Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Masses surrénaliennes non fonctionnelles

Par

Ashley B. Grossman

, MD, University of Oxford; Fellow, Green-Templeton College

Dernière révision totale juil. 2019| Dernière modification du contenu juil. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Les masses surrénaliennes non fonctionnelles sont des lésions expansives des glandes surrénales qui n'ont pas d'activité hormonale. Les manifestations cliniques et le traitement dépendent de la nature et de la taille de la tumeur.

La tumeur surrénalienne non fonctionnelle la plus fréquente chez l'adulte est l'adénome (50%), suivi du carcinome (50%) et des métastases. Les autres tumeurs sont constituées des kystes et les lipomes. Cependant, la fréquence de ces lésions est fonction de la présentation clinique. La plupart des tumeurs découvertes fortuitement à l'occasion d'un examen de dépistage sont généralement des adénomes. Plus rarement, chez le nouveau-né, une hémorragie surrénalienne spontanée peut être à l'origine d'une volumineuse masse supra rénale simulant un neuroblastome ou une tumeur de Wilms. Chez l'adulte, l'hémorragie bilatérale massive des surrénales peut être la conséquence d'une maladie thrombo-embolique ou d'une pathologie de la coagulation.

Des kystes bénins sont observés chez les patients âgés et peuvent être dus à une dégénérescence kystique ou à des accidents vasculaires. Des lymphomes, des infections bactériennes, des infections fongiques (p. ex., histoplasmose), ou des infestations parasitaires (p. ex., dues à Echinococcus) peuvent également se manifester par des masses surrénaliennes, parfois bilatérales. La dissémination hématogène de Mycobacterium tuberculosis peut provoquer la formation de masses surrénaliennes. Le carcinome surrénalien non fonctionnel est un processus expansif rétropéritonéal infiltrant. Des hémorragies peuvent survenir, produisant des hématomes surrénaliens.

Symptomatologie

La plupart des patients sont asymptomatiques. L'insuffisance surrénalienne est rare en cas de masse surrénalienne, quelle qu'en soit l'étiologie, à moins que les 2 glandes ne soient atteintes mais l'hyperfonctionnement se produit le plus souvent.

L'hémorragie bilatérale massive des surrénales occasionne des douleurs abdominales, une baisse de l'hématocrite, des signes d'insuffisance surrénalienne aiguë et se traduit à la TDM ou à l'IRM par un syndrome de masse bilatéral. La tuberculose surrénalienne peut entraîner des calcifications et une maladie d'Addison. Le carcinome surrénalien non fonctionnel se manifeste habituellement par une maladie invasive ou métastatique.

Diagnostic

  • Dosage des hormones surrénaliennes

  • Biopsie à l'aiguille fine

Les tumeurs surrénaliennes non fonctionnelles sont habituellement découvertes fortuitement au cours d'examens tels que la TDM ou l'IRM effectuées pour d'autres motifs. Le caractère non fonctionnel est suspecté cliniquement et confirmé par les dosages d'hormones surrénaliennes. (Voir aussi les ACR Appropriateness Criteria on Incidentally Discovered Adrenal Mass et AACE and AAES Medical Guidelines for the Management of Adrenal Incidentalomas.)

Les dosages de dépistage des hormones surrénales comprennent le test de suppression par la dexaméthasone et le dosage du cortisol sérique (pour exclure un syndrome de Cushing), la mesure des métanéphrines et des catécholamines urinaires fractionnées sur 24 heures (pour exclure un phéochromocytome) et le dosage de l' aldostérone et de la rénine plasmatique (pour exclure un aldostéronisme primaire).

Si une maladie métastatique ou infectieuse est possible, une biopsie à l'aiguille fine peut permettre le diagnostic mais est contre-indiquée en cas de suspicion de carcinome surrénalien (pour éviter la propagation de la tumeur) ou de phéochromocytome (pour éviter de déclencher une HTA aiguë).

Traitement

  • Parfois excision, selon la taille et/ou les résultats de l'imagerie

  • Surveillance périodique

Bien que les nouvelles modalités d'imagerie (p. ex., IRM in-phase ou out-of-phase) puissent être diagnostiques en cas de tumeur solide, d'origine surrénalienne et de dimension > 4 cm, l'exérèse chirurgicale est généralement indiquée, à moins que les caractéristiques de l'imagerie ne soient clairement en faveur d'une tumeur bénigne.

Les tumeurs de 2 à 4 cm de diamètre soulèvent un problème de prise en charge clinique particulièrement difficile. Si l'imagerie n'est pas en faveur d'un cancer et que la fonction hormonale ne semble pas altérée (p. ex., électrolytes et métanéphrines normaux, aucun élément en faveur d'un syndrome de Cushing), il est raisonnable de réévaluer de façon périodique par imagerie, en général pendant 1 à 2 ans. En l'absence d'évolution, il n'est pas nécessaire de poursuivre la surveillance. Cependant, un grand nombre de ces tumeurs sécrètent du cortisol en quantité trop faible pour entraîner des symptômes et leur évolution en termes de symptômes et de morbidité en l'absence de traitement est mal connue. La plupart des médecins se contentent de surveiller les patients porteurs de ces tumeurs, mais ils doivent envisager l'ablation de ces tumeurs en cas de sécrétion significative de cortisol.

Les adénomes surrénaliens < 2 cm ne nécessitent aucun traitement particulier, mais ils doivent être surveillés afin de s'assurer de l'absence de croissance et de l'absence d'hypersécrétion (surveillance des signes cliniques et mesure périodique de l'ionogramme).

Le carcinome surrénalien non fonctionnel qui a métastasé n'est pas accessible à la chirurgie, bien que le mitotane associé à des corticostéroïdes puissent permettre de contrôler les symptômes de l'hypercortisolisme.

Plus d'information

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
LYSODREN
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE