Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson

(Reflux gastro-œsophagien-maladie)

Par

William J. Cochran

, MD, Geisinger Clinic

Dernière révision totale mars 2020| Dernière modification du contenu mars 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Le reflux gastro-œsophagien correspond au reflux du contenu gastrique dans l'œsophage. Le reflux gastro-œsophagien maladie est un reflux qui provoque des complications telles qu'une irritabilité, des problèmes respiratoires, et une croissance faible. Le diagnostic est souvent clinique, dont des essais de changement de régime alimentaire, mais certains nourrissons nécessitent un TOGD, l'utilisation de sondes œsophagiennes pour la mesure du pH et de l'impédance et parfois une endoscopie. Le reflux gastro-œsophagien n'exige qu'une rassurance. Le traitement du reflux gastro-œsophagien-maladie commence par la modification de la prise alimentaire et du positionnement après l'alimentation; certains nourrissons ont besoin de médicaments antiacides tels que les inhibiteurs de la pompe à protons ou des anti-H2. La chirurgie antireflux est rarement nécessaire.

Un reflux gastro-œsophagien se produit chez presque tous les nourrissons, se manifestant sous forme de rots humides après les repas. L'incidence du reflux gastro-œsophagien augmente entre l'âge de 2 mois et 6 mois (probablement en raison d'une augmentation du volume de liquide à chaque alimentation), puis commence à diminuer après 7 mois. Le reflux gastro-œsophagien disparaît chez environ 85% des nourrissons de 12 mois et 95% avant 18 mois. Le reflux gastro-œsophagien maladie, c'est-à-dire, le reflux cause de complications, est beaucoup moins fréquent.

Étiologie

La cause la plus fréquente du reflux gastro-œsophagien maladie chez les nourrissons est similaire à celle du reflux gastro-œsophagien maladie des enfants plus âgés et des adultes:

  • Le sphincter inférieur de l'œsophage n'empêche pas le reflux du contenu gastrique dans l'œsophage.

La pression du sphincter inférieur de l'œsophage peut transitoirement diminuer spontanément (relaxation inappropriée), la cause la plus fréquente de reflux, ou après l'exposition à la fumée de cigarette et à la caféine (dans les boissons ou le lait maternel). L'œsophage est normalement en pression négative, tandis que l'estomac est en pression positive. La pression du sphincter inférieur de l'œsophage doit dépasser ce gradient de pression pour empêcher le reflux. Les facteurs qui augmentent ou diminuent ce gradient de la pression dans le sphincter inférieur de l'œsophage prédisposent au reflux. Le gradient de pression peut augmenter chez les nourrissons qui sont suralimentés (un excès de nourriture provoque une augmentation de la pression gastrique) et chez les nourrissons qui ont une maladie pulmonaire chronique (une pression intra-thoracique inférieure augmente le gradient à travers le sphincter inférieur de l'œsophage) et du fait du positionnement (p. ex., s'asseoir augmente la pression gastrique).

D'autres causes peuvent comprendre des allergies alimentaires, le plus souvent des allergies au lait de vache. Une cause moins fréquente est la gastroparésie (retard de la vidange de l'estomac), dans lequel la nourriture reste dans l'estomac pendant une longue période de temps, maintenant une pression gastrique élevée qui prédispose au reflux. Rarement, un enfant peut avoir des vomissements récurrents qui simulent un reflux gastro-œsophagien maladie en raison d'une maladie métabolique (p. ex., des défauts du cycle de l'urée, une galactosémie, une intolérance héréditaire au fructose) ou une anomalie anatomique telle qu'une sténose ou une malrotation du pylore.

Complications

Les complications du reflux gastro-œsophagien maladie sont essentiellement dues à l'irritation causée par l'acide gastrique et au déficit calorique causé par la régurgitation fréquente de nourriture.

L'acide gastrique peut irriter l'œsophage, le larynx et, en cas d'inhalation, les voies respiratoires. L'irritation de l'œsophage peut diminuer les apports alimentaires à mesure que les nourrissons apprennent à éviter le reflux en mangeant moins. Une irritation œsophagienne significative (œsophagite) peut causer une légère perte de sang chronique et une sténose de l'œsophage. L'irritation des voies respiratoires et du larynx peut provoquer des symptômes respiratoires. L'inhalation peut entraîner des pneumonies récurrentes.

Symptomatologie

Le principal symptôme du reflux gastro-œsophagien est

  • Les régurgitations fréquentes

Les aidants font souvent référence à ces crachats comme des vomissements, mais ce n'est pas le cas, parce que ces crachats ne sont pas dus à des contractions péristaltiques. Les régurgitations semblent se produire sans effort et ne semblent pas violentes.

Les nourrissons chez lesquels le reflux a provoqué un reflux gastro-œsophagien-maladie ont des symptômes supplémentaires, tels qu'une irritabilité, un refus d'alimentation et/ou des symptômes respiratoires tels qu'une toux ou un wheezing chroniques et parfois un stridor. Beaucoup moins souvent, les nourrissons présentent une apnée intermittente ou des épisodes durant lesquels ils cambrent le dos et tournent la tête d'un côté (syndrome de Sandifer) de façon intermittente. Les nourrissons peuvent ne pas prendre assez de poids ou, moins souvent, ils peuvent perdre du poids.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Typiquement rx du tractus digestif supérieur

  • Parfois, mesure du pH ou endoscopie œsophagiens

Les nourrissons qui ont des crachats sans effort, qui grandissent normalement et qui ne présentent aucun autre symptôme (parfois appelés "crachats heureux") ont un reflux gastro-œsophagien et ne nécessitent aucune autre évaluation.

Les régurgitations étant très fréquentes, de nombreux enfants souffrant de troubles graves ont aussi des régurgitations. Les signes alarmants qui laissent penser que les enfants ont quelque chose d'autre qu'un reflux gastro-œsophagien maladie comprennent des vomissements énergiques, une distension abdominale, des vomissements contenant du sang ou de la bile, de la fièvre, une prise de poids insuffisante, du sang dans les selles, une diarrhée persistante, et un développement anormal ou des manifestations neurologiques (bombement de la fontanelle, convulsions). Les nourrissons qui présentent de tels signes nécessitent une évaluation rapide comme décrit ailleurs dans Le MANUEL. Les vomissements bilieux chez un nourrisson sont une urgence médicale car ils peuvent représenter un symptôme de malrotation de l'intestin et de volvulus du grêle.

Les nourrissons qui ont des vomissements violents répétés ne doivent pas être présumés avoir un reflux et doivent être évalués à la recherche d'autres troubles (voir Nausées et vomissements chez le nourrisson et l'enfant) comme avec l'échographie pylorique pour évaluer sténose du pylore ou une imagerie cérébrale pour rechercher des causes d'hypertension intracrânienne (p. ex., tumeur cérébrale).

L'irritabilité a de nombreuses causes, dont des infections et des troubles neurologiques graves, qui doivent être écartés avant de conclure que l'irritabilité est causée par un reflux gastro-œsophagien maladie.

Les nourrissons qui présentent des symptômes compatibles avec un reflux gastro-œsophagien maladie et aucune complication grave peuvent recevoir un essai de traitement médical d'un reflux gastro-œsophagien-maladie; l'amélioration ou la disparition des symptômes suggère que le reflux gastro-œsophagien-maladie est le diagnostic et que d'autres examens sont inutiles. Les nourrissons peuvent également recevoir une formule (hypoallergénique) fortement hydrolysée pendant 2 à 4 semaines pour voir si les symptômes sont causés par une allergie alimentaire.

Les nourrissons qui ne parviennent pas à répondre à un essai thérapeutique, ou qui présentent des signes de complications du reflux gastro-œsophagien maladie, peuvent nécessiter une évaluation plus poussée. Généralement, un TOGD est le premier examen; il peut permettre de diagnostiquer le reflux et également d'identifier des troubles gastro-intestinaux anatomiques causes de la régurgitation. Observer un reflux de baryum dans la partie moyenne ou supérieure de l'œsophage est beaucoup plus significatif que visualiser un reflux uniquement dans l'œsophage distal. Dans le cas de nourrissons présentant une régurgitation quelques heures après avoir mangé, qui pourraient avoir une gastroparésie, une scintigraphie liquide de vidange gastrique peut être indiquée.

Si le diagnostic reste incertain ou si persiste encore la question de savoir si le reflux est en fait la cause de symptômes tels qu'une toux ou un wheezing, un gastro-entérologue pédiatrique peut pratiquer des tests à l'aide de sondes à pH ou d'impédance œsophagiennes ( pH-Métrie ambulatoire). Les aidants enregistrent l'apparition des symptômes (manuellement ou en utilisant un marqueur d'événement sur la sonde); les symptômes sont ensuite corrélés aux événements de reflux détectés par la sonde. Une sonde pH peut aussi évaluer l'efficacité de la thérapie de suppression acide. Une sonde d'impédance a la capacité de détecter un reflux non acide, ainsi que le reflux acide.

Une endoscopie digestive haute et des biopsies sont parfois effectuées pour diagnostiquer une infection ou une allergie alimentaire et détecter et quantifier l'importance de l'œsophagite. Une laryngotrachéobronchoscopie peut être effectuée pour détecter une inflammation du larynx ou des nodules des cordes vocales. Auparavant, la présence de macrophages chargés en lipides et/ou de pepsine dans les aspirations bronchiques était supposée permettre de diagnostiquer le reflux et l'inhalation. Cependant, les macrophages chargés en lipides sont à présent considérés comme sans intérêt et la mesure de la pepsine a une faible sensibilité et spécificité.

Traitement

  • Modification des tétées

  • Positionnement

  • Parfois, traitement antisécrétoire gastrique

  • Rarement la chirurgie

Pour les nourrissons atteints de reflux gastro-œsophagien, le seul traitement nécessaire est de rassurer les soignants sur le fait que les symptômes sont normaux et qu'ils disparaîtront. Les nourrissons qui ont un reflux gastro-œsophagien maladie nécessitent un traitement, en commençant généralement par des mesures conservatrices.

Modification des tétées

  • Tétées épaissies

  • Tétées plus petites et plus fréquentes

  • Parfois une formule hypoallergénique

Dans un premier temps, la plupart des médecins recommandent d'épaissir les prises alimentaires, ce qui peut être fait en ajoutant 10 à 15 mL (1/2 à 1 cuillère à soupe) de céréales de riz à une formule de 30 mL. La formule épaissie semble provoquer moins de reflux, en particulier lorsque le nourrisson est maintenu en position verticale pendant 20 à 30 min après avoir été nourri. Une formule épaissie peut ne pas circuler correctement à travers la tétine, il peut ainsi s'avérer nécessaire de couper en longueur son orifice afin de permettre un écoulement adéquat.

Une prise alimentaire plus fréquente mais de quantités moins importantes permet de maintenir une pression basse dans l'estomac et minimise l'importance du reflux. Cependant, il est important de maintenir une quantité de formule appropriée/24 h pour assurer une croissance adéquate. En outre, faire faire des rots au nourrisson tous les 1 à 2 mL ingérés peut diminuer la pression gastrique en expulsant l'air que l'enfant avale.

En cas d'échec des mesures conservatrices, une formule hypoallergénique doit être utilisée chez les nourrissons nourris au lait artificiel pendant 2 à 4 semaines, car ces nourrissons peuvent avoir une allergie alimentaire. La formule hypoallergénique peut même être utile pour les nourrissons qui n'ont pas d'allergie alimentaire en améliorant la vidange gastrique. Tous les enfants doivent être tenus à l'écart de la caféine et de la fumée de tabac.

Positionnement

Après l'alimentation, les nourrissons sont maintenus en position verticale non assise pendant 20 à 30 min (le fait d'être assis, comme dans un siège de bébé, augmente la pression gastrique et n'est pas utile).

Pour dormir, le positionnement latéral gauche et l'élévation de la tête du berceau ne sont plus recommandés pour des raisons de sécurité. Indépendamment de la présence ou non d'un reflux, la seule position de sommeil recommandée pour les nourrissons est le décubitus dorsal, qui a été démontré réduire le risque de syndrome de mort subite du nourrisson.

Traitement médicamenteux

Trois classes de médicaments ont été utilisées chez les nourrissons souffrant de reflux gastro-œsophagien maladie qui ne répondent pas à la modification de l'alimentation et du positionnement:

Une consensus practice guideline 2018 des sociétés spécialisées nord-américaines et européennes recommandent d'administrer un inhibiteur de la pompe à protons aux nourrissons et aux enfants atteints de reflux gastro-œsophagien. Si des inhibiteurs de la pompe à protons ne sont pas disponibles ou ne peuvent pas être utilisés, un anti-H2 peut être administré. Ces médicaments ne sont pas recommandés pour le traitement de simples pleurs/détresse et/ou d'une régurgitation visible. Un protocole typique d'inhibiteur de la pompe à protons est le lansoprazole 2 mg/kg par voie orale 1 fois/jour. Chez les nourrissons répondeurs, le médicament est poursuivi pendant plusieurs mois, puis diminué et arrêté.

Les médicaments procinétiques sont théoriquement bénéfiques en accélérant la vidange gastrique et en réduisant ainsi le volume du contenu gastrique et le temps pendant lequel le contenu est présent pour être reflué. Les agents possibles sont le baclofène, le béthanéchol, le cisapride, la dompéridone, l'érythromycine et le métoclopramide. La consensus practice guideline a émis une recommandation contre l'utilisation des médicaments de promotilité comme traitements de première ligne, bien que le baclofène puisse être essayé avant la chirurgie chez les nourrissons chez le traitement médicamenteux bloquant l'acidité a échoué. Parmi les autres agents, le béthanéchol, le cisapride, la dompéridone et le métoclopramide ne sont pas recommandés en raison de leur potentiel d'effets indésirables. Chez les nourrissons qui ont une gastroparésie, on peut utiliser l'érythromycine. Certains utilisent l'amoxicilline/clavulanate pour ses propriétés de promotilité, mais ceci n'est pas inclus dans les lignes directrices de consensus.

Chirurgie

Les nourrissons qui ont des complications graves ou potentiellement mortelles d'un reflux qui ne répond pas au traitement médical peuvent être orientés vers un traitement chirurgical. Le principal type de chirurgie antireflux est la fundoplication. Dans cette procédure, la partie supérieure de l'estomac est enroulée autour de l'œsophage distal pour resserrer les sphincters inférieurs de l'œsophage. La fundoplication peut être très efficace pour soigner le reflux, mais elle présente plusieurs complications. Elle peut provoquer des douleurs lorsque les nourrissons vomissent (p. ex., au cours d'une gastro-entérite aiguë), et si la fundoplication est trop serrée, les nourrissons peuvent avoir une dysphagie. En cas de dysphagie, la plicature peut être dilatée par endoscopie. Certaines causes anatomiques de reflux peuvent également être corrigées chirurgicalement.

Points clés

  • La plupart des reflux des nourrissons ne provoque pas d'autres symptômes ou de complications et se résout spontanément avant l'âge de 12 à 18 mois.

  • Le reflux gastro-œsophagien maladie est diagnostiqué lorsque reflux provoque des complications telles qu'une œsophagite, des symptômes respiratoires (p. ex., toux, stridor, wheezing, apnée), ou un retard de croissance.

  • Prescrire un essai thérapeutique de modifications nutritionnelles et de positionnement si les symptômes du reflux gastro-œsophagien maladie sont peu intenses.

  • Évoquer de pratiquer un TOGD, une scintigraphie gastrique, un sondage œsophagien, ou une endoscopie chez les nourrissons qui ont des symptômes de reflux gastro-œsophagien maladie plus graves ou chez lesquels un essai thérapeutique n'est pas utile.

  • La suppression de la sécrétion acide par un inhibiteur de la pompe à protons ou un bloqueur-H2 ou peut être utile chez les enfants atteints de reflux gastro-œsophagien maladie significatif.

  • La plupart des nourrissons qui ont un reflux gastro-œsophagien-maladie répondent à un traitement médical, mais quelques-uns nécessitent un traitement chirurgical.

Plus d'information

  • Pediatric gastroesophageal reflux clinical practice guidelines from the Joint Recommendations of the North American Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition and the European Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
PREVACID
PROPULSID
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la tétralogie de Fallot
Vidéo
Revue générale de la tétralogie de Fallot
Modèles 3D
Tout afficher
Mucoviscidose: anomalie du transport des chlorures
Modèle 3D
Mucoviscidose: anomalie du transport des chlorures

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE