Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Présentation des troubles des conduites alimentaires

Par

Evelyn Attia

, MD, Columbia University Medical Center, New York State Psychiatric Institute;


B. Timothy Walsh

, MD, College of Physicians and Surgeons, Columbia University

Dernière révision totale juil. 2018| Dernière modification du contenu juil. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Les troubles des conduites alimentaires impliquent une perturbation de l’alimentation ou du comportement lié à l’alimentation, et comprennent généralement :

  • Modifications du régime alimentaire ou de la manière de s’alimenter

  • Mesures prises par la personne pour éviter que la nourriture ne soit absorbée (par exemple, en se faisant vomir ou en prenant un laxatif)

Pour qu’un comportement alimentaire inhabituel soit considéré comme un trouble, il doit se poursuivre pendant un certain temps et nuire de manière significative à la santé physique de la personne et/ou à sa capacité de fonctionner à l’école ou au travail ou affecter négativement les interactions de la personne avec autrui.

Les troubles des conduites alimentaires comprennent :

L’anorexie mentale se caractérise par une recherche incessante de minceur, par une perception déformée de l’image du corps, par une peur extrême de l’obésité et par une alimentation restreinte, conduisant à un poids corporel très faible. Les personnes atteintes d’anorexie mentale limitent leur apport alimentaire, mais elles peuvent également se gaver, puis compenser par une conduite d’élimination (par exemple, en se faisant vomir ou en utilisant des laxatifs). Les personnes atteintes de ce trouble peuvent se priver de nourriture au point de nuire à leur santé. Bien que le terme anorexie signifie perte d’appétit, de nombreuses personnes souffrant d’anorexie mentale ne perdent pas leur appétit tant qu’elles n’ont pas atteint un stade avancé de maigreur.

Les personnes atteintes de trouble d’évitement/de restriction de la consommation alimentaire consomment très peu d’aliments et/ou évitent certains aliments sans se préoccuper de leur silhouette ou de leur poids, ce qui est typique des personnes atteintes d’anorexie mentale ou de boulimie mentale. Généralement, les personnes atteintes de ce trouble sont extrêmement difficiles avec la nourriture et les types d’aliments. Par exemple, elles peuvent éviter les aliments d’une certaine couleur, ou qui ont une certaine consistance ou une certaine odeur. Certaines personnes ont peur des effets indésirables possibles liés au fait de s’alimenter, comme s’étouffer ou vomir.

Le trouble hyperphagie boulimique se caractérise par la consommation d’une quantité de nourriture anormalement importante (bien plus que celle que la plupart des personnes mangeraient dans le même temps, dans des circonstances similaires). Les personnes atteintes ressentent une perte de contrôle pendant et après la frénésie alimentaire. La crise de frénésie alimentaire n’est pas suivie de conduite d’élimination ou d’autres tentatives de compensation des excès alimentaires.

La boulimie mentale se caractérise par des épisodes répétés de consommation rapide de grandes quantités de nourriture, suivis de tentative de compensation des excès alimentaires. Par exemple, la personne peut se faire vomir ou prendre des laxatifs.

Le pica consiste à consommer régulièrement des choses qui ne sont pas des aliments.

Le trouble de rumination consiste à régurgiter les aliments après les avoir ingérés.

Les troubles des conduites alimentaires sont beaucoup plus fréquents chez les femmes, surtout les plus jeunes, que chez les hommes.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE