Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Douleurs des articulations métatarsophalangiennes

Par Kendrick Alan Whitney, DPM, Associate Professor, Department of Biomechanics, Temple University School of Podiatric Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les douleurs des articulations métatarsophalangiennes proviennent habituellement de modifications tissulaires dues à des troubles biomécaniques du pied. La symptomatologie comprend des douleurs à la marche et une sensibilité. Le diagnostic est clinique; cependant, une infection ou une maladie rhumatismale systémique (p. ex., polyarthrite rhumatoïde) doivent éventuellement être éliminées par un examen complémentaire. Le traitement comprend les orthèses, parfois des infiltrations locales et, parfois, la chirurgie.

Os du pied.

Les douleurs articulaires métatarsophalangiennes sont une cause fréquente de métatarsalgie. Les douleurs métatarsophalangiennes résultent le plus souvent d'un mauvais alignement des surfaces articulaires avec une biomécanique altérée du pied, provoquant une subluxation des articulations, des déchirures de la plaque des fléchisseurs, un écrasement capsulaire et la destruction du cartilage (arthrose). Le mauvais alignement des articulations peut provoquer un conflits synoviaux, avec parfois une augmentation minime de la température locale et une discrète tuméfaction (synovite arthrosique).

La 2e articulation métatarsophalangienne est la plus souvent touchée. Habituellement, l'insuffisance de la fonction du premier rang (1er cunéiforme et 1er métatarsien) résulte d'une fonction de pronation excessive (pied roulant vers l'intérieur et l'arrière-pied tourné vers l'extérieur ou eversé), induisant souvent une capsulite et des orteils en marteau. L'hyperactivité des muscles de la loge tibiale externe en cas de pied creux et de cheville équine (raccourcissement du tendon d'Achille qui limite la dorsiflexion de la cheville) tend à provoquer des subluxations des articulations dorsales avec rétraction des orteils et augmentation de la pression sur la tête des métatarsiens et des douleurs.

Les subluxations de l'articulation métatarsophalangienne peuvent également résulter d'une arthropathie inflammatoire chronique, en particulier la polyarthrite rhumatoïde. Des douleurs articulaires métatarsophalangiennes en station debout et une rigidité matinale peuvent être les premiers signes significatifs de polyarthrite rhumatoïde précoce. La synovite inflammatoire et l'atrophie musculaire interosseuse dans la polyarthrite rhumatoïde conduisent à des subluxations des plus petites articulations métatarsophalangiennes, ce qui entraîne des orteils en marteau. Par conséquent, le coussinet adipeux du métatarse, qui amortit généralement les chocs entre les métatarsiens et les nerfs interdigitaux dus à la marche, se déplace distalement sous les orteils; une névralgie interdigitale ou un névrome de Morton peuvent en résulter. Pour compenser la perte d'amortissement, des bourses et des durillons peuvent se former. La coexistence de nodules rhumatoïdes sous ou à proximité des têtes métatarsiennes en flexion plantaire peut augmenter la douleur.

Des douleurs métatarsophalangiennes peuvent également résulter du dysfonctionnement créé par un hallux limitus, qui limite le mouvement passif et actif des articulations de la 1ère articulation métatarsophalangienne. Les patients ont habituellement des troubles de pronation du pied qui se traduisent par l'élévation du 1er rayon avec l'abaissement de l'arche médial longitudinal lorsque en charge. Lors de l’élévation du 1er rayon, la première phalange du gros orteil ne peut pas librement s’étendre sur la tête du 1er métatarsien; d’où une contrainte de l'articulation menant à des altérations arthrosiques et à une perte de la mobilité articulaire. Au fil du temps, une douleur peut se développer. Une autre cause de douleurs des 1ères articulations métatarsophalangiennes dues à un mouvement limité est un traumatisme direct avec sténose du court fléchisseur du gros orteil, qui se produit habituellement dans le tunnel tarsien. Si la douleur est chronique, l'articulation peut devenir moins mobile avec une arthrose (hallux rigidus), qui peut être invalidante.

L'arthrite aiguë peut être secondaire à des arthrites systémiques telles que la goutte, la polyarthrite rhumatoïde, et une spondylarthropathie.

Symptomatologie

Les symptômes de douleurs articulaires métatarsophalangiennes comprennent la douleur à la marche. Les articulations sont habituellement douloureuses à la palpation dorsale et à la mobilisation passive. Une légère tuméfaction avec une augmentation minime de la température locale se manifeste en cas de synovite arthrosique. Une chaleur importante, une tuméfaction et un érythème suggèrent plutôt une arthrite rhumatismale ou septique.

Diagnostic

  • Principalement par le bilan clinique

  • L'exclusion d'une infection ou d'une arthrite, s'il existe des signes d'inflammation

La douleur de l’articulation métatarsophalangienne peut généralement être distinguée d’une névralgie interdigitale ou d’un névrome par l’absence de brûlures, d’engourdissements et de fourmillements, bien que ces symptômes puissent aussi être présents en cas d’inflammation articulaire; si c'est le cas, la palpation permet la différenciation.

Une chaleur, une rougeur et une tuméfaction monoarticulaires font évoquer une infection jusqu'à preuve du contraire, bien que la goutte soit le diagnostic le plus probable. Lorsque la chaleur, la rougeur et la tuméfaction touchent plusieurs articulations, un bilan à la recherche d'une cause systémique d'inflammation articulaire (p. ex., goutte, polyarthrite rhumatoïde, arthrite virale, rhumatisme entéropathique) avec un bilan de maladie rhumatismale (p. ex., Ac anti-cyclic citrullinated peptide [anti-CCP], facteur rhumatoïde, VS) est indiqué.

Traitement

  • Orthèses

Les orthèses de pied avec des coussinets métatarsiens permettent de redistribuer et soulager les articulations inflammées. En cas d'éversion sous-talaire excessive ou de pieds fortement cambrés, une orthèse correctrice de ces troubles de l'alignement peut être prescrite. Des chaussures dont les semelles ont été modifiées (à bascule) peuvent également aider. En cas d'hallux limitus fonctionnel, les orthèses peuvent permettre la flexion plantaire du 1er rayon pour améliorer la mobilité articulaire métatarsophalangienne et réduire la douleur. Si l'élévation du 1er rayon ne peut être réduite par ces moyens, une surélévation plus importante du 1er rayon par un coussinet peut être utile. En cas de limitation plus sévère de la mobilité de la 1ère métatarsophalangienne ou de douleur plus importante, l'utilisation d'orthèses rigides, de plaques en fibre de carbone ou de tiges externes de chaussures ou encore de semelles à bascule peut être nécessaire pour réduire le mouvement à l'articulation.

La chirurgie peut se révéler nécessaire si le traitement conservateur est inefficace. En cas d'inflammation (synovite), une injection locale d'un mélange de corticostéroïdes/et d'anesthésique est utile.

Points clés

  • Les douleurs articulaires métatarsophalangiennes résultent le plus souvent d'un mauvais alignement des surfaces articulaires, provoquant un piégeage synovial avec chaleur et augmentation de volume minimes, mais qui peut être la manifestation initiale de la polyarthrite rhumatoïde.

  • Les patients ont une douleur articulaire dorsale et plantaire avec des signes généralement minimes d'inflammation aiguë.

  • Diagnostiquer des douleurs articulaires métatarsophalangiennes sur l'absence de brûlure, d'engourdissements, de picotements et de douleurs de l'interespace (suggérant une douleur du nerf interdigital) et par palpation.

  • Biomécanique correcte du pied avec orthèses.

Ressources dans cet article