Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Arthrite à cristaux de pyrophosphate de calcium

(Maladie par dépôt de cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté; Arthrite aiguë par dépôt de pyrophosphate de calcium; Chondrocalcinose; Arthropathie au pyrophosphate; Pseudogoutte)

Par

Brian F. Mandell

, MD, PhD, Cleveland Clinic

Dernière révision totale oct. 2020| Dernière modification du contenu oct. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

L'arthrite à cristaux de pyrophosphate de calcium est dû à la présence de dépôts intra- et/ou extra-articulaires de pyrophosphate de calcium dihydraté. Les manifestations sont protéiformes et peuvent être minimes ou sous forme de crises intermittentes d'arthrite aiguë, appelées pseudo-goutte ou arthrite aiguë au pyrophosphate de calcium et entraîner une arthropathie dégénérative souvent sévère. Le diagnostic est fait par l'identification des cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté dans le liquide synovial. Le traitement des crises de pseudo-goutte repose sur l'injection intra-articulaire de corticostéroïdes ou sur les glucocorticoïdes oraux, les AINS ou la colchicine.

La maladie à dépôts de cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté (chondrocalcinose, arthropathie au pyrophosphate), qu'elle soit symptomatique ou asymptomatique, est plus fréquente avec l'âge.

La chondrocalcinose asymptomatique est fréquente au niveau du genou, des articulations métacarpophalangiennes, hanche, poignet, anneau fibreux des disques intervertébraux, de la symphyse pubienne et de la colonne vertébrale. L'homme est quasiment autant touché que la femme.

Étiologie

La cause de l'arthrite à cristaux de pyrophosphate de calcium est inconnue. La fréquente association à d'autres pathologies, telles que traumatisme (y compris chirurgical), hypomagnésémie, hyperparathyroïdie, goutte, hémochromatose et l'âge, suggère que les dépôts de cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté sont secondaires à des anomalies dégénératives ou métaboliques des tissus atteints.

De rares cas sont familiaux, habituellement transmis selon un mode héréditaire autosomique dominant, avec une pénétration complète à 40 ans.

Des études récentes indiquent que la protéine ankyrine (ANK) est un facteur central dans la production de l'excès de pyrophosphate extracellulaire, qui favorise la formation de cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté. La protéine ANK est le transporteur supposé du pyrophosphate intracellulaire et des microvésicules vers le milieu extracellulaire où les cristaux de CPPD se forment.

Symptomatologie

Une arthrite aiguë, subaiguë ou chronique peut survenir, habituellement dans le genou ou au niveau d'autres grosses articulations périphériques; c'est pourquoi la maladie des cristaux de pyrophosphate de calcium peut simuler beaucoup d'autres formes d'arthrite. Les crises aiguës sont parfois similaires à la goutte, mais sont habituellement moins intenses. Entre les crises, il peut n'y avoir aucun symptôme d'arthrite à cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté ou de symptômes modérés persistants dans plusieurs articulations, similaires à ceux de la polyarthrite rhumatoïde ou de l'arthrose. Ce type évolutif a tendance à durer toute la vie.

Diagnostic

  • Analyse du liquide synovial

  • Identification des cristaux au microscope

L'arthrite à cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté doit être suspectée devant une arthrite chez un sujet âgé, en particulier si elle est inflammatoire.

Le diagnostic de l'arthrite à cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté est établi en identifiant des cristaux dans le liquide synovial rhomboïdes ou en forme de bâtonnet qui ne sont pas ou qui sont faiblement biréfringents et à biréfringence positive en microscopie à lumière polarisée. Le liquide articulaire lors des accès aigus présente typiquement des signes d'inflammation; ainsi, une arthrite infectieuse concomitante à la goutte (autre cause fréquente de liquide articulaire inflammatoire) doit également être exclue. Une arthrite septique doit être écartée par la coloration de Gram et la culture. La goutte est généralement au mieux exclue par l'absence de cristaux d'urate dans le liquide de l'articulation enflammée. Il convient de remarquer qu'un patient peut avoir à la fois une goutte et une pseudo-goutte. La rx ou l'échographie sont indiquée si on ne peut prélever de liquide synovial pour analyse; la présence de multiples calcifications linéaires ou ponctuées au sein du cartilage articulaire, en particulier les fibrocartilages, étaye le diagnostic mais ne permet pas d’exclure le diagnostic de goutte ou d'infection. Les signes échographiques typiques de la goutte (signe du double contour) peuvent simuler les signes de dépôts de cristaux de pyrophosphate de calcium.

Pronostic

Le pronostic des crises aiguës d'arthrite à cristaux de pyrophosphate de calcium dihydraté est généralement excellent. Cependant, une arthrite chronique peut apparaître, et une arthropathie destructrice sévère semblable à celle des arthropathies neurogènes (arthropathie de Charcot).

Traitement

  • Corticostéroïdes intra-articulaires

  • Médicaments anti-inflammatoire non stéroïdiens (AINS)

  • Colchicine en entretien

Les symptômes d'un épanchement articulaire aigu s'atténuent lors de l'évacuation du liquide synovial accompagnée de l'injection intra-articulaire d'un corticostéroïde retard (p. ex., 40 mg d'acétate de prednisolone ou la prednisolone butylacétate tertiaire dans un genou).

L'indométhacine, le naproxène ou un autre AINS administré à dose anti-inflammatoire permet souvent un contrôle rapide des crises. Le traitement par la colchicine des crises aiguës est identique à celui de la goutte. La colchicine 0,6 mg par voie orale 1 ou 2 fois/jour peut réduire la fréquence de récidive des crises aiguës. Les antagonistes de l'interleukine-1 tels que l'anakinra peuvent également être efficaces.

Points clés

  • Une chondrocalcinose asymptomatique devient fréquente avec l'âge, en particulier au niveau du genou, du poignet, de la hanche, de l'annulus fibrosus des disques intervertébraux et de la symphyse pubienne.

  • L'arthrite peut toucher le genou et des grosses articulations périphériques, et simuler d'autres formes d'arthrite.

  • Examiner le liquide articulaire à la recherche de cristaux de formes caractéristiques rhomboïde ou de bâtonnet dans le liquide synovial et qui ne sont pas biréfringents ou sont à biréfringence faiblement positive et exclure une infection de l'articulation.

  • En cas de symptômes aigus, traiter par un corticostéroïde intra-articulaire ou un AINS par voie orale; la colchicine ou l'anakinra peuvent également être efficaces.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
ORAPRED, PRELONE
COLCRYS
KINERET
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE