Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Hypervitaminose (intoxication par la vitamine) D

Par

Larry E. Johnson

, MD, PhD, University of Arkansas for Medical Sciences

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

L'hypervitaminose D est habituellement due à une absorption excessive. Dans l'hypervitaminose D, la résorption osseuse et l'absorption intestinale du calcium sont augmentées, ce qui entraîne une hypercalcémie. L'hypercalcémie marquée est souvent responsable des symptômes. Le diagnostic est généralement basé sur des taux sanguins élevés du 25(OH)D. Le traitement consiste à arrêter la vitamine D, à réduire le calcium alimentaire, à restaurer la volémie et, si l'intoxication est sévère, à administrer des corticostéroïdes ou des biphosphonates.

Parce que la synthèse de 1,25-dihydroxyvitamine D (le métabolite le plus actif de la vitamine D) est strictement régulée, l'intoxication par la vitamine D ne se produit habituellement qu'en cas d'administration de posologies excessives (sur ordonnance ou prise de méga vitamines). L'administration de vitamine D à 1000 mcg (40 000 unités)/jour induit des effets toxiques chez le nourrisson en 1 à 4 mois. Chez l'adulte, l'administration de 1250 mcg (50 000 unités)/jour pendant plusieurs mois peut entraîner une intoxication. L'intoxication par la vitamine D peut survenir par iatrogénie lorsque l'hypoparathyroïdie est traitée d'une manière agressive.

Physiologie

La vitamine D a 2 formes principales:

  • D2 ( ergocalciférol)

  • D3 ( cholécalciférol): cette dernière est la forme naturelle et la forme utilisée pour la supplémentation à faible dose

La vitamine D3 est synthétisée au niveau de la peau par exposition à la lumière solaire (rayonnement ultraviolet B) et apportée dans l'alimentation principalement dans les huiles de foie de poisson de mer (voir tableau Sources, fonctions et effets des vitamines). Dans certains pays développés, le lait et d'autres aliments sont enrichis en vitamine D. Le lait maternel est faible en vitamine D et ne contient en moyenne que 10% de la quantité de vitamine D contenue dans le lait de vache enrichi.

Les taux de vitamine D peuvent diminuer avec le vieillissement en raison d'un déclin de sa synthèse au niveau de la peau. Utiliser un écran solaire et une pigmentation dermique foncée réduit également la synthèse cutanée de vitamine D.

La vitamine D est une prohormone dont plusieurs métabolites sont actifs et se comportent comme des hormones. La vitamine D est métabolisée par le foie en 25(OH)D (calcifédiol, calcidiol, 25-hydroxycholécalciférol ou 25-hydroxyvitamine D), qui est ensuite converti par les reins en 1,25-dihydroxyvitamine D (1,25-dihydroxycholécalciférol, calcitriol ou vitamine D hormone active). La 25(OH)D, forme principale en circulation, a une activité métabolique, mais la 1,25-dihydroxyvitamine D est métaboliquement plus active. La conversion en 1,25-dihydroxyvitamine D est régulée par sa propre concentration, l'hormone parathyroïdienne (PTH), et les concentrations du calcium et phosphate sériques.

La vitamine D impacte plusieurs organes (voir tableau Rôle de la vitamine D et de ses métabolites), mais augmente principalement l'absorption de calcium et de phosphore de l'intestin et favorise la formation et la minéralisation des os.

La vitamine D et ses analogues peuvent être utilisés pour traiter le psoriasis, l'hypoparathyroïdisme, et l'ostéodystrophie rénale. L'utilité de la vitamine D dans la prévention de la leucémie et des cancers du sein, de la prostate et du côlon n'a pas été prouvée, ni son efficacité dans le traitement de divers autres troubles non-squelettiques (1, 2) ou dans la prévention des chutes (3, 4, 5) du sujet âgé. L'intérêt de la supplémentation en vitamine D dans la prévention des fractures chez les sujets âgées fragiles ou en bonne santé est à l'étude (6).

Tableau
icon

Rôle de la vitamine D et de ses métabolites

Organes

Actions

Os

Favorise la formation osseuse en maintenant des concentrations appropriées de calcium et de phosphate

Système immunitaire

Stimule les activités immunogénique et antitumorale

Diminue les risques de maladies auto-immunes

Intestin

Augmente le transport du calcium et du phosphore (par une meilleure absorption)

Reins

Augmente la réabsorption du calcium par les tubules

Glandes parathyroïdes

Inhibe la sécrétion de l'hormone parathyroïdienne

Pancréas

Stimule la production d' insuline

Références générales

  • 1. Autier P, Mullie P, Macacu A, et al: Effect of vitamin D supplementation on non-skeletal disorders: A systematic review of meta-analyses and randomised trials. Lancet Diabetes Endocrinol 5 (12):986–1004, 2017. doi: 10.1016/S2213-8587(17)30357-1.

  • 2. Manson JE, Cook NR, Lee IM, et al: Vitamin D supplements and prevention of cancer and cardiovascular disease. N Engl J Med 380(1):33-44, 2019. doi: 10.1056/NEJMoa1809944.

  • 3. Cummings SR, Kiel DP, Black DM: Vitamin D supplementation and increased risk of falling: A cautionary tale of vitamin supplements retold. JAMA Intern Med 176 (2):171–172, 2016.

  • 4. Uusi-Rasi K, Patil R, Karinkanta S, Kannus P, et al: Exercise and vitamin D in fall prevention among older women: A randomized clinical trial. JAMA Intern Med 75 (5):703–711, 2015.

  • 5. LeBlanc ES, Chou R: Vitamin D and falls—Fitting new data with current guidelines. JAMA Intern Med 175 (5):712–713, 2015.

  • 6. Zhao JG, Zeng XT, Wang J, Liu L: Association between calcium or vitamin D supplementation and fracture incidence in community-dwelling older adults: A systematic review and meta-analysis. JAMA 318:2466–2482, 2017.

Symptomatologie

Les principaux symptômes de l'intoxication par la vitamine D sont liés à l'hypercalcémie. Une anorexie, des nausées et des vomissements peuvent se développer et sont souvent suivis d'une polyurie, d'une polydipsie, d'une asthénie, d'une nervosité, d'un prurit et finalement d'une insuffisance rénale. Une protéinurie, des cylindres urinaires, une urémie et des calcifications métastatiques (en particulier dans les reins) peuvent apparaître.

Diagnostic

  • Hypercalcémie, plus facteurs de risque ou taux sérique élevé de 25(OH)D

Les apports excessifs en vitamine D représentent parfois le seul indice permettant de différencier une hypervitaminose D des autres causes d'hypercalcémie. Une calcémie élevée de 12 à 16 mg/dL (3 à 4 mmol/L) est un signe constamment retrouvé lors des symptômes d'intoxication. Le taux sérique en 25(OH)D est habituellement élevé à > 150 ng/mL (> 375 nmol/L). Les taux de 1,25-dihydroxyvitamine D, qui ne doivent pas nécessairement être évalués pour confirmer le diagnostic, sont généralement normaux.

Des évaluations régulières de la calcémie (d'abord hebdomadaires, puis mensuelles) doivent être faites chez les patients à qui on administre des posologies importantes de vitamine D, notamment de 1,25-dihydroxyvitamine D.

Traitement

  • Une hydratation par IV plus corticostéroïdes ou bisphosphonates

Après l'arrêt des apports en vitamine D, une hydratation avec une solution physiologique IV et des corticostéroïdes ou bisphosphonates (qui inhibent la résorption osseuse) sont utilisés afin de réduire les taux de calcium dans le sang.

Lorsque des lésions rénales ou des calcifications métastatiques sont présentes, elles peuvent être irréversibles.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la maladie de Wilson
Vidéo
Revue générale de la maladie de Wilson

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE