Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Aliments solides dans l'enfance

Par

Deborah M. Consolini

, MD, Sidney Kimmel Medical College of Thomas Jefferson University

Dernière révision totale sept. 2019| Dernière modification du contenu sept. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients

L'OMS et l'American Academy of Pediatrics recommande un allaitement maternel exclusif durant environ 6 mois, avec l'introduction d'aliments solides par la suite. D'autres organisations proposent aux parents d'introduire les aliments solides entre 4 et 6 mois tout en continuant l'allaitement au sein ou au biberon. Avant 4 mois, les aliments solides ne sont pas utiles nutritionnellement et le réflexe d'extrusion, par lequel la langue repousse tout ce qui est mis dans la bouche, rend difficile l'administration d'aliments solides. L'introduction d'aliments solides avant 4 mois et après 6 mois peuvent être associés à un risque accru d'allergies alimentaires et de maladie cœliaque.

De plus en plus de preuves suggèrent que l'introduction d'aliments solides entre l'âge de 4 mois et 6 mois pourrait réellement protéger contre le développement d'allergies alimentaires. En 2008, l'American Academy of Pediatrics a publié des lignes directrices indiquant qu'il n'existe aucune preuve que retarder l'introduction d'aliments solides (dont des aliments allergisant tels que les œufs et les arachides) au-delà de 4 à 6 mois protège contre le développement d'allergies alimentaires (1). Par la suite, plusieurs études ont évalué le bénéfice potentiel de l'introduction précoce d'aliments allergisants chez les nourrissons (2–4). Ainsi, l'introduction de tout aliment solide spécifique ne doit pas être retardée au-delà de 4 à 6 mois chez la plupart des enfants. Selon les lignes directrices actuelles pour la prévention de l'allergie aux arachides aux États-Unis, même les enfants à haut risque souffrant d'eczéma sévère ou d'allergie aux œufs doivent être initiés à des aliments contenant de l'arachide adaptés à leur âge dès l'âge de 4 à 6 mois pour réduire risque d'allergie à l'arachide tant que les mesures des IgE spécifiques de l'arachide et/ou les tests cutanés sont négatifs (5).

Au début, les aliments solides doivent être introduits après la tétée ou dans le biberon afin de s'assurer que l'apport alimentaire reste suffisant. La farine de riz enrichie en fer est traditionnellement la première la nourriture introduite car elle est non allergisante, facile à digérer et une source de fer nécessaire.

Il est généralement recommandé de n'introduire qu'un seul aliment nouveau, à une seule composante, par semaine pour identifier une éventuelle allergie alimentaire. Les aliments n'ont pas besoin d'être introduits dans un ordre spécifique, bien qu'en général, ils puissent être progressivement introduits par des textures de plus en plus grossières, p. ex., des céréales de riz aux aliments mous en passant par les aliments hachés.

La viande, réduite en purée pour éviter une fausse route accidentelle, est une bonne source de fer et de zinc (qui peuvent tous deux être insuffisants dans le régime alimentaire d’un nourrisson exclusivement nourri au sein); il s’agit donc d’un bon complément alimentaire précoce.

Le nourrisson végétarien peut recevoir une quantité suffisante de fer par des céréales enrichies en fer, des légumes verts feuillus et des haricots secs et une quantité suffisante de zinc par des pains de céréales complètes fermentées et des céréales enrichies pour nourrisson.

Les préparations faites à la maison sont équivalentes aux aliments commerciaux, mais les préparations disponibles dans le commerce de carottes, betteraves, navets, légumes verts et épinards sont préférables avant l'âge de 1 an car les concentrations de nitrates y sont contrôlées. Un taux élevé de nitrate, qui peut induire une méthémoglobinémie chez les jeunes enfants, est présent lorsque les légumes sont cultivés avec de l'eau contaminée par des engrais.

Les aliments à éviter comprennent

  • Le miel jusqu'à 1 an parce qu'il existe un risque de botulisme infantile

  • Des aliments qui, en cas d'ingestion, pourraient obstruer les voies respiratoires de l'enfant (p. ex., noix, bonbons ronds, pop-corn, hot-dogs, la viande sauf si elle est en purée, le raisin sauf s'il est coupé en petits morceaux)

Les noix (noisettes, cacahuètes) doivent être évitées jusqu'à l'âge de 2 ou 3 ans car elles ne s'écrasent pas complètement avec la mastication et de petits morceaux peuvent être inhalés avec ou sans obstruction bronchique, ce qui peut entraîner une pneumopathie et d'autres complications.

À ou après 1 an, les enfants peuvent commencer à boire du lait de vache entier; le lait réduit en matière grasse est évité jusqu’à 2 ans alors que le reste de l'alimentation ressemble à celle de la famille. Les parents doivent être informés de limiter la consommation de lait à 480 à 600 mL/jour chez l’enfant en bas âge; une consommation plus élevée peut réduire l’apport d'autres sources importantes de nutriments et contribuer à une carence martiale.

Le jus de fruit est une source nutritionnelle insuffisante et contribue aux caries dentaires; il doit être limité à 120 à 130 mL/jour ou évité totalement.

Vers environ 1 an, la vitesse de croissance se ralentit habituellement. L'enfant a moins besoin de nourriture et peut la refuser à certains repas. Il faut rassurer les parents et leur conseiller d'évaluer les quantités de nourriture consommée sur une semaine plutôt que sur un seul repas ou sur un seul jour. La sous-alimentation en aliments solides n'est préoccupante que lorsque les enfants n'atteignent pas les poids prévus selon un calendrier approprié.

Références

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE