Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Troubles répétitifs du comportement centrés sur le corps

Par

Katharine A. Phillips

, MD, Weill Cornell Medical College;


Dan J. Stein

, MD, PhD, University of Cape Town

Dernière révision totale janv. 2021| Dernière modification du contenu janv. 2021
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Les troubles de comportement répétitif centrés sur le corps se caractérisent par des comportements répétitifs axés sur le corps (p. ex., se ronger les ongles, mordre sa lèvre, mâcher la joue) et par des tentatives d'arrêter ces comportements.

Les troubles du comportement répétitifs centrés sur le corps sont un exemple d'autres troubles obsessionnels-compulsifs spécifiques connexes, énumérés dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition (DSM-5). Le DSM-5 classe la trichotillomanie (trouble d'arrachage des cheveux) et le trouble d'excoriation (curage cutané) comme des troubles distincts dans le chapitre sur les troubles obsessionnels-compulsifs et apparentés; ces comportements sont aussi des types de comportements répétitifs centrés sur le corps.

Symptomatologie

Les patients qui souffrent de ce trouble se livrent de manière répétée à des activités corporelles (p. ex., se ronger les ongles, mordre sa lèvre, mâcher la joue).

Certains patients se livrent à ces activités de façon quelque peu automatique (c'est-à-dire, sans en être pleinement conscients); d'autres sont plus conscients de l'activité. Les comportements ne sont pas déclenchés par des obsessions ou des préoccupations au sujet de l'apparence, mais peuvent être précédés par une sensation de tension ou d'anxiété qui est soulagée par le curage, qui est souvent aussi accompagné d'un sentiment de satisfaction. Les sujets atteints d'un trouble du comportement répétitif centré sur le corps tentent généralement de mettre fin à leur comportement ou d'en réduire la fréquence, mais ils sont incapables de le faire.

Un syndrome sévère d'onychophagie (onychotillomanie) peut provoquer des déformations importantes des ongles (p. ex., la difformité en planche à laver) et des hémorragies sous-unguéales.

Diagnostic

  • Critères cliniques

Pour répondre aux critères de diagnostic de la DSM-5 du trouble du comportement répétitif centré sur le corps, les patients doivent

  • Présenter des comportements corporels répétitifs centrés sur le corps autres que la trichotillomanie ou le curage cutané

  • Faire des tentatives répétées de réduction ou d'arrêt des comportements

  • Éprouver une détresse significative ou une altération des comportements

Traitement

  • N-acétylcystéïne

  • Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ou la clomipramine

  • Thérapie cognitive et comportementale (habituellement renversement d'habitude)

Le traitement des troubles du comportement répétitif centrés sur le corps comprend les médicaments (p. ex., N-acétylcystéine, inhibiteurs de la recapture de la sérotonine ou la clomipramine) et la thérapie cognitivo-comportementale (le plus souvent, un entraînement au renversement d'habitude), bien que les données soient très limitées. Le renversement d'habitude, une thérapie principalement comportementale, comprend les éléments suivants:

  • Formation de sensibilisation (p. ex., auto-surveillance, identification des déclencheurs du comportement)

  • Contrôle du stimulus (modifier des situations, p. ex., éviter les déclencheurs, pour réduire la probabilité de déclencher un comportement centré sur le corps)

  • Entraînement aux réponses concurrentes (apprendre aux patients à substituer d'autres comportements, tels que serrer le poing, tricoter ou s'asseoir sur leurs mains, en cas de comportement centré sur le corps)

Le traitement est similaire à celui de la trichotillomanie et du trouble d'excoriation.

Points clés

  • Un trouble du comportement répétitif centré sur le corps implique des comportements répétés centrés sur le corps, tels que se ronger les ongles, se ronger les lèvres et mâcher ses joues.

  • Les comportements centrés sur le corps ne sont pas déclenchés par des obsessions ou des préoccupations au sujet de l'apparence, mais ils peuvent être précédés par une sensation de tension ou d'anxiété qui est soulagée par le curage, souvent suivie d'un sentiment de satisfaction.

  • Les patients atteints de ce trouble essaient généralement d'arrêter leur comportement ou de le faire moins souvent, mais ils ne le peuvent pas.

  • Traiter par N-acétylcystéine ou un inhibiteur de la recapture de la sérotonine ou la clomipramine et/ou thérapie cognitivo-comportementale incluant le renversement d'habitude.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
ANAFRANIL
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE