Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

honeypot link

Changements de personnalité et de comportement

Par

Michael B. First

, MD, Columbia University

Dernière révision totale mars 2020| Dernière modification du contenu mars 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les personnes en bonne santé diffèrent beaucoup les unes des autres en termes de personnalité générale, d’humeur et de comportement. Chaque personne est également différente d’un jour à l’autre, en fonction des circonstances. Toutefois, un changement de personnalité et/ou de comportement important et brutal, notamment s’il n’est pas lié à un événement évident (tel que la prise d’un médicament ou la perte d’un être cher), indique souvent un problème.

Les changements de personnalité et de comportement peuvent être grosso modo classés comme suit :

  • Confusion ou syndrome confusionnel

  • Délires

  • Discours ou comportement désorganisé

  • Hallucinations

  • Humeurs extrêmes (dépression ou manie par exemple)

Ces catégories ne correspondent pas à des troubles. Elles constituent juste un moyen pour les médecins d’organiser différents types d’anomalies concernant la pensée, le discours et le comportement. Ces changements de personnalité et de comportement peuvent résulter de problèmes physiques ou de problèmes de santé mentale.

Une personne peut présenter plusieurs types de changements. Par exemple, les personnes souffrant de confusion due à une interaction médicamenteuse ont parfois des hallucinations, et les personnes qui ont des humeurs extrêmes peuvent avoir des délires.

Confusion et syndrome confusionnel

La confusion et le syndrome confusionnel Syndrome confusionnel Le syndrome confusionnel est un trouble soudain, fluctuant et en général réversible de la fonction cognitive. Il est caractérisé par une incapacité à prêter attention, une désorientation, une... en apprendre davantage renvoient à un trouble de la conscience. C’est-à-dire que la personne est moins consciente de son environnement et, selon la cause de la pathologie, peut se montrer excessivement agitée et agressive ou somnolente et apathique. Certaines personnes alternent entre des périodes où elles sont moins alertes et des périodes où elles le sont trop. Leur pensée semble trouble et lente ou inappropriée. Elles ont du mal à se concentrer sur de simples questions et sont lentes à répondre. Le langage peut être pâteux. Il est fréquent que ces personnes ne sachent pas quel jour on est ou qu’elles ne soient pas capables de dire où elles se trouvent. Certaines ne parviennent pas à donner leur nom.

Le syndrome confusionnel est souvent dû à un problème physique grave, survenu récemment ou à une réaction à un médicament, en particulier chez les personnes âgées. Les personnes qui présentent un syndrome confusionnel doivent immédiatement consulter un médecin. Si la cause du syndrome confusionnel est identifiée et rapidement corrigée, il disparaît généralement.

Délires

Les délires sont des idées fixes erronées auxquelles une personne se tient malgré l’évidence du contraire. Certains délires se fondent sur une mauvaise interprétation de perceptions et d’expériences réelles. Par exemple, quelqu’un peut se sentir persécuté, pensant qu’une personne se trouvant derrière lui dans la rue le suit ou qu’un accident ordinaire est le résultat d’un sabotage intentionnel. D’autres personnes croient que les paroles des chansons ou les articles de journaux contiennent des messages leur étant spécifiquement adressés.

Certaines croyances semblent plus plausibles et peuvent être difficiles à identifier en tant que délires car elles pourraient effectivement se produire ou s’être produites. Par exemple, il arrive occasionnellement que des personnes soient suivies par des enquêteurs gouvernementaux ou que leur travail soit saboté par des collègues. Dans ce cas, il est possible d’identifier une idée comme délire en fonction de la force avec laquelle la personne la tient pour vraie, malgré des preuves du contraire.

Les autres délires sont plus faciles à identifier. Par exemple, lors de délires religieux ou mégalomaniaques, des personnes peuvent se prendre pour Jésus ou pour le président du pays. Certains délires sont assez bizarres. Par exemple, certaines personnes peuvent croire que leurs organes ont été remplacés par des pièces de machines ou que leur tête contient une radio qui reçoit des messages du gouvernement.

Discours désorganisé

Le discours désorganisé renvoie à un discours ne contenant pas les connexions logiques attendues entre des pensées ou entre des questions et des réponses. Par exemple, une personne peut passer d’un sujet à un autre sans aller au bout de sa pensée. Les sujets peuvent être légèrement liés ou sans aucun rapport. Dans d’autres cas, des personnes répondent à des questions simples par de longues réponses décousues, pleines de détails hors de propos. Les réponses peuvent être illogiques, voire totalement incohérentes. Ce type de langage diffère de la difficulté à s’exprimer ou à comprendre le langage (aphasie Aphasie L’aphasie est une perte partielle ou complète de la capacité à s’exprimer ou comprendre le langage écrit et parlé. Elle provient de la lésion des aires du cerveau qui contrôlent le langage.... en apprendre davantage ) ou à former des mots (dysarthrie Dysarthrie La dysarthrie est une incapacité à articuler les mots de façon normale. L’élocution peut être saccadée, hachée, chuchotante, irrégulière, imprécise ou monotone, mais les personnes peuvent comprendre... en apprendre davantage ) provoquée par un trouble cérébral, tel qu’un accident vasculaire cérébral.

S’il arrive occasionnellement de mal s’exprimer ou de se montrer intentionnellement évasif, grossier ou comique, cela n’est pas considéré comme un discours désorganisé.

Comportement désorganisé

Le comportement désorganisé renvoie au fait de faire des choses assez inhabituelles (telles que le fait de se déshabiller ou de se masturber en public ou bien de crier et jurer sans raison apparente) ou de se montrer incapable de se comporter normalement. Les personnes présentant un comportement désorganisé ont généralement du mal à mener leurs activités quotidiennes normales (telles que le fait de conserver une bonne hygiène personnelle ou de se procurer de la nourriture).

Hallucinations

Les hallucinations renvoient au fait de voir, entendre ou ressentir des choses qui n’existent pas réellement. Ainsi, les personnes perçoivent des choses, apparemment via leurs sens, qui ne sont pas causées par un stimulus extérieur. Tous les sens peuvent être impliqués. Les hallucinations les plus fréquentes consistent à entendre des choses (hallucinations auditives), généralement des voix. Les voix font souvent des commentaires désobligeants au sujet de la personne ou lui commandent de faire quelque chose.

Toutes les hallucinations ne sont pas causées par un trouble mental. Certains types d’hallucinations sont plus vraisemblablement causés par un trouble neurologique Présentation des symptômes des maladies du cerveau, de la moelle épinière et des nerfs Les affections touchant le cerveau, la moelle épinière et les nerfs sont appelées maladies neurologiques. Les symptômes neurologiques (symptômes provoqués par une affection qui touche tout ou... en apprendre davantage . Par exemple, avant une crise convulsive, il arrive à la personne de sentir quelque chose alors qu’il n’y a pas d’odeur (hallucination olfactive).

Humeurs extrêmes

Causes

Si certaines personnes supposent que les changements de personnalité, de pensée ou de comportement sont tous causés par un trouble mental, il existe de nombreuses causes possibles. Toutes les causes affectent en fin de compte le cerveau, mais il peut s’avérer utile de les diviser en quatre catégories :

  • Les troubles mentaux

  • Les drogues (notamment en cas d’empoisonnement, de sevrage ou d’effets secondaires)

  • Les troubles affectant principalement le cerveau

  • Les troubles affectant l’ensemble de l’organisme (systémiques), ainsi que le cerveau

Les troubles mentaux

Les troubles mentaux comprennent :

Médicaments

Les médicaments et autres substances sont susceptibles d’affecter la personnalité ou le comportement lorsqu’elles sont à l’origine de

Rarement, il arrive que certains antibiotiques et médicaments utilisés pour le traitement de l’hypertension artérielle induisent des changements de personnalité et de comportement.

Les troubles affectant principalement le cerveau

Ces troubles peuvent affecter la personnalité, l’humeur et le comportement. À savoir :

Troubles affectant l’ensemble de l’organisme (systémiques), ainsi que le cerveau

Les troubles affectant l’ensemble de l’organisme (systémiques) ainsi que le cerveau comprennent :

Évaluation

Lors de l’évaluation initiale, les médecins essaient de déterminer si les symptômes sont dus à un trouble mental ou physique.

Les informations suivantes peuvent aider à déterminer à quel moment l’évaluation d’un médecin est nécessaire et à savoir à quoi s’attendre au cours de l’évaluation.

Signes avant-coureurs

Chez les personnes présentant des changements de la personnalité ou du comportement, certains symptômes et certaines caractéristiques doivent inquiéter. Ces signes avant-coureurs comprennent

  • Symptômes apparaissant brutalement

  • Tentatives de se faire du mal, d’en faire à d’autres ou de menacer d’agir ainsi

  • Confusion ou syndrome confusionnel

  • Fièvre

  • Céphalées sévères

  • Symptômes suggérant un dysfonctionnement du cerveau tels qu’une difficulté à marcher, un trouble de l’équilibre ou encore des problèmes d’élocution ou de vision

  • Récente blessure à la tête (quelques semaines auparavant)

Quand consulter un médecin

Les personnes qui présentent des signes avant-coureurs doivent consulter un médecin dès que possible. Il peut être nécessaire d’appeler la police si la personne est violente.

Une personne ne présentant pas de signe d’alerte doit consulter un médecin au bout d’un jour ou deux si le changement de personnalité ou de comportement est récent. Si le changement est apparu progressivement au fil du temps, elle doit voir un médecin dès que cela est faisable, mais un retard d’environ une semaine n’est pas dangereux.

Que fait le médecin

Les médecins posent d’abord des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux de la personne. Le médecin réalise ensuite un examen clinique, comprenant un examen neurologique Examen neurologique Lorsqu’un trouble neurologique est suspecté, les médecins évaluent en général tous les organes au cours de l’examen clinique, en concentrant cependant leur attention sur le système nerveux.... en apprendre davantage et un examen de l’état mental État mental Lorsqu’un trouble neurologique est suspecté, les médecins évaluent en général tous les organes au cours de l’examen clinique, en concentrant cependant leur attention sur le système nerveux.... en apprendre davantage (qui évalue entre autres la capacité d’attention, la mémoire, l’humeur, la capacité à penser de façon abstraite, à suivre des ordres, et à utiliser le langage). Ce qu’il trouve au cours de l’examen des antécédents médicaux et de l’examen clinique évoque souvent une cause possible des changements et les examens pouvant s’avérer nécessaires (voir le tableau Quelques causes et caractéristiques des changements de personnalité et de comportement Quelques causes et caractéristiques des changements de personnalité et de comportement Les personnes en bonne santé diffèrent beaucoup les unes des autres en termes de personnalité générale, d’humeur et de comportement. Chaque personne est également différente d’un jour à l’autre... en apprendre davantage ).

Les questions portent notamment sur le moment où les symptômes sont apparus. Nombre de troubles mentaux surviennent durant l’adolescence ou avant 30 ans. Si un trouble mental apparaît à un âge moyen ou plus tard, particulièrement en l’absence de déclencheur évident (tel que la perte d’un être cher), la cause sera plus vraisemblablement un trouble physique. Chez les personnes présentant un trouble mental chronique, il est également plus probable qu’un trouble physique s’en trouve à l’origine lorsque les symptômes mentaux évoluent significativement durant l’âge moyen ou plus tard. Si des changements sont apparus récemment et brutalement chez une personne, quel que soit son âge, le médecin pose des questions sur les conditions qui ont pu déclencher ces modifications. Il demande, par exemple, si la personne vient de commencer ou d’arrêter un traitement sur ordonnance ou la consommation de drogues à usage récréatif.

Le médecin se renseigne sur les autres symptômes qui pourraient tendre à indiquer une cause, tels que :

  • Palpitations : éventuellement une hyperthyroïdie ou bien la consommation ou le sevrage d’une drogue

  • Tremblements : maladie de Parkinson ou sevrage d’une drogue

  • Difficulté à marcher ou à parler : sclérose en plaques, maladie de Parkinson, AVC ou intoxication par un opioïde ou un sédatif

  • Céphalées : infection cérébrale, tumeur cérébrale ou saignement cérébral (hémorragie)

  • Engourdissement ou picotements : AVC, sclérose en plaques ou carence en vitamine

Il est demandé à la personne si elle a déjà été diagnostiquée et traitée pour un trouble mental ou convulsif. Si elle a été traitée, le médecin lui demande si elle a arrêté de prendre ses médicaments ou si elle en a diminué la dose. Toutefois, étant donné que les personnes souffrant de troubles mentaux peuvent également développer des troubles physiques, le médecin ne suppose pas automatiquement qu’un comportement anormal nouveau est causé par le trouble mental.

Le médecin pose des questions sur les troubles physiques de la personne (comme le diabète) et sur son mode de vie (sa situation maritale, sa situation professionnelle, son niveau d’instruction, sa consommation d’alcool et de drogues à usage récréatif et ses conditions de vie, par exemple). Le médecin demande également si des membres de la famille de la personne ont des troubles physiques susceptibles de provoquer des symptômes mentaux (comme la sclérose en plaques).

Lors de l’examen clinique, le médecin recherche des signes de troubles physiques susceptibles de provoquer des altérations de l’état mental, notamment :

  • Fièvre et/ou rythme cardiaque rapide (suggérant une infection, un sevrage alcoolique ou la consommation d’amphétamines ou de cocaïne à des doses élevées)

  • Confusion ou délire (suggérant une intoxication médicamenteuse ou un sevrage)

  • Des anomalies au cours de l’examen neurologique, comme des difficultés à former des mots ou à comprendre le langage (suggérant éventuellement un trouble cérébral)

La confusion et le symptôme confusionnel résultent plus probablement d’un trouble physique. Les personnes souffrant de troubles mentaux sont rarement confuses ou délirantes (symptôme confusionnel). Toutefois, si nombre de troubles physiques induisant des changements de comportement n’entraînent pas de confusion ni de symptôme confusionnel, ils se trouvent souvent à l’origine d’autres symptômes qui peuvent sembler constituer un trouble mental.

Le médecin demande à la personne de pencher la tête vers l’avant. Si cela est difficile ou douloureux, la cause peut être une méningite. Le médecin regarde si les jambes et l’abdomen ne présentent pas de gonflement, ce qui pourrait résulter d’une insuffisance rénale ou hépatique. En cas de jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, la cause peut être une insuffisance hépatique.

Le médecin peut examiner l’intérieur des yeux de la personne avec un dispositif portable qui ressemble à une lampe de poche (ophtalmoscope Ophtalmoscopie Une personne souffrant de symptômes oculaires doit consulter un médecin. Cependant, certaines maladies des yeux causent peu ou pas de symptômes dans les stades initiaux. Donc, les yeux doivent... en apprendre davantage ). Si le médecin remarque un gonflement d’une partie du nerf optique (œdème papillaire Œdème papillaire Un œdème papillaire se produit en cas d’augmentation de la pression à l’intérieur ou autour du cerveau, qui entraîne un gonflement de la tête du nerf optique. Les symptômes peuvent être de brefs... en apprendre davantage ), il se peut que la pression à l’intérieur du crâne soit élevée, et une tumeur ou un saignement dans le cerveau peut être à l’origine des symptômes mentaux.

Tableau
icon

Examens

Habituellement, les examens comprennent :

Chez la plupart des personnes connues pour présenter un trouble mental, aucun autre test n’est nécessaire si l’on ne constate qu’une aggravation de leurs symptômes habituels, si elles sont conscientes et alertes et si les résultats des tests et de leur examen clinique sont normaux.

Pour la plupart des autres personnes, des tests sanguins de dépistage du VIH sont généralement effectués.

Traitement

Les maladies sous-jacentes sont traitées lorsque cela est possible. Quelle que soit la cause, les personnes qui représentent un danger pour elles-mêmes ou pour les autres doivent généralement être hospitalisées et traitées, qu’elles le veuillent ou non. De nombreux États exigent que cette décision soit prise par une personne désignée pour prendre des décisions, en matière de soins de santé concernant la personne souffrant d’une maladie mentale (le mandataire Procuration médicale par défaut Si une personne est incapable de prendre des décisions au sujet de ses soins de santé personnels, une ou plusieurs autres personnes doivent donner des consignes pour la prise de décision. Le... en apprendre davantage ). Si la personne n’a pas désigné de mandataire, le médecin peut contacter son plus proche parent ou un tuteur peut être nommé en urgence par un tribunal.

Les personnes non dangereuses pour elles-mêmes ou pour les autres peuvent refuser l’évaluation et le traitement, malgré les difficultés que leur refus peut engendrer pour elles-mêmes et leurs familles.

Points clés

  • Tous les changements de personnalité et de comportement ne sont pas dus à des troubles mentaux.

  • Ils peuvent également être causés par des drogues (notamment en cas de sevrage ou d’effets secondaires), des troubles qui touchent principalement le cerveau ou des troubles systémiques affectant le cerveau.

  • Les médecins s’intéressent particulièrement aux personnes présentant une confusion ou un syndrome confusionnel, de la fièvre, une céphalée, des symptômes laissant penser à un dysfonctionnement cérébral ou un récent traumatisme crânien ainsi qu’aux personnes ayant la volonté de se faire du mal ou d’en faire à d’autres.

  • Les médecins ont généralement recours à des analyses de sang afin de mesurer les taux d’oxygène, de sucre (glycémie) ainsi que certains médicaments (tels que des anticonvulsivants) que prend la personne et ils peuvent pratiquer d’autres tests en fonction des symptômes et des résultats d’examens.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
LITHOBID
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Testez vos connaissances

Traitement des maladies mentales
La plupart des méthodes de traitement des troubles mentaux peuvent être classées comme somatiques ou psychothérapeutiques. Lequel des traitements suivants constitue un traitement psychothérapeutique ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
Téléchargez l’application Manuel MSD. iOS ANDROID
HAUT DE LA PAGE