Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Lésions cutanées du pénis

Par

Patrick J. Shenot

, MD,

  • Associate Professor and Deputy Chair, Department of Urology
  • Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Les troubles et infections cutanés fréquents peuvent provoquer des lésions cutanées du pénis (voir tableau Causes de lésions cutanées du pénis).

Tableau
icon

Causes de lésions cutanées du pénis

Catégorie

Cause

Troubles fréquents de la peau

Dermatites allergiques ou irritatives de contact

Carcinome in situ: également connu comme érythroplasie de Queyrat, maladie de Bowen

Éruptions médicamenteuses fixées

Troubles papulosquameux ou systémiques

Maladies sexuellement transmissibles*

Verrues génitales (condylomes acuminés)

Causes infectieuses rares

Infections mycosiques

Lichen scléro-atrophique (balanitis xerotica obliterans)

Cette lésion, un autre nom du lichen scléreux et atrophique chez l'homme, se présente sous forme d'une induration pâle située à l'extrémité du gland, entourant le méat et fréquemment responsable d'une sténose du méat. Elle résulte d'une inflammation chronique et peut conduire à un phimosis, un paraphimosis ou une sténose de l'urètre. Les médicaments à action locale dont les corticostéroïdes, le tacrolimus, les antibiotiques et les anti-inflammatoires peuvent être utilisés bien que leur efficacité soit limitée. La chirurgie est nécessaire dans les cas sévères.

Lésions cutanées du pénis

Carcinome in situ

Le carcinome in situ peut comprendre

L'érythroplasie de Queyrat et la maladie de Bowen du pénis sont deux lésions de pigmentation rougeâtre et violette dans la région génitale, habituellement sur le gland ou sur le sillon balanopréputial, principalement chez l'homme non circoncis, sont bien localisées.

La maladie de Paget du mamelon (à ne pas confondre avec la maladie osseuse appelée maladie osseuse de Paget) est un adénocarcinome intra-épithélial rare qui peut survenir au niveau de sites extra-mammaires, dont le pénis.

Dans la papulose bowénoïde on observe souvent de multiples petites papules sur le corps du pénis.

Ces affections sont considérées comme des néoplasies intraépithéliales ou des carcinomes in situ et doivent être biopsiées.

Le traitement conseillé est l'application de fluorouracile à 5% en crème, l'exérèse locale ou le traitement par laser. Un suivi soigneux est indiqué.

Lichen plan pénien

Cette lésion se manifeste par de petites papules ou macules, parfois annulaires, sur le gland ou le corps et peut être prise pour une pemphigoïde ou un érythème polymorphe. Le prurit est fréquent.

Le syndrome pénogingival chez les hommes (et le syndrome gingival vulvo-vaginal chez les femmes) est une forme plus grave de lichen plan érosif. Il se produit à la fois sur la muqueuse buccale et génitale. Un ulcère peut se développer et provoquer une douleur.

Le lichen plan disparaît habituellement spontanément. S'il est asymptomatique, le traitement peut ne pas être nécessaire. Les corticostéroïdes locaux permettent de soulager les symptômes.

Papules péniennes perlées

Ces papules sont des petits angiofibromes inoffensifs qui apparaissent sur la couronne du gland en petites excroissances bombées ou filiformes et sont pigmentées. Elles peuvent également apparaître sur la partie distale du corps de la verge. Elles sont fréquentes, concernant jusqu'à 10% des hommes. Elles ne sont pas liées au papillomavirus humain, bien qu'elles puissent être prises pour des verrues génitales. Le traitement n'est pas nécessaire.

Dermatite de contact du pénis

La dermatite de contact du pénis est devenue plus fréquente avec l'utilisation répandue de préservatifs en latex. La dermatite se manifeste par des lésions prurigineuses rouges, parfois avec de l'eczéma ou des fissures. Le traitement repose sur les corticostéroïdes locaux et l'utilisation de préservatifs sans latex (mais pas les préservatifs naturels, qui ne protègent pas de manière adéquate contre le VIH). Les corticostéroïdes peu puissants en vente libre peuvent être essayés d'abord, suivis de préparations sur ordonnance de puissance moyenne ou élevée, si nécessaire.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
PROGRAF
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE