Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Infections par le virus Zika

Par

Thomas M. Yuill

, PhD, University of Wisconsin-Madison

Dernière révision totale mars 2020| Dernière modification du contenu mars 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Le virus Zika transmis par les moustiques est un flavivirus antigéniquement et structurellement similaire aux virus qui provoquent la dengue, la fièvre jaune et le virus du Nil occidental. L'infection par le virus Zika est typiquement asymptomatique, mais elle peut provoquer de la fièvre, des éruptions, des douleurs articulaires ou une conjonctivite; l'infection par le virus Zika contractée au cours de la grossesse peut provoquer une microcéphalie (malformation congénitale grave), des anomalies oculaires et un certain nombre de troubles du développement appelés syndrome Zika congénital.. Le diagnostic repose sur les techniques ELISA (enzyme-linked immunosorbent assay) ou la reverse transcriptase-PCR. Le traitement est un traitement de support. La prévention consiste à éviter les piqûres de moustiques, les rapports sexuels non protégés avec un partenaire à risque d'infection par le virus Zika et, chez les femmes enceintes, à éviter de voyager dans des régions actuellement où la transmission a lieu.

Le virus Zika (ZV), comme les virus de la dengue, de la fièvre jaune et du chikungunya, est transmis par les moustiques Aedes qui se reproduisent dans les régions comportant des eaux stagnantes. Ces moustiques préfèrent piquer et vivre près des gens, à l'intérieur et à l'extérieur; ils piquent de manière agressive pendant la journée. Ils piquent aussi la nuit.

Les principaux vecteurs sont A. aegypti et A. albopictus. Aux États-Unis, A. aegypti est limité à une zone qui s'étend du Deep South le long de la frontière américano-mexicaine jusqu'au sud de la Californie. A. albopictus, mieux adapté aux climats plus froids, est présent dans une grande partie du Sud-Est, dans le Haut-Midwest et dans le sud de la Californie. A. aegypti est considéré comme le principal vecteur de l'épidémie d'infection par le virus Zika; A. albopictus serait un vecteur secondaire de l'épidémie d'infection par le virus Zika sous les tropiques, mais on ne sait pas si tel serait le cas aux États-Unis, qui bénéficient d'un climat plus tempéré.

Épidémiologie

En 1947, le virus Zika a d'abord été isolé chez des singes dans la forêt Zika de l'Ouganda, mais il n'a pas été considéré comme un agent pathogène important jusqu'aux premières épidémies de grande ampleur survenues dans les îles du Pacifique Sud en 2007. En mai 2015, la transmission locale a d'abord été signalée en Amérique du sud, puis en Amérique centrale et dans les Caraïbes, pour atteindre le Mexique à la fin du mois de novembre 2015.

Une transmission locale du virus Zika a été signalée dans les régions suivantes:

  • Amérique du sud

  • Amérique centrale et Mexique

  • Iles des Caraïbes (dont Porto Rico et les îles Vierges américaines)

  • Iles du Pacifique

  • Cap-Vert (un pays d'îles situé au large de la côte nord-ouest de l'Afrique)

  • Asie du Sud et du Sud-Est (cas sporadiques)

  • Afrique

  • Floride

Le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) issues travel alerts pour les pays de ces régions où des épidémies se produisent. Bien qu'en décembre 2019, aucune zone avec précautions de voyage n'aient été définies par le CDC en raison d'épidémies de Zika, au début de 2020, des milliers de cas étaient observés dans certaines régions du Brésil et des centaines de cas en Colombie.

En 2016 et 2017, des cas d'infection par le virus Zika transmis localement ont été signalés dans le comté de Miami-Dade, dans le sud-est de la Floride et Brownsville, Texas. Selon le CDC website, il n'y a pas de transmission locale actuelle du virus Zika aux États-Unis dans leur partie continentale. Cependant, l'infection par le virus Zika a été signalée chez des voyageurs revenant aux États-Unis après un voyage dans des pays où le virus est transmis localement.

Il est difficile de prédire où le virus Zika se propagera. Cependant, comme le moustique qui transmet Zika transmet également la dengue et le chikungunya, la transmission du virus Zika devrait se produire dans les mêmes zones que la dengue ou le chikungunya. La dengue a été récemment contractée localement au Texas, en Floride et à Hawaii; le chikungunya a été contracté localement en Floride, à Porto Rico et dans les îles vierges des USA. De la même façon, dans les régions des États-Unis où la dengue est actuellement endémique (Porto Rico et les îles Vierges américaines des Caraïbes, les îles américaines Samoa, Guam, et les îles Mariannes du Nord dans l'océan Pacifique), l'infection par le virus Zika est également susceptible de devenir endémique.

Transmission du virus Zika

Au cours de la première semaine d'infection, le virus Zika est présent dans le sang. Les moustiques peuvent contracter le virus quand ils piquent des sujets infectés; les moustiques peuvent ensuite transmettre le virus à d'autres sujets par les piqûres. Les voyageurs en provenance des zones où la transmission du virus Zika est persistante peuvent transporter le virus Zika dans leur sang quand ils rentrent chez eux et si les moustiques vecteurs sont présents localement, la transmission locale du virus Zika est possible. Cependant, comme le contact entre les moustiques Aedes et les humains est peu fréquent dans la majeure partie des régions continentales des États-Unis et à Hawaï (grâce à la lutte contre les moustiques et au fait que la population vit et travaille dans des environnements surveillés et climatisés), la transmission locale du virus Zika devrait être rare et limitée.

Bien que le virus Zika soit principalement transmis par les moustiques, d'autres modes de transmission sont possibles. Ils comprennent

  • La transmission sexuelle

  • La transmission par transfusion sanguine

  • La transmission par greffe d'organe ou de tissu (théoriquement)

  • La transmission intra-utérine de la mère au fœtus, qui entraîne une infection congénitale

  • Transmission d'une mère infectée à son bébé par le lait maternel

Le virus Zika est présent dans le sperme et peut être transmis par les hommes à leurs partenaires sexuels lors des rapports sexuels, par voie vaginale, par sexe anal et probablement sexe oral (fellation) même lorsque les hommes ne présentent pas de symptômes. Le virus Zika persiste beaucoup plus longtemps dans le sperme que dans le sang, les sécrétions vaginales et autres sécrétions corporelles. Une transmission hommes-femmes et hommes-hommes lors de l'activité sexuelle non protégée (pas de préservatifs) a été observée (voir aussi la CDC: Clinical Guidance for Healthcare Providers for Prevention of Sexual Transmission of Zika Virus).

Le virus Zika peut également être transmis par les hommes ou les femmes à leurs partenaires sexuels lors du partage de jouets sexuels, même lorsque les sujets infectés ne présentent aucun symptôme.

Le virus Zika persiste également dans les sécrétions vaginales, puis il disparaît du sang et de l'urine; la transmission sexuelle homme-femme de l'infection par le virus Zika a été signalée (1). Une étude récente au Guatemala a rapporté une excrétion d'ARN viral dans les sécrétions vaginales par intermittence pendant une période allant jusqu'à 6 mois. Cependant, la détection de l'ARN viral ne prouve pas la présence de virus infectieux.

La transmission par transfusion sanguine a été signalée au Brésil; cependant, à l'heure actuelle, aucun cas de transmission par transfusion sanguine n'a été confirmé aux États-Unis (voir aussi Zika and Blood Transfusion).

De même que les virus de la dengue, du Chikungunya, du virus du Nil occidental et de la fièvre jaune, le virus Zika peut être transmis de la mère à l'enfant pendant la grossesse. Les virus Zika, comme les virus qui provoquent la dengue et le virus du Nil occidental (West Nile) peuvent être transmis par le lait maternel. Cependant, l'allaitement présente de nombreux avantages, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) encourage les mères à allaiter, même dans les régions où la transmission du virus Zika persiste.

Références pour la transmission

  • 1. CDC media statement: First female-to-male sexual transmission of Zika virus infection reported in New York City. July 2016.

Symptomatologie

La plupart (80%) des sujets qui sont infectés n'ont pas de symptômes.

Les symptômes de l'infection par le virus Zika comprennent de la fièvre, une éruption maculo-papuleuse, une conjonctivite (les yeux rouges), des douleurs articulaires, une douleur rétro-orbitaire, des céphalées et des douleurs musculaires. Les symptômes durent 4 à 7 jours. La plupart des infections sont légères. L'infection sévère nécessitant une hospitalisation est rare. L'infection par le virus Zika a rarement provoqué une encéphalopathie chez l'adulte. Les décès dus à l'infection par le virus Zika sont rares.

Très rarement, le syndrome de Guillain-Barré se développe après une infection par le virus Zika. Le syndrome de Guillain-Barré est une polynévrite inflammatoire aiguë, qui en général progresse rapidement et qui serait provoquée par une réaction auto-immune. Un syndrome de Guillain-Barré a pu également se développer après un épisode de dengue et de chikungunya.

Microcéphalie et autres anomalies congénitales

Une infection par le virus Zika pendant la grossesse peut provoquer une microcéphalie (une maladie congénitale impliquant un développement incomplet du cerveau et une tête de petite taille), d'autres anomalies cérébrales, oculaires et d'autres anomalies qui, ensemble, sont appelées syndrome de Zika congénital (voir aussi the CDC: Update: Interim Guidance for the Diagnosis, Evaluation, and Management of Infants with Possible Congenital Zika Virus Infection).

Dans la partie continentale des États-Unis, plusieurs cas de microcéphalie ont été liés au virus Zika; les mères de ces enfants ont probablement contracté l'infection lors d'un voyage dans un pays où l'infection est endémique. Le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) surveille un certain nombre de femmes enceintes infectées par le virus Zika et vivant sur le continent américain ou à Porto Rico ou dans d'autres territoires américains.

Les nourrissons infectés in utero, qu'ils aient ou non une microcéphalie, peuvent présenter des lésions oculaires ou des rétractions congénitales (p. ex., pied bot). Les nourrissons infectés in utero et nés sans syndrome de Zika congénital sont à risque de retard de développement neurologique.

Diagnostic

  • Tests sérologiques

  • La reverse transcriptase – polymerase chain reaction (RT-PCR)

Les médecins sont tenus de notifier au Centers for Disease Control and Prevention (CDC) toute identification de cas d'infection par le virus Zika. (Voir aussi CDC: Diagnostic Tests for Zika Virus.)

L'infection par le virus Zika est suspectée en fonction des symptômes, des destinations et des dates du voyage. Cependant, les manifestations cliniques de l'infection par le virus Zika ressemblent à celles de nombreuses maladies tropicales fébriles (p. ex., le paludisme, la leptospirose, d'autres infections à arbovirus), et sa répartition géographique ressemble à celle des autres arbovirus. Ainsi, le diagnostic de l'infection par le virus Zika nécessite une confirmation par des examens de laboratoire grâce à l'un des examens suivants:

  • Les tests sérologiques (enzyme-linked immunosorbent assay [ELISA] pour les IgM, le test de réduction de la plaque de neutralisation (plaque reduction neutralization test, PRNT) pour les anticorps du virus Zika)

  • RT-PCR pour détecter l'ARN viral dans le sérum ou l'urine.

Des anticorps IgMet neutralisants spécifiques du virus se développent généralement vers la fin de la première semaine de la maladie, mais une réaction croisée avec des flavivirus connexes (p. ex., la dengue et les virus de la fièvre jaune) est fréquente.

Le test de réduction de la plaque de neutralisation (plaque reduction neutralization test, PRNT) mesure les anticorps neutralisants spécifiques du virus et permet de les distinguer des anticorps cause de réactions croisées dus à des flavivirus très proches.

Au cours de la première semaine après l'apparition des symptômes, le virus Zika peut souvent être détecté par RT-PCR dans le sérum; des échantillons d'urine doivent être prélevés < 14 jours après l'apparition des symptômes pour les tests de RT-PCR.

Aux États-Unis, l'autorisation d'utilisation d'urgence des tests de diagnostic suivants pour le virus Zika a été émise:

  • Zika MAC-ELISA

  • Dosage par RT-PCR en temps réel Trioplex

Ces tests sont distribués aux laboratoires qui sont certifiés pour effectuer des tests de haute complexité aux États-Unis (pour des informations supplémentaires sur ces tests, voir CDC: Diagnostic Tests for Zika Virus et CDC: Types of Zika Virus Tests).

Pour faciliter le diagnostic et le traitement de l'infection par le virus Zika, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a publié des interim guidelines for pregnant women et des interim guidelines for infants nés de mères qui ont voyagé ou vivent dans une zone avec la transmission du virus Zika continue pendant la grossesse.

Actuellement, il n'est pas recommandé de tester les hommes pour évaluer le risque de transmission sexuelle (voir aussi le CDC: Clinical Guidance for Healthcare Providers for Prevention of Sexual Transmission of Zika Virus). Les hommes qui résident ou ont voyagé dans une région de transmission active du virus Zika et qui ont une partenaire enceinte doivent s'abstenir de toute activité sexuelle ou systématiquement et correctement utiliser des préservatifs pendant les rapports sexuels (c'est-à-dire, pénétration vaginale, pénétration anale, fellation) pendant la durée de la grossesse.

Examens maternels

En ce qui concerne les femmes enceintes de retour de voyage de zones où la transmission du virus Zika existe, les lignes directrices du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommandent des tests sérologiques pour toutes les femmes enceintes, qu'elles présentent des symptômes d'infection par le virus Zika ou non. De plus, si les femmes enceintes sont susceptibles d'avoir été exposées au virus Zika, une échographie d'évaluation de l'anatomie du fœtus est recommandée (voir aussi CDC: Update: Interim Guidance for Health Care Providers Caring for Pregnant Women with Possible Zika Virus Exposure—US (Including US Territories), July 2017).

  • Chez les femmes enceintes asymptomatiques: le test doit être effectué 2 à 12 semaines après leur retour de voyage.

  • Chez les femmes enceintes symptomatiques: le test doit être effectué lorsqu'elles sont symptomatiques.

En ce qui concerne les femmes enceintes qui vivent dans des zones où la transmission du virus Zika est persistante, l'infection par le virus Zika est un risque pendant la grossesse. Si les femmes enceintes développent des symptômes suggérant une infection par le virus Zika, le test doit être effectué au cours de la première semaine de la maladie. Chez les femmes enceintes asymptomatiques qui vivent dans des zones où la transmission du virus Zika a cours, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommande de tester à la première visite prénatale et, si les résultats sont négatifs, au milieu du 2e trimestre; l'échographie fœtale doit être effectuée à 18-20 semaines de grossesse (voir aussi CDC: Update: Interim Guidance for Health Care Providers Caring for Pregnant Women with Possible Zika Virus Exposure).

Comparativement aux femmes enceintes qui voyagent, les femmes enceintes vivant dans des zones où la transmission du virus Zika est persistante ont plus de chances d'obtenir un résultat IgM faux positif car elles sont davantage susceptibles d'avoir été exposées à un flavivirus connexe.

Test du nourrisson et suivi

Si la mère du nourrisson a voyagé ou a vécu dans une région touchée par l'infection par le virus Zika pendant leur grossesse, le test doit être effectué en fonction des résultats des tests du virus Zika de la mère et en fonction des pathologies du nourrisson: microcéphalie, calcifications intracrâniennes, anomalies oculaires ou d'autres anomalies compatibles avec le syndrome congénital de Zika (voir aussi CDC: Evaluation and Testing: Congenital Zika Virus Infection).

  • Si les résultats des tests pour le virus Zika des mères sont négatifs ou si ces dernières ne sont pas testées pour le virus Zika et que leur nourrisson ne présente pas de microcéphalie ou de calcifications intracrâniennes, des soins systématiques doivent être administrés au nourrisson. Les résultats des études sur les effets indésirables sur le développement neurologique chez les nourrissons infectés après la naissance sont contradictoires, mais suggèrent que la surveillance continue de ces nourrissons est une mesure prudente.

  • En cas de positivité ou d'incertitude des tests du virus Zika et de nourrisson microcéphale ou porteur de calcifications intracrâniennes, les procédures des CDC Update: Interim Guidance for the Diagnosis, Evaluation, and Management of Infants with Possible Congenital Zika Virus Infection doivent être suivies. Les nourrissons ne présentant pas de microcéphalie ni de lésions oculaires doivent également être suivis car, chez les nourrissons nés avec une tête de taille normale, le virus Zika peut avoir lésé le cerveau, qui peut alors ne pas se développer normalement.

  • Si le nourrisson a une microcéphalie ou des calcifications intracrâniennes, le virus Zika est recherché, quels que soient les résultats du test chez la mère.

Traitement

  • Soins de support

Aucun traitement antiviral spécifique n'est disponible contre l'infection par le virus Zika.

Le traitement est de support; il doit porter sur les points suivants:

  • Repos

  • Liquides pour éviter la déshydratation

  • Le paracétamol pour soulager la fièvre et la douleur

  • Éviter l'aspirine et autres AINS

L'aspirine et d'autres AINS ne sont généralement pas prescrits pendant la grossesse et doivent spécifiquement être évités chez tous les patients traités pour une infection par le virus Zika jusqu'à ce que la dengue soit exclue du fait du risque d'hémorragie. En outre, le décès et l'infection grave dus au virus Zika ont été liés à la thrombopénie immunitaire et à des saignements (1, 2).

En présence de preuves biologiques de présence du virus Zika dans le sérum, l'urine ou le liquide amniotique chez les femmes enceintes, des échographies en série toutes les 3 à 4 semaines doivent être envisagées pour surveiller l'anatomie et la croissance du fœtus. L'adressage à un spécialiste de médecine maternelle et fœtale ou des maladies infectieuses ayant une expertise dans la gestion de la grossesse est recommandé.

Le développement du cerveau doit être surveillé pendant ≥ 2 ans chez tous les nourrissons nés de mères infectées par le virus Zika, qu'ils présentent ou non une microcéphalie, des lésions oculaires ou d'autres manifestations évocatrices d'un syndrome congénital du Zika.

Références pour le traitement

Prévention

Le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a recommandé que les femmes enceintes ne voyagent pas dans des zones où des épidémies de virus Zika sont en cours (voir aussi CDC: Pregnant Women). Avant de voyager dans des zones à risque de Zika, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommande aux femmes enceintes de discuter avec leur médecin des risques d'infection par le virus Zika et des précautions permettant d'éviter les piqûres de moustiques pendant le voyage.

Il n'existe actuellement aucun vaccin pour prévenir l'infection par le virus Zika.

Prévention de la transmission par les moustiques

La prévention de l'infection par le virus Zika dépend du contrôle des moustiques Aedes et de la prévention des piqûres de moustiques lors des voyages dans des pays où la transmission du virus Zika existe. Le contrôle de A. aegypti a été très difficile; cependant, 2 approches sont actuellement testées sur le terrain:

  • Libération de mâles génétiquement modifiés ou stérilisés qui s'accouplent avec des femelles sauvages dont la progéniture larvaire ne parvient donc pas à maturité ou dont les œufs sont infertiles

  • Infection de moustiques par des bactéries Wolbachia qui bloque la sensibilité de l'intestin du moustique femelle au virus Zika

Pour éviter les piqûres de moustiques, les précautions suivantes doivent être prises (voir aussi CDC Protection against Mosquitoes et Zika virus: Prevention and Transmission):

  • Porter une chemise à manches longues et un pantalon.

  • Rester dans des endroits dotés de climatisation ou de moustiquaires aux fenêtres et aux portes qui empêchent les moustiques de rentrer.

  • Dormir sous une moustiquaire dans des endroits qui ne sont pas suffisamment protégés ou climatisés.

  • Utiliser des produits insectifuges validés par l'Environmental Protection Agency et contenant des composants tels que le DEET (diéthyltoluamide) ou d'autres composés actifs approuvés sur les surfaces cutanées exposées.

  • Traiter les vêtements et l'équipement avec un insecticide contenant de la perméthrine (ne pas appliquer directement sur la peau).

Chez l'enfant, les précautions suivantes sont recommandées:

  • Ne pas utiliser un insectifuge chez les nourrissons de < 2 mois.

  • Ne pas utiliser de produits contenant de l'huile essentielle d'eucalyptus citronné (para-menthane-diol) chez les enfants de < 3 ans.

  • Dans le cas des enfants plus âgés, les adultes doivent vaporiser le répulsif sur leurs mains puis l'étaler doucement sur la peau de l'enfant.

  • Habiller les enfants avec des vêtements qui couvrent les bras et les jambes ou couvrir le landau, la poussette ou le porte-bébé avec une moustiquaire.

  • Ne pas appliquer d'insectifuge sur les mains, les yeux, la bouche ou sur la peau coupée ou irritée des enfants.

Prévention de la transmission par transfusion sanguine

En juillet 2018, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a publié des lignes directrices révisées recommandant que les centres de transfusion sanguine de tous les États et territoires des États-Unis procèdent au dépistage des dons de sang total et de composants sanguins au moyen d'un test de dépistage de l'acide nucléique autorisé par la FDA plutôt que le dépistage des donneurs par facteurs épidémiologiques (voir FDA: Revised Recommendations for Reducing the Risk of Zika Virus Transmission by Blood and Blood Components).

Prévention de la transmission sexuelle

L'ARN du virus Zika a été détecté dans le sperme jusqu'à 281 jours après l'apparition des symptômes. Cependant, la détection de l'ARN viral n'indique pas nécessairement la présence d'un virus infectieux. Dans une étude récente, le virus infectieux a été détecté chez quelques individus 30 jours après le début de la maladie mais, en général, l'excrétion de virus Zika infectieux semblait devenir beaucoup moins fréquente avec le temps et était limitée principalement aux premières semaines après le début de la maladie; cependant, il existe encore une possibilité de transmission ultérieure. Le virus Zika pouvant être transmis par le sperme, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommande aux sujets d'utiliser des préservatifs ou de pratiquer l'abstinence si l'un ou les deux partenaires vivent ou ont voyagé dans une région où la transmission du virus Zika est présente ou passée. Cette recommandation s'applique, que les hommes présentent des symptômes ou non car la plupart des infections par le virus Zika sont asymptomatiques, et lorsque des symptômes se développent, ils sont généralement bénins.

  • Homme avec partenaire enceinte: s'abstenir de toute activité sexuelle ou utiliser des préservatifs et éviter de partager des jouets sexuels pendant la grossesse

  • L'homme a voyagé dans une zone à risque de Zika avec ou sans partenaire féminin: s'abstenir de toute activité sexuelle ou utiliser des préservatifs pendant 3 mois après le retour (ou le début des symptômes)

  • La femme a voyagé dans une zone à risque de Zika sans partenaire masculin: s'abstenir de toute activité sexuelle ou utiliser des préservatifs pendant 2 mois après le retour (ou le début des symptômes)

En cas d'utilisation de préservatifs, ils doivent être utilisés du début à la fin à chaque fois pendant les rapports sexuels vaginaux, anaux et oraux.

Bien qu'aucun cas de transmission sexuelle de femme à femme n'ait été rapporté, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommande que toutes les femmes enceintes qui ont une partenaire sexuelle qui a voyagé ou réside dans une région où le Zika est présent utilisent des méthodes de barrière à chaque rapport sexuel vaginal, anal et oral ou s'abstiennent de rapports sexuels pendant la grossesse et évitent de partager des jouets sexuels.

Points clés

  • Le virus Zika est principalement transmis par les moustiques Aedes.

  • La plupart des infections par le virus Zika sont asymptomatiques; les infections symptomatiques sont généralement bénignes, elles provoquent de la fièvre, une éruption maculo-papuleuse, une conjonctivite, des douleurs articulaires, une douleur rétro-orbitaire, des céphalées et des douleurs musculaires (myalgies).

  • L'infection par le virus Zika pendant la grossesse peut provoquer une malformation congénitale grave appelée microcéphalie, des lésions oculaires et autres du spectre du syndrome de Zika congénital.

  • Surveiller le développement du cerveau de tous les nourrissons nés de mères infectées par le virus Zika, qu'ils aient ou non une microcéphalie ou des lésions oculaires, pendant ≥ 2 ans.

  • Tester les femmes enceintes pour rechercher le virus Zika si elles ont voyagé ou vivent dans des zones où la transmission du virus Zika est persistante à l'aide de tests sérologiques (dosage immuno-enzymatique pour les IgM, test de neutralisation de réduction de la plaque) ou par la reverse transcriptase-PCR.

  • Administrer un traitement de soutien; traiter la fièvre avec du paracétamol et éviter d'utiliser de l'aspirine ou des AINS jusqu'à ce que la dengue ait été exclue.

  • Les femmes enceintes NE doivent PAS voyager dans les régions où une épidémie de virus Zika est en cours.

  • La prévention de l'infection par le virus Zika dépend du contrôle des moustiques Aedes et de la prévention des piqûres de moustiques.

  • Le virus Zika pouvant être transmis sexuellement, les hommes et les femmes qui vivent ou ont voyagé dans une zone de transmission du virus Zika doivent s'abstenir de toute activité sexuelle ou systématiquement et correctement utiliser les méthodes de barrière pendant les rapports sexuels si leur partenaire est enceinte.

Plus d'information

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE