Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Parkinsonisme secondaire et atypique

Par

Hector A. Gonzalez-Usigli

, MD, HE UMAE Centro Médico Nacional de Occidente

Examen médical févr. 2022
Voir l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Le parkinsonisme secondaire correspond à un groupe de troubles présentant des caractéristiques similaires à celles de la maladie de Parkinson, mais dont l'étiologie est différente. Le parkinsonisme atypique correspond à un groupe de troubles neurodégénératifs autres que la maladie de Parkinson qui ont certaines des caractéristiques de la maladie de Parkinson, mais qui ont des caractéristiques cliniques différentes et une réponse différente au traitement et le pronostic est plus défavorable. Le diagnostic repose sur le bilan clinique et la réponse à la lévodopa. Le traitement est, si possible, celui de la cause.

Dans le parkinsonisme secondaire, le mécanisme est un blocage ou une perturbation de l'action de la dopamine au niveau des noyaux gris centraux.

Le parkinsonisme atypique correspond à des troubles neurodégénératifs tels que

Étiologie du parkinsonisme secondaire et atypique

La cause la plus fréquente de parkinsonisme secondaire est

  • La prise de médicaments qui diminuent l'activité dopaminergique

Ces médicaments comprennent les suivants

  • Les antipsychotiques (p. ex., phénothiazine, thioxanthène, butyrophénone)

  • Les antiémétiques et médicaments gastro-intestinaux (p. ex., métoclopramide, prochlorpérazine, cinitapride, clebopride)

  • Médicaments qui épuisent la dopamine (p. ex., tétrabénazine, réserpine)

  • En dehors des États-Unis, cinnarizine et flunarizine

Tableau

Référence pour l'étiologie

  • 1. Wang Z, Zhang Y, Hu F, et al: Pathogenesis and pathophysiology of idiopathic normal pressure hydrocephalus. CNS Neurosci Ther 26 (12):1230-1240, 2020. Epub 2020 Nov 26. doi: 10.1111/cns.13526

Symptomatologie

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Réponse faible au traitement par la lévodopa

  • Pour le diagnostic différentiel, parfois neuro-imagerie

Pour différencier la maladie de Parkinson d'un syndrome parkinsonien secondaire ou atypique, il faut tenir compte de la réponse à la lévodopa qui, si elle est spectaculaire évoque très fortement une maladie de Parkinson.

Les causes de syndrome parkinsonien peuvent être identifiées par les éléments suivants:

  • Une anamnèse approfondie, y compris professionnelle, médicamenteuse, et antécédents familiaux

  • Une recherche des déficits neurologiques caractéristiques de maladies neurodégénératives autres que la maladie de Parkinson

  • Une neuro-imagerie lorsqu'elle est indiquée

Les déficits qui suggèrent des troubles neurodégénératifs autres que la maladie de Parkinson sont les paralysies du regard Paralysie conjuguée du regard Une paralysie conjuguée du regard est l'incapacité à bouger les deux yeux ensemble dans une même direction, horizontale (le plus souvent) ou verticale. (Voir aussi Revue générale des troubles... en apprendre davantage , des signes de dysfonctionnement des voies corticospinales (p. ex., hyperréflexie), des myoclonies Myoclonies Une myoclonie est une contraction brève et brusque d'un muscle ou d'un groupe musculaire. Le diagnostic est clinique et parfois confirmé par l'électromyogramme. Le traitement comprend la correction... en apprendre davantage , une dysautonomie Revue générale du système nerveux végétatif Le système nerveux végétatif régule les processus physiologiques. Cette régulation se produit sans contrôle conscient, c'est-à-dire, de façon autonome. Les 2 grandes divisions sont les Système... en apprendre davantage Revue générale du système nerveux végétatif (si précoce ou sévère), une ataxie cérébelleuse Troubles cérébelleux Les troubles cérébelleux ont de nombreuses causes, dont les malformations congénitales, les ataxies héréditaires et les pathologies acquises. La cause des symptômes varie, mais implique généralement... en apprendre davantage , une dystonie Dystonies Les dystonies sont des contractions musculaires involontaires soutenues de groupes de muscles antagonistes de la même partie du corps, conduisant à une posture anormale ou saccadée durable,... en apprendre davantage évidente, une apraxie idéomotrice (incapacité à imiter les mouvements de la main), une démence Démence La démence est une détérioration chronique globale de la cognition, habituellement irréversible. Le diagnostic est clinique; les examens de laboratoire et d'imagerie sont habituellement indiqués... en apprendre davantage précoce, des chutes précoces, et un confinement à un fauteuil roulant.

Traitement

  • Traitement de la cause

  • Mesures physiques

La cause du parkinsonisme secondaire est corrigée ou traitée, si possible, parfois cela entraîne une amélioration ou la disparition des symptômes.

Les médicaments utilisés pour traiter la maladie de Parkinson sont souvent inefficaces ou n'ont que des bénéfices transitoires. Mais l'amantadine, un médicament anticholinergique (p. ex., benzatropine) peut améliorer le syndrome parkinsonien secondaire aux antipsychotiques. Cependant, ces médicaments pouvant augmenter aggraver le déclin cognitif et éventuellement la pathologie tau et la neurodégénérescence, leur utilisation doit être limitée (1 Références pour le traitement Le parkinsonisme secondaire correspond à un groupe de troubles présentant des caractéristiques similaires à celles de la maladie de Parkinson, mais dont l'étiologie est différente. Le parkinsonisme... en apprendre davantage , 2 Références pour le traitement Le parkinsonisme secondaire correspond à un groupe de troubles présentant des caractéristiques similaires à celles de la maladie de Parkinson, mais dont l'étiologie est différente. Le parkinsonisme... en apprendre davantage ).

Des mesures physiques pour maintenir la mobilité et l'indépendance sont utiles (comme dans la maladie de Parkinson). L'objectif est d'optimiser l'activité motrice. Les patients doivent augmenter leurs activités de la vie quotidienne autant que possible. S'ils n'y parviennent pas, la kinésithérapie ou l'ergothérapie, qui peuvent impliquer un programme d'exercice régulier, permettent de les reconditionner physiquement. Les thérapeutes peuvent enseigner aux patients des stratégies adaptatives et leur permettre de faire des adaptations appropriées à la maison (p. ex., l'installation de barres d'appui afin de réduire le risque de chutes) et recommande des appareils adaptatifs qui peuvent être utiles.

Une bonne nutrition est importante.

Références pour le traitement

  • 1. Yoshiyama Y, Kojima A, Itoh K, Uchiyama T, Arai K: Anticholinergics boost the pathological process of neurodegeneration with increased inflammation in a tauopathy mouse model. Neurobiol Dis 2012 45 (1):329-336, 2012. doi: 10.1016/j.nbd.2011.08.017

  • 2. Yoshiyama Y, Kojima A, Itoh K, et al: Does anticholinergic activity affect neuropathology? Implication of neuroinflammation in Alzheimer's disease. Neurodegener Dis 15 (3):140-148, 2015. doi: 10.1159/000381484

Points clés

  • Le parkinsonisme peut être causé par des médicaments, des toxines, des troubles neurodégénératifs et d'autres troubles cérébraux (p. ex., accident vasculaire cérébral, tumeur, infection, traumatisme, hypoparathyroïdie).

  • Suspecter un parkinsonisme sur la clinique et le différencier de la maladie de Parkinson en fonction de l'absence de réponse à la lévodopa; une neuroimagerie peut être nécessaire.

  • Rechercher les déficits qui suggèrent un trouble neurodégénératif autre que la maladie de Parkinson.

  • Corriger ou traiter la cause si possible, et recommander des mesures physiques pour maintenir la mobilité.

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE