon. Des données préliminaires montrent que la prévalence de la résistance peut atteindre 12% aux États-Unis (1 Référence pour le traitement Les mycoplasmes sont des bactéries ubiquitaires qui diffèrent d'autres procaryotes en ce qu'ils n'ont pas de paroi cellulaire. Mycoplasma pneumoniae est une cause fréquente de pneumonie... en apprendre davantage ). Par conséquent, les fluoroquinolones ou les tétracyclines doivent être envisagés en cas de maladie réfractaire, en particulier dans les zones où la résistance aux macrolides est importante.

M. genitalium a développé une résistance étendue aux macrolides, aux tétracyclines et aux fluoroquinolones, ce qui rend difficile le traitement de l'infection par ce microrganisme.

Des tests d'amplification des acides nucléiques pour détecter la résistance aux macrolides de M. pneumoniae et M. genitalium sont en cours de développement.

Référence pour le traitement

Plus d'information

Les sources d'information suivantes en anglais peuvent être utiles. S'il vous plaît, notez que LE MANUEL n'est pas responsable du contenu de ces ressources.

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE