Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Revue générale des troubles anxieux

Par John H. Greist, MD, University of Wisconsin, School of Medicine and Public Health

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Tout le monde connaît périodiquement la peur et l'anxiété. La peur est une réponse émotionnelle, physique et comportementale à une menace extérieure immédiatement reconnaissable (p. ex., un cambrioleur, une automobile qui glisse sur de la glace et échappe au contrôle). L’anxiété est un état émotionnel pénible et désagréable associant nervosité et inquiétude; ses causes sont moins claires. L’anxiété est moins liée au moment précis où une menace existe; elle peut être anticipatoire, survenant avant une menace, elle peut persister après que la menace ne soit passée ou encore survenir en l’absence d’une menace identifiable. L'anxiété s'accompagne souvent de manifestations physiques et comportementales, semblables à celles causées par la peur.

Certains degrés d’anxiété sont adaptés; cela peut aider une personne à se préparer, à s’entraîner et à répéter les situations, ce qui améliore ses réactions et lui permet d'être prudente dans des situations potentiellement dangereuses. Cependant, au-delà d'un certain seuil, l'anxiété entraîne un dysfonctionnement et une souffrance excessive. À partir de ce seuil, elle est inadaptée et doit être considérée comme un trouble.

L'anxiété se manifeste dans un grand nombre de troubles somatiques et des troubles psychiatriques, mais elle est le symptôme prédominant de plusieurs d'entre eux. Les troubles anxieux sont les plus fréquents des troubles psychiatriques. Cependant, ils sont souvent non identifiés et par conséquent ne sont pas traités. L'anxiété non traitée, chronique, altère les capacités adaptatives et peut perturber le traitement de certains troubles médicaux somatiques.

La détresse mentale qui survient immédiatement ou peu de temps après avoir vécu ou été témoin d'un événement traumatique dévastateur n'est plus classé comme un trouble anxieux. Ces troubles sont maintenant classés comme des traumatismes et des troubles liés aux événements stressants ( Trouble de stress aigu et Professional.heading on page Trouble de stress post-traumatique).

Étiologie

Les causes des troubles anxieux ne sont pas totalement connues mais impliquent à la fois des facteurs psychiques et physiques. Beaucoup de patients développent des troubles anxieux sans qu'aucun élément déclencheur ne soit retrouvé. L'anxiété peut être une réponse à des stress environnementaux comme la perte d'un membre de sa famille ou le fait d'être exposé à des circonstances qui mettent en jeu le pronostic vital du sujet.

Certains troubles médicaux généraux peuvent directement provoquer une anxiété; ils comprennent les suivants:

  • Hyperthyroïdie

  • Phéochromocytome

  • Hypercorticisme

  • Insuffisance cardiaque

  • Troubles du rythme

  • Asthme

  • BPCO

La consommation de substances psychoactives est une autre cause de troubles anxieux; les corticostéroïdes, la cocaïne, les amphétamines et même la caféine peuvent entraîner des signes cliniques proches de ceux observés dans les troubles anxieux. Le sevrage d'alcool, de sédatifs et de certaines drogues illicites peut également provoquer une anxiété.

Symptomatologie

L'anxiété peut apparaître soudainement, comme dans une attaque de panique ou bien progressivement sur plusieurs minutes, heures voire même plusieurs jours. Elle peut durer quelques secondes mais également des années; les troubles anxieux sont généralement d'évolution chronique. La symptomatologie anxieuse peut aller de malaises tout juste perceptibles à une attaque de panique. La capacité à tolérer un niveau d'anxiété donné varie d'une personne à l'autre.

Les troubles anxieux peuvent être épuisants et déstabilisants au point de favoriser l'apparition d'un épisode dépressif. Un trouble anxieux et un trouble dépressif peuvent coexister ou un épisode dépressif peut apparaître en premier et la symptomatologie anxieuse survenir dans un second temps.

Diagnostic

  • Exclusion des autres causes

  • Évaluation de la sévérité

Le moment où l’anxiété devient un trouble dépend de plusieurs variables; et les avis médicaux peuvent différer sur le moment ou diagnostic est confirmé. Les médecins doivent tout d'abord reconstituer l'anamnèse, faire un examen clinique et des examens biologiques permettant de déterminer si l'anxiété observée est due à un trouble médical général ou à la consommation d'une substance psychoactive. Ils doivent également chercher si l'anxiété peut plutôt être rattachée à un autre trouble psychique.

On peut parler de trouble anxieux et de la nécessité d'un traitement si les conditions suivantes sont remplies:

  • On ne retrouve pas d'autres causes.

  • L'anxiété est responsable d'une importante souffrance.

  • L'anxiété altère les capacités fonctionnelles.

  • L'anxiété ne disparaît pas spontanément au bout de quelques jours.

Le diagnostic d'un trouble anxieux spécifique repose sur la présence d'une symptomatologie caractéristique. Les médecins utilisent habituellement les critères spécifiques du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition (DSM-5), décrit les symptômes spécifiques et nécessite d'exclure les autres causes pouvant être responsables des symptômes observés.

Les antécédents familiaux de troubles anxieux contribuent à faire le diagnostic, puisque certains patients semblent " hériter " d’une prédisposition aux mêmes troubles anxieux que certains membres de leur famille, ainsi que d’une vulnérabilité à d’autres troubles anxieux. Certains patients semblent atteints des mêmes troubles que leurs parents qui pourraient être consécutifs à un comportement appris.

Traitement

Les traitements varient selon le trouble anxieux, mais impliquent généralement l'association d'une psychothérapie spécifique du trouble et d'un traitement pharmacologique. Les classes de médicaments les plus couramment utilisés sont les benzodiazépines et les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.