Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Faiblesse

Par Michael C. Levin, MD, Saskatchewan Multiple Sclerosis Clinical Research Chair and Professor of Neurology and Anatomy-Cell Biology;Adjunct Professor of Neurology, College of Medicine, University of Saskatchewan;University of Tennessee Health Science Center

La faiblesse désigne une perte de force musculaire. C’est-à-dire que les personnes ne peuvent pas bouger un muscle normalement malgré tous leurs efforts pour le faire. Cependant, le terme est souvent mal utilisé. De nombreuses personnes présentant une force musculaire normale disent qu’elles se sentent faibles lorsque le problème réel est la fatigue ou lorsque leur mouvement est limité en raison d’une douleur ou d’une raideur articulaire. La faiblesse musculaire peut être un symptôme de dysfonctionnement du système nerveux.

Pour qu’une personne bouge un muscle intentionnellement (appelé contraction musculaire volontaire) le cerveau doit générer un signal qui passe par une voie à partir du

  • Cerveau

  • Par les cellules nerveuses dans le tronc cérébral et la moelle épinière

  • Par les nerfs de la moelle épinière aux muscles (appelé nerfs périphériques)

  • Par la connexion entre les nerfs et les muscles (appelée jonction neuromusculaire)

Utiliser le cerveau pour faire bouger un muscle

Mouvoir un muscle nécessite la communication entre le muscle et le cerveau par l’intermédiaire de nerfs. L’influx qui fait se mouvoir un muscle peut provenir d’un stimulus sensitif. Par exemple, des extrémités nerveuses spéciales de la peau (récepteurs sensoriels) permettent aux personnes de définir une sensation, comme lorsqu’elles sentent la texture d’un tissu ou qu’elles plongent la main dans une poche pour trouver une pièce d’un euro parmi plusieurs pièces de monnaie. Ces informations sont envoyées au cerveau, qui renvoie un message aux muscles. Ce type d’échange implique deux voies nerveuses complexes :

  • La voie nerveuse sensorielle vers le cerveau

  • La voie nerveuse motricee vers le muscle

  • Lorsque les récepteurs sensoriels de la peau perçoivent une texture ou une forme, ils transmettent un influx nerveux (signal) qui atteint finalement le cerveau.

  • L’influx nerveux est transmis le long d’un nerf sensitif jusqu’à la moelle épinière.

  • Il traverse une synapse (point de jonction entre deux cellules nerveuses) entre le nerf sensitif et une cellule nerveuse dans la moelle épinière.

  • L’influx nerveux passe de la cellule nerveuse dans la moelle épinière au côté opposé de la moelle épinière.

  • L’influx nerveux est transmis le long de la moelle épinière en passant par le tronc cérébral et atteint le thalamus, qui est un centre de traitement des informations sensorielles situé en profondeur dans le cerveau.

  • L’influx nerveux traverse une synapse au niveau du thalamus d’où des fibres nerveuses transmettent le signal au cortex sensitif du cerveau (la zone qui reçoit et interprète les informations des récepteurs sensoriels).

  • Le cortex sensitif perçoit l’influx nerveux. Une personne peut ensuite décider d’amorcer un mouvement, ce qui déclenche un signal généré par le cortex moteur (la zone qui planifie, contrôle et exécute les mouvements volontaires).

  • Le nerf transmettant le signal passe du côté opposé, au niveau de la base du cerveau.

  • Le signal est transmis le long de la moelle épinière.

  • Il traverse une synapse entre les fibres nerveuses dans la moelle épinière et un nerf moteur, qui se trouve dans la moelle épinière.

  • L’influx nerveux part de la moelle épinière le long du nerf moteur.

  • Au niveau de la jonction neuromusculaire (où les nerfs se connectent aux muscles), l’influx est transmis du nerf moteur aux récepteurs de la plaque musculaire, et provoque le mouvement musculaire.

La quantité de tissu musculaire doit être normale, et le tissu doit être capable de se contracter en réponse au signal provenant des nerfs. Par conséquent, une vraie faiblesse se produit uniquement lorsqu’une partie de cette voie – cerveau, moelle épinière, nerfs, muscles, ou les connexions entre eux – est lésée ou malade.

La faiblesse peut se développer de façon soudaine ou graduelle. La faiblesse peut affecter tous les muscles de l’organisme (appelé faiblesse généralisée) ou seulement une partie de l’organisme. Par exemple, selon le lieu de lésion de la moelle épinière, les troubles de la moelle épinière peuvent provoquer une faiblesse uniquement des jambes.

Les symptômes dépendent des muscles affectés. Par exemple, lorsque les muscles de la poitrine sont affaiblis, les personnes peuvent avoir des difficultés à respirer. Lorsque les muscles qui contrôlent les yeux sont affaiblis, les personnes peuvent avoir une vision double.

Une faiblesse musculaire complète provoque une paralysie. Les personnes peuvent avoir d’autres symptômes selon ce qui est à l’origine de la faiblesse. La faiblesse est souvent accompagnée d’anomalies de la sensation, comme des picotements, des fourmillements et un engourdissement.

Causes

Étant donné qu’un mauvais fonctionnement sur une même partie de la voie du signal provoque des symptômes similaires indépendamment de la cause, les nombreuses causes de faiblesse musculaire sont en général regroupées par lieu de la cause ( Quelques causes et caractéristiques de la faiblesse musculaire). C’est-à-dire que les causes sont regroupées selon qu’elles touchent le cerveau, la moelle épinière, les nerfs périphériques, les muscles ou les connexions entre les nerfs et les muscles. Cependant, certains troubles affectent plus d’un lieu.

Causes fréquentes

Les causes diffèrent selon si la faiblesse est généralisée ou affecte uniquement des muscles spécifiques.

Pour la faiblesse généralisée, les causes les plus fréquentes sont

  • Une diminution de la condition physique générale (appelé déconditionnement) qui peut être induite par une maladie et/ou une diminution des réserves physiques (fragilité), comme de la masse musculaire, de la densité osseuse, et des capacités de fonctionnements cardiaque et pulmonaire particulièrement chez les personnes âgées.

  • Perte du tissu musculaire (cachexie ou atrophie) due à de longues périodes d’inactivité ou de repos au lit, comme cela se produit dans une USI

  • Lésions nerveuses dues à une blessure ou maladie grave, comme des brûlures étendues ou graves

  • Certains troubles musculaires, comme ceux dus à un faible taux de potassium (hypokaliémie), à une consommation d’alcool trop importante ou à l’utilisation de corticostéroïdes.

  • Médicaments utilisés pour paralyser les muscles par exemple, pour empêcher quelqu’un de bouger lors d’une intervention chirurgicale ou sous respirateur

Pour la faiblesse de muscles spécifiques, les causes les plus fréquentes sont

Causes moins fréquentes

De nombreuses autres conditions provoquent parfois une faiblesse ( Quelques causes et caractéristiques de la faiblesse musculaire). Par exemple, des anomalies électrolytiques (comme un faible taux de magnésium ou de calcium) peuvent provoquer une faiblesse qui parfois va et vient, ainsi que des crampes et des contractions musculaires.

Chez les personnes souffrant de convulsions, un côté du corps peut présenter une faiblesse après la fin des convulsions (la paralysie de Todd). La faiblesse dure généralement plusieurs heures.

Une glycémie faible (hypoglycémie) peut également entraîner une faiblesse, qui disparaît lorsque l’hypoglycémie est traitée.

Fatigue

La plupart des personnes indiquent une faiblesse alors que leur véritable problème est la fatigue. Les causes fréquentes de fatigue sont : maladie sévère, cancer, infection chronique (comme une infection par le VIH, hépatite ou mononucléose), insuffisance cardiaque, anémie, syndrome de fatigue chronique, fibromyalgie et troubles de l’humeur (comme la dépression).

