Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Présentation des maladies auto-immunes du tissu conjonctif

Par

Alana M. Nevares

, MD, The University of Vermont Medical Center

Dernière révision totale avr. 2018| Dernière modification du contenu avr. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Dans une maladie auto-immune, les anticorps ou les cellules produits par l’organisme attaquent ses propres tissus. De nombreuses maladies auto-immunes affectent le tissu conjonctif et différents organes. Le tissu conjonctif est la structure qui apporte une résistance aux articulations, aux tendons, aux ligaments et aux vaisseaux sanguins.

Les maladies rhumatismales auto-immunes comprennent :

La polyarthrite rhumatoïde et la spondylarthrite sont des exemples d’autres maladies auto-immunes affectant le tissu conjonctif.

Les maladies auto-immunes peuvent affecter d’autres tissus dans le corps en plus du tissu conjonctif, et certaines personnes atteintes de maladies auto-immunes du tissu conjonctif présentent d’autres types de maladie auto-immune, tels que la thyroïdite d’Hashimoto (maladie thyroïdienne auto-immune pouvant conduire à une suractivité ou à une sous-activité de la thyroïde).

Symptômes

Dans les maladies auto-immunes, l’inflammation et la réponse immunitaire peuvent endommager le tissu conjonctif, non seulement des articulations et des structures péri-articulaires, mais également d’autres tissus, dont des organes vitaux comme les reins et les organes du système gastro-intestinal. La poche qui entoure le cœur (péricarde), la membrane qui recouvre les poumons (plèvre) et même le cerveau peuvent être atteints. Le type et la gravité des symptômes varient selon le type d’organe atteint.

La plupart des maladies rhumatismales auto-immunes accroissent le risque de développer des dépôts de cholestérol (plaques) dans les artères, entraînant un durcissement des artères (athérosclérose).

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Analyses de laboratoire

  • Parfois, critères établis

Une maladie auto-immune du tissu conjonctif (également appelée « maladie rhumatismale auto-immune » ou « collagénose auto-immune avec manifestations vasculaires ») est diagnostiquée d’après ses symptômes spécifiques, les résultats de l’examen clinique et les résultats des analyses de laboratoire (telles que des analyses de sang et des biopsies). Pour certaines de ces maladies, les médecins peuvent également poser le diagnostic d’après un ensemble de critères établis.

Parfois, les symptômes d’une maladie se chevauchent avec ceux d’une autre, de telle sorte que les médecins ne parviennent pas à faire la distinction. Dans ce cas, la maladie peut être considérée comme une maladie du tissu conjonctif indifférenciée ou un syndrome de chevauchement.

Traitement

  • Corticoïdes et/ou autres médicaments inhibant le système immunitaire

De nombreuses maladies auto-immunes du tissu conjonctif sont traitées par des corticoïdes, d’autres médicaments inhibant le système immunitaire (médicaments immunosuppresseurs) ou les deux.

Les personnes qui prennent des corticoïdes, tels que la prednisone, présentent un risque de fracture lié à l’ostéoporose. Pour prévenir l’ostéoporose, ces personnes peuvent recevoir des médicaments pour traiter l’ostéoporose, comme des bisphosphonates, le dénosumab, la tériparatide et un supplément de vitamine D et de calcium. Les personnes dont le système immunitaire est déprimé par des corticoïdes et d’autres médicaments et par la maladie auto-immune elle-même reçoivent souvent des médicaments pour prévenir les infections telles que les infections fongiques à Pneumocystis jirovecii (voir Prévention de la pneumonie chez les personnes immunodéprimées).

Chez les personnes présentant des syndromes de chevauchement, les médecins traitent les symptômes et insuffisances organiques au fur et à mesure qu’ils apparaissent.

Comme les personnes atteintes de maladies auto-immunes sont exposées à un risque accru d’infection, il est important qu’elles obtiennent les vaccinations recommandées, par exemple, le vaccin antigrippal et le vaccin antipneumococcique.

Bien que de nombreuses personnes atteintes de maladies auto-immunes du tissu conjonctif aient essayé de modifier leur régime alimentaire pour réduire l’inflammation provoquée par ces maladies, aucun régime alimentaire « anti-inflammatoire » ne permet de soulager les symptômes ou de modifier l’évolution de la maladie.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
RAYOS
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Tomographie par émission de positrons – Tomodensitométrie...
Vidéo
Tomographie par émission de positrons – Tomodensitométrie...
Un scanner TEP-TDM allie les capacités de la TEP et la TDM en une machine qui identifie les...
Modèles 3D
Tout afficher
Polyarthrite rhumatoïde précoce de la main
Modèle 3D
Polyarthrite rhumatoïde précoce de la main

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE