Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Douleur oculaire

Par

Christopher J. Brady

, MD, Wilmer Eye Institute, Retina Division, Johns Hopkins University School of Medicine

Dernière révision totale juil. 2019| Dernière modification du contenu juil. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La douleur oculaire peut être décrite comme aiguë, sourde, ou pulsatile et doit être distinguée d'une irritation superficielle ou d'une sensation de corps étranger. Dans certaines affections, la douleur est aggravée par la lumière intense. La douleur oculaire peut être provoquée par une maladie grave et nécessite un examen rapide. De nombreuses causes de douleur oculaire provoquent également un œil rouge.

Physiopathologie de la douleur oculaire

La cornée est richement innervée et hautement sensible à la douleur. Beaucoup de maladies qui affectent la cornée ou la chambre antérieure (p. ex., uvéites Revue générale des uvéites L'uvéite est définie comme une inflammation du tractus uvéal, l'iris, le corps ciliaire et la choroïde. Cependant, la rétine et le liquide de la chambre antérieure et le vitré sont souvent impliqués... en apprendre davantage Revue générale des uvéites ) provoquent également des douleurs par spasme du muscle ciliaire; quand ce spasme est présent, la lumière intense provoque la contraction musculaire, et aggrave les douleurs.

Étiologie de la douleur oculaire

Évaluation de la douleur oculaire

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit préciser le début, le type et la sévérité de la douleur et tout antécédent d'épisodes antérieurs (p. ex., groupes d'épisodes quotidiens). Les symptômes associés importants comprennent une photophobie vraie (une lumière dirigée sur l'œil indemne provoque une douleur dans l'œil malade alors qu'il est fermé), une diminution de l'acuité visuelle, une sensation de corps étranger et une douleur au clignement et une douleur lors des mouvements du globe.

La recherche des antécédents médicaux doit porter sur des maladies constituant des facteurs de risque de douleur oculaire, dont des maladies auto-immunes, la sclérose en plaques, la migraine et les infections des sinus. Les facteurs de risque supplémentaires à détecter sont l'utilisation (excessive) de lentilles de contact (kératite des lentilles de contact), la surexposition au soleil ou à la soudure (kératite des ultraviolets Kératite d'exposition aux ultra-violets La kératite ponctuée superficielle est une érosion de la cornée, de causes très variées, caractérisée par des micro-lésions ponctuées et disséminées de l'épithélium cornéen. Une rougeur, un... en apprendre davantage ), le martelage ou le perçage de métal (corps étranger), et l'existence d'une blessure ou d'une chirurgie oculaire récente (endophtalmie Endophtalmie L'endophtalmie est une pan uvéite aiguë résultant le plus souvent d'une infection bactérienne. La plupart des cas d'endophtalmie sont provoqués par une bactérie Gram positive, telle que Staphylococcus... en apprendre davantage Endophtalmie ).

Examen clinique

Les signes vitaux sont vérifiés en particulier la présence de fièvre. Le nez est examiné à la recherche d'une rhinorrhée purulente et la face est palpée à la recherche d'une sensibilité. Lorsque l'œil est rouge, la région prétragienne est palpée à la recherche d'adénopathie. Le respect des règles d'hygiène doit être scrupuleux lors de l'examen de patients qui présentent un chémosis, une adénopathie prétragienne, une coloration cornéenne ponctuée ou une association de ces signes; ils suggèrent une kératoconjonctivite épidémique, qui est très contagieuse.

L'examen ophtalmologique doit être aussi complet que possible en cas de douleur oculaire. L'acuité visuelle la mieux corrigée est vérifiée. Les champs visuels sont généralement testés par confrontation en cas de douleur oculaire, mais ce test peut se révéler peu sensible (en particulier pour les petites anomalies) et peu fiable par manque de coopération des sujets. Une lumière est déplacée d'un œil à l'autre pour vérifier la taille de la pupille et les réponses à la lumière, directes et consensuelles. Chez les patients qui présentent une douleur oculaire unilatérale, une lumière est dirigée vers l'œil indemne alors que l'œil atteint est fermé; une douleur dans l'œil atteint représente une photophobie vraie. Les mouvements oculaires sont vérifiés. Les structures orbitaires et péri-orbitaires sont inspectées. La rougeur conjonctivale qui semble plus intense et confluante autour la cornée et du limbe est appelée cercle périkératique (flush ciliaire).

Un examen à la lampe à fente est réalisé, si cela est possible. La cornée est colorée avec la fluorescéine et examinée sous grossissement avec la lumière bleu cobalt. Si on ne dispose pas de lampe à fente, la cornée peut être examinée après coloration à la fluorescéine en lumière de Wood avec grossissement. Le fond de l'œil est examiné et on mesure les pressions oculaires (tonométrie). Chez les patients qui se plaignent d'une sensation de corps étranger ou ont des érosions cornéennes inexpliquées, les paupières sont retournées et examinées à la recherche de corps étrangers.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Des vomissements, des halos autour des lumières ou un œdème cornéen

  • Des signes généraux d'infection (p. ex., fièvre, frissons)

  • Une diminution de l'acuité visuelle

  • Une exophtalmie

  • Une diminution de la motilité oculaire

Interprétation des signes

Un prurit ou une sensation de corps étranger sont le plus souvent provoqués par des atteintes des paupières, des conjonctives ou de la surface de la cornée. Une photosensibilité est possible.

Une douleur de surface avec photophobie est souvent accompagnée de sensation de corps étranger Ulcérations et corps étrangers cornéens Les ulcérations cornéennes sont des lésions épithéliales superficielles limitées. (Voir aussi Revue générale des traumatismes oculaires.) Les lésions conjonctivales et cornéennes les plus fréquentes... en apprendre davantage Ulcérations et corps étrangers cornéens et de douleur au clignement; elle suggère une lésion cornéenne, le plus souvent un corps étranger ou une érosion.

Une douleur plus profonde, souvent décrite comme sourde ou pulsatile, indique habituellement une maladie grave telle qu'un glaucome Revue générale des glaucomes Les glaucomes constituent un groupe de troubles oculaires caractérisés par une atteinte progressive du nerf optique dans laquelle l'hyperpression intraoculaire relative joue un rôle important... en apprendre davantage , une uvéite Revue générale des uvéites L'uvéite est définie comme une inflammation du tractus uvéal, l'iris, le corps ciliaire et la choroïde. Cependant, la rétine et le liquide de la chambre antérieure et le vitré sont souvent impliqués... en apprendre davantage Revue générale des uvéites , une sclérite Sclérite La sclérite est une inflammation grave et parfois nécrosante qui menace la vision impliquant l'épisclère profonde et la sclère. Les symptômes sont une douleur modérée à forte, une rougeur de... en apprendre davantage Sclérite , une endophtalmie Endophtalmie L'endophtalmie est une pan uvéite aiguë résultant le plus souvent d'une infection bactérienne. La plupart des cas d'endophtalmie sont provoqués par une bactérie Gram positive, telle que Staphylococcus... en apprendre davantage Endophtalmie , une cellulite orbitaire Cellulite préseptale et orbitaire La cellulite préseptale (cellulite périorbitaire) est l'infection de la paupière et de la peau avoisinante en avant du septum orbitaire. La cellulite orbitaire est une infection des tissus orbitaires... en apprendre davantage Cellulite préseptale et orbitaire ou une pseudotumeur orbitaire. Dans ce groupe, un œdème des paupières et/ou une exophtalmie ainsi qu'une limitation des mouvements oculaires ou de l'acuité visuelle suggèrent une pseudotumeur orbitaire, une cellulite orbitaire ou peut-être une endophtalmie grave. De la fièvre, des frissons et une sensibilité évoquent une infection (p. ex., cellulite orbitaire, sinusite Sinusite La sinusite est une inflammation des sinus de la face due à des infections virales, bactériennes et mycosiques ou à des réactions allergiques. Les symptômes comprennent une obstruction et une... en apprendre davantage Sinusite ).

Un œil rouge suggère que l'affection provoquant la douleur est oculaire plutôt qu'une autre affection avec douleur projetée.

Si la douleur se développe dans l'œil atteint en réponse à l'éclairage de l'œil indemne lorsque l'œil atteint est fermé (photophobie vraie), la cause est le plus souvent une lésion cornéenne ou une uvéite.

Une rougeur ciliaire suggère que l'inflammation est intra-oculaire (p. ex., en raison d'une uvéite ou d'un glaucome) et non dans la conjonctive.

Si un collyre anesthésique (p. ex., proparacaïne) abolit la douleur d'un œil rouge, la cause en est probablement une affection cornéenne.

Certains signes sont plus évocateurs de causes particulières. Une douleur et une photophobie après un traumatisme à globe fermé suggèrent une uvéite post-traumatique. Le martelage ou le perçage de métaux sont des facteurs de risque de corps étranger métallique intra-oculaire occulte. La douleur lors des mouvements des muscles oculomoteurs et la perte de la réponse pupillaire à la lumière disproportionnée par rapport à la perte de l'acuité visuelle suggèrent une névrite optique.

Examens complémentaires

Les tests ne sont généralement pas nécessaires, à quelques exceptions près (voir tableau Certaines causes de douleur oculaire Certaines causes de douleur oculaire La douleur oculaire peut être décrite comme aiguë, sourde, ou pulsatile et doit être distinguée d'une irritation superficielle ou d'une sensation de corps étranger. Dans certaines affections... en apprendre davantage ). Une gonioscopie est effectuée si le glaucome Revue générale des glaucomes Les glaucomes constituent un groupe de troubles oculaires caractérisés par une atteinte progressive du nerf optique dans laquelle l'hyperpression intraoculaire relative joue un rôle important... en apprendre davantage est suspecté sur l'augmentation de la pression intraoculaire. Une imagerie, habituellement par la TDM ou l'IRM, est obtenue si l'on suspecte une pseudotumeur ou une cellulite orbitaire Cellulite préseptale et orbitaire La cellulite préseptale (cellulite périorbitaire) est l'infection de la paupière et de la peau avoisinante en avant du septum orbitaire. La cellulite orbitaire est une infection des tissus orbitaires... en apprendre davantage Cellulite préseptale et orbitaire ou si la sinusite Sinusite La sinusite est une inflammation des sinus de la face due à des infections virales, bactériennes et mycosiques ou à des réactions allergiques. Les symptômes comprennent une obstruction et une... en apprendre davantage Sinusite est suspectée mais que le diagnostic n'est pas cliniquement clairement établi. L'IRM est souvent effectuée lorsqu'on suspecte une névrite optique, à la recherche de lésions démyélinisantes dans le cerveau, suggérant la sclérose en plaques Sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques (SEP) est caractérisée par des plaques de démyélinisation disséminées dans le cerveau et la moelle épinière. Les symptômes habituels comprennent des troubles visuels et... en apprendre davantage Sclérose en plaques (SEP) .

Traitement de la douleur oculaire

La cause de la douleur est traitée. La douleur elle-même est également traitée. Les antalgiques généraux sont utilisés si nécessaire. La douleur provoquée par une uvéite Revue générale des uvéites L'uvéite est définie comme une inflammation du tractus uvéal, l'iris, le corps ciliaire et la choroïde. Cependant, la rétine et le liquide de la chambre antérieure et le vitré sont souvent impliqués... en apprendre davantage Revue générale des uvéites et par de nombreuses lésions cornéennes est également soulagée par un collyre cycloplégique (p. ex., cyclopentolate à 1% 4 fois/jour).

Points clés de la douleur oculaire

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
AKPENTOLATE, CYCLOGYL
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les
Testez vos connaissances
Thrombose du sinus caverneux
La thrombose du sinus caverneux est une complication apparaissant fréquemment dans la ou lesquelles de ces pathologies ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE