Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Revue générale des troubles anxieux

Par

John W. Barnhill

, MD, New York-Presbyterian Hospital

Vérifié/Révisé août 2023
Voir l’éducation des patients

Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer ces sentiments. Les troubles anxieux sont différenciés les uns des autres en fonction des objets ou des situations spécifiques qui induisent la peur, l'anxiété et les changements de comportement associés.

Tout le monde connaît périodiquement la peur et l'anxiété.

La peur est une réponse émotionnelle, physique et comportementale à une menace extérieure immédiatement reconnaissable (p. ex., un cambrioleur, une automobile qui glisse sur de la glace et échappe au contrôle).

L'anxiété est un état émotionnel pénible et désagréable associant nervosité et inquiétude; ses causes sont moins claires. L'anxiété est moins liée au moment précis où une menace existe; elle peut être anticipatoire, survenant avant une menace, elle peut persister après que la menace soit passée ou encore survenir en l'absence d'une menace identifiable.

Les sujets ressentent souvent à la fois de la peur et de l'anxiété sous formes de modifications corporelles (p. ex., transpiration, nausées) et de leurs comportements (p. ex., évitement, colère). Souvent, les sujets sont conscients de ces changements physiques et comportementaux sans identifier clairement qu'ils sont anxieux ou pris par la peur.

L'anxiété d'adaptation peut motiver les sujets à se préparer, pratiquer et répéter; elle peut également encourager une prudence appropriée dans des situations potentiellement dangereuses. Lorsque l'anxiété provoque un dysfonctionnement et une détresse excessive, cependant, elle est considérée comme maladaptative et donc comme un trouble psychiatrique.

Le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 5th edition, Text Revision (DSM-5-TR) liste les différents troubles anxieux par ordre d'âge d'apparition typique (3 Références générales Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ):

Les troubles anxieux induits par une substance/médicaments et l'anxiété due à une autre pathologie médicale doivent toujours être envisagés lorsque les sujets présentent une anxiété importante.

Les troubles anxieux ont tendance à être très concomitants avec d'autres pathologies médicales et psychiatriques. La dépression Troubles dépressifs Les troubles dépressifs sont caractérisés par une tristesse suffisamment sévère ou persistante pour perturber le fonctionnement quotidien et souvent par une diminution de l'intérêt ou du plaisir... en apprendre davantage , les troubles de toxicomanie Revue générale de l'utilisation de substances Les troubles liés à une substance concernent des médicaments qui activent directement le système de récompense du cerveau. L'activation du système de récompense provoque des sentiments de plaisir... en apprendre davantage , les troubles de la personnalité Revue générale des troubles de la personnalité Les troubles de la personnalité correspondent en général à des modes de pensée, perception, de réaction et de relation envahissants et durables et sont responsables d'une altération significative... en apprendre davantage et d'autres troubles anxieux Revue générale des troubles anxieux Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage sont des comorbidités particulièrement fréquentes, de même que les maladies cardiovasculaires, l'asthme, les migraines et l'arthrite. Les troubles anxieux précédant souvent d'autres comorbidités psychiatriques, un traitement précoce et efficace du trouble anxieux peut prévenir ou atténuer leur développement.

Références générales

  • 1. Bandelow B, Michaelis S: Epidemiology of anxiety disorders in the 21st century. Dialogues Clin Neurosci 17(3):327-335, 2015. doi: 10.31887/DCNS.2015.17.3/bbandelow

  • 2. Penninx BW, Pine DS, Holmes EA, et al: Anxiety disorders. Lancet 97(10277):914-927, 2021. doi: 10.1016/S0140-6736(21)00359-7

  • 3. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 5th edition, Text Revision (DSM-5-TR). American Psychiatric Association Publishing, Washington, DC, pp 215-262.

Étiologie des troubles anxieux

Il n'y a pas de gène unique ou de cause psychologique des troubles anxieux, mais ils semblent se développer dans un contexte de facteurs biopsychosociaux typiques. Les troubles anxieux tendent à être familiaux, et ils se sont par au moins 2 mécanismes (1 Références pour l'étiologie Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ):

Beaucoup de patients développent des troubles anxieux, cependant sans qu'un élément déclencheur ne soit retrouvé. Par exemple, la plupart des sujets qui ont une phobie des serpents n'ont jamais été mordus par un serpent et ne rapportent pas une expérience traumatique caractéristique. L'anxiété peut également être une réponse à des facteurs de stress environnementaux et sociaux à l'âge adulte, tels que la fin d'une relation importante ou l'exposition à une catastrophe mettant en jeu le pronostic vital, bien que la plupart des sujets qui subissent de tels facteurs de stress ne développent pas de trouble anxieux.

Plusieurs neurotransmetteurs sont impliqués dans le développement des troubles anxieux. Les 2 neurotransmetteurs prédominants, le GABA et le glutamate, jouent un rôle clé, de même que d'autres neurotransmetteurs comme la sérotonine, la noradrénaline et la dopamine. Ces neurotransmetteurs jouent un rôle important dans la sélection des médicaments.

Certains troubles médicaux peuvent directement causer de l'anxiété. Ceux-ci comprennent l' asthme Asthme L'asthme est une inflammation diffuse des voies respiratoires provoquée par divers stimuli induisant une bronchoconstriction partiellement ou complètement réversible. La symptomatologie comprend... en apprendre davantage , les troubles du rythme cardiaque Revue générale des troubles du rythme Le cœur normal bat de manière régulière, coordonnée parce que les impulsions électriques générées et transmises par des myocytes aux caractéristiques électriques particulières déclenchent une... en apprendre davantage Revue générale des troubles du rythme , la maladie pulmonaire obstructive chronique Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une obstruction des voies respiratoires provoquée par une réponse inflammatoire à des toxiques inhalés, souvent la fumée de cigarette... en apprendre davantage Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) , l' insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque L'insuffisance cardiaque est un syndrome de dysfonctionnement ventriculaire. L’insuffisance ventriculaire gauche entraîne une dyspnée d’effort et une asthénie et l’insuffisance ventriculaire... en apprendre davantage Insuffisance cardiaque , l' hyperthyroïdie Hyperthyroïdie L'hyperthyroïdie est caractérisée par un hypermétabolisme et une élévation des concentrations sériques d'hormones thyroïdiennes libres. Les symptômes comprennent des palpitations, une fatigue... en apprendre davantage Hyperthyroïdie , le syndrome de Cushing Syndrome de Cushing Le syndrome de Cushing est constitué par les anomalies cliniques secondaires à l'élévation chronique du cortisol ou autres corticostéroïdes. La maladie de Cushing est un syndrome de Cushing... en apprendre davantage Syndrome de Cushing et le phéochromocytome Phéochromocytome Le phéochromocytome est une tumeur surrénalienne développée aux dépens des cellules chromaffines et qui sécrète des catécholamines. Il provoque une HTA persistante ou paroxystique. Le diagnostic... en apprendre davantage .

Les médicaments utilisés pour traiter certains troubles médicaux peuvent également induire une anxiété comme symptôme. Dont

  • Asthme (albutérol, corticostéroïdes, théophylline)

  • Trouble du déficit de l'attention/hyperactivité (amphétamines et autres stimulants)

  • Hyperthyroïdie (lévothyroxine, liothyronine)

  • Allergies saisonnières (antihistaminiques et décongestionnants)

  • Troubles convulsifs (phénytoïne)

  • Maladie de Parkinson (lévodopa)

En outre, une variété de substances et de drogues illicites peuvent induire directement une anxiété, dont la caféine, la cocaïne Cocaïne La cocaïne est une drogue sympathomimétique stimulante du système nerveux central et a des propriétés euphorisantes. Des doses élevées peuvent provoquer des attaques de panique, des symptômes... en apprendre davantage et la MDMA (ecstasy Méthylène-dioxyméthamphétamine (MDMA) MDMA (3,4-méthylène-dioxyméthamphétamine) est une substance analogue à l'amphétamine aux effets stimulants et hallucinogènes. Le MDMA agit principalement sur les neurones qui produisent et libèrent... en apprendre davantage ). Certains produits généralement utilisés pour induire une relaxation peuvent également causer de l'anxiété. Le cannabis Marijuana (Cannabis) La marijuana est un euphorisant qui peut provoquer une sédation ou la dysphorie chez certains utilisateurs. Une dépendance psychologique peut se développer en cas de prise chronique, mais il... en apprendre davantage (marijuana) induit une anxiété chez certaines personnes, directement ou du fait d'un adultérant tel que la phencyclidine Kétamine et phencyclidine (PCP) La kétamine et la phencyclidine sont des antagonistes des récepteurs du N-méthyl-D-aspartate et des anesthésiques dissociatifs qui peuvent provoquer une intoxication, parfois avec confusion... en apprendre davantage (PCP). Le sevrage de l'alcool Intoxication et sevrage alcoolique L'alcool (éthanol) est un dépresseur du système nerveux central. De grandes quantités consommées rapidement peuvent provoquer une dépression respiratoire, un coma et la mort. De grandes quantités... en apprendre davantage , des sédatifs et de certains autres produits peuvent également provoquer une anxiété.

Anxiété liée au COVID-19

La pandémie de COVID-19 a été associée à des poussées des taux de dépression et d'anxiété chez des sujets qui n'ont pas été infectés (2 Références pour l'étiologie Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ). De telles réactions psychologiques peuvent avoir été des exacerbations de problèmes sous-jacents, mais les symptômes sont souvent aggravés par l'exposition aux médias, les difficultés économiques, l'incertitude concernant l'avenir, les peurs de l'infection (pour eux-mêmes et leurs proches), la perte de soutiens familiers (p. ex., amis, emploi), et des restrictions comportementales (p. ex., masques, éloignement social).

L'infection symptomatique par le COVID-19 est également associée à une augmentation de l'anxiété (3 Références pour l'étiologie Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ). Les déclencheurs de cette anxiété accrue peuvent être physiologiques (p. ex., dyspnée); psychologique (p. ex., craintes immédiates de mort); sociaux (p. ex., isolement des proches); et pharmacologiques (p. ex., les corticostéroïdes souvent utilisés dans le traitement du COVID-19). En outre, l'hypothèse a été émise que le COVID-19 induirait une réponse immunitaire de l'hôte cause directe des symptômes neuropsychiatriques (p. ex., anxiété, changements d'humeur, dysfonction neuromusculaire); ces réactions neuropsychiatriques peuvent être aiguës ou faire partie d'un syndrome appelé COVID long. (Voir aussi Manifestations neuropsychiatriques liées au COVID Manifestations neuropsychiatriques liées au COVID Le COVID-19 est principalement un syndrome respiratoire aigu, mais il peut également provoquer un dysfonctionnement de plusieurs organes et systèmes corporels, y compris le cerveau et le système... en apprendre davantage .)

Références pour l'étiologie

  • 1. Juruena MF, Eror F, Cleare AJ, et al: The role of early life stress in HPA axis and anxiety. Adv Exp Med Biol 1191:141-153, 2020. doi: 10.1007/978-981-32-9705-0_9

  • 2. Shafran R, Rachman S, Whittal M, et al: Fear and anxiety in COVID-19: Preexisting anxiety disorders. Cogn Behav Pract 28(4):459-467, 2021. doi:10.1016/j.cbpra.2021.03.003

  • 3. Troyer EA, Kohn JN, Hong S: Are we facing a crashing wave of neuropsychiatric sequelae of COVID-19? Neuropsychiatric symptoms and potential immunologic mechanisms. Brain Behav Immun 87:34-39, 2020. doi: 10.1016/j.bbi.2020.04.027

Symptomatologie des troubles anxieux

Les troubles anxieux ont tendance à différer de l'anxiété habituelle et normale par leur persistance (> 6 mois), leur caractère excessif, débilitant et inconfortable.

  • Gastrointestinaux: nausées, vomissements, diarrhée

  • Pulmonaires: dyspnée, étouffement

  • Végétatifs: vertiges, évanouissements, sueurs, bouffées de chaleur et de froid

  • Cardiaques: palpitations, augmentation de la fréquence cardiaque

  • Musculosquelettiques: tension musculaire, douleur ou oppression thoracique

Un journal de panique ou d'inquiétude peut être un outil utile pour enregistrer les symptômes, à la fois parce que les rapports d'anxiété rétrospectifs peuvent être vagues et parce que les stratégies de traitement dépendent souvent de détails.

Référence pour la symptomatologie

  • 1. Craske MG, Stein MB: Anxiety. Lancet 388:3048-3059, 2016. doi: 10.1016/S0140-6736(16)30381-6

Diagnostic des troubles anxieux

  • Critères du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 5th edition, Text Revision (DSM-5-TR)

Le diagnostic d'un trouble anxieux spécifique repose sur la présence d'une symptomatologie caractéristique selon la DSM-5-TR. En général, un trouble anxieux peut être suspecté lorsque les conditions suivantes s'appliquent (1 Références pour le diagnostic Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ):

  • L'anxiété est responsable d'une importante souffrance.

  • L'anxiété altère les capacités fonctionnelles.

  • L'anxiété ne disparaît pas spontanément au bout de quelques jours.

  • On ne retrouve pas d'autres causes.

Lors du diagnostic d'un trouble anxieux, il est important d'exclure une anxiété attribuable à certaines pathologies (p. ex., asthme, hyperthyroïdie) et/ou à des substances ou des médicaments (2 Références pour le diagnostic Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ). En outre, le cas échéant, le médecin doit évaluer dans quelle mesure le trouble médical et/ou la substance sont réellement impliqués dans l'anxiété. Comme c'est le cas dans toutes les évaluations psychiatriques, une anamnèse minutieuse est cruciale pour un diagnostic précis.

Si les patients répondent aux critères d'un trouble anxieux et que le médecin en conclut que les symptômes sont mieux expliqués par les effets physiologiques directs d'un médicament ou d'une drogue, le patient est considéré comme ayant un trouble d'anxiété induit par une substance/un médicament. De même, si l'anxiété importante est réputée résulter d'un état physiologique direct d'une autre pathologie médicale, le patient peut être diagnostiqué comme ayant un trouble anxieux dû à une autre pathologie.

Comme c'est le cas de presque toutes les affections psychiatriques, il n'existe pas de tests de laboratoire pour les troubles anxieux, bien que les tests de laboratoire puissent permettre d'identifier les pathologies médicales associées à l'anxiété. Un jugement clinique est nécessaire avant de poser le diagnostic. En plus de mettre en évidence des symptômes caractéristiques et l'évolution dans le temps, le médecin doit également évaluer si la situation clinique atteint un seuil en tant qui le définit comme cause de détresse et/ou de dysfonctionnement cliniquement significatifs.

Les différents troubles anxieux peuvent souvent être distingués les uns des autres en fonction des réponses à 3 questions clés:

  • Quelles situations induisent la peur et l'anxiété?

  • Quelles pensées sont associées à l'anxiété?

  • Quelles stratégies d'évitement sont utilisées?

Facteurs culturels

La culture influence l'expression, la conceptualisation et le traitement de toutes les pathologies psychiatriques, y compris les troubles anxieux (3, 4 Références pour le diagnostic Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ). Au cours de l'évaluation psychiatrique, il est important de rechercher des éléments qui peuvent affecter les symptômes d'anxiété, que ce soit les systèmes politiques, économiques et juridiques environnants, ainsi que des questions spécifiques liées au statut de migrant, à l'orientation sexuelle, au statut socio-économique, à la religion, à la spiritualité et aux structures familiales.

Les patients peuvent se sentir intimidés, embarrassés ou réticents à discuter de l'anxiété avec n'importe qui, et encore moins avec des médecins, qui peuvent sembler appartenir à un groupe socio-économique différent et potentiellement plus privilégié. De même, les sujets qui veulent être de "bons patients" peuvent ne pas s'exprimer franchement au sujet des problèmes psychiatriques s'ils suspectent que leurs médecins sont trop occupés pour aborder autre chose que leur problème médical non psychiatrique le plus important.

Il peut également être utile de demander aux patients ce qu'ils pensent être la cause de leurs problèmes. Tous les patients ne croient pas complètement au modèle médical, et, si on les interroge avec tact, de nombreux patients peuvent à contrecœur mentionner qu'ils (ou leurs proches) croient que leurs symptômes ont été induits par une religion ou une autre source mystique (p. ex., un "mauvais œil").

Obtenir de telles informations améliore l'alliance patient-médecin, approfondit la compréhension à la fois du patient et des plaintes présentées, et améliore la probabilité que le patient soit plus transparent et compliant à l'avenir.

Références pour le diagnostic

  • 1. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 5th edition, Text Revision (DSM-5-TR). American Psychiatric Association Publishing, Washington, DC, pp 215-221.

  • 2. Craske MG, Stein MB: Anxiety. Lancet 388:3048-3059, 2016. doi: 10.1016/S0140-6736(16)30381-6

  • 3. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 5th Edition, Text Revision (DSM-5-TR), Cultural Concepts of Distress. American Psychiatric Association Publishing, Washington, DC, pp 872-880.

  • 4. Lewis-Fernández R, Aggarwal NK, Lam PC, et al: Feasibility, acceptability and clinical utility of the Cultural Formulation Interview: Mixed-methods results from the DSM-5 international field trial. Br J Psychiatry 210(4):290-297, 2017. doi: 10.1192/bjp.bp.116.193862

  • 5. Kaiser BN , Haroz EE, Kohrt BA, et al: "Thinking too much": A systematic review of a common idiom of distress. Soc Sci Med 147:170-183, 2015. doi: 10.1016/j.socscimed.2015.10.044

Traitement des troubles anxieux

  • Psychoéducation

  • Techniques de relaxation

  • Psychothérapies, telles que la psychothérapie cognitivo-comportementale

  • Pharmacothérapie (benzodiazépines, inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine [ISRS])

Les principes généraux suivants sont importants à prendre en compte dans le traitement des troubles anxieux:

Techniques de psychoéducation et de relaxation

La psychoéducation est généralement fondamentale dans le traitement des troubles anxieux. Il peut sembler libérateur pour le patient de comprendre comment un ensemble parfois déroutant de symptômes et de comportements peut être conceptualisé dans un diagnostic. L'éducation fournit également une structure cognitive qui permet d'aider les patients à poursuivre un traitement qui peut être inconfortable.

Les techniques de relaxation doivent être enseignées au début du traitement. Ces techniques sont utiles à la fois parce que la peur et l'anxiété sont des fondamentaux du trouble anxieux et parce que le traitement peut intensifier transitoirement les pensées et les sentiments invalidants. Sans un outil de contrôle de l'anxiété, de nombreux patients n'adhéreront pas au traitement. Les techniques de relaxation peuvent comprendre la relaxation musculaire, la gestion de la respiration, le yoga, l'hypnose et/ou la méditation, mais la préférence du patient est importante pour déterminer l'approche spécifique. Les techniques de relaxation peuvent être brièvement décrites puis "prescrites" comme des "devoirs". L'observance et l'efficacité sont plus susceptibles d'être optimisées si le médecin montre périodiquement les techniques (p. ex., respiration lente et régulière) avec enthousiasme.

Psychothérapies

Diverses psychothérapies sont également efficaces dans la plupart des troubles psychiatriques. Cette équivalence semble liée à des facteurs dits non spécifiques, qui comprennent les caractéristiques personnelles du thérapeute et un climat thérapeutique positif qui permet au patient de s'engager efficacement dans le discours et de rester fidèle aux pratiques et aux médicaments convenus.

La psychothérapie cognitivo-comportementale implique à la fois une thérapie cognitive et une thérapie d'exposition. La reconstruction cognitive commence par l'idée que les patients souffrant de troubles anxieux surestiment le danger (catastrophisent) et sous-estiment leur capacité à faire face au danger. Ces pensées imprécises et ces déclencheurs précédents sont clarifiés pendant le traitement. Souvent, l'anxiété peut être soigneusement intégrée dans le cycle caractéristique de déclencheurs, de comportements et d'anxiété. Au fur et à mesure que ce cycle est clarifié, on apprend aux patients à reconnaître et à affronter leurs pensées imprécises (c'est-à-dire, la reconstruction cognitive).

La psychothérapie cognitivo-comportementale se concentre également sur les éléments comportementaux du trouble anxieux. Généralement, les patients souffrant de troubles anxieux répondent au danger perçu par une réponse de "lutte ou de fuite". Certains patients qui ont une anxiété importante sont en mesure de "combattre" leur anxiété, souvent avec une réponse contre-phobique (p. ex., un acteur avec une anxiété sociale importante), mais la plupart répondent par l'évitement. La thérapie par exposition vise à identifier le comportement d'évitement puis à présenter au patient des possibilités d'intensification progressive pour être exposé en toute sécurité au déclencheur de la peur, en désensibilisant progressivement le patient.

D'autres psychothérapies utilisées pour le traitement des troubles anxieux associent les aspects de la psychothérapie cognitivo-comportementale, de la relaxation et de la pleine conscience avec d'autres stratégies qui semblent utiles. Ces traitements comprennent la réduction du stress basée sur la pleine conscience, l'hypnose, la psychothérapie psychodynamique axée sur la panique, la thérapie interpersonnelle et la psychothérapie de soutien:

Pharmacothérapie

La pharmacothérapie est généralement utile dans la prise en charge des troubles anxieux, en particulier lorsqu'elle est utilisée en association avec l'une des techniques psychothérapeutiques citées plus haut. Les antidépresseurs et les benzodiazépines sont les 2 classes de médicaments dont les effets sont démontrés par les preuves les plus solides, bien qu'il existe également un rôle pour les anxiolytiques non benzodiazépiniques (tels que la buspirone) et les antipsychotiques atypiques (9 Références pour le traitement Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ).

Les antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine sont généralement débutés à la dose la plus faible possible pour minimiser les effets indésirables. Les patients anxieux peuvent être sensibles aux modifications corporelles et peuvent interrompre le traitement en cas d'effets indésirables précoces. Une fois que le patient a toléré la dose initiale, l'antidépresseur peut être progressivement augmenté jusqu'à ce qu'une dose thérapeutique ou un effet thérapeutique soient atteints. Un effet clinique positif peut survenir à tout moment, mais il faut souvent 6 semaines ou plus pour l'obtenir.

Les benzodiazépines peuvent être utilisées pour le soulagement aigu de l'anxiété, mais peuvent créer une dépendance Sédatifs Les sédatifs comprennent les benzodiazépines, les barbituriques et des médicaments associés. Des doses élevées peuvent entraîner une diminution du niveau de conscience et une dépression respiratoire... en apprendre davantage et un désir d'augmenter les taux qui limitent leur rapport bénéfice/risque en cas d'utilisation chronique (10 Références pour le traitement Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ). Elles sont souvent utilisées en association avec un antidépresseur et une psychothérapie. La benzodiazépine peut souvent être diminuée une fois que les symptômes d'anxiété se sont améliorés.

Traitement des comorbidités

Lorsqu'ils sont présents, les troubles concomitants de toxicomanie et d'autres troubles psychiatriques doivent également être pris en charge de manière appropriée.

Les troubles concomitants de la toxicomanie Troubles de toxicomanie Les troubles de toxicomanie consistent en un modèle pathologique de comportements dans lequel les patients continuent à utiliser une substance en dépit de problèmes importants liés à son utilisation... en apprendre davantage ne sont souvent pas spontanément rapportés (11 Références pour le traitement Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage ). Des substances telles que l'alcool, la marijuana et les benzodiazépines sont souvent utilisées en automédication par les personnes souffrant de troubles anxieux. Les patients peuvent être réticents à abandonner ces substances jusqu'à ce qu'ils aient confiance que le médecin a une alternative thérapeutique viable. L'automédication entraîne souvent un cercle vicieux. Par exemple, la consommation d'alcool qui réduit rapidement l'anxiété peut être suivie d'une anxiété de rebond, suivie d'un désir accru de recours à l'automédication.

Le trouble bipolaire Troubles bipolaires Les troubles bipolaires sont caractérisés par des épisodes maniaques et dépressifs en alternance bien que les patients présentent une prédominance de l'un des deux états. La cause exacte est... en apprendre davantage comorbide peut entraîner des difficultés spécifiques de prise en charge. De nombreux sujets qui ont un trouble bipolaire sont initialement mal diagnostiqués, en particulier parce qu'ils présentent souvent beaucoup plus de périodes de dépression que de manie. Le traitement par un antidépresseur peut être un traitement de première ligne approprié d'un trouble anxieux avec dépression Troubles dépressifs Les troubles dépressifs sont caractérisés par une tristesse suffisamment sévère ou persistante pour perturber le fonctionnement quotidien et souvent par une diminution de l'intérêt ou du plaisir... en apprendre davantage majeure comorbide. Cependant, dans le cas d'un individu présentant à la fois une anxiété et un trouble bipolaire, un même médicament peut déclencher un épisode maniaque constitué d'une anxiété et d'une irritabilité intensifiées. Un trouble bipolaire non diagnostiqué peut entraîner des décennies de traitements inappropriés.

Les troubles médicaux comorbides peuvent également être difficiles à traiter. Par exemple, l'asthme peut entraîner une anxiété physiologique, et certains médicaments utilisés pour traiter l'asthme peuvent la provoquer. L'anxiété peut contribuer à l'aggravation de l'asthme et les craintes d'une exacerbation de l'asthme peuvent conduire à des comportements d'évitement (p. ex., diminution de l'activité, non-observance des médicaments) qui à leur tour peuvent aggraver l'asthme et entraîner une diminution de la qualité de vie.

Références pour le traitement

  • 1. Chellappa SL, Aeschbach D: Sleep and anxiety: From mechanisms to interventions. Sleep Med Rev61:101583, 2022. doi: 10.1016/j.smrv.2021.101583

  • 2. Bandelow B, Michaelis S, Wedekind D: Treatment of anxiety disorders. Dialogues Clin Neurosci 19(2):93-107, 2017. doi: 10.31887/DCNS.2017.19.2/bbandelow

  • 3. Cuijpers P, Sijbrandij M, Koole SL, et al: Adding psychotherapy to antidepressant medication in depression and anxiety disorders: a meta-analysis. World Psychiatry, 13(1), 56-67, 2014.doi: 10.1002/wps.20089

  • 4. Szuhany KL, Simon NM: Anxiety disorders: A review. JAMA 328(24):2431-2445, 2022. doi: 10.1001/jama.2022.22744

  • 5. Haller H, Breilmann P, Schröter, M. et al: A systematic review and meta-analysis of acceptance- and mindfulness-based interventions for DSM-5 anxiety disorders. Sci Rep 11(1):20385, 2021. doi: 10.1038/s41598-021-99882-w

  • 6. Valentine KE, Milling LS, Clark LJ, et al: The efficacy of hypnosis as a treatment for anxiety: A meta-analysis. Int J Clin Exp Hyposis 67(3)336-363, 2019. doi: 10.1080/00207144.2019.1613863

  • 7. Barber JP, Milrod B, Gallop R, et al: Processes of therapeutic change: Results from the Cornell-Penn Study of Psychotherapies for Panic Disorder. J Couns Psychol 67(2):222-231, 2020. doi: 10.1037/cou0000417

  • 8. Markowitz JC, Milrod B, Luyten P, et al: Mentalizing in interpersonal psychotherapy. Am J Psychother 72(4):95-100. 2019. doi: 10.1176/appi.psychotherapy.20190021

  • 9. Slee A, Nazareth I, Bondaronek P, et al: Pharmacological treatments for generalised anxiety disorder: A systematic review and network meta-analysis. Lancet 2019393(10173):768-777. doi: 10.1016/S0140-6736(18)31793-8

  • 10. Balon R, Starcevic V: Role of benzodiazepines in anxiety disorders. Adv Exp Med Biol 1191:367-388, 2020. doi: 10.1007/978-981-32-9705-0_20

  • 11. Anker JJ, Kushner MG: Co-occurring alcohol use disorder and anxiety: Bridging psychiatric, psychological, and neurobiological perspectives. Alcohol Res 40(1):arcr.v40.1.03, 2019. doi: 10.35946/arcr.v40.1.03

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE