Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Mansonellose

Par

Richard D. Pearson

, MD, University of Virginia School of Medicine

Dernière révision totale mars 2019| Dernière modification du contenu mars 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients

La mansonellose correspond à des maladies causées par Mansonella perstans, M. ozzardi, et M. streptocerca. La transmission se fait par morsure de moucherons ou de mouches noires. Les infections sont souvent asymptomatiques, mais des symptômes peuvent survenir. Le diagnostic de M. perstans et M. ozzardi est confirmé par l'identification des microfilaires dans les frottis sanguins; aucune des deux espèces ne présente une périodicité importante, de sorte que le sang peut être prélevé à tout moment. Le diagnostic de M. streptocerca est basé sur l'identification des microfilaires dans les biopsies ou les biopsies cutanées superficielles. Le traitement dépend du Mansonella spp infectant.

Mansonella perstans

Mansonella perstans est transmis par les morsures de moucherons (Culicoïdes) en Afrique subsaharienne et dans les Amériques du Panama à l'Argentine. On estime que plus de 100 millions de personnes sont infectées dans le monde. Les vers adultes vivent dans les cavités pleurales, péricardiques et péritonéales et dans le rétropéritoine et le mésentère. Des microfilaires non engainées sont retrouvées dans la circulation sanguine. Les moucherons les contractent quand ils absorbent un repas de sang d'un humain infecté.

La plupart des infections sont asymptomatiques ou légères. La migration des vers adultes peut provoquer des œdèmes sous-cutanés transitoires semblables à ceux de Loa loa (œdèmes de Calabar), une inflammation du péricarde ou de la plèvre, des nodules conjonctivaux, des lésions rétiniennes et une inflammation périoculaire, des symptômes non spécifiques, dont un prurit, une urticaire, des arthralgies et une sensation de malaise. Des manifestations neuropsychiatriques, une méningo-encéphalite et une hépatite ont été attribuées à M. perstans dans de rares occasions.

Le diagnostic de M. perstans est réalisée en identifiant des microfilaires non gainées dans un frottis sanguin. Les microfilaires peuvent être identifiées dans le sang de jour comme de nuit. Une éosinophilie est souvent présente.

M. perstans est relativement résistant aux médicaments, dont la diéthylcarbamazine, utilisés pour traiter d'autres maladies filaires. Des bactéries Wolbachia endosymbiotiques sont présentes chez M. perstans adulte dans certaines, mais pas dans toutes les zones géographiques. Quand Wolbachia est présent, le traitement par la doxycycline peut être curatif.

Mansonella ozzardi

Mansonella ozzardi est endémique en Amérique centrale et du Sud et dans un certain nombre d'îles des Caraïbes. L'homme est le principal réservoir d'infection. M. ozzardi est transmis par les moucherons mordants (Culicoides) et les simulies (Simulium d'Amazonicum). Le cycle de vie est similaire à celui de M. perstans si ce n'est que les vers adultes résident dans les vaisseaux lymphatiques ainsi que dans les cavités thoraciques et péritonéales. Les microfilaires sont présentes dans le sang et la peau.  

La plupart des individus porteurs de M. ozzardi sont asymptomatiques, mais certains présentent une éruption cutanée, une lymphadénopathie, des arthralgies, de la fièvre, des céphalées ou des symptômes pulmonaires. Une kératite induite par la microfilarémie à M. ozzardi a été signalée dans la région de l'Amazonie au Brésil.

Le diagnostic de M. ozzardi est confirmé par l'identification des microfilaires dans le sang ou les prélèvements cutanés. Le sang peut être prélevé à tout moment. L'éosinophilie est fréquente. Les tests sérologiques peuvent également être utiles pour identifier l'infection, mais ils ne sont pas spécifiques.

Le traitement repose sur l'ivermectine (200 mcg/kg par voie orale). Avant le traitement par l'ivermectine, les patients doivent être évalués à la recherche d'une co-infection par Loa Loa, un autre parasite filarien, s'ils se sont rendus dans des régions d'Afrique centrale où les deux parasites peuvent être contractés, car l'ivermectine peut provoquer des réactions graves chez les patients co-infectés par Loa loa. Des Wolbachia endosymbiotiques sont présents dans M. ozzardi, mais l'efficacité de la doxycycline n'a pas été évaluée.

Mansonella streptocerca

M. streptocerca est transmis dans les forêts tropicales humides d'Afrique de l'Ouest et du Centre. La prévalence de M. streptocerca est inconnue. Les primates non humains sont parfois infectés, mais ne sont pas les principaux réservoirs d'infection. Le cycle de vie de M. streptocerca est similaire à celui de M. perstans si ce n'est que les vers adultes résident dans le derme de la partie supérieure du tronc et des épaules. Des microfilaires sont présentes dans la peau. La plupart des personnes atteintes de M. streptocerca sont asymptomatiques. Un épaississement du derme, des macules hypopigmentées et une lymphadénopathie bilatérale axillaire ou inguinale peuvent être observées. Contrairement à O. volvulus, M. streptocerca adulte ne forme pas de nodules sous-cutané.

Le diagnostic de M. streptocerca est basé sur l'identification des microfilaires dans les biopsies ou les biopsies cutanées superficielles. L'éosinophilie est fréquente. La sérologie peut également être utile pour identifier une infection filarienne, mais elle n'est pas spécifique.

La diéthylcarbamazine (DEC) 6 mg/kg/jour pendant 12 jours est utilisée pour traiter M. streptocerca. La diéthylcarbamazine tue les microfilaires et les vers adultes. Cependant, elle peut aggraver les symptômes cutanés et systémiques dus à la libération d'antigènes par les microfilaires qui meurent. La diéthylcarbamazine ne doit pas être administrée en cas d'infection concomitante par O. volvulus ou lourde par Loa loa en raison du risque d'effets indésirables graves.

L'ivermectine (150 mcg/kg en une seule dose) peut réduire les charges de microfilaires de M. streptocerca, mais son impact sur l'évolution de l'infection est incertain. Avant le traitement par l'ivermectine, les patients doivent être évalués à la recherche d'une co-infection par Loa Loa, un autre parasite filarien, s'ils se sont rendus dans des régions d'Afrique centrale où les deux parasites peuvent être contractés, car l'ivermectine peut provoquer des réactions graves chez les patients lourdement co-infectés par Loa loa. On ne sait pas si M. streptocerca port des Wolbachia ou si la doxycycline a un rôle dans le traitement.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
PERIOSTAT, VIBRAMYCIN
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la tuberculose
Vidéo
Revue générale de la tuberculose
Modèles 3D
Tout afficher
SARS-CoV-2
Modèle 3D
SARS-CoV-2

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE