Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Caries

(Caries dentaires)

Par

Bernard J. Hennessy

, DDS, Texas A&M University, College of Dentistry

Dernière révision totale juin 2019| Dernière modification du contenu juin 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
Ressources liées au sujet

Les caries dentaires résultent d’un processus de destruction de la dent par dissolution progressive du revêtement externe solide de la dent (l’émail) et qui progresse vers l’intérieur de la dent.

  • Les bactéries et les résidus s’accumulent sur le revêtement des dents et les bactéries produisent des acides qui provoquent les caries.

  • Une rage de dents survient lorsque la carie a atteint l’intérieur de la dent.

  • Les dentistes peuvent déceler les caries en examinant les dents et en prenant des radiographies périodiquement.

  • Une bonne hygiène buccale et des soins dentaires réguliers ainsi qu’une alimentation saine favorisent la prévention des caries.

  • Les traitements par le fluor favorisent la guérison des caries de l’émail, mais pour les caries plus profondes, les dentistes doivent les fraiser et combler la cavité qui en résulte.

Avec les rhinopharyngites et les maladies de la gencive, les caries dentaires (qui sont provoquées par des bactéries) sont les affections les plus fréquentes chez l’homme. Si elles ne sont pas bien traitées par un dentiste, elles continuent d’évoluer en s’agrandissant. En dernier lieu, une carie non traitée peut aboutir à la perte de la dent.

Facteurs de risque de caries

Il existe de nombreux facteurs de risque de caries :

  • Plaque dentaire

  • Tartre

  • Revêtement défectueux de la dent

  • Aliments sucrés ou acides

  • Trop peu de fluor dans les dents

  • Diminution du flux salivaire (par exemple, en raison de médicaments, d’une radiothérapie pour un cancer ou de troubles systémiques qui provoquent un dysfonctionnement des glandes salivaires)

La plaque dentaire est une fine pellicule, composée d’un mélange de bactéries, de salive et de cellules mortes, qui se dépose en permanence sur les dents.

Le tartre est en fait de la plaque dentaire durcie. Il peut être blanc, mais est le plus souvent jaune, et se forme à la base des dents.

Pour qu’une carie se développe, la dent doit être prédisposée, des bactéries qui sécrètent des substances acides doivent être présentes, de même que des aliments (comme le sucre) pour que les bactéries se multiplient et produisent des substances acides. Les dents prédisposées sont celles qui disposent de relativement peu de fluor protecteur dans l’émail ou dont les puits, sillons, ou fissures sont prononcés, favorisant ainsi le maintien de la plaque dentaire. Une mauvaise hygiène bucco-dentaire favorise l’accumulation de la plaque et de tartre et peut accélérer ce processus. Bien que la bouche contienne un grand nombre de bactéries, seules certaines sécrètent de l’acide et sont à l’origine des caries. La bactérie la plus fréquemment en cause est Streptococcus mutans.

Projection sur le vieillissement : Perte de dents

Il y a à peine une génération, la plupart des gens s’attendaient à vivre leurs vieux jours avec de fausses dents ou sans dents du tout. Cette vision a énormément changé au cours des dernières décennies. Bien que près de la moitié des personnes âgées de 85 ans et plus n’aient plus leurs dents d’origine, la probabilité de perdre les dents avec l’âge diminue constamment. Ce changement est dû à plusieurs raisons : une meilleure alimentation, un meilleur accès aux soins dentaires et un meilleur traitement des caries et des parodontopathies.

Lorsqu’on perd des dents, la mastication et l’élocution deviennent très difficiles. Les traits du visage changent énormément sans le soutien que les dents donnent normalement aux lèvres, aux joues, au nez et au menton.

Les personnes qui ont perdu tout ou partie de leurs dents peuvent encore manger, mais elles ont tendance à consommer des aliments mous. Ceux-ci ont tendance à être relativement riches en hydrates de carbone et pauvres en protéines, vitamines et minéraux. Les aliments riches en protéines, vitamines et minéraux, comme la viande, la volaille, les céréales et les fruits et les légumes frais, sont plus difficiles à mâcher. Par conséquent, les personnes âgées qui mangent surtout des aliments mous peuvent basculer dans la malnutrition.

Les nutriments dont ont besoin les bactéries responsables des caries proviennent de l’alimentation de la personne. Lorsque les nourrissons sont mis au lit avec un biberon dont le contenu n’est pas que de l’eau, leurs dents restent en contact prolongé avec la préparation, le lait ou le jus, ce qui favorise la survenue de caries. De grandes quantités de sucre dans l’alimentation fournissent également des aliments aux bactéries.

L’acide présent dans l’alimentation accélère le processus de formation des caries dentaires. (Par exemple, les sodas, les boissons isotoniques et les boissons énergisantes, qui sont généralement toutes acides, ont tendance à favoriser le développement de caries dentaires.)

Une réduction de la sécrétion salivaire due à des médicaments ou à des pathologies (comme le syndrome de Sjögren) fait courir de grands risques de caries dentaires. Les personnes âgées prennent souvent des médicaments qui réduisent la sécrétion salivaire, leur faisant courir de plus grands risques de caries.

Des bactéries particulièrement actives responsables des caries sont présentes dans la bouche de certaines personnes. Un parent peut transmettre ces bactéries à un enfant par le baiser, en goûtant à la nourriture de l’enfant ou en partageant ses couverts. Les bactéries se développent dans la bouche de l’enfant après l’éruption des premières dents et peuvent provoquer des caries. Ainsi, la tendance familiale à la carie dentaire n’est pas nécessairement liée à une mauvaise hygiène buccale ou à de mauvaises habitudes alimentaires. Ces bactéries peuvent également se propager (dans de rares cas) par contact social avec des personnes ne faisant pas partie de la famille.

La récession gingivale favorise également le développement des caries parce qu’elle expose les racines dentaires, qui ne sont pas protégées par une couche externe d’émail. Les bactéries peuvent ainsi atteindre plus facilement les couches internes de la dent. La récession gingivale et la réduction du flux salivaire rendent les personnes âgées sujettes aux caries radiculaires.

Progression de la carie

La progression d’une carie de l’émail est lente. Après avoir pénétré la deuxième couche de la dent, la dentine, plus tendre et moins résistante, la carie se propage plus rapidement vers la pulpe, la partie située au plus profond de la dent, qui contient les fibres nerveuses et les vaisseaux sanguins. Alors qu’elle progresse dans l’émail en 2 ou 3 ans, elle peut passer de la dentine à la pulpe en une année, bien que la distance soit plus importante. Ainsi, une carie de la racine de la dent qui débute dans la dentine peut détruire en peu de temps une bonne partie de la structure de la dent.

Les différents types de caries

L’illustration de gauche montre une dent non cariée. L’illustration de droite montre une dent atteinte par trois types de caries.

Les différents types de caries

La carie d’une surface lisse de la dent, la plus facile à prévenir et à traiter, est celle qui évolue le plus lentement. Elle se présente au début comme une tache blanche dans laquelle les bactéries dissolvent le calcium de l’émail. Les caries des surfaces lisses, situées entre des dents définitives, débutent en général entre 20 et 30 ans.

Les caries de puits et fissures, qui débutent généralement dans les dents définitives au cours de l’adolescence, se forment dans les sillons étroits de la surface de mastication, sur les dents postérieures du côté de la joue. Leur progression est rapide. De nombreuses personnes ne peuvent pas correctement nettoyer ces zones prédisposées aux caries car les sillons sont plus étroits que les poils des brosses à dents.

La carie de la racine débute à la surface de la racine (le cément) qui a été exposée suite à la rétraction gingivale qui se produit généralement après l’âge moyen. Ce type de carie résulte souvent d’une difficulté de nettoyer les racines, d’un manque de sécrétion salivaire adéquate, d’une alimentation riche en sucre ou d’une association de ces facteurs. Elle est particulièrement difficile à prévenir.

Le saviez-vous ?

  • Les parents peuvent transmettre à leurs enfants les bactéries responsables des caries par le baiser ou en partageant les couverts.

Symptômes

Le déclenchement de la douleur dépend de la partie de la dent atteinte et de la profondeur de la carie. La carie de l’émail n’est pas douloureuse. La douleur se manifeste quand la dentine est atteinte. Au début, elle peut être déclenchée seulement lorsque des aliments ou des boissons chauds, froids ou sucrés viennent au contact des zones touchées. Ce type de douleur indique souvent que l’inflammation de la pulpe est réversible. Si la carie est traitée à ce stade, le dentiste peut reconstruire la dent, la douleur disparaît en général et la mastication ne sera pas perturbée.

Une carie proche de la pulpe de la dent ou qui atteint celle-ci provoque des lésions irréversibles. La douleur persiste même après l’arrêt d’un stimulus (comme, par exemple, de l’eau froide). La dent peut faire mal même en l’absence de tout stimulus (douleur dentaire spontanée).

Si la pulpe subit des dommages irréversibles et se nécrose, la douleur peut céder temporairement. La dent peut alors devenir sensible lorsque l’on mord ou au contact de la langue ou à la pression d’un doigt, parce que l’extrémité de la racine est enflammée ou que l’infection s’est développée à la racine. L’infection peut provoquer une poche de pus (abcès péri-apical), qui provoque une douleur constante qui devient plus intense lorsque la personne mord.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Parfois, radiographie dentaire

Si une carie est traitée avant qu’elle ne devienne douloureuse, il est moins probable que des lésions de la pulpe ne se produisent, et une plus grande partie de la structure de la dent pourra être préservée. Pour détecter des caries précocement, le dentiste recherche une douleur, examine les dents, les sonde avec des instruments dentaires et peut aussi prendre des radiographies. Certains dentistes utilisent également des colorants spéciaux, des lumières à fibre optique et/ou de nouveaux appareils détectant les caries grâce aux changements de conductivité électrique ou à la réflectivité du laser. Les personnes doivent effectuer un examen dentaire tous les 3 à 12 mois, selon leur sensibilité aux caries et les recommandations de leur dentiste. Tous les examens ne comprennent pas des radiographies, mais les radiographies sont importantes pour détecter les caries (même celles situées sous des restaurations existantes) et pour déterminer leur profondeur. L’évaluation des dents par le dentiste détermine la fréquence des radiographies. (Elles sont réalisées moins fréquemment chez les patients présentant un faible risque de nouvelles caries.)

Le saviez-vous ?

  • Plus de la moitié de la population des États-Unis dispose d’eau de boisson fluorée. Toutefois, une grande partie de cette population ne consomme pas suffisamment de cette eau pour réduire l’apparition de caries de manière significative.

Prévention

Plusieurs règles de base constituent la clé de la prévention de la carie :

  • Une bonne hygiène bucco-dentaire et des soins dentaires réguliers

  • Une alimentation saine

  • L’apport de fluor (dans l’eau, dans le dentifrice, ou dans les deux)

  • Parfois, fluor, scellants et traitement antibactérien

Hygiène bucco-dentaire

Une bonne hygiène bucco-dentaire, comprenant un brossage dentaire avant ou après le petit-déjeuner et avant le coucher et l’emploi de fil dentaire quotidiennement pour retirer la plaque dentaire, peut prévenir efficacement la formation de caries. La brosse à dents empêche la formation de caries sur les parties supérieure et latérale de la dent, et le fil dentaire s’introduit dans les espaces entre les dents que la brosse ne peut pas atteindre.

Les brosses électriques ou à ultrasons sont efficaces, mais une bonne utilisation d’une brosse à dents ordinaire est tout à fait suffisante. Normalement, le brossage dentaire ne nécessite que 3 ou 4 minutes environ. Les personnes doivent éviter d’utiliser trop de dentifrice, en particulier s’il s’agit d’un dentifrice de type abrasif qui peut éroder les dents (en particulier si le brossage survient immédiatement après une exposition à des boissons acides). Le fil dentaire doit être utilisé doucement entre les dents, puis en l’enroulant autour des dents et de la surface des racines afin de former un C autour du sillon gingival. En le tirant verticalement 3 fois, il peut retirer la plaque dentaire et les débris alimentaires. Il existe de nombreux dispositifs de type cure-dents (qu’on appelle des brossettes interproximales) munis de poils ou de projections en plastique à leur extrémité et dont on peut se servir pour se nettoyer les espaces interdentaires. Ces dispositifs sont efficaces, mais ne peuvent être utilisés que si l’espace interdentaire est suffisant pour qu’ils puissent y passer. Ils sont commercialisés dans de nombreuses tailles et formes et peuvent être utilisés seuls ou avec divers dentifrices ou bains de bouche.

Initialement, la plaque est très molle et en la retirant au moins toutes les 24 heures à l’aide d’une brosse à dents souple et d’un fil dentaire, on réduit le risque de caries. Une fois que la plaque se met à durcir, ce processus débutant généralement au bout de 72 heures, elle est plus difficile à éliminer.

Régime alimentaire

Bien que tous les hydrates de carbone puissent être en partie à l’origine d’une carie dentaire, les sucres en sont les principaux responsables. Tous les sucres simples, notamment le sucre de table (saccharose) et les sucres du miel (fructose et glucose), des fruits (fructose) et du lait (lactose) ont le même effet sur la dent. Lorsque le sucre parvient au contact de la plaque, les bactéries Streptococcus mutans présentes dans la plaque dentaire produisent des substances acides. La quantité de sucre ingérée est moins importante que la fréquence à laquelle les personnes mangent du sucre, car l’élément important est la durée du contact entre le sucre et les dents. Ainsi, il est plus nocif de boire une boisson sucrée pendant une heure que de manger un bonbon en 5 minutes, même si les bonbons contiennent plus de sucre. Les nourrissons que l’on met au lit avec un biberon, même si celui-ci ne contient que du lait ou une préparation, sont aussi exposés à un risque de formation de caries. Les biberons qu’on donne aux enfants au coucher ne doivent contenir que de l’eau.

Les personnes prédisposées aux caries doivent consommer des grignotages sucrés moins souvent. Un rinçage de la bouche avec de l’eau après une collation retire une partie du sucre, mais l’utilisation d’une brosse à dents est plus efficace. Les boissons aux édulcorants artificiels peuvent être moins nocives, bien que certaines boissons sans sucre au cola contiennent des substances acides qui peuvent favoriser les caries. Boire du thé ou du café sans sucre permet également d’éviter les caries, notamment sur les racines dentaires exposées.

Fluor

Le fluor permet à la dent, en particulier au niveau de l’émail, d’être plus résistante à l’acide qui favorise la formation de la carie. Il est actif dans l’organisme pendant que les dents poussent et durcissent. Boire de l’eau fluorée est le moyen de supplémentation le plus efficace chez les enfants et plus de la moitié de la population des États-Unis dispose maintenant d’eau de boisson fluorée. Toutefois, une grande partie de cette population ne consomme pas suffisamment de cette eau pour réduire l’apparition de caries de manière significative. Par contre, lorsque l’apport fluoré par l’eau est excessif, les dents se tachent ou se décolorent (fluorose). Dans les cas où la consommation d’eau par l’enfant ne contient pas suffisamment de fluor, un médecin ou un dentiste peut prescrire du fluorure de sodium en gouttes ou en comprimés. Les enfants commencent à prendre les gouttes ou les comprimés à environ 6 mois et peuvent les prendre jusqu’à l’âge de 16 ans. Chez les personnes de tous âges, les dentistes peuvent appliquer du fluor directement sur les dents ou faire porter la nuit un protège-dents réalisé sur mesure qui conserve le fluor si ces personnes sont prédisposées aux caries. Les dentifrices fluorés sont bénéfiques aussi bien chez les adultes que chez les enfants.

Scellants

Les dentistes appliquent parfois des scellants pour protéger les puits et les fissures difficiles à atteindre, particulièrement sur les dents du fond. Après une détersion minutieuse de la zone en question, le dentiste rend rugueuse la surface de l’émail à combler, à l’aide d’une solution acide, pour favoriser l’adhérence du scellant aux dents. Le dentiste applique ensuite un liquide résineux recouvrant et comblant ainsi les puits et fissures des dents. Lorsque le liquide durcit, il forme une barrière si efficace que toutes les bactéries qui se trouvent à l’intérieur des puits ou des fissures ne peuvent plus produire de l’acide car les aliments ne peuvent plus les atteindre. Environ 90 % des scellants sont intacts 1 an après, et 60 % 10 ans après. Une surveillance régulière est nécessaire, afin de réparer ou de retoucher ces scellants lors d’examens dentaires périodiques.

Traitement antibiotique

Chez les personnes prédisposées à la carie dentaire, un traitement antibiotique peut s’avérer nécessaire. Dans un premier temps, le dentiste soigne les caries et comble tous les puits et toutes les fissures des dents. Puis, il prescrit un bain de bouche antiseptique (à la chlorhexidine) puissant qui devra être utilisé pendant 2 semaines, afin d’éliminer les bactéries à l’origine des caries qui restent dans la plaque dentaire. Le dentiste peut également appliquer une préparation à action prolongée de chlorhexidine. L’objectif est de substituer aux bactéries responsables des caries des bactéries moins nocives. Afin de contrôler le développement des bactéries, la personne pourra consommer des gommes à mâcher ou des bonbons durs contenant du xylitol (un édulcorant inactivant les bactéries à l’origine des caries dans la plaque dentaire).

Un traitement antibactérien pourra être prescrit aux femmes enceintes présentant des antécédents de caries sévères. Chez les femmes enceintes présentant une intolérance au traitement antibactérien, celui-ci pourra être remplacé par du xylitol, comme indiqué ci-dessus. Le xylitol est employé de la naissance de l’enfant jusqu’à l’âge auquel la mère ne goûte plus à la nourriture de celui-ci. Le xylitol peut éviter que les bactéries de la mère soient transmises à l’enfant.

Traitement

  • Fluor

  • Obturations

  • Extraction d’une dent ou d’un canal radiculaire

Si la carie est arrêtée avant que la surface de l’émail ne se rompe, l’émail peut se réparer seul (reminéralisation) avec un traitement fluoré. Un traitement fluoré nécessite l’emploi de dentifrices à haute teneur en fluor prescrits sur ordonnance et de nombreuses applications de fluor au cabinet dentaire. Quand la carie touche la dentine et provoque un trou dans la dent, le dentiste fraise la zone cariée et la comble avec un matériau d’obturation (reconstruction). Le traitement de la carie à un stade précoce permet de maintenir la solidité de la dent et limite les risques d’atteinte pulpaire.

Obturations

Les obturations sont réalisées avec différents matériaux qui peuvent être placés à l’intérieur de la dent ou autour de celle-ci.

L’amalgame en argent (association d’argent, de mercure, de cuivre et, parfois, de zinc, de palladium ou d’indium) est le plus souvent utilisé pour les obturations des dents postérieures, où la résistance est importante et la couleur argentée assez peu gênante. Cet amalgame en argent est relativement peu onéreux et a une durée de vie moyenne de 14 ans. Toutefois, si l’amalgame est soigneusement placé à l’aide d’une digue en caoutchouc et si la personne a une bonne hygiène bucco-dentaire, il peut durer plus de 40 ans. La quantité de mercure libérée de l’amalgame en argent est trop faible pour faire courir un risque de toxicité pour l’organisme. Le recours aux amalgames est en train de diminuer, car les personnes trouvent que les résines composites sont plus esthétiques, et elles sont préoccupées par les dangers environnementaux associés à leur utilisation. Les dentistes ne préconisent pas le remplacement des amalgames parce que l’intervention est coûteuse, qu’elle endommage la structure dentaire et qu’elle augmente en fait l’exposition de la personne au mercure.

Les obturations en or (inlays et onlays) sont excellentes, mais plus coûteuses. En outre, elles nécessitent au moins deux séances chez le dentiste pour leur mise en place définitive.

Les résines composites sont utilisées pour les dents antérieures, où un amalgame d’argent serait inesthétique. Elles sont cependant de plus en plus utilisées pour les dents postérieures. Bien qu’elles aient l’avantage d’être de la même couleur que les dents et qu’elles permettent aux dentistes de conserver une plus grande partie de la structure de la dent que les amalgames, les résines composites sont plus chères que les amalgames en argent et peuvent développer plus facilement des caries autour des marges. Ceci est dû au fait que la résine composite rétrécit quand elle durcit. Les composites en résine peuvent en outre ne pas durer aussi longtemps que l’amalgame d’argent, particulièrement au niveau des dents postérieures, où les forces masticatoires s’exercent pleinement. Les améliorations des résines composites ont quelque peu permis de limiter le rétrécissement qui survenait avec certaines versions antérieures.

Le ciment dentaire au verre ionomère est un matériau d’obturation de même couleur que les dents qui est formulé pour libérer du fluor une fois en place, ce qui est utile en cas de prédisposition aux caries dentaires. Ce matériau est également utilisé pour reconstruire les zones lésées par un brossage trop agressif. Il existe également des matériaux en verre ionomère modifiés avec de la résine, qui permettent d’obtenir de meilleurs résultats esthétiques que le verre ionomère conventionnel.

Traitement du canal radiculaire et extraction dentaire

Si la carie est profonde au point de toucher la pulpe irréversiblement, la seule façon d’arrêter la douleur est d’enlever la pulpe du canal radiculaire (traitement endodontique, dévitalisation) ou d’extraire la dent (extraction).

La dent est anesthésiée et une protection en caoutchouc est placée autour de la dent pour l’isoler des bactéries présentes dans le reste de la bouche. Une ouverture est ensuite pratiquée à travers la surface de mastication pour les dents postérieures ou de la surface linguale pour les dents antérieures.

Par la suite, le canal est nettoyé et poli, de l’ouverture jusqu’à l’extrémité de la racine. Par l’ouverture réalisée, on introduit des instruments fins dans le canal pulpaire pour en extraire la totalité restante de la pulpe. Le canal de la dent est alors refermé hermétiquement par une obturation (gutta-percha).

Si une dent doit être extraite, son remplacement doit être envisagé au plus vite. Dans le cas contraire, les dents voisines ou opposées sont susceptibles de se déplacer et de modifier l’occlusion du patient. Il existe de nombreuses options pour remplacer des dents extraites (voir Appareils dentaires).

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Canal radiculaire
Vidéo
Canal radiculaire
Après le repas, des particules et des liquides alimentaires contenant des sucres et des amidons...
Modèles 3D
Tout afficher
Bouton de fièvre
Modèle 3D
Bouton de fièvre

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE