Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Revue générale des troubles du mouvement et des troubles cérébelleux

Par

Hector A. Gonzalez-Usigli

, MD, HE UMAE Centro Médico Nacional de Occidente

Dernière révision totale déc. 2018| Dernière modification du contenu déc. 2018
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Le mouvement volontaire exige l'interaction complexe des faisceaux corticospinal (pyramidal), des noyaux gris centraux et du cervelet (centre de la coordination motrice) pour assurer un mouvement volontaire fluide exempt de contractions musculaires parasites.

Le faisceau pyramidal traverse les pyramides bulbaires, mettant en relation le cortex avec les centres moteurs inférieurs du tronc cérébral et de la moelle épinière.

Les noyaux gris centraux (noyau caudé, putamen, globus pallidus, noyau sous-thalamique et locus niger) forment le système extrapyramidal. Ils sont situés en profondeur dans le prosencéphale et leurs efférences sont dirigées principalement en avant, à travers le thalamus, vers le cortex cérébral (voir figure Noyaux gris centraux).

La plupart des lésions neuronales induisant des troubles du mouvement surviennent dans le système extrapyramidal; ainsi, les troubles du mouvement sont parfois appelés troubles extrapyramidaux.

Noyaux gris centraux

Noyaux gris centraux

Classification

Les troubles du mouvement sont généralement classés comme suit

  • Diminution ou lenteur des mouvements (troubles hypokinétiques)

  • Mouvement augmenté (troubles hyperkinétiques)

Le trouble hypokinétique classique et le plus fréquent est la

Les troubles hyperkinétiques correspondent aux troubles suivants

Cependant, cette classification ne tient pas compte du chevauchement entre les catégories (p. ex., les tremblements de la maladie de Parkinson).

Les troubles cérébelleux sont parfois considérés comme des troubles hyperkinétiques.

Troubles hyperkinétiques

  • Rythmiques

  • Non rythmiques

Les hyperkinésies rythmiques sont principalement des tremblements, mouvements oscillatoires ou alternatifs réguliers, qui se produisent principalement au repos, en maintenant une même position, et/ou pendant l'initiation du mouvement. Cependant, dans certains cas, un tremblement, bien que rythmé, est irrégulier, comme cela se produit quand le tremblement est associé à des troubles dystoniques.

Les troubles hyperkinétiques non rythmiques peuvent être

  • Lents (p. ex., athétose)

  • Soutenus (p. ex., dystonies)

  • Rapides (p. ex., myoclonies, chorée, tics, hémiballisme)

Les troubles hyperkinétiques rapides non rythmiques peuvent être

  • Suppressibles (p. ex., les tics)

  • Incontrôlables (p. ex., hémiballisme, chorée, myoclonies).

La chorée et l'athétose surviennent souvent ensemble, le mouvement anormal est alors décrit comme choréoathétosique. La chorée est le trouble du mouvement le plus caractéristique de la maladie de Huntington.

De multiples tics moteurs et phonatoires sont la caractéristique déterminante du syndrome de la Tourette.

Classification des troubles hyperkinétiques fréquents

Classification des troubles hyperkinétiques fréquents
Tableau
icon

Troubles hyperkinétiques

Mouvement anormal

Causes

Description

Médicaments (p. ex., cocaïne, amphétamines, antipsychotiques)

Les mouvements sont arythmiques, lents, sinueux, à type de contorsions, et touchent initialement les muscles distaux; pour gagner la partie proximale des membres et former un flux continu de mouvements anormaux.

L'athétose possède les caractéristiques de la dystonie et de la chorée, et elle s'accompagne souvent de chorée, le mouvement est alors décrit comme une choréoathétose.

Maladie de Huntington, hyperthyroïdie, hypoparathyroïdie, syndromes paranéoplasiques, lupus érythémateux disséminé affectant le système nerveux central, autres maladies auto-immunes, rhumatisme articulaire aigu, tumeurs ou infarctus du noyau caudé ou du putamen

Grossesse, souvent chez la femme ayant souffert de rhumatisme articulaire aigu

Médicaments susceptibles de provoquer une chorée (p. ex., la lévodopa, la phénytoïne, la cocaïne, les contraceptifs oraux)

Médicaments qui peuvent provoquer une dyskinésie tardive (p. ex., les antipsychotiques)

Les mouvements sont arythmiques, saccadés, rapides et incontrôlables, qui touchent principalement les muscles distaux ou le visage.

Parfois, des mouvements anormaux sont incorporés dans des gestes semi-intentionnels qui masquent les mouvements involontaires.

La chorée s'accompagne souvent d'athétose, le mouvement est ainsi dénommé choréoathétose.

Dystonies

Primitives (idiopathiques)

Troubles dégénératifs ou métaboliques (p. ex., maladie de Wilson, mutation de PKAN due à PANK2 (précédemment appelée maladie d'Hallervorden-Spatz), lipidoses diverses, sclérose en plaques, infirmité motrice cérébrale, accident vasculaire cérébral, ischémie cérébrale)

Médicaments qui bloquent les récepteurs de la dopamine, le plus souvent les antipsychotiques (p. ex., phénothiazines, thioxanthènes, butyrophénones) ou antiémétiques

Contractions musculaires soutenues qui modifient souvent la posture du corps ou provoquent des mouvements répétitifs de torsion.

Lésions (le plus souvent dues à un accident vasculaire cérébral) du noyau sous-thalamique controlatéral ou des voies de connexion afférentes ou efférentes

Les mouvements sont arythmiques, rapides, incontrôlables et violents.

Causes diverses (p. ex., dégénérescence des noyaux gris centraux, démences, syndromes épileptiques, troubles métaboliques, encéphalopathies physiques et hypoxiques, encéphalopathies toxiques, encéphalopathies virales, certains médicaments tels que la lévodopa, le lithium et les inhibiteurs de la MAO)

Des mouvements arythmiques, très rapides, non contrôlables, semblables à des sursauts ou des mouvements saccadés, se produisent; ils peuvent être focaux, segmentaires, ou généralisés.

Tics

Secondaires: maladie de Huntington, neuroacanthocytose, PKAN, infections, accident vasculaire cérébral, médicaments (p. ex., méthylphénidate, cocaïne, amphétamines, antagonistes de la dopamine [qui peuvent provoquer des dyskinésies tardives])

Les mouvements sont non rythmiques, stéréotypés, rapides et répétitifs; de manière caractéristique, les patients ont une pulsion à les faire et à ressentir un bref soulagement après les avoir faits.

Les tics ne peuvent être supprimés que sur de courtes périodes et avec un effort conscient.

Les tics peuvent être moteurs ou phonatoires; ils peuvent être simples (p. ex., clignement des yeux, grognements, raclements de gorge) ou complexes (p. ex., haussement d'épaule, oscillation des bras, crier des mots ou des phrases, dont des obscénités).

Tremblement essentiel

Maladie de Wilson

Certains médicaments (p. ex., le lithium, le valproate, l'olanzapine, d'autres antipsychotiques typiques et atypiques, voir tableau Causes de Parkinsonisme)

Troubles endocriniens, métaboliques et toxiques (p. ex., encéphalopathie anoxique, encéphalopathie hépatique,hypoglycémie, hyperparathyroïdie, hyperglycémie, hypocalcémie, urémie, toxicité des métaux lourds)

Physiologique

Les mouvements sont réguliers, pour la plupart rythmiques et oscillatoires.

PKAN = neurodégénérescence associée à la pantothénate kinase.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
ZYPREXA
No US brand name
LITHOBID
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE