Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Perte brutale de la vision

Par

Christopher J. Brady

, MD, Wilmer Eye Institute, Retina Division, Johns Hopkins University School of Medicine

Dernière révision totale juil. 2019| Dernière modification du contenu juil. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La perte visuelle est habituellement considérée comme brutale si elle se produit en quelques minutes à 48 heures. Elle peut affecter un seul ou les deux yeux ainsi qu'une partie ou la totalité du champ visuel. Les patients qui présentent de petites anomalies du champ visuel (p. ex., causées par un petit décollement de la rétine Décollement de la rétine Le décollement de la rétine est la séparation de la rétine neurosensorielle de l'épithélium pigmentaire sous-jacent. La cause la plus fréquente est une rupture de la rétine (une déchirure ou... en apprendre davantage Décollement de la rétine ) peuvent décrire leurs symptômes comme une vision trouble.

Physiopathologie de la perte de vision aiguë

La perte de vision brutale a 3 causes générales:

  • Une opacification des structures normalement transparentes que les rayons lumineux traversent pour atteindre la rétine (p. ex., cornée, vitré)

  • Des anomalies rétiniennes

  • Des troubles affectant le nerf optique ou les voies visuelles

Étiologie de la perte de vision aiguë

Les causes les plus fréquentes de perte brutale de la vision sont les suivantes

En outre, la prise de conscience soudaine de la perte visuelle (perte visuelle faussement brutale) peut se manifester initialement comme une installation brutale. Par exemple, un patient qui présente une réduction visuelle de longue date dans un œil (probablement causée par une cataracte Cataracte La cataracte est une opacité du cristallin congénitale, ou acquise de nature dégénérative. Le symptôme principal est la baisse progressive et indolore de la vision. Le diagnostic repose sur... en apprendre davantage Cataracte épaisse) prend soudainement conscience de la réduction visuelle dans l'œil atteint lorsqu'il cache l'œil normal.

La plupart des troubles qui entraînent la perte totale de la vision quand ils affectent l'œil entier peuvent n'affecter qu'une partie de l'œil et ne provoquer qu'une anomalie du champ visuel (p. ex., l'occlusion d'une branche de l'artère ou de la veine centrale de la rétine, un décollement localisé de la rétine Décollement de la rétine Le décollement de la rétine est la séparation de la rétine neurosensorielle de l'épithélium pigmentaire sous-jacent. La cause la plus fréquente est une rupture de la rétine (une déchirure ou... en apprendre davantage Décollement de la rétine ).

Les causes moins fréquentes de baisse brutale de vision comprennent

Tableau
icon

Évaluation de la perte de vision aiguë

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit décrire la perte de vision en termes d'apparition, durée, progression et localisation (si elle est monoculaire ou binoculaire et si elle implique la totalité du champ visuel ou une partie spécifique et laquelle). Les symptômes visuels importants associés comprennent les corps flottants Corps flottants Les corps flottants sont des opacités qui bougent à travers le champ visuel et ne correspondent pas à des objets visuels extérieurs. Avec le vieillissement, le vitré peut se contracter et se... en apprendre davantage , des éclairs, des halos autour des lumières, des anomalies de la vision des couleurs et une vision déchiquetée ou en mosaïque (scotome scintillant). Il faut demander au patient s'il ressent une douleur oculaire et si elle est constante ou ne survient qu'aux mouvements des globes.

La revue des systèmes doit rechercher les symptômes extra-oculaires de causes possibles de baisse de vision, telles que la claudication de la mâchoire ou de la langue, des céphalées temporales, des douleurs musculaires et une raideur proximale (artérite à cellules géantes); et des hémicrânies (migraines ophtalmiques).

La recherche des antécédents médicaux doit porter sur des facteurs de risque connus de troubles oculaires (p. ex., le port de lentilles de contact, une myopie sévère, une chirurgie oculaire ou une blessure récente), les facteurs de risque de maladies vasculaires (p. ex., diabète Diabète sucré Le diabète sucré est la conséquence d'une diminution de la sécrétion d'insuline, associée à des degrés variables à une résistance des tissus périphériques à l'insuline aboutissant à une hyperglycémie... en apprendre davantage , HTA Hypertension On définit l'HTA comme une élévation prolongée de la pression artérielle au repos, systolique (≥ 130 mmHg) et/ou diastolique (≥ 80 mmHg). L’HTA sans cause connue (primitive; précédemment nommée... en apprendre davantage Hypertension ) et de troubles hématologiques (p. ex., drépanocytose Drépanocytose La drépanocytose (une hémoglobinopathie) entraîne une anémie hémolytique chronique survenant presque exclusivement chez les Afro-Américains. Elle est provoquée par l'hérédité homozygote des... en apprendre davantage Drépanocytose ou maladies telles que la macroglobulinémie de Waldenström Macroglobulinémie La macroglobulinémie est une hémopathie maligne caractérisée par des lymphocytes B et/ou des plasmocytes qui synthétisent un excès de protéine M IgM. Le tableau associe des signes d'hyperviscosité... en apprendre davantage ou le myélome multiple Myélome multiple Le myélome multiple est caractérisé par une prolifération médullaire plasmocytaire qui synthétise une Ig monoclonale et qui infiltre et détruit le tissu osseux adjacent. Les manifestations fréquentes... en apprendre davantage Myélome multiple qui pourraient provoquer un syndrome d'hyperviscosité).

Examen clinique

Les signes vitaux, dont la température, sont mesurés.

Si le diagnostic d'un accident ischémique transitoire est envisagé, un examen neurologique complet est effectué. Les tempes sont palpées à la recherche du pouls, d'une sensibilité ou de nodosités sur le trajet de l'artère temporale. Cependant, la plus grande part de l'examen se concentre sur l'œil.

  • L'acuité visuelle est mesurée.

  • Les champs visuels périphériques sont évalués par comparaison.

  • Les champs visuels centraux sont évalués à l'aide de la grille d'Amsler.

  • Les réflexes pupillaires direct et consensuel à la lumière sont examinés en utilisant le test de l'éclairement alterné à la lampe stylo.

  • La motricité oculaire est évaluée.

  • La vision des couleurs est testée avec des plaques de couleur.

  • Les paupières, la sclère et la conjonctive sont examinées en utilisant une lampe à fente si possible.

  • La cornée est examinée avec la coloration à la fluorescéine.

  • La chambre antérieure est examinée à la recherche de cellules et du signe de Tyndall en cas de douleurs oculaires ou d'œil rouge.

  • Le cristallin est vérifié à la recherche d'une cataracte en utilisant l'ophtalmoscope direct et/ou la lampe à fente.

  • La pression intraoculaire est mesurée.

  • Le fond de l'œil est examiné, de préférence après dilatation de la pupille par une goutte d'un sympathomimétique (p. ex., phényléphrine à 2,5%), et/ou d'un cycloplégique (p. ex., cyclopentolate à 1% ou tropicamide à 1%); la dilatation est presque complète en environ 20 min. La totalité du fond d'œil est examinée dont la rétine, la macula, la fovéa, les vaisseaux, la papille et ses bords.

  • Si les réflexes pupillaires sont normaux et si une baisse de la vision non organique est suspectée (rarement), on peut vérifier la présence du nystagmus optocinétique. Si on ne dispose pas d'un tambour optocinétique, on peut tenir un miroir près de l'œil du patient et le bouger lentement. Si le patient peut voir, les yeux suivent habituellement les mouvements du miroir (on considère qu'on est en présence d'un nystagmus optocinétique).

Signes d'alarme

Une baisse brutale de la vision est en elle-même un signe d'alarme; la plupart de ses causes sont graves.

Interprétation des signes

En outre, les faits suivants peuvent orienter:

  • Les symptômes monoculaires suggèrent une lésion en avant du chiasma optique.

  • Des anomalies bilatérales et symétriques (homonymes) du champ visuel suggèrent une lésion située derrière le chiasma.

  • Une douleur oculaire constante suggère une lésion cornéenne (ulcère ou érosion), une inflammation de la chambre antérieure ou une augmentation de la pression intraoculaire alors qu'une douleur liée aux mouvements du globe suggère une névrite optique.

  • Des céphalées temporales suggèrent une artérite à cellules géantes ou une migraine.

Examens complémentaires

Une vitesse de sédimentation érythrocytaire, un dosage de la C-reactive protein, et une mesure du nombre de plaquettes sont pratiqués chez tous les patients symptomatiques (p. ex., céphalée temporale, claudication de la mâchoire, myalgies proximales, raideur) ou des signes cliniques (p. ex., douleur ou induration de l'artère temporale, rétine pâle, œdème papillaire) suggérant une ischémie du nerf optique ou de la rétine pour exclure une artérite à cellules géantes Artérite à cellules géantes L'artérite à cellules géantes touche principalement l'aorte thoracique, ses premières branches à destinée cervicale et les branches extracrâniennes des artères carotides. Des signes de la pseudo-polyarthrite... en apprendre davantage .

Traitement de la perte de vision aiguë

Si une étiologie est retrouvée, celle-ci est traitée. Le traitement doit habituellement être entrepris en urgence si la cause est traitable. Dans de nombreux cas (p. ex., troubles vasculaires), il n'y a pas de traitement qui puisse sauver l'œil atteint mais il peut réduire le risque de survenue du même processus dans l'œil controlatéral ou d'une complication causée par le même processus (p. ex., un accident vasculaire cérébral ischémique).

Points clés de la perte brutale de la vision

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
AKPENTOLATE, CYCLOGYL
MYDRIACYL, TROPICACYL
QUALAQUIN
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Testez vos connaissances

Comment retirer un corps étranger de l’œil
Dans le cadre du traitement d’un patient qui présente un corps étranger dans l’œil, un examen de l’œil à l’aide d’une lampe à fente est approprié. Si, à tout moment pendant l’examen, la présence d’un corps étranger intraoculaire ou d’une lésion pénétrante est suspectée, quelle est l’étape suivante la mieux adaptée ?
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE