Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Produits de contraste radiographique et réactions aux produits de contraste

Par

Mehmet Kocak

, MD, Rush University Medical Center

Dernière révision totale mai 2019| Dernière modification du contenu mai 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Les produits de contraste radio-opaques sont souvent utilisés en radiologie et en radioscopie pour mettre en évidence la frontière entre tissus de radio-opacité similaires. La plupart des produits de contraste sont à base d'iode.

Les produits de contraste iodés peuvent être

  • Ionique

  • Non ionique

Les produits de contraste ioniques sont des sels et sont hyperosmolaires par rapport au sang. Les produits de contraste ioniques ne doivent pas être utilisés pour la myélographie ou pour des injections pouvant diffuser dans le canal médullaire (en raison de possibles effets neurotoxiques) ou l'arbre bronchique (du fait du risque d'œdème du poumon).

Les produits de contraste non ioniques sont de faible osmolarité (ils sont cependant hyperosmolaires par rapport au sang) ou iso-osmolaires (de même osmolarité que le sang). De nouveaux produits de contraste non ioniques sont à présent systématiquement utilisés dans presque tous les établissements de soins parce qu'ils ont moins d'effets indésirables.

Les réactions les plus graves aux produits de contraste sont

  • Les réactions de type allergique

  • Les néphropathies secondaires à l’injection de produit de contraste (lésions rénales après injection intra-vasculaire d'un produit de contraste)

Réactions allergiques aux produits de contraste

La réaction varie en gravité:

  • Légère (p. ex., toux, prurit, congestion nasale)

  • Modérée (p. ex., dyspnée, wheezing, petites modifications du pouls ou de la PA)

  • Grave (p. ex., détresse respiratoire, troubles du rythme tels que bradycardie, convulsions, choc, arrêt cardiorespiratoire)

Le mécanisme est anaphylactoïde (voir Anaphylaxie); les facteurs de risque sont les suivants:

  • Antécédent de réaction à des agents de contraste injectés

  • Asthme

  • Allergies

Le traitement commence par l'arrêt de l'injection du produit de contraste.

En cas de réactions légères ou modérées, la diphenhydramine 25 à 50 mg IV est habituellement efficace.

Le traitement des réactions sévères dépend du type de réaction et peut comprendre une oxygénothérapie, de l'adrénaline, des perfusions IV et éventuellement de l'atropine (en cas de bradycardie).

Chez les patients à risque élevé de réactions aux produits de contraste, une imagerie qui ne nécessite pas de produit de contraste iodé doit être utilisée. Si un produit de contraste est nécessaire, un produit non ionique doit être utilisé et les patients prémédiqués avec de la prednisone (50 mg par voie orale 13 heures, 7 heures, et 1 heure avant l'injection du contraste) et de la diphenhydramine (50 mg par voie orale ou IM 1 heure avant l'injection). Si une imagerie immédiate est nécessaire, on peut administrer de la diphenhydramine 50 mg par voie orale ou IM 1 heure avant l’injection du produit de contraste et de l’hydrocortisone 200 mg IV toutes les 4 heures jusqu’à la fin de l'imagerie.

Néphropathie secondaire à l’injection de produit de contraste

En cas de néphropathie induite par un produit de contraste, la créatinine sérique commence généralement à augmenter au cours des 24 heures suivant l'administration du contraste IV; elle culmine entre le 3e et le 5e jour et retourne à la ligne de base en 7 à 10 jours.

Les facteurs de risque habituels sont les suivants:

Chez le patient à risque de développer une lésion rénale aiguë après avoir reçu des produits de contraste iodés intravasculaires, les mesures suivantes doivent être envisagées:

  • Réduction de la dose de produit de contraste

  • Utilisation d'un agent iso-osmolaire

  • Hydratation

Il existe de nombreux protocoles d’hydratation; un exemple en est l’administration IV d’une solution physiologique à 0,9% à raison de 1 mL/kg pendant 24 heures commencée quelques heures avant la procédure.

De l'acétylcystéïne peut être administrée comme prémédication en cas de risque de développement d'une néphrotoxicité, mais son efficacité est incertaine. Les médicaments antihyperglycémiants oraux, tels que la metformine, doivent être arrêtés pendant 48 heures après l'administration IV de produits de contraste pour éviter l'accumulation du médicament en cas de néphrotoxicité induite par le produit de contraste.

De nombreux protocoles traitant des agents de contraste et des réactions sont spécifiques et continuellement mis à jour, il est important de discuter de ces détails avec le service d'imagerie.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
No US trade name
CORTEF, SOLU-CORTEF
RAYOS
ATROPEN
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE