Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Imagerie par résonance magnétique (IRM) en cas de troubles neurologiques

Par

Michael C. Levin

, MD, College of Medicine, University of Saskatchewan

Dernière révision totale déc. 2018| Dernière modification du contenu déc. 2018
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

L'IRM visualise les structures nerveuses avec une meilleure résolution que la TDM. Cette différence est la plus importante cliniquement pour visualiser les éléments suivants:

  • Nerfs crâniens

  • Lésions du tronc cérébral

  • Anomalies de la fosse postérieure

  • Moelle épinière

Les images TDM de ces régions sont souvent marquées par des lignes artéfactuelles osseuses. L'IRM est particulièrement utile pour la mise en évidence des anomalies médullaires (p. ex., une tumeur ou un abcès) imposant une intervention en urgence. En outre, l'IRM est plus performante pour détecter les plaques de démyélinisation, un infarctus en phase précoce, un œdème cérébral infraclinique, des contusions cérébrales, un engagement transtentoriel naissant, des anomalies de la jonction craniocervicale et une syringomyélie.

IRM cérébrale normale (sagittale)

L'IRM est contre-indiquée si les patients

  • Ont un stimulateur cardiaque ou des stents cardiaques ou carotidiens pendant < 6 semaines

  • Sont porteurs de clips ferromagnétiques sur un anévrisme ou d'autres objets métalliques qui peuvent chauffer ou être déplacés dans le corps par le champ magnétique intense

La visualisation des lésions inflammatoires démyélinisantes et néoplasiques peut nécessiter l'administration IV de produits de contraste paramagnétiques (p. ex., gadolinium). Bien que le gadolinium soit considéré comme beaucoup plus sûr que les produits de contraste iodés utilisés avec la TDM, des cas de fibrose systémique néphrogénique (dermopathie fibrosante néphrogénique) ont été rapportés en cas d'insuffisance rénale et d'acidose. Avant d'utiliser le gadolinium chez les patients insuffisants rénaux, il convient de consulter un radiologue et un néphrologue.

Il existe plusieurs techniques d'IRM; le choix des techniques dépend de l'organe étudié, de la topographie des lésions et des hypothèses diagnostiques:

  • L'imagerie pondérée en diffusion permet un diagnostic rapide et précoce de l'accident vasculaire cérébral ischémique et permet de distinguer un abcès cérébral d'une tumeur. Elle peut aussi aider à diagnostiquer une maladie de Creutzfeld-Jakob.

  • L'IRM de perfusion peut détecter les zones d'hypoperfusion à la phase initiale d'un accident vasculaire cérébral ischémique mais n'est pas encore aujourd'hui considérée comme suffisamment fiable pour distinguer les zones d'oligémie bénigne de celles dues à une nécrose.

  • L'imagerie du tenseur de diffusion est une extension de l'IRM de diffusion qui permet de visualiser les faisceaux de substance blanche en 3 dimensions (tractographie) et peut être utilisée pour évaluer l'état anatomique des voies du système nerveux central affectées par le vieillissement et la maladie.

  • La séquence en double inversion-récupération, utilisée dans les centres de recherche, peut détecter une démyélinisation de la matière grise mieux que d'autres techniques d'IRM; la démyélinisation de la matière grise est à présent considérée comme fréquente dans la sclérose en plaques.

  • L'IRM fonctionnelle (IRMf) visualise les régions cérébrales activées (activation démontrée par un débit accru de sang oxygéné) par une tâche cognitive ou motrice spécifique, mais son utilisation clinique est encore limitée.

L'angio-IRM utilise l'IRM avec ou sans produit de contraste pour visualiser les vaisseaux cérébraux, les principales artères de la tête et du cou et leurs branches. Bien que l'angio-IRM n'ait pas remplacé l'angiographie cérébrale, elle est utilisée lorsque l'angiographie cérébrale ne peut être effectuée (p. ex., quand le patient la refuse ou présente des risques élevés). En tant qu'instrument diagnostique de l'accident vasculaire cérébral, l'angio-IRM tend à surévaluer la gravité des sténoses artérielles et permet, de ce fait, de ne généralement pas passer à côté des lésions d'un gros vaisseau.

L'angiographie pondérée en fonction de la sensibilité peut être utile pour évaluer les saignements. Elle permet une meilleure visualisation des petits et grands vaisseaux sanguins, des microhémorragies et des dépôts de calcium et de fer dans le cerveau.

La phlébo-IRM utilise l'IRM pour montrer les grosses veines et les sinus duraux du crâne. Elle permet d'éviter l'angiographie pour le diagnostic de thrombose veineuse cérébrale et est utile pour contrôler la résolution du thrombus et guider la durée du traitement anticoagulant.

La spectroscopie par résonance magnétique peut mesurer les métabolites dans une région du cerveau afin de distinguer les tumeurs des abcès ou des accidents vasculaires cérébraux.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE