Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Sclérite

Par Melvin I. Roat, MD, FACS, Clinical Associate Professor of Ophthalmology;Cornea Service, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University;Wills Eye Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La sclérite est une inflammation grave et parfois nécrosante qui menace la vision impliquant l'épisclère profonde et la sclère. Les symptômes sont une douleur modérée à forte, une rougeur de l'œil, un larmoiement et une photophobie. Le diagnostic est clinique. Le traitement repose sur les corticostéroïdes par voie générale et parfois les immunosuppresseurs.

La sclérite est plus fréquente chez la femme de 30 à 50 ans et beaucoup d'entre elles ont une maladie du tissu conjonctif comme une polyarthrite rhumatoïde, un lupus érythémateux disséminé, une polyartérite noueuse, une granulomatose avec polyangéïte (anciennement appelée granulomatose de Wegener) ou une polychondrite (récidivante) atrophiante. Quelques cas sont d'origine infectieuse. Environ la moitié des cas de sclérite n'ont pas de cause connue. La sclérite se situe le plus souvent au niveau antérieur de la sclère et revêt 3 types, diffus, nodulaire et nécrosant.

Symptomatologie

La douleur (souvent définie comme une douleur profonde et lancinante) est assez forte pour perturber le sommeil et l'appétit. Une photophobie et un larmoiement peuvent survenir. Des lésions hyperhémiques se développent profondément sous la conjonctive bulbaire et apparaissent plus violacées que celles de l'épisclérite ou celles de la conjonctivite. La conjonctive palpébrale est normale. L'aire impliquée peut être focale (souvent un des quadrants du globe) ou impliquer la totalité du globe, et peut contenir un nodule surélevé (sclérite nodulaire) hyperhémique, œdémateux ou une aire non vascularisée (sclérite nécrosante). La sclérite postérieure est plus rare et est moins sensible de causer des yeux rouges mais plus susceptibles de causer une vision floue ou diminuée.

Dans les formes graves de sclérite nécrosante, une perforation du globe avec perte de l'œil peut survenir. Une pathologie du tissu conjonctif se manifeste chez 20% des patients présentant une sclérite diffuse ou nodulaire et chez 50% de ceux qui sont atteints d’une sclérite nécrosante. La sclérite nécrosante, en cas de maladie du tissu conjonctif indique une vascularite systémique sous-jacente.

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic de sclérite est clinique et est posé par examen à la lampe à fente. Les frottis ou les biopsies sont nécessaires pour confirmer une origine infectieuse de la sclérite. L'échographie et la TDM peuvent être nécessaires en cas de sclérite postérieure.

Pronostic

Parmi les patients qui ont une sclérite, 14% ont une diminution importante de l’acuité visuelle à 1 an et 30% à 3 ans. En cas de sclérite nécrosante et de vascularite systémique sous-jacentes, la mortalité va jusqu’à 50% en 10 ans (principalement par infarctus du myocarde).

Traitement

  • Corticostéroïdes systémiques

Rarement, les AINS sont suffisants pour les cas légers. Cependant, habituellement une corticothérapie systémique (p. ex., prednisone 1 à 2 mg/kg po 1 fois/jour pendant 7 jours, puis diminuée et arrêtée jusqu'au 10 jours) est le traitement initial. En cas de réponse insuffisante ou d'intolérance au traitement corticostéroïde systémique ou si le patient est atteint de sclérite nécrosante et d'une maladie du tissu conjonctif, un traitement immunosuppresseur systémique par cyclophosphamide ou méthotrexate ou des agents biologiques (p. ex., le rituximab) est indiqué, mais seulement après avis d'un rhumatologue. Une greffe sclérale peut être indiquée en cas de risque de perforation.

Points clés

  • La sclérite est une inflammation grave et parfois nécrosante qui menace la vision.

  • Les symptômes comprennent une douleur profonde; une photophobie et un larmoiement; et une rougeur focale ou diffuse de l'œil.

  • Le diagnostic est clinique et par examen à la lampe à fente.

  • La plupart des patients doivent recevoir des corticostéroïdes systémiques ou des immunosuppresseurs systémiques, prescrits en consultation par un rhumatologue.

  • Une greffe sclérale peut être indiquée en cas de risque de perforation.

Ressources dans cet article