Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Syndromes gastritiques rares

Par Michael C. DiMarino, MD, Division of Gastroenterology and Hepatology, Department of Medicine, Thomas Jefferson University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Maladie de Ménétrier

Cette maladie rare et idiopathique touche l'adulte entre 30 et 60 ans et est plus fréquente chez l'homme. Elle se manifeste par un épaississement important des plis gastriques du corps, mais pas de l'antre. L'atrophie des glandes et l'hyperplasie fovéolaire surviennent, souvent associées à une métaplasie des glandes à mucus et à un épaississement de la muqueuse, associés à une inflammation modérée. Une hypoalbuminémie (anomalie biologique la plus constante) provoquée par la perte de protéines digestives peut être retrouvée (gastropathie avec perte de protéines). Quand la maladie progresse, les sécrétions acides et de pepsine diminuent, ce qui entraîne une hypochlorhydrie.

Les symptômes ne sont pas spécifiques et ce sont généralement des douleurs épigastriques, des nausées, un amaigrissement, des œdèmes et de la diarrhée. Le diagnostic différentiel comprend (1) le lymphome, dans lequel de multiples ulcères gastriques peuvent survenir; (2) le lymphome du tissu lymphoïde associé aux muqueuses (MALT), avec une infiltration importante par des lymphocytes B monoclonaux; (3) le syndrome de Zollinger-Ellison avec hypertrophie des plis gastriques associée; et (4) le syndrome de Cronkhite-Canada, un syndrome avec muqueuse polypoïde et perte de protéines, associé à une diarrhée.

Le diagnostic est établi par une endoscopie avec une biopsie profonde de la muqueuse ou une biopsie gastrique de toute la muqueuse par voie laparoscopique.

De nombreux traitements ont été utilisés, dont des traitements par des médicaments anticholinergiques, antisécrétoires acides et des corticostéroïdes, mais aucun n'a démontré son efficacité. Une résection gastrique partielle ou complète peut être nécessaire en cas d'hypoalbuminémie grave.

Gastrite à éosinophiles

Une infiltration étendue de la muqueuse, de la sous-muqueuse et des couches musculaires par des éosinophiles, apparaît souvent au niveau de l'antre. Elle est habituellement, idiopathique, mais peut être due à une infection à nématodes. Les symptômes comprennent nausées, vomissements et satiété précoce. Le diagnostic repose sur la biopsie endoscopique des zones atteintes. Les corticostéroïdes peuvent être efficaces dans les cas idiopathiques; cependant, si une obstruction pylorique se développe, l'intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Lymphome MALT (Mucosa-associated lymphoid tissue, tissu lymphoïde associé aux muqueuses)

Cette affection rare est caractérisée par l'infiltration lymphoïde massive de la muqueuse gastrique qui peut ressembler à la maladie de Ménétrier.

Gastrite secondaire à des affections systémiques

La sarcoïdose, la tuberculose, l'amylose et les autres pathologies granulomateuses peuvent être responsables d'une gastrite, qui est rarement d'importance primordiale.

Gastrite secondaire à des agents physiques

L'irradiation et l'ingestion de substances corrosives (en particulier les composés acides) peuvent entraîner une gastrite. Une exposition à > 6 Gy d'irradiation corporelle totale ( Exposition aux rayonnements et contamination radioactive) entraîne une gastrite très profonde qui atteint habituellement l'antre plutôt que le corps. La sténose et la perforation pyloriques sont des complications possibles de la gastrite radio-induite.

Gastrite infectieuse (suppurée)

Hormis l'infection à H. pylori, l'envahissement bactérien de l'estomac est rare et apparaît principalement après ischémie, ingestion de substances corrosives ou exposition à des radiations. À la rx, des gaz dessinent la muqueuse. Cette affection se présente comme un syndrome de l'abdomen aigu et la mortalité est très élevée. La chirurgie est souvent nécessaire.

Les patients affaiblis ou immunodéprimés peuvent développer une gastrite virale ou fongique à cytomégalovirus, Candida, histoplasmose ou mucormycose; ces diagnostics doivent être envisagés en cas de gastrite exsudative, d'œsophagite, ou de duodénite.