Évaluation

En premier lieu, les médecins essayent de déterminer si les personnes sont faibles ou simplement fatiguées. Si les personnes sont faibles, les médecins déterminent alors si la faiblesse est assez sévère ou s’aggrave assez rapidement pour menacer le pronostic vital.

Signes avant-coureurs

Chez les personnes présentant une faiblesse, les symptômes suivants sont un sujet de préoccupation :

  • Faiblesse qui devient grave en quelques jours ou moins

  • Gêne respiratoire

  • Difficulté à lever la tête en étant couché

  • Difficulté à mâcher, parler et avaler

  • Perte de la capacité à marcher

Quand consulter un médecin

Les personnes qui présentent un signe avant-coureur doivent se rendre immédiatement aux urgences. Des soins médicaux immédiats sont essentiels, car la faiblesse accompagnée d’un signe avant-coureur peut s’aggraver rapidement et provoquer un handicap permanent ou être mortelle.

Si les personnes présentent des symptômes suggérant un AVC ( Quelques causes et caractéristiques de la faiblesse musculaire), elles doivent immédiatement consulter un médecin, car un traitement précoce peut aider à limiter la perte fonctionnelle et sensorielle.

Les personnes ne présentant pas de signes de mise en garde devront consulter leur médecin. Le médecin peut décider de la rapidité avec laquelle les patients ont besoin d’être examinés, en fonction de leurs symptômes et d’autres troubles présents. Pour la plupart de ces personnes, un délai de quelques jours n’est pas dangereux.

Si la faiblesse s’aggrave progressivement (sur des mois ou des années), les personnes parleront du problème avec leur médecin lors de la prochaine visite de routine.

Que fait le médecin

Les médecins posent d’abord des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux de la personne. Le médecin réalise ensuite un examen clinique. Ce qu’il trouve au cours de l’examen des antécédents et de l’examen clinique suggère souvent une étiologie et les analyses qui doivent être effectuées ( Quelques causes et caractéristiques de la faiblesse musculaire).

Les médecins demandent aux personnes de décrire en détail ce qu’elles ressentent comme faiblesse. Le médecin pose les questions suivantes :

  • Quand la faiblesse a-t-elle commencé

  • Si elle a commencé soudainement ou progressivement

  • Si elle est constante ou s’aggrave

  • Si les muscles sont touchés

  • Si et comment la faiblesse affecte la capacité à accomplir certaines activités, comme respirer, se brosser les dents ou les cheveux, parler, avaler, se mettre debout à partir d’une position assise, monter les escaliers et marcher

  • Si elles présentent d’autres symptômes qui indiquent un mauvais fonctionnement du système nerveux comme des problèmes de vue ou d’élocution, une perte de sensation ou de mémoire, ou des crises convulsives

  • Si certaines activités ou affections (la chaleur ou l’utilisation répétée d’un muscle, par exemple) aggrave la faiblesse

Ce qui semble être une faiblesse soudaine est parfois une faiblesse progressive, mais les personnes ne la remarquent pas jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus faire quelque chose, comme marcher ou lacer leurs chaussures.

Selon la description de la faiblesse, les médecins peuvent souvent identifier les causes les plus probables, comme :

  • Une maladie musculaire : Une faiblesse commençant dans les hanches et les cuisses ou les épaules (à savoir, les personnes ont des difficultés à rester debout ou à soulever leurs bras au-dessus de la tête) et sans effet sur la sensation

  • Une maladie des nerfs périphériques : Une faiblesse commençant dans les mains et les pieds (à savoir, les personnes ont des difficultés à soulever une tasse, à écrire ou à enjamber un trottoir) et perte de sensation

Les médecins se renseignent également sur d’autres symptômes, qui peuvent suggérer une ou plusieurs causes. Par exemple, si des personnes présentant un mal de dos ou un antécédent de cancer indiquent une faiblesse dans une jambe, la cause peut être une propagation du cancer qui comprime la moelle épinière.

On interroge les personnes sur les symptômes qui évoquent une fatigue ou un autre problème, plutôt qu’une réelle faiblesse musculaire. La fatigue a tendance à provoquer des symptômes plus généraux que la véritable faiblesse musculaire, et la fatigue ne suit pas un schéma particulier. Elle est présente tout le temps et touche tout l’organisme. Les personnes présentant une réelle faiblesse musculaire indiquent souvent une difficulté à accomplir des tâches spécifiques, et la faiblesse suit un certain schéma (par exemple, elle s’aggrave après avoir marché).

Les médecins se renseignent sur des troubles récents ou actuels qui provoquent fréquemment la fatigue comme toute maladie grave récente ou un trouble de l’humeur (comme une dépression).

Les médecins se renseignent sur l’utilisation passée ou actuelle de drogues, y compris l’alcool et les drogues à usage récréatif. Si les membres de la famille ont présenté des symptômes similaires, cela peut aider les médecins à déterminer si la cause est héréditaire.

Lors d’un examen clinique, les médecins se concentrent sur le système nerveux (examen neurologique) et sur les muscles.

Les médecins observent la démarche de la personne. La démarche peut suggérer le trouble à l’origine des symptômes ou sa localisation. À titre d’exemple, si la personne traine une jambe, ne balance pas l’un de ses bras autant que l’autre lorsqu’elle marche, ou les deux, ses symptômes peuvent être dus à un AVC. Les médecins recherchent également d’autres signes qui pourraient indiquer un mauvais fonctionnement du système nerveux comme une perte de coordination ou de sensation.

Les nerfs crâniens (qui connectent le cerveau aux yeux, aux oreilles, au visage et à diverses parties de l’organisme) sont testés, par exemple en vérifiant les mouvements des yeux, la capacité à parler clairement et la capacité à tourner la tête ( Visualiser les nerfs crâniens).

La taille des muscles est vérifiée ainsi que les mouvements non intentionnels inhabituels (comme les contractions et tremblements involontaires). Les médecins notent comme les muscles bougent facilement et s’il y a une résistance involontaire au mouvement (détectée lorsque les médecins essayent de bouger un muscle qu’ils ont demandé à la personne de relâcher).

Les réflexes sont vérifiés. Les réflexes sont des réponses automatiques à un stimulus. Les médecins testent, par exemple, le réflexe rotulien en tapant doucement sur le tendon en dessous de la rotule avec un marteau en caoutchouc. Normalement, les genoux bougent alors involontairement. Cette évaluation aide les médecins à identifier quelle partie du système nerveux est probablement affectée :

  • Le cerveau ou la moelle épinière : Si des réflexes sont très faciles à déclencher et sont forts

  • Les nerfs : Si des réflexes sont difficiles à déclencher et sont lents ou absents

La force musculaire est testée en demandant à la personne de pousser ou de tirer face à une résistance ou de réaliser des manœuvres qui requièrent de la force, comme marcher sur les talons et les pointes des pieds ou de rester debout.

Un examen clinique général est réalisé pour rechercher d’autres symptômes qui peuvent évoquer une cause, comme une difficulté à respirer.

En général, si les antécédents médicaux et l’examen clinique ne détectent pas d’anomalies spécifiques qui évoquent une maladie du cerveau, de la moelle épinière ou des muscles, la cause est probablement la fatigue.

Quelques causes et caractéristiques de la faiblesse musculaire

Cause

Caractéristiques fréquentes*

Examens

Troubles cérébraux

Céphalées, changements de la personnalité, confusion, difficulté de concentration, somnolence, perte de l’équilibre et de la coordination, et paralysie ou engourdissement

Parfois convulsions

IRM ou TDM cérébrale

Sclérose en plaques (touche le cerveau, la moelle épinière ou les deux)

En général, d’autres symptômes de dysfonctionnement du système nerveux (comme la perte de sensation, la perte de la coordination et des problèmes de vue)

Une faiblesse qui

  • A tendance à aller et venir

  • Touche parfois différentes parties de l’organisme

  • Est pire par temps chaud

IRM du cerveau

Parfois, une ponction lombaire

Symptômes qui apparaissent soudainement :

  • Faiblesse ou paralysie, en général d’un seul côté de l’organisme

  • Anomalies ou perte de sensation d’un seul côté de l’organisme

  • Difficultés à s’exprimer, parfois avec des difficultés d’élocution

  • Confusion

  • Pénombre, obscurcissement ou perte de la vue, particulièrement dans un œil

  • Étourdissement ou perte de l’équilibre et coordination

Un examen médical du médecin

TDM ou IRM du cerveau

Maladies de la moelle épinière

Myélite transverse aiguë (inflammation de la moelle épinière soudaine), souvent due à

  • Sclérose en plaques

  • Inflammation des vaisseaux sanguins

  • Certaines infections comme la maladie de Lyme ou la syphilis

Picotements, engourdissements et faiblesse musculaire qui

  • Survient rapidement (de quelques heures à quelques jours)

  • Commence dans le pied et remonte

En général, une oppression autour de la poitrine ou de l’abdomen

Difficulté souvent à uriner

Lorsqu’une lésion est sévère, la perte de contrôle de la vessie et des intestins et/ou une réduction de réponse sexuelle, y compris un dysfonctionnement de l’érection chez les hommes

IRM ou TDM de la moelle épinière

Ponction lombaire

Analyses de sang

Syndrome de la queue de cheval, provoqué par une pression sur plusieurs racines des nerfs rachidiens, qui peut être induit par

  • Hernies ou ruptures discales

  • Propagation d’une tumeur à la colonne vertébrale

Faiblesse dans les deux jambes

Perte de sensation dans la partie interne supérieure des cuisses, des fesses, de la région génitale et de la zone entre elles (zone de la selle)

En général, douleur dans le bas du dos

Perte du contrôle de la vessie et des intestins et/ou réduction de la réponse sexuelle, y compris dysfonctionnement de l’érection chez les hommes

IRM ou TDM de la moelle épinière

Compression de la moelle épinière qui se développe soudainement (aiguë), qui peut être induite par

  • Abcès (poches de pus)

  • Hématomes (poches de sang)

  • Lésions cervicales ou dorsales

  • Certains cancers

Symptômes qui se développent en quelques heures ou jours

Faiblesse ou paralysie des jambes et parfois des bras et perte de sensation

Avec abcès ou tumeurs, sensibilité à la palpation de la zone comprimée

IRM ou TDM de la moelle épinière

Compression de la moelle épinière qui se développe lentement (chronique) qui peut être induite par

  • Spondylose cervicale (dégénérescence des disques de la colonne vertébrale due à de l’arthrite)

  • Sténose rachidienne (rétrécissement du passage de la moelle épinière) due à de l’arthrite

  • Quelques tumeurs

Symptômes qui sont présents depuis des semaines à des mois

Lorsqu’une lésion est sévère, la perte de contrôle de la vessie et des intestins et/ou une réduction de réponse sexuelle, y compris un dysfonctionnement de l’érection chez les hommes

IRM ou TDM de la moelle épinière

Compression d’une racine d’un nerf rachidien par un disque fracturé

Faiblesse, engourdissements ou les deux dans une jambe ou un bras

En général, une douleur dorsale ou cervicale qui se propage dans la jambe ou le bras

En général, une IRM ou une TDM de la moelle épinière

En général, une électromyographie (en stimulant les muscles et en enregistrant leur activité électrique)

Parfois des études de conduction nerveuse (mesurant la rapidité de transmission du signal par les nerfs)

Sclérose en plaques (touche le cerveau, la moelle épinière ou les deux)

En général, d’autres symptômes de dysfonctionnement du système nerveux (comme la perte de sensation, la perte de la coordination et des problèmes de vue)

Une faiblesse qui

  • A tendance à aller et venir

  • Touche parfois différentes parties de l’organisme

  • Est pire par temps chaud

IRM du cerveau et de la moelle épinière

Parfois, ponction lombaire

Troubles qui affectent les nerfs périphériques et le cerveau ou la moelle épinière§

Faiblesse musculaire progressive qui

  • Parfois commence dans les mains

  • Parfois affecte un côté plus que l’autre

Maladresse, contractions musculaires involontaires et crampes musculaires

Salivation et difficulté à parler et à avaler

Au fur et à mesure de la progression de la maladie, difficulté à respirer et éventuellement le décès

Électromyographie et parfois études de conduction nerveuse

Parfois une IRM de la moelle épinière pour écarter des troubles de la moelle épinière qui peuvent provoquer des symptômes similaires

Muscles qui se fatiguent facilement et faiblesse musculaire progressive

Parfois des secousses musculaires et perte de tissu musculaire

Chez des personnes qui ont souffert de la polio

Électromyographie et parfois études de conduction nerveuse

Troubles qui affectent simultanément de nombreux nerfs (polyneuropathies)

Faiblesse et souvent perte de sensation qui

  • En général commencent dans les deux jambes

  • Puis progressent vers le haut jusqu’aux bras

Lorsqu’elle s’aggrave, difficulté à avaler et à respirer

Électromyographie et études de conduction nerveuse

Ponction lombaire

Lésion nerveuse provoquée par

Faiblesse musculaire qui

  • Débute souvent dans les deux pieds

  • Puis touchent les mains

  • Puis progresse dans les jambes et les bras

Perte de sensation, généralement avant une faiblesse musculaire

Perte des réflexes

Électromyographie et études de conduction nerveuse

D’autres tests selon le trouble suspecté, comme

  • Examens urinaires pour rechercher les toxines

  • Examens sanguins pour rechercher certains anticorps ou pour mesurer les taux de sucre, de vitamine et de drogues

  • Parfois, ponction lombaire

Troubles qui touchent les connexions entre les nerfs et les muscles (troubles de la jonction neuromusculaire)

Botulisme (dû à la bactérie Clostridium botulinum)

Au début, souvent une sécheresse de la bouche, des paupières tombantes, des problèmes de vision (comme une vision double), difficulté à avaler et à parler, et rapidement une faiblesse musculaire progressive, souvent débutant sur le visage et se propageant dans l’organisme

Lorsque la nourriture contaminée en est la source, nausées, vomissements, crampes d’estomac, et diarrhée.

Aucun changement dans la sensation

Examens de sang et des selles pour rechercher les toxines produites par la bactérie

Parfois, une électromyographie ou un examen des selles pour recherche la bactérie

Paupières faibles et tombantes, vision double, difficulté à parler et avaler et faiblesse dans les bras et les jambes

Faiblesse excessive des muscles affectés qui

  • Survient après sollicitation des muscles

  • Disparait lorsqu’ils sont au repos

  • Revient lorsqu’ils sont à nouveau sollicités

Utilisation d’un médicament (test édriophonium) pour savoir s’il améliore la force musculaire après sollicitation des muscles

Des tests sanguins pour rechercher certains anticorps et/ou une électromyographie

Larmoiement, vision trouble, salivation accrue, transpiration, toux, vomissements, fréquences de selles et des urines, et muscles faibles qui se contractent

Un examen médical du médecin

Parfois des examens sanguins pour identifier la toxine

Toxine botulique lorsqu’une dose trop élevée est utilisée pour traiter une dystonie ou d’autres spasmes musculaires

Faiblesse des muscles traités ou parfois de tous les muscles

Un examen médical

Troubles qui affectent les muscles (myopathies)§

Dysfonctionnement musculaire dû à la consommation d’alcool, de corticostéroïdes ou de divers autres médicaments

Faiblesse qui a tendance à provoquer en premier lieu une difficulté à se lever ou à lever les bras au-dessus de la tête

L’utilisation d’un médicament qui peut provoquer une lésion musculaire

Lorsque cela est dû à la consommation d’alcool ou de certaines autres drogues, des courbatures et des douleurs musculaires

Un examen médical du médecin

L’arrêt de toute drogue qui peut provoquer un dysfonctionnement musculaire

Parfois, électromyographie

Examens sanguins pour mesurer les taux d’enzymes musculaires des muscles lésés qui passent dans le sang

Infections virales qui provoquent une inflammation musculaire

Des courbatures et des douleurs musculaires qui sont aggravées par un mouvement, particulièrement la marche

Parfois de la fièvre, le nez qui coule, de la toux, un mal de gorge et/ou de la fatigue

Parfois uniquement un examen clinique

Biopsie musculaire (retrait d’un morceau de tissu musculaire pour être examiné par microscope)

Conditions qui causent une perte de masse musculaire généralisée:

Perte de tissu musculaire

Chez des personnes avec une preuve évidente du problème

Un examen médical du médecin

Anomalies électrolytiques dues à certaines affections ou à l’utilisation de diurétiques :

Une faiblesse qui

  • Affecte tout l’organisme

  • Apparaît et disparait

  • Est souvent accompagnée de crampes et de secousses musculaires

Examens sanguins pour mesurer le taux de potassium et autres électrolytes

(comme une dystrophie musculaire de Duchenne et une dystrophie musculaire des ceintures)

Faiblesse musculaire progressive qui

  • Peut débuter à la naissance, à l’enfance ou à l’âge adulte

  • Selon le type, peut progresser rapidement, provoquant un décès précoce

Dans certains types, une colonne vertébrale anormalement courbée (scoliose) et une faiblesse des spinaux, qui se développent souvent pendant l’enfance

Des antécédents familiaux détaillés pour déterminer si un membre de la famille a présenté un trouble semblable

Analyse génétique

Biopsie musculaire

Radiographies de la colonne vertébrale pour vérifier la scoliose

*Les caractéristiques sont les symptômes et les résultats de l’examen clinique. Les caractéristiques mentionnées sont typiques, mais ne sont pas toujours présentes.

Les symptômes varient selon le lieu (niveau) de la lésion. Les zones qui sont alimentées par les parties de la moelle épinière en-dessous de la partie lésée sont affectées ( Où la moelle épinière est-elle endommagée ?).

Aux États-Unis, l’IRM est généralement disponible. Cependant, dans le cas contraire, une myélographie associée à une TDM (radiographie prise après injection d’un produit de contraste radio-opaque par le biais d’une rachicentèse) peut être effectuée.

§La sensation n’est en général pas touchée.

TDM = Tomodensitométrie ; IRM = imagerie par résonance magnétique.

Examens

Si la personne a une faiblesse généralisée grave ou progressant rapidement ou un problème de respiration, les médecins commencent par réaliser des examens pour évaluer la force des muscles respiratoires (tests de la fonction pulmonaire). Les résultats de ces tests aident les médecins à estimer le risque de dysfonctionnement soudain et grave des poumons (insuffisance respiratoire aiguë).

D’autres examens sont réalisés en fonction du lieu où les médecins pensent que se situe le problème :

  • Une maladie cérébrale : Imagerie par résonnance magnétique (IRM), ou si l’IRM n’est pas possible, une tomodensitométrie (TDM)

  • Maladie de la moelle épinière : IRM, ou si L’IRM n’est pas possible, une myélographie et parfois une ponction lombaire

  • Un trouble du nerf périphérique (y compris des polyneuropathies) ou un trouble de la jonction neuromusculaire : Une électromyographie et en général des études de conduction nerveuse

  • Un trouble musculaire (myopathie) : Une électromyographie, en général des études de conduction nerveuse, et éventuellement une IRM, une mesure des enzymes musculaires, une biopsie musculaire, et/ou des tests génétiques.

Occasionnellement, une IRM n’est pas disponible ou ne peut pas être pratiquée – par exemple chez des personnes qui ont un stimulateur cardiaque, un dispositif métallique implanté ou un autre objet métallique (comme des éclats d’obus) dans leur corps. Dans ces cas, un autre test est réalisé.

Pour une myélographie par TDM, une TDM est réalisée une fois une aiguille introduite dans le bas du dos pour injecter un produit radio-opaque dans le liquide qui entoure la moelle épinière.

Dans l’électromyographie, une petite aiguille est introduite dans un muscle pour en enregistrer l’activité électrique, au repos ou en cours de contraction.

Les études de la conduction nerveuse utilisent des électrodes ou de petites aiguilles pour stimuler un nerf. Les médecins mesurent alors la rapidité de transmission des signaux par les nerfs.

Si la personne n’a aucun symptôme outre la faiblesse et qu’aucune anomalie n’est détectée pendant l’examen, les résultats des tests sont en général normaux. Cependant, les médecins réalisent parfois certains examens sanguins comme

  • Une numération formule sanguine

  • Une mesure des taux d’électrolytes (comme le potassium, calcium et magnésium), de sucre (glucose) et de la thyréostimuline

  • La vitesse de sédimentation érythrocytaire (VSE) qui peut détecter une inflammation

Les examens sanguins sont parfois réalisés pour évaluer la fonction hépatique et rénale et rechercher le virus de l’hépatite.

Traitement

Si la cause est identifiée, elle est si possible traitée. Si une faiblesse a débuté soudainement et provoque une difficulté à respirer, un respirateur peut être utilisé.

Des séances de physiothérapie et d’ergothérapie peuvent aider les personnes à s’adapter à une faiblesse permanente et compenser la perte de fonction. Des séances de physiothérapie peuvent aider les personnes à conserver et parfois retrouver des forces.

Aspects essentiels concernant les personnes âgées

En vieillissant, la quantité de tissu musculaire et la force musculaire ont tendance à diminuer. Ces changements surviennent en partie parce que les personnes âgées deviennent moins actives mais également parce que la production des hormones qui stimulent le développement musculaire diminue. Chez les personnes âgées, le repos alité lors d’une maladie peut donc avoir un effet dévastateur. Par rapport aux jeunes, les personnes âgées commencent avec une diminution des tissus et de la force musculaire au début de la maladie et une perte des tissus musculaires plus rapide au cours de la maladie.

Les médicaments sont une autre cause fréquente de faiblesse chez les personnes âgées, car elles prennent plus de médicaments et sont plus prédisposées aux effets secondaires des médicaments.

Lors de l’évaluation des personnes âgées qui se plaignent de faiblesse, les médecins se concentrent également sur les affections qui ne provoquent pas la faiblesse, mais qui perturbent l’équilibre, la coordination, la vision,ou la mobilité ou qui rendent les mouvements douloureux (comme une arthrite). Les personnes âgées peuvent décrire par erreur les effets de ces conditions comme de la faiblesse.

Quelle que soit la cause de la faiblesse, la physiothérapie peut généralement aider les personnes âgées à mieux fonctionner.

Points-clés

  • La plupart des personnes disent par erreur qu’elles souffrent de faiblesse lorsqu’elles veulent dire qu’elles sont fatiguées ou que leurs mouvements sont limités à cause de la douleur et /ou de la raideur.

  • La vraie faiblesse musculaire se produit uniquement lorsqu’une partie de la voie nécessaire au mouvement musculaire volontaire (du cerveau aux muscles) fonctionne mal.

  • Si la faiblesse devient grave au bout de quelques jours ou moins, ou si les personnes présentent des signes avant-coureurs associés à la faiblesse, elles doivent immédiatement consulter un médecin.

  • Les médecins peuvent souvent déterminer si le problème est une réelle faiblesse musculaire et peuvent identifier la cause d’après les symptômes et les résultats de l’examen clinique.

  • La physiothérapie est en général utile pour conserver la force, quelle que soit la cause de la faiblesse.

Ressources dans cet article