Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Iléus

(Iléus paralytique; iléus fonctionnel; parésie)

Par Parswa Ansari, MD, Assistant Professor and Program Director in Surgery, Hofstra Northwell - Lenox Hill Hospital, New York

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'iléus intestinal est un arrêt temporaire du péristaltisme intestinal. Il apparaît le plus souvent après une chirurgie abdominale, particulièrement quand les intestins ont été manipulés. Les symptômes sont des nausées, des vomissements et une vague gêne abdominale. Le diagnostic repose sur des signes rx et l'aspect clinique. Le traitement est un traitement de support, avec une aspiration nasogastrique et un apport hydroélectrolytique IV.

Étiologie

La cause la plus fréquente est

  • Chirurgie abdominale

Les autres causes comprennent

  • Inflammation intrapéritonéale ou rétropéritonéale (p. ex., appendicite [ Appendicite], diverticulite [ Diverticulite], ulcère duodénal perforé [ Ulcère gastroduodénal])

  • Hématomes rétropéritonéaux ou intra-abdominaux (p. ex., par rupture d'anévrisme aortique abdominal [ Anévrismes de l'aorte abdominale], fracture par compression lombaire)

  • Troubles métaboliques (p. ex., hypokaliémie [ Hypokaliémie])

  • Médicaments (p. ex., opiacés, anticholinergiques, parfois inhibiteurs calciques)

  • Parfois maladie rénale ou thoracique (p. ex., fractures des côtes inférieures, pneumonies du lobe inférieur, infarctus du myocarde)

Les troubles de la motilité gastrique et colique après une chirurgie abdominale sont fréquents. L'intestin grêle est habituellement moins affecté, avec une motilité et une fonction d'absorption revenant à la normale quelques heures après la chirurgie. La vidange gastrique est habituellement déficiente pendant au minimum 24 h. Le côlon est souvent plus affecté et peut rester inactif 48 à 72 h, parfois plus.

Symptomatologie

La symptomatologie comprend une distension abdominale, des nausées, des vomissements et un vague inconfort abdominal. La douleur a rarement la séméiologie caractéristique de colique que l'on retrouve dans les occlusions mécaniques. Il peut y avoir une constipation sévère ou une excrétion de petites quantités de selles aqueuses. L'auscultation retrouve un abdomen silencieux ou un péristaltisme minime. L'abdomen n'est pas douloureux, sauf si la cause sous-jacente est inflammatoire.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Parfois, rx

L'objectif essentiel est de distinguer l'iléus d'une occlusion intestinale. Dans les deux cas, la rx montre une dilatation gazeuse de segments isolés d'anses intestinales. Cependant, dans l'iléus post-opératoire, le gaz peut s'accumuler plus dans le côlon que dans l'intestin grêle. L'apparition en post-opératoire d'une accumulation de gaz dans l'intestin grêle annonce souvent le développement d'une complication (p. ex., occlusion, péritonite [ Douleurs abdominales aiguës : Péritonite]). Dans d’autres types d’iléus, les signes rx sont semblables à ceux d’une obstruction; le diagnostic différentiel peut être difficile si la présentation clinique n’est pas clairement en faveur de l’un ou l'autre. Une TDM avec contraste peut permettre de différencier entre les deux et suggérer une cause sous-jacente à l'iléus.

Traitement

  • Sonde nasogastrique

  • Liquides IV

Le traitement comprend une aspiration nasogastrique, une mise à jeun, un apport hydroélectrolytique IV, des sédatifs réduits au minimum utile, en évitant les opiacés et les médicaments anticholinergiques. Il est particulièrement important de maintenir une kaliémie normale (> 4 mEq/L [> 4 mmol/L]). Un iléus persistant > 1 semaine a probablement une cause mécanique obstructive et une laparotomie doit être envisagée. Certains iléus coliques peuvent être levés par décompression coloscopique; rarement, une caecostomie est nécessaire. La décompression coloscopique est utile dans le traitement de la pseudo-occlusion (syndrome d'Ogilvie), qui consiste en une occlusion visible située au niveau de l'angle colique gauche, bien qu'aucune cause ne soit retrouvée au lavement de contraste ou à la coloscopie, et qui se traduit par l'impossibilité pour les gaz et les matières fécales de dépasser ce point. Certains utilisent la néostigmine IV (qui nécessite une surveillance cardiaque) pour traiter le syndrome d'Ogilvie.