honeypot link

Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Trouble d'excoriation (se gratter la peau)

Par

Katharine A. Phillips

, MD, Weill Cornell Medical College;


Dan J. Stein

, MD, PhD, University of Cape Town

Dernière révision totale juin 2018| Dernière modification du contenu juin 2018
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Le trouble d'excoriation est caractérisé par le curage récurrent de la peau, ce qui entraîne des lésions cutanées.

Les patients qui ont un trouble d'excoriation se grattent ou arrachent à plusieurs reprises leur peau pour des raisons non cosmétiques (c'est-à-dire, non pas pour enlever une lésion qu'ils perçoivent comme peu attrayante ou éventuellement cancéreuse). Certains patients s'arrachent de la peau saine; d'autres choisissent de s'arracher la peau au niveau de lésions mineures telles que des cals, des boutons ou des croûtes.

Certains patients se grattent la peau de façon assez automatique (c'est-à-dire, sans en être pleinement conscients); d'autres sont plus conscients de cette activité. Le curage n'est pas déclenché par des obsessions ou des préoccupations au sujet de l'apparence, mais peut être précédé par une sensation de tension ou d'anxiété qui est soulagée par le curage, qui est souvent aussi accompagné d'un sentiment de satisfaction.

Le curage cutané commence souvent à l'adolescence, même si elle peut commencer à différents âges. À un moment ou à un autre, environ 1 à 2% des sujets présentent ce trouble. Environ 75% d'entre eux sont des femmes.

Symptomatologie

Le curage cutané est généralement chronique, avec des symptômes fluctuants. Les zones de curage cutané peuvent changer au fil du temps. Les modèles de curage cutané varient d'un patient à l'autre. Certains présentent de multiples zones de cicatrices; d'autres se concentrent exclusivement sur quelques lésions. Beaucoup essaient de camoufler les lésions de la peau par des vêtements ou un maquillage.

Le curage cutané peut être accompagné de toute une gamme de comportements ou de rituels. Les patients peuvent rechercher méticuleusement un type particulier de croûte à arracher; ils peuvent faire en sorte que la croûte soit retirée d'une manière particulière (en utilisant les doigts ou un instrument) et peuvent mordre ou avaler la croûte une fois qu'elle a été retirée.

Les patients présentant un trouble de l'excoriation tentent généralement d'arrêter ou de le faire moins souvent, mais ils en sont incapables.

Les patients peuvent se sentir gênés ou avoir honte de l'apparence des zones de curage cutané ou de leur incapacité à contrôler leur comportement. Par conséquent, les patients peuvent en arriver à éviter des situations sociales où on peut voir leurs lésions; généralement, ils ne s'excorient pas en présence d'autres personnes, à l'exception des membres de la famille. Les patients peuvent être diminués dans d'autres domaines du fonctionnement (p. ex., professionnel, académique), principalement parce qu'ils évitent les situations sociales.

Certains patients peuvent même gratter la peau d'autres sujets. Beaucoup ont aussi d'autres comportements répétitifs centrés sur le corps, tels qu'une trichotillomanie ou se ronger les ongles.

Si sévère, le curage cutané peut provoquer des cicatrices, des infections, des saignements excessifs et même une septicémie.

De nombreux sujets atteints de troubles de l'excoriation ont également d'autres troubles mentaux, tels qu'un trouble obsessionnel compulsif ou un trouble dépressif majeur.

Diagnostic

  • Critères cliniques

Pour satisfaire aux critères diagnostiques du trouble d'excoriation, les patients doivent généralement

  • Provoquer des lésions cutanées visibles (bien que certains patients tentent de les camoufler avec des vêtements ou un maquillage)

  • Faire des tentatives répétées pour arrêter de s'arracher les cheveux

  • Être très déprimé ou ne pas pouvoir effectuer ses activités

La détresse peut comprendre des sentiments de gêne ou de honte (p. ex., par perte de contrôle du comportement ou du fait de conséquences cosmétiques des lésions de la peau).

Traitement

  • N-acétylcystéïne

  • Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine

  • Thérapie cognitive et comportementale (habituellement renversement d'habitude)

Dans un essai contrôlé, la N-acétylcystéine s'est avérée plus efficace que le placebo chez les patients présentant un trouble de l'excoriation (1).

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine peuvent être utiles en cas de coexistence de dépressions ou de troubles anxieux, et certaines données suggèrent que ces médicaments peuvent aussi réduire le curage cutané, bien que les données soient limitées.

La thérapie cognitivo-comportementale qui est adaptée pour traiter les symptômes spécifiques des excoriations est actuellement la psychothérapie de choix. Le renversement d'habitude, une thérapie principalement comportementale, a été étudié au mieux; il comprend les éléments suivants:

  • Formation de sensibilisation (p. ex., auto-surveillance, identification des déclencheurs du comportement)

  • Contrôle du stimulus (modification de situations, p. ex., éviter les déclencheurs, pour réduire la probabilité d'initier l'extraction)

  • Entraînement aux réponses concurrentes (apprendre aux patients à substituer d'autres comportements, tels que serrer le poing, tricoter ou s'asseoir sur leurs mains en cas de trichotillomanie)

Références pour le traitement

  • 1. Grant JE, Chamberlain SR, Redden SA, et al: N-Acetylcysteine in the treatment of excoriation disorder: A randomized clinical trial. JAMA Psychiatry 73 (5):490–496, 2016. doi: 10.1001/jamapsychiatry.2016.0060.

Points clés

  • Dans les cas d'excoriation, le comportement n'est pas déclenché par des obsessions ou des préoccupations concernant l'apparence, mais peut être précédé par une sensation de tension ou d'anxiété qui est soulagée par l'excoriation, souvent suivie d'un sentiment de satisfaction.

  • Les patients présentant un trouble de l'excoriation tentent généralement d'arrêter ou de le faire moins souvent, mais ils en sont incapables.

  • Le trouble d'excoriation provoque des lésions cutanées visibles.

  • Traiter par une thérapie cognitivo-comportementale adaptée au traitement des symptômes d'excoriation spécifiques (dont le renversement d'habitude) et/ou par la N-acétylcystéine ou un inhibiteur de la recapture de la sérotonine.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
ACETADOTE
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE