Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Variole

(Variole)

Par Mary T. Caserta, MD, University of Rochester School of Medicine and Dentistry;Golisano Children’s Hospital at Strong, University of Rochester Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La variole est une maladie extrêmement contagieuse due au virus de la variole, un orthopoxvirus. Elle est responsable d’une mortalité allant jusqu’à 30%. L'infection naturelle a été éradiquée. La principale préoccupation vient du bioterrorisme. Des signes généraux sévères et une éruption pustuleuse caractéristique se développent. Le traitement est un traitement de support. La prévention consiste dans la vaccination, qui est sélective, en raison des risques qu'elle implique.

Aucun cas de variole n'a été observé dans le monde depuis 1977 grâce à la vaccination mondiale. En 1980, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a recommandé l'arrêt de la vaccination antivariolique systématique. Les USA ont arrêté la vaccination systématique en 1972. L'homme est le seul hôte naturel du virus de la variole, qui ne peut pas survivre > 2 j à l'extérieur de l'hôte, l'OMS a donc déclaré l'infection naturelle éradiquée. Les préoccupations concernant le bioterrorisme utilisant le virus de la variole dans les instituts de recherche qui le conservent ou même de virus créés artificiellement soulèvent la possibilité d'une récidive ( Agents biologiques comme armes et CDC: Smallpox: Emergency Preparedness and Response).

Physiopathologie

Il existe au moins 2 souches de virus de la variole:

  • La variole majeure (variole classique), la souche la plus virulente

  • La variole mineure (alastrim), la souche moins virulente

La variole est transmise d'homme à homme ou par inhalation ou, de façon moins efficace, par contact direct. Les vêtements ou la literie contaminée peuvent également transmettre l'infection. L'infection est plus contagieuse pendant les 7–10 premiers jours suivant l'apparition de l'éruption. Une fois qu'une croûte se forme sur les lésions cutanées, l'infectivité diminue.

Le taux d’attaque peut aller jusqu’à 85% des personnes non vaccinées et l’infection peut entraîner, à partir de chaque cas primitif, jusqu’à 4 à 10 cas secondaires. Cependant, l'infection a tendance à se propager lentement et principalement chez les contacts proches.

Le virus envahit la muqueuse oropharyngée ou respiratoire et se multiplie dans les ganglions lymphatiques régionaux, responsable d'une virémie secondaire. Il finit par atteindre de petits vaisseaux sanguins du derme et de la muqueuse oropharyngée. Les autres organes sont rarement atteints cliniquement, sauf parfois le SNC, avec une encéphalite. Une infection bactérienne secondaire peut se développer sur la peau, les poumons et les os.

Symptomatologie

La période d'incubation de la variole majeure est de 10–12 j (entre 7 et 17 j), suivie d'une période prodromique de 2–3 j faite de fièvre, de céphalées, de lombalgies et d'un malaise extrême. Parfois des douleurs abdominales et des vomissements surviennent. Après cette période, des lésions maculopapuleuses se développent sur la muqueuse oropharyngée, le visage et les bras et s'étendent rapidement au tronc et aux jambes. Les lésions oropharyngiennes s'ulcèrent rapidement. Après 1 ou 2 j, les lésions cutanées deviennent vésiculeuses puis pustuleuses. Les pustules sont plus denses sur le visage et les extrémités que sur le tronc et peuvent apparaître sur les paumes des mains. Les pustules sont rondes, tendues et profondes. Les lésions cutanées de la variole, contrairement à celles de la varicelle, sont toutes au même stade de développement sur une même partie du corps. Après 8 ou 9 j, les pustules forment une croûte. Une cicatrice résiduelle importante est caractéristique. La mortalité est d’environ 30%. La mort est due à une réponse inflammatoire massive provoquant un choc et une défaillance multiviscérale, et elle survient généralement au cours de la 2e sem de la maladie.

Environ 5–10% des patients atteints de variole développent une variante hémorragique ou maligne. La forme hémorragique est rare et provoque des prodromes plus brefs et plus intenses, suivis d'un érythème généralisé et d'une hémorragie cutanée et muqueuse. Le décès survient toujours en 5 ou 6 j. La forme maligne a des prodromes sévères similaires, suivis de l'apparition de lésions cutanées confluentes, plates et non pustuleuses. Chez les survivants, l'épiderme desquame souvent.

La variole mineure est responsable de symptômes semblables mais beaucoup moins sévères, avec une éruption moins étendue. La mortalité est < 1%.

Diagnostic

  • PCR

  • Microscopie électronique

Sauf exposition documentée en laboratoire ou de suspicion de bioterrorisme, seuls les patients qui répondent à la définition du cas clinique de la variole doivent être testés en raison du risque que les résultats des tests puissent être faussement positifs. Un algorithme pour évaluer le risque de variole en cas de fièvre et d'éruption cutanée est disponible sur le site Web des CDC (CDC Algorithm Poster for Evaluation of Suspected Smallpox), sous forme d'un worksheet qui peut être imprimé et envoyé au CDC pour faciliter l'évaluation.

Le diagnostic est confirmé par la mise en évidence de la présence de l'ADN variolique par PCR des prélèvements vésiculeux ou pustuleux. Sinon, le virus peut être identifié par microscopie électronique ou culture virale de grattages des lésions cutanées et confirmé ultérieurement par PCR. Les cas de variole suspectés doivent être immédiatement signalés aux autorités sanitaires locales ou aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC) au numéro de téléphone 770–488–7100. Ces centres organisent alors les examens complémentaires dans un laboratoire à niveau de confinement élevé (niveau de biosécurité 4).

Traitement

  • Soins de support

  • Isolement

  • Éventuellement le cidofovir, le brincidofovir (CMX 001), ou le técovirimat (ST-246)

Le traitement est en général de support, par des antibiotiques en cas de surinfection bactérienne. L'antiviral cidofovir peut être envisagé. Le brincidofovir (CMX001), et le tecovirimat (ST-246) sont des médicaments expérimentaux, mais ont été utilisés pour traiter les complications liées à des complications sévères (vaccine) de la vaccination et peuvent également être utiles pour le traitement. Actuellement, il n'y a aucun médicament autorisé pour le traitement de la variole.

L'isolement des patients atteints de variole est fondamental. En cas d'épidémies limitées, les patients peuvent être isolés dans des chambres d'hôpital à pression négative équipées de filtres à particules à haute efficacité. En cas d'épidémies massives, un isolement à domicile peut être nécessaire. Les contacts doivent être placés sous surveillance, généralement avec mesure quotidienne de la température; si la température augmente > 38° C ou tout autre signe de maladie, ils doivent être isolés à la maison.

Prévention

Aux États-Unis, le vaccin autorisé contre la variole contient le virus vivant de la vaccine (ACAM2000) apparenté à la variole, et assure une immunité croisée. Le vaccin est administré au moyen d'une aiguille bifurquée trempée dans du vaccin reconstitué. L'aiguille est rapidement plantée 15 fois dans une zone d'environ 5 mm de diamètre, avec suffisamment de force pour provoquer une trace de sang. Le site de vaccination est recouvert d'un pansement pour éviter la propagation du virus du vaccin à d'autres parties du corps ou à des sujets contacts. On observe fréquemment une fièvre, un malaise et des myalgies au cours de la semaine qui suit la vaccination. L’efficacité de la vaccination est attestée par le développement d’une pustule vers le 7e j. Une revaccination peut n’entraîner qu’une papule entourée d’un érythème, avec un pic entre le 3e et le 7e j. En l’absence de tels signes d’efficacité vaccinale, une autre dose de vaccin doit être administrée. Deux vaccins vivants atténués (Modified Vaccinia Ankara [MVA] et LC16m8) ont été développés; MVA est autorisé en Europe, et LC16m8 est autorisé au Japon.

Après une seule vaccination, l'immunité commence à disparaître au bout de 5 ans et est probablement négligeable après 20 ans. Si les sujets ont été revaccinés avec succès une ou plusieurs fois, une immunité résiduelle peut persister pendant ≥ 30 ans.

Tant qu'aucune épidémie ne réapparaît dans la population, la vaccination pré-exposition n'est recommandée que chez les personnes à haut risque d'exposition au virus (p. ex., techniciens de laboratoire).

Complications de la vaccine

les facteurs de risque de complications comprennent l’existence d’une dermatose étendue (en particulier un eczéma), les maladies ou thérapies immunodéprimantes, les inflammations oculaires et la grossesse. La vaccination systématique n'est pas recommandée à cause du risque qu'elle présente.

On observe des complications sévères dans environ 1 cas pour 10 000 primo-vaccinations, elles comprennent

  • L'encéphalite post-vaccinale

  • La vaccine évolutive

  • L'eczéma vaccinal

  • La vaccine généralisée

  • Une myocardite et/ou une péricardite

  • kératite à virus de la vaccine

  • Des éruptions cutanées non infectieuses

Une encéphalite post-vaccinale se produit dans 1 cas sur 300 000 primo-vaccinations, habituellement 8–15 j après la vaccination.

La vaccine évolutive (vaccinia necrosum) provoque des lésions cutanées vaccinales (vésiculeuses) irréversibles qui s'étendent à la peau adjacente et finalement au reste de la peau, aux os et aux viscères. La vaccine évolutive peut survenir lors d’une primovaccination ou d’une revaccination, mais presque toujours en cas d’anomalie sous-jacente de l’immunité à médiation cellulaire; elle peut être fatale.

L'eczéma vaccinal entraîne des lésions cutanées de vaccine apparaissant sur les zones d'eczéma actif ou même guéri.

La vaccine généralisée résulte d’une dissémination hématogène du virus de la vaccine et entraîne des lésions de vaccination sur de multiples parties du corps; elle est habituellement bénigne.

La kératite à virus de la vaccine est rare, et survient lorsque de virus de la vaccine contamine l'œil par inadvertance.

Certaines complications sévères de la vaccination par la vaccine sont traitées par les immunoglobulines vaccinales; un cas d’eczéma vaccinal apparemment traité avec succès par immunoglobulines vaccinales, cidofovir et tecovirimat a été rapporté. Par le passé, on administrait simultanément au patient à haut risque qui devait être vacciné en raison d'une exposition au virus des immunoglobulines vaccinales pour tenter d'éviter les complications. L'efficacité de cette pratique est inconnue et elle n'est pas conseillée par le CDC. Les immunoglobulines vaccinales ne sont disponibles qu'auprès du CDC.

Prophylaxie post-exposition

une vaccination post-exposition permet d’éviter ou de limiter significativement la gravité de la maladie et est indiquée pour les membres de la famille et les proches du patient atteint de la variole. Une administration précoce est plus efficace, mais la vaccination reste bénéfique jusqu'à 4 j après l'exposition.

Points clés

  • Aucun cas de variole n'a été rapporté depuis 1977, mais des inquiétudes persistent quant à son utilisation possible dans le cadre du bioterrorisme.

  • Le diagnostic est fait par PCR.

  • Le traitement est essentiellement de support, mais un traitement par cidofovir peut être envisagé; le brincidofovir (CMX001) et le técovirimat (ST-246) sont des médicaments expérimentaux, mais ils peuvent également être utiles.

  • La vaccination est très protectrice, mais des complications rares (environ 1:10 000) peuvent être graves.

  • L'immunité disparaît au fil des décennies.

Ressources dans cet article