honeypot link

Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Cystoisosporose

Par

Richard D. Pearson

, MD, University of Virginia School of Medicine

Dernière révision totale avr. 2020| Dernière modification du contenu avr. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La cystoisosporose est une infection par le protozoaire Cystoisospora (Isospora) belli. Les symptômes associent généralement une diarrhée aqueuse avec des troubles gastro-intestinaux et généraux. Le diagnostic repose sur la détection des oocystes caractéristiques dans les selles ou à partir d'éléments de biopsie intestinale. Le traitement comprend habituellement le triméthoprime/sulfaméthoxazole.

La cystoisosporose est causée par des protozoaires coccidiens intracellulaires obligatoires qui infectent les cellules épithéliales intestinales. La transmission est orofécale par ingestion d'aliments ou d'eau contaminés par les matières fécales d'un sujet infecté. La cystoisosporose est présente dans le monde entier mais est surtout observée sous les climats tropicaux et subtropicaux. Les résidents et les voyageurs des zones d'endémie sont à risque.

Le cycle évolutif de C. belli est semblable à celui de Cryptosporidium, si ce n'est que les oocystes éliminés dans les selles ne sont pas sporulés. Ainsi, lorsqu'ils viennent d'être éliminés dans les selles, les oocystes ne sont pas infectieux et la transmission orofécale directe ne peut avoir lieu. Les oocystes nécessitent des jours ou des semaines dans l'environnement pour sporuler et, par conséquent, une transmission directe interpersonnelle est peu probable. Les oocystes sporulés sont ingérés dans des aliments ou de l'eau contaminés, puis ils s'excystent dans le tractus gastro-intestinal, libérant des sporozoïtes. Les sporozoïtes envahissent les cellules épithéliales de l'intestin grêle, se répliquent et maturent en oocystes, qui se répandent dans les selles.

Symptomatologie

Le principal symptôme de la cystoisosporose est une diarrhée aqueuse aiguë soudaine, non sanglante, associant fièvre, crampes abdominales, nausées, anorexie, sensation de malaise et perte de poids. Chez la personne immunocompétente, la maladie, qui peut persister des semaines, guérit habituellement spontanément.

Chez l'hôte dont l'immunité à médiation cellulaire est déficiente comme dans le SIDA, la cystoisosporose peut être à l'origine d'une maladie prolongée avec une diarrhée sévère, réfractaire et abondante ainsi qu'une perte de poids ressemblant à celle de la cryptosporidiose.

Diagnostic

  • Examen microscopique des selles

Le diagnostic repose sur la détection des oocystes au moyen de l'examen microscopique des selles. Une technique de coloration à l'acide de Ziehl-Neelsen ou de Kinyoun modifiées peut permettre d'identifier les oocystes et de Cystoisospora. Les oocystes de Cystoisospora sont autofluorescents. Les oocystes de Cystoisospora sont plus gros que les oocystes de Cyclospora et de Cryptosporidium, sont ellipsoïdaux et peuvent contenir un ou deux sporoblastes.

La répétition des examens de selles (≥ 3) peut être nécessaire car la sécrétion des kystes peut être intermittente.

Le diagnostic n'est parfois établi qu'après la biopsie du tissu intestinal, lorsque le parasite n'est encore qu'au stade intracellulaire.

Dans l'isosporose, les selles peuvent contenir des cristaux de Charcot-Leyden (cristaux hexagonaux, à double pointe et ressemblant à des aiguilles de boussole) provenant des éosinophiles.

La cystoisosporose peut provoquer une éosinophilie sanguine.

Traitement

  • Triméthoprime/sulfaméthoxazole

Le traitement de choix de la cystoisosporose est une dose double de triméthoprime/sulfaméthoxazole (TMP/SMX): 160 mg TMP et 800 mg SMX par voie orale 2 fois/jour pendant 7 à 10 jours. Les enfants reçoivent 5 mg/kg TMP et 25 mg/kg SMX par voie orale 2 fois/jour pendant le même nombre de jours.

Dans le SIDA, des doses plus élevées et un traitement plus long peuvent être nécessaires et le traitement des infections aiguës est habituellement suivi d'une thérapie suppressive à long terme. Débuter ou optimiser la thérapie antirétrovirale est important.

Dans la cystoisosporose, les patients allergiques (ou intolérants au) TMP/SMX peuvent être traités par la pyriméthamine. La dose quotidienne typique de pyriméthamine est de 50 à 75 mg par voie orale chez l'adulte. Pour prévenir la suppression de la moelle osseuse, les patients traités par pyriméthamine reçoivent de la leucovorine, également appelée acide folinique. La dose quotidienne des adultes est de 10 à 25 mg par voie orale.

La ciprofloxacine 500 mg par voie orale 2 fois/jour pendant 7 jours, a été utilisée pour traiter l'isosporose, mais elle est moins efficace que le TMP/SMX.

La prévention repose sur le lavage des mains et les précautions alimentaires et hydriques. Dans les régions d'endémies, l'eau de boisson doit être bouillie ou chlorée, les fruits non pelés doivent être évités et les légumes doivent être bien cuits. Des recommandations détaillées pour les voyageurs internationaux sont disponibles dans le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) Yellow Book.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE