Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Revue générale des rééducations

Par Alex Moroz, MD, FACP, Associate Professor and Director of Residency Training and Medical Education, Department of Rehabilitation Medicine;Director of Integrative Sports Medicine, New York University School of Medicine;Rusk Rehabilitation

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'objectif de la rééducation est de faciliter la récupération de la perte de fonction. Cette perte peut être due à une fracture, à une amputation, à un accident vasculaire cérébral ou un autre trouble neurologique, à une arthrite, à un trouble cardiaque ou à un déconditionnement prolongé (p. ex., après certaines pathologies et interventions chirurgicales). La rééducation peut comprendre une kinésithérapie, une ergothérapie et une rééducation orthophonique; un conseil psychologique; et des services sociaux. Chez certains patients, l’objectif est la récupération complète de la fonction sans restriction; pour d’autres, c'est la récupération de la capacité de reprendre la plus grande part possible des activités de la vie quotidienne (AVQ). Les résultats de la rééducation dépendent de la nature de la perte de fonction et de la motivation du patient. Les progrès peuvent être lents chez les patients âgés ou qui ont une force musculaire insuffisante ou qui manquent de motivation.

La rééducation peut débuter à l'hôpital dans les services de soins aigus. Les services ou unités de rééducation fournissent habituellement les soins les plus importants et intensifs; ils doivent être envisagés chez les patients qui ont un bon potentiel de guérison, qui peuvent participer et supporter un traitement agressif (habituellement, 3 h/j). De nombreux centres de long séjour ont des programmes moins intensifs (généralement 1 à 3 h/j, jusqu'à 5 j/sem) qui conviennent aux patients supportant mal le traitement (p. ex., les patients fragiles ou âgés). Des programmes de rééducation moins variés et intensifs peuvent être proposés en consultations externes ou à domicile et sont adaptés à de nombreux patients. La rééducation des patients en externe peut cependant être intensive (plusieurs heures/j jusqu'à 5 j/sem).

La meilleure prise en charge sera multidisciplinaire, car l'invalidité peut conduire à divers problèmes (p. ex., dépression, manque de motivation pour retrouver la fonction perdue, problèmes financiers). Les patients peuvent ainsi demander l'intervention de psychologues, d'assistants sociaux ou de professionnels de santé mentale. De plus, les membres de la famille peuvent avoir besoin d'aide pour s'adapter au handicap du patient et l'aider.

Adressage

Pour mettre en place un programme de rééducation, le médecin doit adresser le patient à un kinésithérapeute, à un physiothérapeute ou à un centre de rééducation, par le biais d'une prescription. La lettre de liaison/prescription doit faire état du diagnostic et de l'objectif du traitement. Le diagnostic peut être spécifique (p. ex., après un accident vasculaire cérébral à gauche, déficits résiduels à droite au niveau des membres supérieurs et inférieurs) ou fonctionnel (p. ex., déconditionnement dû à un alitement). Les objectifs doivent être aussi précis que possible (p. ex., apprendre à utiliser une prothèse de membre, optimiser la force musculaire générale et l'endurance). Bien que des instructions vagues (p. ex., kinésithérapie pour évaluer et traiter) soient parfois acceptées, elles ne sont pas appropriées et peuvent être rejetées avec une demande d'instructions plus précises. Les médecins peu habitués à rédiger les prescriptions de rééducation peuvent consulter un psychiatre.

Objectifs de la thérapie

Le bilan initial fixe les objectifs concernant la restauration des fonctions nécessaires aux AVQ, y compris prendre soin de soi (p. ex., faire sa toilette, prendre un bain, changer ses pansements, se nourrir, faire ses besoins), faire la cuisine, le ménage, les courses, gérer son traitement médicamenteux, ses finances, utiliser le téléphone et voyager. Le médecin qui adresse le patient et l'équipe de rééducation déterminent lesquelles de ces activités sont réalisables et lesquelles sont essentielles pour l'autonomie du patient. Une fois la fonction des AVQ retrouvée, on y ajoute des objectifs d'amélioration de la qualité de vie.

Les patients progressent chacun à leur rythme. Certaines étapes du traitement ne durent que quelques semaines; d’autres durent plus longtemps. Certains patients qui ont terminé le traitement initial ont besoin d'un traitement supplémentaire.

Problèmes liés au patient et à l'aidant

L'éducation du patient et la famille sont une partie importante du processus de réhabilitation, en particulier lorsque le patient sort de l'hôpital. Souvent, l'infirmière est membre de l'équipe principalement responsable de cette éducation. Les patients apprennent à maintenir les fonctions nouvellement retrouvées et comment réduire le risque d'accidents (p. ex., tombe, coupures, brûlures) et les handicaps secondaires. Les membres de la famille apprennent à aider le patient à être aussi indépendant que possible, de sorte qu’ils ne surprotègent pas le patient (ce qui induit une dégradation de l’état fonctionnel et une dépendance accrue) ou néglige les besoins fondamentaux du patient (ce qui induit des sentiments de rejet, et peut provoquer une dépression ou perturber le fonctionnement physique).

Le soutien affectif de la famille et des amis est essentiel. Il peut prendre plusieurs formes. Un soutien spirituel et des conseils par des pairs ou par des religieux peuvent être indispensables à certains patients.

Rééducation gériatrique

Les troubles nécessitant une rééducation (p. ex., accident vasculaire cérébral, IDM, fracture de hanche, amputation d'un membre) sont fréquents chez les personnes âgées. Les personnes âgées sont également plus susceptibles d'avoir été déconditionnées avant même le problème aigu qui a nécessité la rééducation.

Les personnes âgées, même intellectuellement diminuées, peuvent tirer un bénéfice d'une rééducation. L'âge n'est pas un critère suffisant pour différer ou refuser une rééducation. Cependant, les personnes âgées peuvent ne récupérer que lentement du fait d'une capacité réduite d'adaptation à une modification de leur environnement, y compris

  • L'inactivité physique

  • Le manque d'endurance

  • La dépression ou la démence

  • La diminution de la force musculaire, de la mobilité des articulations, de la coordination ou de l'agilité

  • Les troubles de l'équilibre

Des programmes conçus spécifiquement pour les personnes âgées sont préférables parce que les personnes âgées ont souvent des objectifs différents, nécessitent une réhabilitation moins intensive et ont besoin de différents types de soins dont les patients plus jeunes n'ont pas besoin. Dans les programmes où les populations de tranches d'âge différentes sont séparées, les patients âgés sont moins susceptibles de comparer leur évolution avec celle des patients jeunes et de se décourager, et les aspects sociaux après la sortie peuvent être plus rapidement intégrés. Certains programmes sont conçus pour des situations cliniques spécifiques (p. ex., convalescence après une chirurgie de fracture de hanche); les patients qui présentent des maladies similaires peuvent travailler ensemble vers des objectifs communs, s’encourageant l’un l’autre en renforçant ainsi la rééducation.