Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Occlusion des artères centrales de la rétine et des branches des artères rétiniennes

(Occlusion de l’artère centrale, occlusion d’une branche de l’artère)

Par Sunir J. Garg, MD, FACS, Associate Professor of Ophthalmology;Physician, Thomas Jefferson University;The Retina Service of Wills Eye Hospital

Une artère dans la rétine (structure transparente et sensible à la lumière qui se situe à l’arrière de l’œil) peut s’obstruer, causant une perte de vision subite et non douloureuse.

  • Les médecins posent habituellement le diagnostic en examinant l’œil à l’ophtalmoscope et parfois en réalisant des tests.

  • Les traitements sont généralement peu efficaces pour rétablir la vision.

L’obstruction peut survenir dans l’artère principale qui apporte le sang à la rétine ou dans ses branches.

L’artère rétinienne centrale, le vaisseau sanguin principal qui apporte le sang à la rétine, peut s’obstruer complètement à cause d’une embolie ou d’une thrombose (formation d’un caillot de sang dans l’artère).

Une embolie est une accumulation de substance solide dans la circulation sanguine jusqu’à ce qu’elle se colle dans un vaisseau sanguin et l’obstrue. La substance formant l’embolie peut provenir d’un morceau de plaque athérosclérotique ( Athérosclérose), de graisse, de substance infectée originaire d’une valve infectée du cœur (endocardite) ou d’une tumeur non cancéreuse (bénigne) dans une cavité cardiaque (myxome atrial).

L’occlusion de l’artère rétinienne peut être due également à une inflammation des vaisseaux sanguins (artérite giganto-cellulaire de Horton).

Parfois, la cause de l’obstruction est inconnue.

Symptômes

L’œil affecté subit une perte de vision soudaine et sévère mais non douloureuse sur le champ de vision entier. Parfois, seule une partie du champ de la vision est affectée.

L’obstruction de l’artère rétinienne centrale peut aussi causer une excroissance de vaisseaux sanguins anormaux dans la rétine ou dans l’iris. Parfois, ces vaisseaux sanguins anormaux saignent ou causent un type de glaucome douloureux (appelé glaucome néovasculaire).

Diagnostic

  • Examen par le médecin de l’œil

  • Angiographie à la fluorescéine

  • Tomographie à cohérence optique

  • Parfois, échocardiographie, échographie Doppler, et/ou analyses de sang

Les médecins peuvent voir les changements survenant dans les vaisseaux sanguins et dans la rétine à l’aide d’un ophtalmoscope. Si l’artère rétinienne centrale est obstruée, la rétine peut paraître pâle.

L’angiographie à la fluorescéine permet de déterminer l’étendue des lésions de la rétine et aide les médecins à planifier un traitement. Dans cette procédure, un médecin injecte un colorant dans une veine du bras puis photographie la rétine. La tomographie à cohérence optique peut aider à montrer que la rétine est enflée, ce qui est courant.

Une fois l’occlusion de l’artère rétinienne diagnostiquée, les médecins doivent rechercher la source de l’embolie. Ils réalisent des tests tels que l’échocardiographie et l’échographie Doppler de la carotide. Ils peuvent aussi réaliser des analyses de sang pour diagnostiquer l’artérite giganto-cellulaire de Horton.

Pronostic

Si l’obstruction survient dans une branche de l’artère rétinienne centrale, les personnes affectées peuvent maintenir une vision bonne à modérée. Si l’obstruction survient dans l’artère rétinienne centrale, la perte de la vision est souvent profonde, même avec un traitement. Quand les tissus rétiniens deviennent endommagés de façon permanente, ce qui peut arriver dans les 90 minutes après l’obstruction, la perte de la vision est habituellement permanente. Si l’artérite à cellules géantes est la cause de l’occlusion de l’artère rétinienne, un diagnostic et un traitement rapides peuvent permettre aux personnes de récupérer une partie de la vision perdue et de protéger l’autre œil.

Traitement

  • Prévention par le contrôle des facteurs de risque

  • Parfois, mesures destinées à abaisser la tension de l’œil et, parfois, traitement au laser

  • Pour l’artérite à cellules géantes, corticostéroïdes

Les traitements n’étant en général pas efficaces, il est préférable de prévenir ces obstructions en contrôlant les facteurs de risque (par exemple, l’hypertension, le diabète, et d’autres facteurs de risque pour l’athérosclérose).

Un traitement d’urgence est souvent administré pour essayer de déboucher l’artère rétinienne. Cependant, les traitements sont rarement efficaces. La pression intraoculaire peut parfois diminuer grâce à l’administration de médicaments qui diminuent la tension artérielle (comme le timolol en collyre ou l’acétazolamide par voie orale) ou le massage répétitif des yeux avec les doigts en maintenant les paupières fermées.

Sinon, une technique appelée paracentèse de la chambre antérieure peut contribuer à réduire le tonus oculaire. Pour ce traitement, l’œil est anesthésié à l’aide d’un collyre puis une aiguille est introduite dans la chambre antérieure de l’œil pour ponctionner une petite quantité d’humeur aqueuse, ce qui diminue rapidement le tonus oculaire.

La baisse du tonus par massage ou par paracentèse de la chambre antérieure a pour but de mobiliser un thrombus ou un embole, et lui permettre de migrer dans une branche plus petite du vaisseau, réduisant ainsi la zone de rétine altérée.

Les personnes présentant une suspicion d’artérite à cellules géantes reçoivent des corticostéroïdes à dose élevée, par voie orale ou intraveineuse, dès que possible.

Le traitement au laser peut permettre de détruire les vaisseaux sanguins anormaux afin de traiter ou de prévenir le glaucome néovasculaire, et prévenir une perte de vision additionnelle due à une hémorragie intraoculaire. Cependant, le traitement du glaucome néovasculaire est difficile.