Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Dermatite des mains et des pieds

(Dermatite dyshidrotique)

Par

Thomas M. Ruenger

, MD, PhD, Georg-August University of Göttingen, Germany

Dernière révision totale févr. 2021| Dernière modification du contenu févr. 2021
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La dermatite des mains et des pieds est une dermatite touchant les mains et/ou les pieds. Elle peut être due à une dermatite de contact (allergique ou irritante) ou à une dermatite atopique. Les manifestations sont un érythème, une desquamation et un épaississement de la peau. Une caractéristique unique de la dermatite des mains et des pieds est qu'elle se manifeste généralement d'abord par de minuscules vésicules et est ensuite appelée dermatite dyshidrotique (bien qu'il s'agisse toujours d'une dermatite des mains et des pieds). Le diagnostic est clinique. Le traitement dépend de la cause et peut comprendre des médicaments topiques, la photothérapie et parfois des immunosuppresseurs systémiques.

Physiopathologie

Une caractéristique histologique importante de la dermatite est un œdème entre les kératinocytes épidermiques (spongiose). Lorsque suffisamment d'œdème s'accumule, les adhérences cellule-cellule (desmosomes) se rompent, et des microvésicules se forment. Les microvésicules ne deviennent visibles macroscopiquement qu'après qu'elles aient augmenté de volume. Dans les zones autres que les mains et les pieds, ces vésicules se rompent généralement rapidement et ne sont pas remarquées. Cependant, sur les mains et les pieds, du fait d'une couche cornée plus épaisse, les vésicules ont tendance à persister plus longtemps et à devenir visibles. La visibilité de ces vésicules indique une dermatite dyshidrotique (un terme inapproprié car il n'a rien à voir avec la transpiration ou les glandes sudoripares anormales). La forme la plus grave de dermatite dyshidrotique (pompholyx) est caractérisée par la coalescence des vésicules, formant de plus grandes bulles (appelées cheiropompholyx quand sur les mains, podopompholyx quand sur les pieds et cheiropodopompholyx quand sur les deux mains et les pieds).

Symptomatologie

L'érythème, la desquamation et l'épaississement de la peau peuvent évoluer vers des vésicules ou des bulles prurigineuses sur les paumes, les côtés des doigts ou la plante des pieds (appelée dermatite dyshidrotique), qui peuvent se rompre, entraînant des érosions et des croûtes. Les vésicules peuvent être le premier symptôme remarqué. Selon l'étiologie et l'exposition, les symptômes peuvent être intermittents. Un contact fréquent ou prolongé avec l'eau (p. ex., lavage fréquent des mains, travail avec l'eau ou des substances humides), en particulier avec des détergents, est un déclencheur fréquent, en particulier en cas d'atopie.

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic de dermatite des mains et des pieds peut habituellement être déduit de la localisation et de l'aspect des lésions cutanées.

Le diagnostic différentiel de la dermatite des mains et des pieds comprend

  • Infection fongique

  • Psoriasis palmoplantaire

Les infections fongiques, qui ont une réaction inflammatoire cutanée similaire, provoquent également un prurit, un érythème et une desquamation. Des vésicules et des bulles peuvent apparaître (teigne bulleuse), généralement visibles uniquement sur les mains et les pieds, comme dans le cas d'une dermatite des mains et des pieds. La caractéristique la plus discriminante, lorsqu'elle est présente, est la forme annulaire caractéristique de l'infection fongique due à la croissance centrifuge des dermatophytes dans la peau.

Le psoriasis palmoplantaire peut également être difficile à différencier de la dermatite des mains et des pieds. Les caractéristiques du psoriasis palmoplantaire qui peuvent aider à sa différenciation peuvent comprendre des plaques érythémateuses et squameuses très nettement délimitées, des pustules stériles et d'autres signes de psoriasis, tels que des modifications psoriasiques des ongles et des plaques psoriasiques ailleurs. En outre, des vésicules sont possibles en cas de dermatite des mains et des pieds mais ne sont pas une caractéristique du psoriasis palmoplantaire. Cependant, des vésicules et des pustules peuvent être visibles, par exemple:

  • Lorsque la dermatite dyshidrotique et le psoriasis palmoplantaire coexistent

  • Lorsque les vésicules de la dermatite dyshidrotique sont surinfectées

  • Lorsque les patients atteints de psoriasis palmoplantaire sont sensibilisés (p. ex., aux corticostéroïdes topiques) et développent une dermatite allergique de contact

  • Lorsque le psoriasis palmoplantaire est déclenché (koebnerizé) par une réaction de contact allergique

De nombreux troubles autres que la dermatite peuvent affecter les mains et les pieds. Parmi ceux-ci se trouvent

La kératolyse exfoliative (également appelée dyshidrose lamellaire ou dyshidrosis lamellosa sicca) n'est pas une dermatite mais plutôt une dermatose. Elle touche la main et les pieds et se caractérise par un érythème annulaire sur la partie palmaire des mains et des pieds avec des bulles remplies d'air, éventuellement suivies d'un pelage. De petits collerettes annulaires de squames blanches peuvent affecter les paumes des mains (moins souvent les plantes des pieds) mais épargnent les mains et les pieds dorsaux. Il n'y a pas de bulles remplies de liquide. La kératolyse exfoliative peut être aggravée par le temps chaud, l'hyperhidrose, la friction et le contact avec l'eau.

Le syndrome main-pied est connu sous divers noms, dont érythème acral, érythrodysesthésie palmo-plantaire, érythème toxique des paumes et des plantes, réaction de Berthoudt et érythème toxique de la chimiothérapie. Il correspond à une toxicité cutanée provoquée par certaines chimiothérapies systémiques (p. ex., capécitabine, cytarabine, fluorouracile, idarubicine, doxorubicine, taxanes, méthotrexate, cisplatine, tégafur). Les symptômes commencent par des fourmillements des paumes et/ou des plantes des pieds, suivis d'un œdème et d'un érythème symétrique, en particulier au-dessus des coussinets adipeux des phalanges distales. Une douleur, un engourdissement, des squames ou des bulles peuvent se développer.

Traitement

  • Traitement de la cause lorsque cela est possible

  • Mesures de support

  • Médicaments topiques et photothérapie

  • En cas de maladie grave, parfois corticostéroïdes ou immunosuppresseurs systémiques

Le traitement doit être, si possible, celui de la cause.

Les patients doivent éviter les allergènes de contact ainsi que les irritants cutanés, en particulier le contact fréquent ou prolongé avec de l'eau et des détergents.

Les corticostéroïdes topiques peuvent être utilisés, avec une puissance basée sur la gravité de la dermatite. Les antihistaminiques peuvent contrôler le prurit.

La photothérapie par ultraviolets B à bande étroite (UVB) ou par PUVA par trempage (dans laquelle les patients trempent leurs mains et/ou leurs pieds dans une solution de psoralène avant l'exposition aux UVA) peut être utile.

La surinfection est traitée par des antibiotiques topiques ou systémiques. En cas de maladie grave, les corticostéroïdes systémiques peuvent être utilisés, de préférence seulement à court terme. Parfois, si un traitement immunosuppresseur systémique à long terme est nécessaire, la cyclosporine, le mycophénolate ou le méthotrexate peuvent être administrés.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
NEORAL, SANDIMMUNE
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE